L’Album de l’année (Fabcaro)

Une année. 365 jours. 365 cases… une case pour un jour… une logique implacable…

Juste avant de sortir cet album, Fabcaro avait entrepris de visiter son enfance en la vitriolant de-ci de-là d’absurde, en la saupoudrant d’un sentimentalisme parfois un peu grinçant (mais délicieux) et en l’arrosant d’une grosse louche (que dis-je ! d’une marmite !) d’humour (comme il sait si bien le faire). Cette trilogie de l’enfance est regroupée dans l’intégrale « Steak it easy » [et qui compile donc Le steak haché de Damoclès, Droit dans le mûr et Like a steak machine].

« Semaine 1 – 1er-4 janvier 2009. Janvier sous la neige, gastro en Norvège. »

Fabcaro © La Cafetière – 2011

Changement de registre ici bien qu’il continue à parler d’un sujet qu’il (ne) semble (pas) toujours maitriser : lui-même.

Pour l’occasion, on plonge dans son quotidien (sur lequel il reviendra en 2017 avec « Pause » ).

« Semaine 16 – 13-19 avril 2009. Entre l’arbre et l’écorce va la cruche à l’eau qu’à la fin. »

Voici donc une éphéméride à la sauce Fabcaro. Pas de sensationnel. Du quotidien pur et dur déformé avec une loupe un peu sarcastique, un peu dépitée, un peu ironique. Pour chaque jour, un « temps fort » de la journée est illustré. On y retrouve un brin de jardinage, un apéro chez les voisins, la déprime amoureuse de sa grande fille, un essai de vélo sans les petites roues pour sa cadette, une recherche internet, une drôle de réflexion métaphysique et foison de pensées existentielles d’auteur/de père/de fils/d’homme…, un poil de bricolage, un air de musique, un instant de complicité, une bouffée d’hypocondrie, un tour en voiture, un relent de nostalgie, une virée au supermarché, une séance de dédicace à un festival BD… Du tout, du rien. Du rire… toujours.

« Semaine 32. 3-9 août 2009. En août, fais ce qu’il te plout. »

Chaque semaine est affublée d’un dicton farfelu, d’un autoportrait faisait apparaitre l’auteur à sa table de dessin… en train de réfléchir à la vignette à réaliser pour le jour. Beaucoup d’autodérision dans cet album sans prétention. Les jours s’égrènent, chapelet d’anecdotes banales et loufoques… et toujours cette capacité folle à jouer du comique de situation.

« Semaine 47. 16-22 novembre 2009. Une fois n’est pas coutume, mais elle y contribue. »

Ça détend. C’est plaisant, vraiment divertissant… du moins c’est un humour qui me plaît beaucoup et dans lequel je me retrouve.

Il y a d’autres excellents albums de Fabcaro sur le blog, à vous de les trouver : Carnet du Pérou, Zaï Zaï Zaï Zaï, La Bredoute, -20% sur l’esprit de la forêt, Talk show, Et si l’amour c’était aimer ?, Amour, Passion & CX Diesel, Hey June.

Un petit album déridant que je partage à l’occasion de « La BD de la semaine » ; le rendez-vous est donné aujourd’hui chez Moka.

L’Album de l’année (one shot)

Editeur : La Cafetière

Dessinateur & Scénariste : FABCARO

Dépôt légal : avril 2011 / 56 pages / 10,50 euros

ISBN : 978-2-84774-018-9

Hey June (Fabcaro & Evemarie)

Fabcaro – Evemarie © Guy Delcourt Productions – 2020

Elle a trente ans. Elle est célibataire, pleine de vie avec un penchant asocial. Elle aime les Beatles, est illustratrice et s’apprête à vivre une journée parmi tant d’autres. Elle est capricieuse, elle ronchonne. Un peu j’m’en-foutiste, loseuse sur les bords, elle pose un regard corrosif sur sa vie et fait preuve qu’une grande auto-dérision. « Hey June » nous fait vivre vingt-quatre heure de la vie de June, alter-ego de papier d’Evemarie. Du réveil au coucher… une journée ordinairement drôle et étrangement banale.

