New York cannibals (Charyn & Boucq)

Charyn – Boucq © Le Lombard – 2020

« New York, 1990. Pavel tient toujours son salon de tatouage. Sa protégée, Azami, est devenue policière et culturiste. Lors d’une intervention, elle découvre un bébé abandonné dans une poubelle. Incapable d’enfanter à cause des traitements qu’elle a infligés à son corps, elle décide d’adopter l’enfant. Pour le protéger, elle va remonter la piste d’un trafic de bébés, et découvrir qu’il semble lié à un mystérieux gang de femmes qui dévorent leurs ennemis. Étrangement, les fantômes du goulag dans lequel Pavel a grandi semblent être à l’origine de ces atrocités.

Comme si l’univers, les codes et la violence du goulag avaient pris pour nouveau territoire les rues de New York. » (synopsis éditeur)

L’intrigue de « New York cannibals » se situe vingt ans après la conclusion sanglante de « Little Tulip » (publié en 2014) et qui est sur le blog grâce à Val.

J’ai d’abord pensé que m’embarquer dans cette lecture était une erreur. N’ayant pas lu « Little Tulip », j’appréhendais de passer à côté des subtilités d’un récit qui a ancré ses personnages dans un précédent ouvrage. Voyant que je ne ressentais aucune gêne durant la lecture, j’ai eu vite fait de changer mon fusil d’épaule… et j’imagine l’aisance déconcertante avec laquelle les lecteurs du tome précédent ont pu retrouver leurs repères !

Bien sûr, le scénario [que ce soit par le biais de la voix-off ou des paroles prononcées par les personnages] resitue les éléments nécessaires à la compréhension de cette nouvelle intrigue. Ces rétrospectives se font de manière fluide et n’alourdissent aucunement le propos. Elles nous montrent même que ces personnages au passé chahuté ont parfaitement digéré les galères par lesquelles ils sont passés. Elles les ont consolidés, elles ont soudé les liens qui les unissent et leur ont donné un élan vital qui s’avère être bénéfique à la narration.

Jérôme Charyn utilise un bon jeu de personnages aux caractères bien trempés. Ils sont de nature méfiante et défendent leurs opinions avec une assurance impressionnante mais le scénariste temporise le côté anguleux de leurs personnalités. Altruistes, francs, intègres… ils affichent des qualités indéniables. Une fois la glace brisée, on est davantage face à deux géants au cœur tendre. Des géants assez rassurants.

Les dessins de François Boucq emboîtent parfaitement le pas à ce récit viril. Malgré la masculinité de l’héroïne – surprenante au premier regard -, on se rend compte une fois encore que ce n’est qu’une façade. Sa gestuelle dégage une réelle féminité, une certaine sensualité même. Ses bras gonflés aux stéroïdes enserrent le nourrisson une douceur dont bon nombre de mères ne sont pas capables. Cette femme bodybuildée est une force tranquille, une beauté sauvage ; son charisme tient d’un harmonieux mélange entre sa condition physique hors-norme et sa placidité. Le héros quant à lui est plus « fluet » mais cela tient en grande partie à son âge et aux conditions difficiles auxquelles il a été confronté.

J’avoue que si on ne m’avait pas mis l’ouvrage entre les mains, je n’y serai pas allée. Un récit fictif aussi racé qui aborde traite d’humains, prostitution, drogue et mafia [la liste est non-exhaustive] sur fond de critique sociale, j’avoue… c’est loin d’être ma tasse de thé ! Idem, l’aspect « bien rangé » des planches et cette testostérone palpable à chaque page : très peu pour moi en général. Pourtant, la lecture m’a accrochée en un temps record et j’ai finalement pris beaucoup de plaisir à suivre cette histoire jusqu’à son dénouement final.

New York Cannibals (Récit complet)

Éditeur: Le Lombard

Dessinateur : François BOUCQ

Scénariste : Jérôme CHARYN

Dépôt légal : septembre 2020 / 141 pages / 24,50 euros

ISBN : 978-2-8036-7253-0

Little Tulip de François Boucq et Jérôme Charyn

Charyn – Boucq © Le Lombard – 2014
Charyn – Boucq © Le Lombard – 2014

Paul a sept ans lorsque ses parents sont déportés au goulag pour espionnage. Immigrés américains vivant à Moscou (eh oui, ça existait aussi dans ce sens là), ils furent séparés de leur fils qui fut élevé dans l’orphelinat du goulag. Très jeune, il découvre donc les règles qui lui permettront de survivre et cette survie n’est possible que grâce à la protection des adultes qui possèdent le pouvoir. Son talent pour le dessin va lui permettre de sortir de la masse. Dans les années 1970, Paul vit à New-York et établit des portraits robots pour la police. Il est non seulement bon dessinateur mais aussi doué d’une empathie telle qu’il ressent la personnalité des tueurs et parvient à la restituer dans ses portraits-robots.

Cette BD est assez crue, mieux vaut être prévenu. C’est une belle réussite, le parcours de Pavel/ Paul est très intéressant et le dessin restitue parfaitement l’univers dur des goulags. C’est aussi une BD sur le dessin et les forces créatrices qui l’entourent, ces dessins que Pavel trace sur la peau des autres, qui sont parfois un signe d’appartenance à un groupe, comme ici à la pègre russe ou qu’il garde sur la sienne comme autant de souvenirs des étapes de sa vie. J’avoue ne pas être fan de tatouages mais la façon dont ils sont traités ici m’a intéressée, on sent bien que choisir son tatouage quand on fait partie d’un gang n’est pas anodin : il est bien vu de choisir Staline ou un animal sauvage qui vous donnera un peu de ses pouvoirs. Pour Paul, le tatouage est une question de survie à la fois parce que sa force est dans son talent de tatoueur mais aussi parce que ses propres tatouages sont sa thérapie et sa façon de se sentir plus fort. Son pouvoir provient de son passé et de son histoire, des personnes qu’il a croisées et aimées. C’est une BD que j’ai envie de qualifier de virile et mon seul bémol concerne la fin qui ne m’a pas emballée, d’abord parce que je ne la trouve pas crédible et ensuite parce qu’elle est liée à un élément fantastique et que cela me gêne toujours.

Jérôme a aussi beaucoup aimé.

Publié chez Lombard en novembre 2014. 88 pages. 15/20

BdFaitSonFestival2015