Je me souviendrai (Soulman & Collectif)

Je me souviendrai - 2012 : Mouvement social au Québec -
Soulman – Collectif © La Boîte à bulles – 2012

« Printemps 2012. Depuis de longs mois désormais, le Québec est témoin, spectateur, détracteur ou acteur d’une crise sociale qui, quoi qu’il advienne, a d’ores et déjà marqué son histoire, au même titre que les événements d’octobre 1970.

Initialement portée par un mouvement étudiant sans précédent au Canada – la lutte des carrés rouges contre la hausse des frais de scolarité – catalysée par la Journée de la Terre du 22 avril, cette lutte a pris une valeur et une dimension politiques inédites, après l’adoption par le parlement québécois de la loi spéciale 78 destinée à enrayer le mouvement (dénoncée par l’ONU et Amnesty International) puis l’adoption par le parlement fédéral de la loi C-38 officialisant le retrait du pays du Protocole de Kyoto.

Après des mois de manifestations quotidiennes, d’initiatives en tous genres, un collectif artistique est né : Je me souviendrai.

Journalistes, auteurs, illustrateurs, penseurs et musiciens ont répondu à cet appel pour donner une voix emplie d’optimisme et de promesses à ce « printemps québécois », à ces indignés du Nouveau Monde qui se sont levés pour dire non » (présentation officielle).

A l’instar de Gaza – Décembre 2008 – Janvier 2009, cet ouvrage collectif a été réalisé dans l’urgence. Il est destiné à sensibiliser l’opinion publique (internationale) sur ce mouvement social québécois, comprendre ce conflit… et ne pas l’oublier. Parmi les auteurs ayant collaboré, je vous avais déjà présenté sur ce blog quelques ouvrages de Soulman, Jimmy Beaulieu, Johanna, Jérôme D’Aviau, Maximilien Le Roy, Clément Baloup, Laureline Mattiussi. Ce recueil collectif m’a également permis de découvrir d’autres univers artistiques : Fred Jourdain, Jeik Dion, Antoine Corriveau, Geneviève Lafleur-Laplante, Julie Fontaine Ferron, Chloé Germain-Thérien, Gautier Langevin… Mes excuses envers ceux que je n’ai pas cités.

J’avais quelques notions – bien maigres – de ce qui s’est passé au Québec entre février et septembre 2012. En une dizaine de pages, le premier chapitre revient sur les causes de l’émergence du conflit social (décembre 2010-février 2012). Les quatre chapitres suivants s’arrêtent mois par mois, de mars à juin 2012, sur l’enlisement des négociations entre le peuple et le gouvernement, les tentatives de négociations amenant systématiquement le dialogue dans des impasses.

Faits marquants, prises de position, initiatives individuelles ou collectives, Je me souviendrai fait un état des lieux complet des événements. Le rouge qui nous accueille dès le visuel de couverture et indique l’orientation prise par ce recueil. Ainsi, les témoignages qu’il contient marquent leur opposition à la hausse des frais de scolarité (une très forte hausse étalée sur 5 ans) mais le ton n’est pas à l’animosité. Les propos sont argumentés et rappellent sans cesse l’état d’esprit pacifique de ce mouvement social.

En tant que lecteur, on a lieu d’être agacé par la stratégie d’évitement du Gouvernement de Jean Charest. En effet, on ne peut que constater l’obstination des politiques à fuir le débat, à refuser de s’asseoir à la table des négociations et à apporter des réponses stériles. Au fil des pages, on revit les temps forts de ce mouvement comme le vote de la Loi 78, la signification des Carrés rouge / vert / noir / blanc (détails également sur Wiki), l’action menée par les porte-paroles étudiants, les débordements du SPVM (Service de police de la ville de Montréal), …

PictoOKLe résultat est un album patchwork composé de textes, de poèmes, d’illustrations, de BD ou de strips, de photos. Le lecteur n’est pas pris à parti même s’il me semble, à l’évidence, que la lutte engagée par les étudiants québécois me semble relever du bon sens. Une bonne sensibilisation au Printemps Erable.

Rajouter 1625 dollars par an, certains disent que cela ne nuira à personne, mais ceux-là ne réalisent pas que la valeur de l’argent n’est pas la même pour tous.

Une lecture que je partage également avec Mango à l’occasion de ce mercredi BD

Et découvrez les albums présentés par les autres lecteurs !

Pour aller plus loin sur le sujet : http://greve2012.org/ et http://rouge.onf.ca/

Les chroniques : Annabelle Moreau et Fabien Deglise.

« Si nous nous endormons ici, nous rêverons si mal que plus rien ne sera possible » (Réjean Ducharme).