« Elle traverse sa journée comme un Beatles traverse la route, sans regarder et avec assurance, même si elle ne va nulle part. » (extrait du synopsis éditeur)

Une lecture commune que j’ai l’immense plaisir de partager avec un duo de choc : Noukette et Jérôme. Et ce serait dommage de ne pas faire une pierre deux coups !! Je profite de cet article pour venir me coller tout contre les participants de la « BD de la semaine » et cela faisait rudement longtemps, et cela fait rudement du bien de les retrouver (même si, soyons honnêtes, je ne suis pas certaine d’être hyper régulière cette année encore) !!

Au scénario, le génialissime Fabcaro qui reprend, pour le coup, la recette de base qu’il avait utilisée pour « ParapléJack » à savoir de consacrer à chaque page un gag en trois cases… Emballé c’est pesé, la blague est expédiée, réduite à son extrême : mise en situation, action et dénouement. Habillé ainsi de son plus simple appareil, le sketch va à l’essentiel. Le scénario pince la corde d’un cynisme désabusé tout en jouant les notes d’une partition humoristique.

Hey June – Fabcaro – Evemarie © Guy Delcourt Productions – 2020

Le sujet en lui-même semble narrer le quotidien de sa collaboratrice – et illustratrice de l’album – Evemarie. Entre ses rêveries complètement loufoques et ses râleries permanentes quant à (en vrac) son célibat/ses boulots de commande/son manque d’inspiration/les exigences des éditeurs/les dead-line/les voisins/l’éternel arrêt de la clope/l’éternelle reprise de la clope/l’éternel manque de clope/les copines et leurs mélodrames amoureux… June-Evemarie navigue à vue dans cet espace aux frontières floues, bordé de procrastination et d’obligations, de motivations et d’aquabonisme. « Hey June » n’ira pas au panthéon des ouvrages réalisés par Fabcaro car on l’a connu plus… inspiré. Pourtant, ce serait bigrement malhonnête de ne pas reconnaître qu’il y a quelques répliques bien placées et des chutes qui font mouche. Au final, l’album parvient à dérider même si le sujet en lui-même ne nous transcende pas.

Pour illustrer ces strips (dont tous portent le titre d’une chanson des Beatles), Evemarie tape dans la sobriété. Le dessin est efficace et fluide. Les personnages évoluent librement en premier plan tandis que les fonds de cases sont relativement dépouillés et la mise en couleurs est assez classique.

Un petit moment de lecture pas désagréable. Le must a été de faire cette lecture aux côtés de Noukette et Jérôme et je vous invite bien évidemment à lire leurs chroniques !

Sans compter les albums partagés par les participant.e.s de la « BD de la Semaine » . Allez faire un tour chez Stéphie pour découvrir la récolte du jour !

Hey June (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Pataquès

Dessinateur : EVEMARIE / Scénariste : FABCARO

Dépôt légal : janvier 2020 / 104 pages / 9,95 euros

ISBN : 978-2-413-02249-7

Amour, passion & CX diesel

Fabcaro © Fluide Glacial – 2017

Quoi de mieux qu’une bonne saga familiale pour dénoncer de vrais sujets de société, sans tabous ni fioritures. Nous voici plongés dans l’intimité d’une famille qui pourrait être la nôtre, la vôtre.

Quand Cynthia a annoncé que Harold, son mari, était souffrant, le sujet de la succession a aussitôt agité leurs quatre enfants et conjoints, Brandon et son épouse Jessifer, Bill, Pamela et son mari Tony, et Jean-Mortens.
Et notamment la question qui brûle toutes les lèvres : qui va hériter de la CX diesel que tous convoitent ?

La famille Gonzalès n’est pas épargnée par la cruauté de la vie. Elle rencontre des problématiques susceptibles de toucher tous les foyers. Chômage. Stérilité. Jalousie. Adultère. Homosexualité. Rivalités fraternelles. Maladie. Adoption. Non-dits. Racisme. Coupe nuque longue. Parentalité. Dépression. Secrets de famille. Vieillissement. Deshéritage. Manipulation psychologique. Alcoolisme….

