Mister Miracle (King & Norton & Gerads)

King – Norton – Gerads © Urban Comics – 2019

Né en temps de guerre sur la belle et harmonieuse Néo-Genesis, Scott Free a eu une enfance difficile. Son père, le très respecté et très bon Haut-Père, a dû sceller un pacte avec son ennemi juré, le vil et despotique Darkseid. Pour entériner l’armistice qui marquait la fin de sanglants combats menés entre les deux planètes, un pacte fut conclu entre les deux souverains. Ainsi, ils échangèrent leurs fils et Scott Free fut confié à l’odieux Darkseid. Ce n’est qu’à l’âge adulte qu’il parvint à échapper à la surveillance de ses tuteurs et bourreaux. Scott décida de se réfugier sur Terre et y fit la rencontre de Mister Miracle, un artiste saltimbanque. A la mort de ce dernier, Scott décide de prendre sa suite. Il devient à son tour Mister Miracle et endosse le costume de son défunt mentor.

Ainsi, le mythique Mister Miracle est né. Il tente de mener une vie normale sur Terre, aux côtés de son ami Oberon et de sa douce et tendre guerrière Big Barda. Mister Miracle a tout pour vivre heureux désormais… mais c’est sans compter la profonde dépression qui le ronge et la folie dont il est la proie.

Il est pourtant obligé de composer avec sa mélancolie puisque le super-héros va devoir intervenir pour aider le Haut-Père, son père biologique, afin de contrer les plans machiavéliques de Darkseid visant à annihiler l’humanité.

Scott Free est pour le moins un super-héros atypique ! Tom King crée un personnage égocentrique et dépressif à souhait. Il est mu par ses états d’âme et ses introspections parfois (très) délirantes. Les traumatismes qu’il a vécu durant l’enfance ont fait de cet homme un individu brisé, blasé. Il s’est construit comme il a pu, un peu en biais, un peu sans raison, sans motivation mais les hasards de la vie lui ont permis de faire deux belles rencontres qu’il chérit comme un trésor. Il s’accroche à ces individus comme à une bouée. Il s’ancre à leurs destins comme si sa survie en dépendait. On suit donc le cheminement de cet homme, ses tentatives de reconstruction et ses auto-sabotages.

Etrangement, le héros est animé par un souffle d’humanité tenace. S’il ne s’aime pas, on ne peut nier qu’il aime son prochain. Il s’appuie sur de fragiles convictions qui lui permettent d’agir… De se démarquer… D’influencer à sa manière l’éternelle lutte du bien contre le mal. Et si le héros mène bon nombre de combats, il le fait moins par conviction que par devoir… un peu comme s’il assumait mécaniquement son rôle d’héritier du pouvoir… sans trop y réfléchir. La question du libre-arbitre est ténue – pour ne pas dire inexistante – chez ce personnage. Il se laisse porter par les désirs des autres mais est incapable d’en avoir lui-même… si ce n’est d’être aux côtés de sa compagne.

Personnage passif, il est étonnement doué pour mettre en place une stratégie de combat et affronter un adversaire au corps à corps. C’est le seul cas de figure où il est capable d’initiative. Pour le reste, c’est un personnage instable, torturé, fade. Le contre-pied du vide qui est en lui est son auto-dérision.

Surprenant, déstabilisant parfois, souvent drôle… voilà un album original qui fait sortir les super-héros des sentiers battus !

Une petite « BD de la semaine » qui se réunit aujourd’hui chez Noukette !

Mister Miracle
Editeur : Urban Comics / Collection : DC Deluxe
Dessinateurs : Mike NORTON & Mitch GERADS
Scénariste : Tom KING
Dépôt légal : mai 2019 / 328 pages / 28 euros
ISBN : 979-1-0268-1516-7

Auteur : Mo'

Chroniques BD sur https://chezmo.wordpress.com/

32 réflexions sur « Mister Miracle (King & Norton & Gerads) »

  1. J’aime bien les super-héros moi, je n’ai jamais trop compris cette attirance bizarre d’ailleurs… une sombre histoire de collant moulant peut-être ! 😀 Elle a l’air sympa ta BD en tous cas, original !

    Aimé par 2 personnes

    1. Elle est surprenante en tout cas. A quelques passages je me suis dit que je n’en verrais pas le bout et puis finalement, elle a fini en chronique 😛 Une lecture qui marque et à laquelle on continue de penser une fois l’album refermé

      J'aime

    1. Là je me suis laissée porter par les conseils de mon libraire qui était très très emballé par cet album ! Pour le coup, il a su trouver les mots qu’il fallait pour que je reparte avec 😀

      J'aime

    1. Des trames, des couleurs qui piquent (parfois), des superpositions. A certains moments, je me suis dit que si je chaussais des lunettes 3D, je verrais tout cela en relief 😀

      Aimé par 1 personne

    1. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir deux loulous archi-fans de super-héros ou le fait que les hommes en collant ce n’est pas mon truc (contrairement à Noukette donc 😛 ) mais ce Mister Miracle a fait mouche.
      Il y a quelques années, j’avais réservé le même accueil à Kick-Ass parce que justement, tordre un peu les codes… bin ça fait du bien 😀

      J'aime

    1. Pas que l’habillage de l’histoire d’un couple. Il y a une réflexion (qui prend le personnage en tenaille) sur l’éternel combat entre le bien et le mal, le sens moral d’une action (une des scènes finales au château avec les prisonniers attachés sous la table tout de même… j’ai savouré le côté grinçant et décalé)

      Aimé par 1 personne

    1. Oui… bon… je suis bien consciente qu’il ne peut pas plaire à tout le monde. Mais regarde moi !!! J’étais plutôt sceptique après m’être laissée convaincre par mon libraire et puis…Tu en vois souvent des supers-héros sur mon blog ??? 😀

      J'aime

  2. Bon tu me connais à priori ce n’est pas ma came graphique mais comme c’est toi (en mode love love love) je serai bien capable d’aller fourrer mon nez dedans !

    Aimé par 1 personne

    1. Mouarf
      Ce n’est pas ma came non plus. Mon libraire a été hyper convaincant… et le premier étonné de constater qu’il était parvenu à ses fins quand j’ai dit « banco ». Ce n’est pas ma came non plus, du tout, mais ça m’a fait sortir de ma zone de confort et finalement, la surprise était au rendez-vous

      J'aime

    1. Ça je comprends toutafé. Ce personnage-là est vraiment singulier, c’est ce qui m’a titillé. Mais habituellement, je laisse une bonne distance entre les super-héros et moi 😀

      Aimé par 1 personne

    1. C’est très étonnant. Très loin des récits du genre. Très loin des corps bodybuldés, de la coupe de cheveux tirées à quatre épingles, du jeune super-héros au sourire Ultra-Brite. Bref, ça décape et ça fait du bien 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.