Guenon (Brossaud) & Ogresse (Manço)

Aujourd’hui, je vous cause de deux romans ados découverts dans le cadre de Mes premiers 68 (le blog et toute la sélection des romans des 68 est à retrouver ici : https://68premieresfois.wordpress.com/ ), deux romans au titre « accrocheur » et qui dépotent toutafé ! Vous m’en direz des nouvelles !

Brossaud © Rouergue – 2019

« Au collège, on la traite de guenon. Parce qu’elle est grosse, Manon, c’est une bonne élève de 3e effacée, qui ne trouve sa place nulle part. Alors elle nous raconte, d’une voix naïve et bouleversante, comment elle fait pour survivre dans la communauté des ados, son admiration pour sa cousine parfaite, le garçon qu’elle finit de rencontrer. Comment vivre dans un corps qu’on n’aime pas ? Un premier roman bouleversant écrit par un enseignant en lycée professionnel, très au fait de la violence des rapports, à l’adolescence. »

Guenon est un premier roman à destination de la jeunesse dont le sujet, la grossophobie et la violence terrible qui en découle, est très très fort. La thématique du harcèlement scolaire est abordée également, ainsi que la haine de soi ou la violence des autres. C’est un livre qui se lit facile, malgré l’histoire de Manon qui bouleverse terriblement. La langue d’écriture est simple, légère (malgré le sujet) et sans détour. Mais la fin ouverte est terrible, du moins je l’ai vécu ainsi. Elle m’a laissée « exsangue ». C’est un livre à mettre, je crois, dans toutes les mains des ados…

Premiers mots 

« J’aime bien regarder le trottoir quand je marche dans la rue. Parce que c’est vide et qu’il n’y a pas de couleurs. Il y a juste des petites écorchures, des petites fissures un peu partout, mais on sent bien que ça va pas craquer comme ça. »

Extraits

« La rédaction sur la cuisine, c’était pas celle-là que je voulais faire au départ.
Au départ, ce que je voulais dire, moi, c’était que la pièce de la maison que je préférais c’était les toilettes. Depuis que je suis toute petite, c’est mon endroit préféré de la maison. D’abord ce que j’aime dans les toilettes c’est qu’on peut s’enfermer à clé. Et puis c’est tout petit. On peut toucher tous les murs rien qu’en tendant les bras. Ça fait comme un abri, comme une armure, rien que pour soi. »

« ‒ Vas-y, dégage de là, Guenon !

Une autre fille a poussé mon sac par terre et je suis allée m’asseoir tout près de l’entrée des douches, là où il y a toujours un peu d’eau sale qui stagne sur les carreaux. Des filles ont fait des cris de singe et de cochon et tout le monde a rigolé. Je suis restée assise pendant qu’elles se changeaient parce que j’avais déjà enfilé mon jogging à la maison. Ça fait longtemps que je ne mets plus de justaucorps ou des collants pour faire du sport, mais, même en survêtement, j’ai l’impression d’être toute nue. »

Guenon de Pierre-Antoine Brossaud, Rouergue, 2019

Manço © Sarbacane – 2019

Ce roman interpelle par son titre et sa couverture verte pomme où trône une fourchette et une tâche de sang ! Et puis, c’est un roman Sarbacane, de la collection adorée Exprim’. Alors je savais avant de débuter (dévorer ?!) qu’il allait sacrément me secouer ! Et je dois dire que je n’ai pas été déçue ! C’est une sorte de conte fantastique un peu amer, dérangeant, absolument réjouissant dont la thématique centrale est le lien mère-fille, un lien hors norme, un lien dévorant, destructeur. La fille c’est Hippolyte. C’est une ado de 16 ans qui vit seule avec sa mère, depuis que son père est parti sans crier gare. La mère, elle va à la dérive depuis la séparation. C’est une drôle de mère qui passe pas mal de temps à la cave, surtout la nuit. Sa fille l’entend mais elle ne sait pas ce qu’elle y fabrique. La mère s’enferme des heures durant. La mère se comporte de plus en plus bizarrement jusqu’au jour où elle mord Hippo … Et puis, il y a cette vielle voisine qui a disparu… Et puis, il y a cette forêt juste à côté de la maison… Qu’y est cette mère ? Et puis que faire quand on a 16 ans et qu’on aime tant sa maman ?

Evidemment c’est un roman qui donne un peu la pétoche ! Le rythme bien soutenu, l’histoire incroyable et le suspense qui en découle nous laissent aucun répit jusqu’à la dernière ligne. Ogresse est un roman toutafé étonnant, à découvrir vraiment ! Je l’ai adoré…

Extrait

Ogresse d’Aylin Manço, Sarbacane, 2019

« Quand j’étais petite, j’imaginais que l’un de mes deux parents allait être changé en monstre et que je devais choisir lequel.

Je préférais Maman – bien sûr que je préférais Maman-, mais je savais aussi que je ne pouvais pas choisir de la sauver elle. Parce que dès que mon père serait changé en monstre, il s’attaquerait à nous, or Maman était moins forte que lui, donc choisir de lui épargner la métamorphose nous condamnerait toutes les deux.

Alors je me retournais dans mon lit, je reniflais à fond contre mon oreiller et je me forçais à choisir de sauver Papa. Papa saurait me défendre contre les assauts de Maman-monstre, il la pousserait dans les escaliers, ou dans un puits, et elle nous laisserait tranquilles. Je serrais les poings sur mes draps, je pleurais, je me détestais de faire ça. Mais je choisissais Papa.

Je ne sais pas pourquoi ça me paraissait si pressant, si obligatoire. Il y a eu cette période où j’y pensais tout le temps, si fort que j’avais peur que mes parents le sachent. Plus que tout, je redoutais que mon père devine que je ne le choisissais qu’à contrecœur. »

Mes 68 premières (jeunesse)

Une réflexion sur « Guenon (Brossaud) & Ogresse (Manço) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.