Oui, mais voilà….. dans l’univers de Fabcaro, l’enfant adopté doit être assorti à la tapisserie de la cuisine, la chirurgie esthétique est presque, presque réussie, le coming-out, lui, est totalement foiré, le corbeau signe ses lettres de menace, le nouveau-né met tout le monde mal à l’aise… et une rutilante CX diesel, fleuron du luxe et de la technologie, dort dans le garage.

Tous les coups sont permis pour hériter de la CX paternelle, surtout les plus bas !

La saga se déroule en 3 saisons, le rythme est effréné et l’effet huit-clos fait monter la pression à merveille. C’est burlesque, barré à souhait comme j’aime ! Le passage de personnages secondaires hauts en couleur empêche l’essoufflement et renforce la (dé)cohésion entre héritiers.

L’ambiance est fidèle à l’univers complètement décalé de Zai Zai Zai Zai, Et si l’amour c’était aimer etc. Le foulage d’abdos est garanti, si si promis !

La force de cet album, c’est que ce n’est pas une simple caricature, ça va au-delà ; c’est une caricature de l’absurde, porté au 18e degré. Le choix du dessin anthropomorphique y fait beaucoup comme explique James dans le making-of, il apporte en effet une plus-value et met en valeur le scénario. C’est peut-être le petit + qui manquait à Talk Show de Fabcaro.

Des personnages loufoques, des problématiques contemporaines, le trait grossi à l’extrême font que le résultat tourne au génie !

Alors foncez, laissez-vous embarquer par cette saga, délectez-vous des malheurs des Gonzales et… ne manquez pas cette formidable occasion de vous sculpter des abdos de rêve pour cet été!

Pour ma part, j’y retourne !

Scénario: Fabcaro
Dessin: James
Couleurs: Bengrrr
Édition intégrale Fluide Glacial 2017

(1ère saison éditée en 2011, 2e en 2012, 3e en 2014)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Amour, Passion & CX Diesel – Fabcaro © Fluide Glacial – 2017

 

Et si l’amour c’était aimer ? (Fabcaro)

Fabcaro © Six Pieds sous Terre – 2017

Depuis que le monde existe, les coups de foudre n’ont jamais eu la délicatesse de nous appeler pour nous prévenir de leur arrivée. Alors pourquoi cela aurait-il été différent entre Sandrine – gentille petite femme au foyer jusque-là éprise de Henri (dirigeant d’une start-up) – et Michel – beau latino livreur de macédoine qui attend son heure de gloire (car Michel est artiste).
La passion dévore très vite Sandrine et Michel. Très vite, les seules livraisons de macédoine (dont Henri raffole) ne suffisent plus aux deux amants, ni les brèves rencontres pendant la journée, encore moins les nombreux coups de fils que les amants s’échangent. Car très vite, ils se disent tout ; du cousin qui « je vous jure ! » n’aime pas le reggae, du frère jumeau mort-né, de l’ex qui travaille à Nature & Découvertes

Peu à peu s’installait cette sensation exaltante et surnaturelle que leur lien préexistait avant eux, qu’ils se connaissaient depuis la nuit des temps, que leur histoire avait débuté dans une autre vie, un autre lieu, peut-être au fin fond de la Russie, un bel amour slave, aussi mélancolique qu’immortel…

Malheureusement pour eux – et heureusement pour nous – Sandrine et Michel ne vivent pas sur une ile isolée, encore moins dans un lieu paradisiaque. Autour d’eux, la société et pire encore, les gens qui l’habitent. Rumeur, hypocrisie, jalousie, vengeance vont couver à bas bruit, bruisser, s’agiter… l’existence de la liaison de Sandrine arrive fatalement aux oreilles de son mari… tandis qu’au même moment, Michel aimerait que leur relation prenne une autre tournure… mais…

– Sandrine, quand allez-vous quitter votre mari ?
– Michel, ça n’est pas si simple… On a le crédit de la Mercedes, un Plan Epargne Logement à La Poste, et puis… j’ai peur de faire souffrir les enfants…
– Les enfants ?? Mais vous n’en avez pas…
– Oui non mais les enfants en général je veux dire.
– Qu’importe, je vous attendrai le temps qu’il faudra…
– Oui, on a l’éternité devant nous.
– Ah… moi je pensais plutôt à genre 15 jours…
– Moi aussi je brûle d’impatience, mais notre histoire est inéluctable, nous sommes liés, rien ne pourra jamais se mettre en travers de notre amour…
– Sandrine… Je nous vois déjà dans les allées d’IKEA en train de noter des références de tables basses…
– Michel, on se fait du mal.

