Infinity 8, tome 5 (Trondheim & Mourier & De Felici)

Trondheim – Mourier – De Felici © Rue de Sèvres – 2017

Elle est jeune, dynamique, a un gout prononcé pour l’humour, une bonne dose de répartie. L’agent Ann Nunurta est le cinquième agent appelé par le Capitaine du vaisseau de croisière l’Infinity 8. Capable de manipuler le temps, le Capitaine peut créer des boucles temporelles de 8 heures et, au terme de ce laps de temps, décider de laisser faire le fil des choses ou de réinitialiser la boucle et reprendre 8 heures en arrières. Il ne peut pas enclencher plus de 8 boucles successives et l’agent Ann Nunurta est missionnée pour la cinquième boucle temporelle.
Le contexte : « l’YSS Infinity a été contraint de s’arrêter. Face à lui, un obstacle de la taille du système solaire l’empêche de progresser. (…) cet obstacle gigantesque est une nécropole composée de milliers de débris en rapport avec la mort (cercueils, mausolées, …) » (extrait de ma chronique du tome 3).
Sa mission : tenter de comprendre qui est à l’origine de cet obstacle et quelles sont leurs intentions.

Lewis Trondheim supervise et mouille sa chemise sur chaque tome de la série. Il est aussi à l’origine du projet « Infinity 8 » et c’est autour de lui que s’organise les différentes équipes d’auteurs penchées sur chaque tome (Zep et Dominique Bertail pour le tome 1, Olivier Vatine qui co-scénarise et dessine le tome 2, Fabien Vehlmann et Olivier Balez sur le tome 3 et enfin pour le quatrième tome : Kris et Martin Trystram). Pour le cinquième tome, c’est Davy Mourier qui se penche sur le scénario. Pour mener à bien l’album, il fait équipe avec le dessinateur italien Lorenzo De Felici. Exit les hippies du tome précédent (que l’on verra d’ailleurs passer dans cette nouvelle histoire) et bonjour… les zombies ! Gueules puantes, viscères pendantes et maquillés à la truelle avec une bonne couche de fond de teint vert, ils sortent de partout bien décidés à croquer de la chair fraiche.

Malgré la panique qu’ils sèment dans l’intrigue, les auteurs ne perdent jamais de vue leur fil et l’histoire avance, faisant progresser à son tour l’enquête d’investigation plus large qu’a lancée le Capitaine de l’Infinity.

Pour autant ce tome est loin d’être mon préféré dans la série. Je l’ai trouvé un peu plus mou que les autres (et pourtant il ne manque pas de panache !). Les bonus de l’album sont l’occasion d’apprendre que ce tome a été le premier de la série à être scénarisé mais sans savoir à quel moment il serait placé. Il trouve finalement sa place en tant que cinquième opus de cette saga de science-fiction. Agréable, divertissant… me tarde la parution des tomes suivants. De celui-ci en revanche, je ne suis pas certaine de garder grand-chose.

Infinity 8

Tome 5 : Le jour de l’Apocalypse
Série en cours
Editeur : Rue de Sèvres
Scénaristes : Lewis TRONDHEIM & Davy MOURIER
Dessinateur : Lorenzo DE FELICI
Dépôt légal : septembre 2017
92 pages, 17 euros, ISBN : 978-2-36981-266-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Infinity 8, tome 5 – Trondheim – Mourier – De Felici © Rue de Sèvres – 2017