Tu sais ce qu’on raconte… (Rochier & Casanave)

Rochier – Casanave © Warum – 2017
Rochier – Casanave © Warum – 2017

Le môme Gabory est revenu après une longue absence. La dernière fois qu’on l’avait vu, c’était au moment de l’accident, il y a deux ans. Alors, dans sa petite ville natale, les commentaires vont bon train. L’occasion de régler quelques comptes personnels et de se laisser aller à quelques suppositions mesquines.

Chacun a sa petite interprétation des faits et de l’histoire du fils Gabory.

« – Chacun a sa vérité là-dessus.
– Chacun raconte des conneries surtout ».

En tout état de cause, une fille de vingt ans est morte. Mais à qui la faute ? Au môme Gaborit ou parce que c’est une sale affaire de magouilles ? Et pourquoi revient-il ? Pour voir sa famille… ou pour se venger ?

La rumeur. Détestable. Exécrable. Celle qui excite les mégères et se nourrit de fantasmes. Celle qui vire au glauque. Celle dont c’est la faute de personne mais personne n’est capable de s’empêcher de l’alimenter… comme si c’était plus fort que soi, comme si ça nous protégeait d’y participer aussi.

Gilles Rochier vient jeter de l’huile sur le feu avec ce récit choral où l’on voit les habitants d’une ville parler d’une seule voix pour créer une légende urbaine de toute pièce. Certains se font la voix de la raison, d’autres entonnent les mises en garde, les derniers inventent, supposent… et il est impossible pour nous de savoir où est le faux du vrai. D’un foyer à l’autre, la rumeur enfle, elle se répand comme un virus et contamine même ceux qui pourtant, ne devraient pas avoir voix au chapitre, faute de connaître l’histoire et ses protagonistes.

Des tons rouges, qui piquent, qui heurtent, à l’instar de ces propos en apparence anodins. Chaque détail s’infiltre dans les interstices. Avec ses illustrations, Daniel Casanave fait lui aussi rumeur. Cette dernière, d’un coup de crayon, devient vivante ; elle déforme la réalité, elle se joue des non-dits pour créer une vérité nouvelle, fausse, virtuelle et malsaine.

PictoOKUn album qui fait mouche d’autant plus qu’il se lit vite. On le dévore. Pour un peu, on pourrait le comparer à la rumeur qu’il décortique et qu’il observe, qu’il installe sur la paillasse de son laboratoire pour mieux la regarder. Une histoire sans fin, vicieuse, qui revient avec le vent, comme un palindrome.

Tu sais ce qu’on raconte…

One shot
Editeur : Warum
Collection : Civilisation
Dessinateur : Daniel CASANAVE
Scénariste : Gilles ROCHIER
Dépôt légal : janvier 2017
88 pages, 15 euros, ISBN : 9782365352574

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tu sais ce qu’on raconte… – Rochier – Casanave © Warum – 2017

Toi au moins, tu es mort avant (Ricard & Reiss & Casanave)

Ricard – Reiss – Casanave © Futuropolis – 2013
Ricard – Reiss – Casanave © Futuropolis – 2013

Athènes, 1985. Chrònis Missios achève son récit autobiographique. Né en 1930, cet homme a affirmé très tôt son engagement et son adhésion aux fondements du Parti communiste grec. Pour ce choix militant, il sera arrêté en 1946. A cette période, la Grèce s’enfonce dans la Guerre civile en raison des divergences d’intérêts et d’opinions qui traversent la Grèce, région stratégique à l’orée de la guerre froide (source : Wiki).

Ce conflit social durera jusqu’en 1949. Chrònis Missios essuie donc de plein fouet la lutte anticommuniste menée par les gouvernements de son pays. Il est jugé puis incarcéré au moment de l’émergence de ce mouvement.

C’est ainsi qu’à l’âge de 16 ans il entame un long parcours carcéral. Les premiers mois de détention sont terribles. Condamné à mort pour son orientation politique, il doit supporter le rituel quotidien des matons qui, amusés par le sort des prisonniers politiques, tirent à la courte paille celui d’entre eux qu’ils conduiront au peloton d’exécution. Quelques mois plus tard, la peine de mort étant abolie, sa peine se transforme en emprisonnement à perpétuité mais les brimades et les sévices quotidiens des matons continuent.

En 1948, il est sous le coup de plusieurs décisions de justice : 3 condamnations à vie, une condamnation à 20 ans et une à 15 ans de détention. « Affamé, avili, torturé, jamais il ne pliera et ne cèdera. Jamais il ne signera la déclaration de sa reddition, jamais il ne reniera son idéologie politique » (source : Futuropolis).

Ce que signifiait notre signature pour leur Etat à la con, j’ai jamais pu comprendre. Qu’ils torturent pour faire avouer quelque chose, je comprends la logique. Ils ont peur, ils veulent se protéger… Mais une telle cruauté pour des signatures de trois mômes… Et pourtant, c’est ça qui nous a fait rester debout. Leur refuser ce qui leur semblait si important.