Je me souviendrai

– 2012 : Mouvement social au Québec –

One shot

Éditeur : La Boîte à bulles

Collection : Contre-Cœur

Ouvrage collectif coordonnée par SOULMAN

Dépôt légal : octobre 2012

ISBN : 978-2-84953-160-0

Bulles bulles bulles…

La preview sur Digibidi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je me souviendrai – Soulman – Collectif © La Boîte à bulles – 2012

Le temps des siestes (Beaulieu)

Le Temps des siestes
Beaulieu © Les Impressions Nouvelles – 2012

Le temps des siestes est un recueil d’illustrations réalisées entre 1995 et 2012  ; il semble être l’occasion propice pour l’auteur de faire le bilan de son parcours et regarder avec un œil neuf – et peut-être plus mature – le chemin artistique et professionnel qu’il a emprunté. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti en lisant la préface de Jimmy Beaulieu. Avec spontanéité, humilité et humour, il livre à cœur ouvert les moments-clé de sa carrière ; une belle occasion pour le lecteur de ressentir toute l’humanité de cet artiste :

« Je dirai seulement qu’il est question d’expression, d’apaisement et de fascination. Et progresser entre ces balises m’occupera certainement jusqu’à ce qu’on m’enterre »

Les dessins retenus pour cet ouvrage ont été sélectionnés dans les multiples carnets de croquis de l’auteur, carnets avec lesquels il nourrit une relation particulière : « Je les ai toujours considérés comme ma production principale. Les bandes dessinées que j’en tire en étant quasiment des produits dérivés, c’est dans les carnets que se trouvent les vraies étincelles » (la fiche éditeur propose l’intégralité de la préface).

Effectivement, on capte, au détour de nombreuses illustrations, la richesse et le sel de ces moments durant lesquels se font et se défont des relations amoureuses. Déception, passion, pulsion, incompréhension… ces « instantanés » sont autant de petites cartes postales qui parlent de Sexe et de sentiments. Ce recueil est un Artbook dont chaque page complète le thème si universel qu’est celui de l’amour : portraits d’individus, scènes de vie et de ménage, Jimmy Beaulieu les croque sans restriction et sans fausse pudeur.

Dans ce recueil, le lecteur observe des femmes dans leurs ébats sexuels et/ou sensuels. C’est comme si chaque page complétait peu à peu une sorte d’album photos sur la richesse des relations homosexuelles. Quelques rares apparitions de la gente masculine donnent un caractère furtif aux relations hétérosexuelles. Ainsi, traitées d’égales à égales, ces femmes semblent trouver là un espace relationnel dans lequel elles vivent pleinement leur sexualité, sans tabous inutiles. On imagine aussi les différentes sources d’inspiration possibles de Jimmy Beaulieu : les confidences qu’on lui a faites, les scènes observées furtivement dans les lieux publics ou privés, sa propre expérience affective ou ses fantasmes. Quoiqu’il en soit, j’ai ressenti son souhait de retranscrire au plus juste une sensation, un frisson, une frustration ou l’état de torpeur qui peut suivre l’annonce d’une séparation…

« Si tu m’aimais vraiment… ».

Pour créer cette galerie de sensations : des croquis à l’état brut, des aquarelles, des illustrations travaillées puis colorisées à la palette graphique, des portraits ou des scènes de la vie courante. En noir et blanc, en quadrichromie, le large panel de couleurs employé ici véhicule chaque émotion. Mais comment les lecteurs se saisiront-ils de ce recueil ? Bien que sortie de son contexte, j’utilise la légende de l’illustration en page 25 pour conclure cet avis :

« Impossible d’anticiper ce que les autres en feront ».

PictoOKDu reproche au plaisir, du désaccord à la passion, Jimmy Beaulieu aborde ici les questions des relations de couples et celle des sentiments.

Un ouvrage touchant et érotique – à ranger aux côtés de Une par une (réalisé par Johanna et édité chez La Boîte à bulles) – même si l’on reste parfois sur une touche d’amertume puisque chaque personnage n’apparait que de façon éphémère, donnant ainsi l’impression de les survoler. Cependant, si les visuels intérieurs que je vous présente en fin d’article vous séduisent, et si vous êtes plutôt amateurs de récits complets, je vous invite à découvrir Comédie Sentimentale pornographique.

D’autres lecteurs parlent du Temps des siestes. Je vous propose également de découvrir les chroniques de Lunch, ChocolatCannelle, Magazine Têtu et Hop BD.

