Les ensembles contraires, tome 2 (Kris & Eric T & Nicoby)

Les Ensembles contraires, tome 2
Kris – Eric T – Nicoby © Futuropolis – 2009

A la fin du premier tome, Éric avait pris la décision de s’installer à Brest. La mère d’Éric sombre lentement dans l’alcool depuis le décès de son époux, Éric a donc pris la décision de prendre son indépendance et de se rapprocher géographiquement de Christophe. Il trouve un hébergement en FJT, s’inscrit dans une nouvelle formation professionnelle pendant que Christophe fait ses premiers pas à la FAC.

C’est la période des fêtes, les derniers moments d’insouciance avant l’entrée dans « l’âge adulte ». Pendant que Christophe profite pleinement de sa vie estudiantine, Éric se mure dans un mutisme et une rancœur à l’égard des autres.

L’alchimie (récit/ambiances graphiques) du premier tome se prolonge et on savoure pleinement l’harmonie qui se dégage de l’ensemble.

Graphiquement, on retrouve la même trame bien que les couleurs soient un peu plus ternes, en écho au fait que les personnages principaux mûrissent, perdent lentement leurs insouciances et leurs idéaux d’adolescents. Un contraste de teintes assez marqué entre les « espaces planches » de Kris (Fac, plaisir, tissu relationnel important, fort investissement associatif) et ceux d’Eric (dépression, précarité, isolement, FJT).

On continue donc le petit voyage entamé dans le premier tome, la découverte du récit d’une amitié, avec ses hauts et ses bas, de confidences en rigolades, déceptions, ambitions… Un album plus chantant que le premier volet ou en tout cas, la présence de refrains que je reconnais mieux : Tri Yann, Gainsbourg (Le poinçonneur des lilas)… Un univers dans lequel le lecteur bénéficie à 100% de la chaleur de leurs nombreuses retrouvailles… un regard poignant sur les difficultés d’Éric sans que jamais le pathos ne vienne émailler le récit.

PictoOKPictoOKJe n’en étais pas loin au premier tome et je l’annonce donc officiellement : Coup de cœur BD ^^ Ce qui explique la difficulté que j’ai de vous parler  avec justesse de l’album (comme à chaque fois… toujours la même rengaine de Fée… désolée ^^). Je vous conseille donc de vous lancer dans la série… je pourrais ainsi vous lire sur l’accueil que vous lui avez réservé et j’en suis sure, vous en parlerez mieux que moi ^^

Je vous guide également vers la chronique rédigée par Lo sur ce second album et vers la page Facebook de Kris.

Une lecture que je partage avec les BD du mercredi de Mango.

Extraits :

« La liberté ne s’use pas quand on s’en sert » (Les Ensembles contraires, tome 2).

« La tendresse des solitaires, des nuits sans fin et des matins vagues. quand la vie nous laisse à poil, on se fringue des moindres riens » (Les Ensembles contraires, tome 2).

Les Ensembles Contraires

Deuxième Partie

Série en cours (?)

Éditeur : Futuropolis

Dessinateur : NICOBY

Scénaristes : KRIS & Éric T

Dépôt légal : septembre 2009

ISBN : 9782754802994

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les ensembles contraires, tome 2 – Kris – Eric T – Nicoby © Futuropolis – 2009

Les Ensembles contraires, tome 1 (Kris & Eric T & Nicoby)

Les ensembles contraires, tome 1
Kris – Eric T – Nicoby © Futuropolis – mai 2008

Nous sommes à Brest, en automne 1989.

A 17 ans, Christophe est un jeune homme réservé. Il poursuit sa scolarité dans le cursus général après avoir redoublé sa 3ème. Il joue au ping-pong en club depuis 2 ans et se débrouille plutôt bien. Un ami lui présente alors Éric, au cours d’un match auquel il est venu assister. Ils ont pratiquement le même âge et peu de points en commun si ce n’est le ping-pong. Ils se quittent d’ailleurs sans se laisser leurs coordonnées respectives ni la possibilité de se revoir.

