« Atar Gull » ou le destin d’un esclave modèle (Nury & Brüno)

"Atar Gull" ou le destin d'un esclave modèle
Nury – Brüno © Dargaud – 2011

Afrique, 1830. Un enfant de la tribu des Petits Namaquas interrogent son père. Il souhaite comprendre pourquoi les femmes et les hommes de sa tribu pleurent en silence durant cette veillée autour d’un feu. « Elles pleurent leurs hommes disparus (…). Ils pleurent pour leur tenir compagnie (…). Je pleure parce que je suis leur chef. Leur souffrance est aussi la mienne » lui répond le vieil homme. Et ce jeune garçon qui ne pleure pas se nomme Atar Gull.

Au loin, le brick du Capitaine Benoît vogue vers les côtes africaines. Il vient chercher sa marchandise qu’il livrera ensuite outre-Atlantique. Alors que ses cales sont remplies de ce précieux « bois d’ébène », il est attaqué par Brulart, un négrier sanguinaire aux méthodes mercantiles peu orthodoxes. En moins d’une année, Atar Gull passe de mains en mains. Capturé par Taroo, chef de la Tribu des Grands Namaquas (qui livrent une guerre sans merci aux Petits Namaquas), il est ensuite marchandé au prix fort au Capitaine Benoît, puis rapté par Brulart et enfin vendu à Tom Will. Ce dernier le fera travailler dans sa plantation de coton.

Depuis que j’ai lu la première chronique de cet album, je m’étais représenté des visuels en noir et blanc. Et malgré toutes mes escapades virtuelles sur vos chroniques, malgré les nombreuses séances de feuilletage de l’album, je n’ai pu m’empêcher de regretter encore la présence de ces couleurs sur ce récit au moment de débuter ma lecture. Je crois que j’y ai longtemps cherché la possibilité de me replonger dans un album dont la force égale cette d’Elmer, titre que j’avais fortement apprécié et dont je pensais retrouver dans Atar Gull une sorte de prolongement.

… Si prolongement il y a, c’est sur la question de l’oppression et de l’avilissement de peuples trop longtemps jugés « inférieurs » en raison de leurs croyances ou de leurs couleurs de peau. Excepté ce point commun, les deux récits souffriraient malheureusement trop d’une quelconque forme de comparaison dans le traitement du sujet.

Cet album propose une réflexion sur l’esclavagisme que le personnage d’Atar Gull sert à merveille. Humainement, physiquement, les auteurs nous livrent ici un somptueux représentant des peuples opprimés. Muselé et avili, il ne perd rien de sa superbe pire : il en impose ! Et même lorsque son plan machiavélique est dévoilé, j’ai eu toutes les peines du monde à changer la vision que j’avais de lui.

Le scénario livre un récit brut et sans failles. La narration est posée, directe. Exit les tirades verbeuses et moralisatrices sur le sujet. Si Fabien Nury dévoile ici son positionnement quant à ce pan peu glorieux de l’Histoire, il le fait sans recourir au misérabilisme ou à l’excès de pathos. L’album se découpe en deux chapitres ; un premier sera consacré à l’Afrique et à la traversée : on y devine Atar Gull mais on y palpe toute la tension d’un tel moment. Le second chapitre s’intéresse quant à lui aux conditions de vie dans la plantation et met en scène un personnage (principal) qui va prendre peu à peu le devant de la scène. On le quittera sur une sur une scène finale d’une puissance très appréciable. Il y a des pauses régulières dans le récit, la narration s’effaçant pour laisser place au seul rythme imposé par les ambiances visuelles de Brüno. Les bandes silencieuses s’enchaînent alors, nous permettant à la fois de digérer la portée des propos précédemment tenus et de s’approprier ces lieux hostiles. Puis, on repart doucement pour aller toujours plus en avant dans cette découverte de notre héros.

Il m’est difficile de trouver une discordance entre le travail des deux auteurs. La découpe des planches guide le regard de manière fluide et donne le tempo durant la lecture. Je m’attarde rarement sur la mise en couleurs pourtant, la colorisation réalisée par Laurence Croix est efficace. Par exemple, le rouge vif qu’elle a retenu pour marquer les scènes de fortes tensions est concluant, sa présence équivaut à mille mots, elle aide fortement à soulager la narration de détails encombrants. De même, on a l’occasion de contempler de belles scènes nocturnes, ocrées, qui rendent bien compte des jeux de lumière offerts par un feu de bois (pour les scènes en extérieur) ou une lanterne (en intérieur).

PictoOKPictoOKA mon tour, si je vous dit « coup de cœur », je me retranche derrière une expression qui m’épargne mille mots 🙂

Je vous conseille cet album.

Les chroniques de Jérôme, Yvan, Lunch, Joëlle, Choco, Arsenul.

« Atar Gull »

– ou le destin d’un esclave modèle –

One Shot

Éditeur : Dargaud

Collection : Long Courrier

Dessinateur : BRÜNO

Scénariste : Fabien NURY

Dépôt légal : octobre 2011

ISBN : 978-2205-06746-0

Bulles bulles bulles…

Cinq pages à visionner sur le site de Brüno.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Atar Gull – Nury – Brüno © Dargaud – 2011