Vous l’avez compris, c’est totalement loufoque, fabuleusement barré et vraiment bien vu. Fabcaro nous tend la main une nouvelle fois pour nous faire entrer dans son univers moqueur où le fait de ne pas avoir su soi sa carte de fidélité est un délit, où « celui qui laisse tomber son morceau de pain dans la fondue sent le cul de Josiane ! » , où Marie-José Aline fabrique (et vend) « des maquettes de tanks en peaux de clémentines » … où les nombreuses références musicales font le bonheur des fans des années 80 (quasi dans chaque album)… et j’en passe.

Je t’aime. Un peu. Beaucoup. Passionnément… Cette fois, l’auteur épétale une fleur de pissenlit… rien d’impossible là-dedans me direz-vous sauf qu’un pissenlit a tout de même pas mal de petites pétales et que les choses auraient été plus faciles à Fabcaro n’avait ce penchant à se laisser distraire par la première association d’idées qui passe. Du coup, il perd un peu le Nord, le retrouve et le perd de nouveau… et nous, on se marre !

Le scénario surprend à chaque page. Les personnages lâchent dans l’air des répliques absolument hallucinantes et absurdes. Les répliques et les scènes de l’album sont aussi impensables qu’explicites. L’effet comique fonctionne à chaque fois pour peu qu’on aime cet humour braque.

Les chroniques de Jérôme, Noukette, Sabine et Khadie.

Les autres albums de Fabcaro sur le blog.

Et si l’amour c’était aimer ?

One shot
Editeur : 6 Pieds sous Terre
Collection : Monotrème
Dessinateur / Scénariste : FABCARO
Dépôt légal : novembre 2017
51 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-35212-135-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et si l’amour c’était aimer ? – Fabcaro © Six Pieds sous Terre – 2017

Talk show (Fabcaro)

Fabcaro © Vide Cocagne – 2015

Il a une phobie des bunkers mais il n’en a jamais vu. Il collectionne les apéricubes mais il lui manque celui au « gout olive ». Elle participe aux activités d’une association chaque après-midi mais elle s’y ennuie. Elle est une fervente militante de la première heure et bien décidée à empêcher les mariages avec des aspirateurs de piscine. Il connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui connait… quelqu’un qui a lu un article sur quelqu’un qui s’est fait enlever par les extra-terrestres…

La présentatrice de « Talk show » est blonde et maquillée comme une voiture volée. Elle a un goût certain pour le sensationnel, le scoop rare, le buzz, la recherche de l’effet… Pendant l’émission télévisée, elle a le nez collé à ses petites fiches qui contiennent parfois des informations erronées mais tout n’est qu’une question de point de vue. Elle est là pour énoncer la sensationnelle vérité dont elle n’est jamais très loin puisque là encore, tout n’est qu’une question de point de vue. Des phobiques, des stars dans leur commune, des passionnés, des dubitatifs, des originaux… des gens qui se cherchent et qui atterrissent sur le siège de l’interviewé par on ne sait quel miracle (oui, parce que pour la grande majorité, leur présence est pour le moins saugrenue).

La speakerine est toujours prête à défendre la veuve et l’orphelin pour des causes reconnues d’utilité publique à une échelle microscopique (généralement celle d’un unique individu). Toujours prête à dénoncer les injustices : la crise, les migrants, l’Europe…

Aujourd’hui je reçois…

Des gags d’une page à la morale parfois douteuse mais qui prête à sourire. Au lecteur d’en tirer ses propres conclusions. Fabcaro propose une critique cinglante et loufoque des médias, un univers absurde et drôle. Au rythme d’un sketch par page, le format à l’italienne permet de déplier ces situations cocasses en huit cases.