Extraits :

« La droite est une grande tricheuse. Elle séduit son électorat en flattant ses pires aspects : son égoïsme, sa peur, son avidité, sa petitesse, sa pensée à court terme. Il est clairement plus facile de gagner quand on joue avec ses cartes, surtout quand on ose dire qu’on a Dieu de notre bord. La classe moyenne va se presser aux urnes pour défendre ces politiques monstrueuses même si elle en est la principale victime. Quand la gauche nous demande de nous mobiliser selon des principes de compassion, de solidarité et de pensée à long terme, on critique toujours qu’ils ne sont pas assez à gauche, trop à gauche, pas assez souverainiste, machin-truc-chose…. Et on laisse les odieux gagner (Le temps des siestes).

« Ce qu’on appelle l’intelligence, c’est surtout la capacité de l’exhiber (Le temps des siestes).

« A la fermeture du bar, je l’ai ramenée chez elle dans l’espoir d’accéder à ses muqueuses. Mais une fois à destination, sur la banquette du passager, elle s’est mise à délirer sur l’état du monde et la laideur des âmes. Ce qui m’a empêché de surmonter ma timidité pour passer à l’attaque. Pas tant à cause de ses opinions, de son désespoir ou de son hystérie, qui n’avaient rien pour me déplaire, mais de sa condescendance » (Le temps des siestes).

« S’il y a une chose qui peut me faire croire au soleil, aux sandales ou aux glissades d’eau, c’est bien toi » (Le temps des siestes).

Je remercie Les Impressions Nouvelles pour ce partenariat.

Le temps des siestes

Challenge Petit Bac
Catégorie Loisir

Éditeur : Les Impressions Nouvelles

Collection : Traverses

Dessinateur / Auteur : Jimmy BEAULIEU

Dépôt légal : mai 2012-07-04

ISBN : 978-2-87449-144-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temps des siestes – Beaulieu © Les Impressions Nouvelles – 2012

Comédie sentimentale pornographique (Beaulieu)

Comédie Sentimentale pornographique
Beaulieu © Guy Delcourt Productions – 2011

« Entre Corrine et Louis, tout débute de façon conventionnelle. Pourtant, très vite, Corrine prône l’amour libre et Louis plonge en pleine crise existentielle. En parallèle, Martin G. soigne ses chagrins d’amour en se lançant dans l’écriture pornographique. Pour Corrine, Louis, Martin et les autres, la vie est un jeu. Mais derrière cette impression de légèreté, chacun est en quête de sens » (synopsis extrait du site de l’auteur).

Corrine, Louis, Annie, Sibone, Martin… ils se connaissent plus ou moins bien, ils se sont croisés ou fréquentés plus longuement, ils nous touchent rapidement (trop rapidement peut-être) puisque la lecture de cet album devient rapidement une évidence au lecteur. Jimmy Beaulieu y traite, avec beaucoup de délicatesse, des doutes, des ambitions et des sentiments.

Le trait de Beaulieu est agréable, pudique et osé à la fois. Le traitement des couleurs est fait à l’aquarelle, il offre beaucoup de fraicheur à l’album et, en fonction des passages, un brin de canaillerie. Les quelques scènes érotiques disposent d’un panel de teintes acidulées allant du rose bonbon à la violine, en passant par des ocres rougeoyants… Une fraicheur chaleureuse nous accompagne pendant la lecture. Et si le thème de l’album peut paraitre osé voire vulgaire, rassurez vous, la lecture ne l’est pas. Le scénario aborde avec beaucoup de réalisme et sans aucun tabou, la question des sentiments et du sexe. Homosexualité et hétérosexualité sont des sujets centraux de traités sans aucun voyeurisme. Les corps dégagent beaucoup de sensualité, les voir dénudés ne nous fait pas rougir.

Spontanéité dans les relations affectives et amicales, sexualités abouties et assumées, cet ouvrage fait un bien fou au cœur et à l’âme. Ne comptez pas sur lui pour compléter la liste salement remplie des albums pornographiques gores. D’ailleurs, de pornographie, il n’en est pas question ici, excepté dans le titre. Il est plutôt question d’érotisme comme le souligne si bien David dans son avis sur l’album.

Les avis de David puis de Théoma sont à l’origine de cette lecture. Elle s’intègre dans le Challenge PAL Sèches

PALsèches

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

Mango

PictoOKUne lecture plus que recommandée à tout amoureux de la bande dessinée. Une très belle entrée en la matière pour la découverte de cet auteur que vous connaissez tous puisqu’il a réalisé l’adaptation des dialogues pour la série de Tripp & Loisel : Le Magasin Général. Bonne lecture à vous les amis !

Les avis de David et Théoma.

Comédie Sentimentale Pornographique

One Shot

Éditeur : Delcourt

Collection : Shampooing

Dessinateur / Scénariste : Jimmy BEAULIEU

Dépôt légal : janvier 2011

ISBN : 978-2-7560-2461-5

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comédie sentimentale pornographique – Beaulieu © Guy Delcourt Productions – 2011