Quelques mois plus tard, nouvelle rencontre entre les deux adolescents. Christophe est maintenant en 1ère B et Éric a du opter pour « une voie de garage » le concernant : un CAP couture. Étonnement, fous rires de Christophe qui imagine mal Éric derrière une machine à coudre… encore moins avec un fer-à-repasser à la main…

C’est le début d’une longue amitié.

Avant de vous parler de l’album, je voudrais vous parler de l’objet. A première vue rien d’original : un format 20/27, une couverture rigide et cartonnée et 186 planches d’une lecture attendue et sans cesse repoussée. Un bel objet qui, quand on le feuillette, promet d’être très accueillant. C’est Lo qui m’a donné envie de me plonger dans cette série… j’étais donc assez confiante quant à cette lecture.

En préface, une invitation à la lecture avec ce texte signé par les deux scénaristes dont voici un extrait :

« C’est une histoire «vraie». Autant que peut l’être un récit raconté de façon totalement subjective, à quinze ans de distance, par les deux bouts de la lorgnette. (…) Certains nous ont laissé de belles traces, d’autres des salissures indélébiles. Quelques-une ont cumulé les deux. Certains n’ont fait qu’un passage éclair dans notre vie, d’autres nous supportent encore au quotidien. Quelques-uns sont partis, revenus puis repartis de nouveau et peut-être reviendront-ils encore. Pardon à tous ceux que nous exposons ici mais il s’agit de notre histoire et ils l’ont traversée d’une manière ou d’une autre. Il était donc indispensable que le lecteur en soit prévenu : ce n’est pas une fiction. Pas une histoire extraordinaire non plus. Juste le quotidien de deux types qui ne se sont pas cherchés, mais se sont néanmoins trouvés. Pour le meilleur et pour le meilleur encore à venir ».

Ce n’est pas le récit qui m’a charmée en premier, mais bel et bien les dessins de NICOBY. Il a créé différentes ambiances permettant tour à tour à KRIS et ERIC T. de prendre la parole sans que la trame générale du récit ne perde en fluidité. Le premier à s’exprimer sera Christophe, il nous invite doucement à entrer dans leur monde et à partager leurs souvenirs. Sa voix-off est matérialisée par des fonds de case d’un agréable violet pastel et, rapidement, nous découvrirons ceux d’Éric sur fond jaune. On voyage également entre des ambiances chaleureuses teintes de jaunes-ocres pour la période la plus ancienne correspondant au début de leur amitié (1989 – 1992) et des ambiances teintes de vert/noir pour la période la plus actuelle (1994) où seul Éric a les rennes de la voix-off. Le travail de Nicoby est impressionnant car il nous guide réellement… graphiquement : c’est très réussi ! Et pourtant, ce ne devait pas être chose simple de parvenir à matérialiser visuellement voix-off d’Eric/voix-off de Kris, passé/présent…

Quant au récit, la sincérité et la spontanéité avec lesquelles Kris et Éric témoignent de leur expérience sont assez troublantes. Troublant au point que j’ai ressenti une petite gêne, à certains moments, de savoir que deux « inconnus » se dévoilent à cœur ouvert, le genre de ressenti que j’avais eu à la lecture de Pourquoi j’ai tué Pierre ou encore à la lecture de Pilules Bleues. On se laisse rapidement porter par cet album, entre amitiés, vacances, premiers flirts, examens, maladie du père de Kris… Les 186 planches sont passées sous mes yeux sans réellement que je m’en aperçoive, si ce n’est à la fin, au moment de refermer ce livre et de me rendre compte que Chris et Éric me manquaient déjà…

PictoOKUn récit autobiographique touchant, l’histoire d’une amitié sincère. Je ne suis pas très loin du « coup de cœur », il me manque juste un petit « je ne sais quoi ».

La série est en cours, le tome 2 est sorti en septembre 2009… je vous en parlerais certainement. A suivre…

Une lecture que je partage dans les BD du mercredi de Mango.

Les ensembles contraires

Première partie

Série en cours

Éditeur : Futuropolis

Dessinateur : NICOBY

Scénaristes : KRIS & Eric T

Dépôt légal : mai 2008

ISBN : 9782754801430

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les ensembles contraires, tome 1 – Kris – Éric T – Nicoby © Futuropolis – 2008