Côté ambiance, je ne vois pas mieux que de faire la comparaison avec les Deschiens. Dos légèrement voûtés, les personnages n’en ont que faire de la mode vestimentaire et semblent avoir sauté dans les premières fringues qu’ils avaient à portée de main. Le cheveu tantôt absent tantôt ébouriffé, tantôt permanenté tantôt gominé, peut-être gras, souvent « savamment » arrangé. Qu’importe l’apparence, ces individus viennent là pour apporter un témoignage capital, crucial… inédit !

Pour ma part, tout ne m’a pas fait sourire mais les grincements de dents provoqués par ces gags font un bruit délicieux. J’ai passé un très bon moment en compagnie de ce petit livre.

Talk Show

One shot
Editeur : Vide Cocagne
Collection : Alimentation générale
Dessinateur / Scénariste : FABCARO
Dépôt légal : mai 2015
56 pages, 14,50 euros, ISBN : 979-10-90425-63-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Talk show – Fabcaro © Vide Cocagne – 2015

Pause (Fabcaro)

Fabcaro © La Cafetière – 2017

Comment rebondir après le succès de « Zaï Zaï Zaï Zaï » ? Comment parvenir à réaliser un album qui soit aussi bien accueilli par le public, qui soit aussi percutant en termes de contenu… ? Comment faire quand la page blanche vous renvoie chaque jour son vide intersidéral ?

Fabcaro est livré à lui-même et n’a plus aucun garde-fou. Le public est conquis, les éditeurs lui donnent carte blanche et que le sujet qu’il propose soit totalement loufoque ou on ne peut plus sérieux, il est désormais en roue libre. Un excès de confiance dont il devrait se réjouir et pourtant, cela a sur lui l’effet inverse… Il cherche et tente de forcer les idées de scénario à sortir mais il ne peut constater que rien ne vient. A croire que le succès de son dernier album l’a pris de court et que la consécration artistique ne fait que renforcer ses angoisses.

Habitué de l’autobio (« Steak it easy », « Carnet du Pérou »…), il donne pourtant l’impression d’arriver au bout de ce qu’il acceptait de raconter de lui-même et s’est entiché de l’effet de surprise provoqué par « Zaï Zaï Zaï Zaï ». Quoi de plus normal que de vouloir retrouver ce plaisir d’inventer une intrigue de toutes pièces ? Quoi de plus grisant de se laisser porter par les rebondissements – versant par ailleurs dans une critique piquante de la société de consommation et de ses travers – qu’il était parvenu à inventer.

Rebondir … mmhh… pas évident.

– Et si l’inspiration revenait pas ? T’y as pensé ?
– Ah Ah, t’es fou ça revient toujours ça…

Pause – Fabcaro © La Cafetière – 2017

Page blanche. Trouver un sujet à attraper, pas de thème, pas de trame, foutraque et foutoir, il cherche, creuse, cherche un os à ronger, n’en trouve pas, en trouve un et le laisse, tente, cherche… hésite. Ce qui au final donne lieu à un album hybride proposant une succession d’anecdotes du quotidien entrecoupées d’idées plus ou moins fructueuses, plus ou moins subtiles… d’idées fantaisistes qui ne l’intéresse parfois pas.

C’est plutôt une sorte de carnet de route de cette période un peu flottante…

Un album très agréable à lire et malgré les difficultés rencontrées par Fabcaro, il y a ici une bonne humeur dont on profite à chaque instant. L’autodérision est le meilleur moyen de contourner le problème et bien que l’auteur semble conclure qu’il n’a plus rien à dire… ce n’est pas l’impression qui domine en sortant de cette lecture.

Noukette a bien aimé également ; je vous laisse lire sa chronique.

Pause

One shot
Editeur : La Cafetière
Collection : Corazon
Dessinateur / Scénariste : FABCARO
Dépôt légal : avril 2017
64 pages, 13 euros, ISBN : 978-2-84774-025-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pause – Fabcaro © La Cafetière – 2017

La « BD de la semaine » est aussi chez :

Noukette :                                 Enna :                                        Enna :

Mylène :                                  Jérôme :                                   Blandine :

Sabine :                                Amandine :                                 Antigone :

Natiora :                                Gambadou :                                   Hélène :

Ludo :                                        Laeti :                                         Sophie :

Jacques :                                   Caro :                                      Karine :

Fanny :                                    Faelys :                                       Bouma :

EstelleCalim :                              Soukee :

.