Chrònis Missios
Chrònis Missios

On est très vite happé par le personnage de Chrònis Missios. Toi au moins, tu es mort avant adapte le roman éponyme de cet homme de conviction (roman publié en Grèce en 1985 et qui connut un succès immédiat). A l’époque, Myrto Reiss a 15 ans. Dans la préface de cet album qui vient de paraître chez Futuropolis, elle témoigne : « (…) il s’agit de la lecture qui m’a accompagnée aux moments les plus difficiles de ma vie, à chaque fois qu’il fallait se remplir de courage et de force ». C’est certainement l’une des raisons qui l’a conduite, quelques années plus tard, à envisager d’adapter ce récit en bande dessinée. A la ville, Myrto Reiss est metteur en scène ; elle partage également la vie de Sylvain Ricard avec qui elle avait déjà co-scénarisé Dom Juan (paru chez Delcourt en 2010).

Cette adaptation a été pour moi l’occasion de découvrir l’existence de Chrònis Missios, militant du Parti communiste grec. Un homme charismatique au sens noble du terme, un héros qui a risqué sa vie pour défendre ses idéaux.

Je n’ai pas réussi à changer le système, mais je ne lui permettrais pas non plus de me changer

Il aura passé en tout 22 ans en prison sans avoir commis le moindre crime. De 1946 à A962, il fut torturé, humilié et balloté de prison en prison mais la brutalité et les méthodes d’enfermement d’un système politique ont été impuissantes face à sa détermination.

Le scénario de cet album fait cohabiter deux ambiances narratives : la voix narrée de Chrònis lorsqu’il rédige ses mémoires et le récit illustré qui décrit sa détention. J’ai été sensible à la manière dont les auteurs ont utilisé le décalage existant entre les deux récits imbriqués. Le récit joue très bien avec cette temporalité qui permet au lecteur de naviguer de manière fluide entre passé et présent ; ainsi, nous sommes à la fois acteur « in situ » et à la fois, nous avons la possibilité de vivre cette trajectoire avec du recul.

Concrètement, la voix-off reprend – sous forme de citations – des extraits du roman originel. Chrònis Missios est donc présent car la plupart de ses propos interviennent tels qu’il les a lui-même formulés. Son écriture est mature et posée. Elle ne juge personne mais questionne le sens de certains agissements, de certaines opinions… et elle permet d’entendre ce que l’homme a retenu de cette expérience de vie et comment il s’est construit au travers d’elle.

Aux côtés de cette voix-off, des scènes d’un passé révolu et douloureux, la fougue de ce personnage lorsqu’il était jeune, ses élans de générosité, l’existence des relations fraternelles réciproques et les mouvements de solidarité entre détenus donnent de la chaleur à cet univers. Le trait réaliste de Daniel Casanave illustre cet enfer carcéral sans agressivité. Il suggère la violence physique de façon judicieuse et permet au lecteur de ressentir le poids et la pression psychologique qui pesait constamment sur les prisonniers politiques.

Ricard – Reiss – Casanave © Futuropolis – 2013
Ricard – Reiss – Casanave © Futuropolis – 2013

Toutefois, l’atmosphère de l’album n’est pas noire et n’est pas triste. On apprécie toute la technicité du dessinateur qui permet à deux ambiances narratives de cohabiter de manière naturelle. Ses teintes sépia nous aident à garder cette forme de recul nécessaire à avoir durant la lecture, à « entendre » les propos qui y sont tenus nous invitant ouvertement à réfléchir sur les conditions de détention, les absurdité du système judiciaire et carcéral (que Sylvain Ricard avait déjà abordé dans 20 ans ferme). Une maîtrise graphique qui porte le récit et lui donne de la profondeur. Elle permet enfin au lecteur d’apprécier l’ironie de certains propos, de percevoir la flamme qui anime ces hommes, de ressentir leurs émotions, leurs douleurs et la force de caractère de cet homme… et d’accueillir sans ambiguïté les pointes d’humour contenues dans le témoignage.

PictoOKPictoOKSuperbe album lu pratiquement d’une traite et qui force à réfléchir sur l’enfer des prisons. Les mauvais traitements sont le pain quotidien ces prisonniers politiques de l’époque et cette chasse aux sorcières engagées contre les opposants au Parti en place est mesquine et sordide. Une sempiternelle question revient : pourquoi ?

Chrònis Missios fut incarcéré de 1946 à 1962 et de 1967 à 1973 et mourut en 2012, sans voir l’aboutissement de cet ouvrage qui lui est dédié.

Les chroniques de Jean-Loup (CoinBD), Philippe Guillaume (BDsphère), Jean-Bernard Vanier (PlanèteBD).

Extrait :

« Il n’y a pas de solitude plus amère que le petit tas de fringues du fusillés » (Toi au moins, tu es mort avant).

Du côté des challenges :

Le tour du monde en 8 ans : Grèce

Challenge Histoire : la chasse aux sorcières réalisées en Grèce au lendemain de la seconde Guerre mondiale

Challenge TourDuMonde Histoire

Toi au moins, tu es mort avant

Adaptation du roman autobiographique de Chrònis Missios

Editeur : Futuropolis

Dessinateur : Daniel CASANAVE

Scénaristes : Sylvain RICARD & Myrto REISS

Dépôt légal : avril 2013

ISBN : 978-2-7548-0355-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toi au moins, tu es mort avant – Ricard – Reiss – Casanave © Futuropolis – 2013