Alcibiade (Farnos)

Farnos © La Joie de Lire – 2015
Farnos © La Joie de Lire – 2015

Alcibiade est encore un enfant lorsqu’il fait son baluchon et entreprend un voyage qui le conduira toujours plus à l’Est. Il a décidé d’aller voir le Grand Sage pour que ce dernier lui prédise quel sera son destin. Ce qu’Alcibiade ne sait pas, c’est que sa route sera longue est semée d’embûches.

Lors de sa quête, il rencontre brigands et créatures fantastiques, des individus qui deviendront ses amis et lui fourniront de précieux conseils pour affronter les dangers qui l’attendent.

Tout a commencé en novembre 2015 lorsque Gilles Labruyère me contacte après avoir visité le Bar à BD. Surprenante et agréable démarche d’un auteur qui m’invite à l’échange non pas pour que je présente son travail… non… mais me recommande la lecture d’Alcibiade. « Modeste, inventif, doux, prenant… » me dit-il. En quelques clics je visite son blog puis m’empresse de trouver des informations sur cette pépite que l’on me conseille de découvrir. Démarche atypique, spontanée, surprenante… Puis, quelques autres clics sont nécessaires pour découvrir le site de Rémi Farnos, l’univers « Alcibiade », les planches… Je suis intriguée et convaincue que la lecture est à tenter et je profite d’Angoulême, de ce rythme entraînant et du fait que Noukette et Framboise ont aussi décidé de se le procurer. L’attente ensuite, celle-là même qui est nécessaire pour que l’album traverse la France et tombe entre les mains de Jérôme. La lecture commune était une évidence.

Je suis partie confiante, j’ai emboîté le pas d’Alcibiade sans aucune appréhension. Son petit baluchon ne semblait pas bien lourd, il partait le cœur léger, convaincu par le bien-fondé de sa quête. Le voyage quant à lui semblait être une entreprise colossale vu son jeune âge, son manque d’expérience. Très tôt, le premier obstacle se présente en la personne d’un brigand qui souhaite le détrousser. Heureusement, un bon samaritain passe par là et tire le petit Alcibiade de ce mauvais pas. L’ouvrage est court puisqu’il ne compte que 36 pages pourtant, le lecteur a tout le temps de savourer cette épopée. En utilisant un découpage classique en gaufrier, Rémi Farnos nous oblige à scruter chaque case puisque celles-ci sont petites, quatre vignettes par bande, cinq bandes par page. Tout y semble minuscule. En scrutant, on s’immisce davantage dans l’univers. On imagine le courage de cet enfant audacieux qui, inconscient des dangers, risque sa vie pour réaliser son rêve. Courageux car si l’on en croit l’histoire de son homonyme, on se dit que ce prénom est propice à décupler les forces.

Au long de sa quête, Alcibiade va mûrir, s’aguerrir. Rémi Farnos accompagne le lecteur dans cette quête identitaire, l’invite au voyage ; pour se faire, l’auteur nous guide à l’aide des coloris de l’album qui changent à chaque fois que l’on tourne une page. L’enfant tire leçons de ses erreurs, lie des amitiés notamment avec un vautour qui sera à la fois son compagnon de route, son confident et son ami. Les épreuves sont nombreuses comme ce minotaure furibond qui les attend à la sortie d’un labyrinthe, ou ce colosse quiconque le croise de franchir la frontière qu’il garde, ou bien encore ce géant qui répond au nom d’Hannibal et qui semble bien décidé à en découdre avec Alcibiade.

PictoOKDans cet univers médiéval où les animaux sont dotés de la parole, il n’est pas surprenant de croiser des êtres chimériques (issus de la mythologie ou de références littéraires plus récentes). Le plus surprenant, pour le lecteur, est la nécessité de changer ses habitudes de lecture, de suivre les mouvements du jeune héros qui se balade naturellement sur la planche, la traverse en diagonale puis remonte d’une ligne comme il remonterait un sentier sinueux. Très joli, drôle et touchant, je n’ai pu m’empêcher de comparer cette dynamique narrative à celle des « Trois Chemins » (Lewis Trondheim & Sergio Garcia).

Petit Ulysse qui fait un long voyage s’en retournera-t-il plein d’usage et raison, vivre entre ses parents le reste de son âge ? Bien que prévisible, le dénouement surprend le lecteur. Un bel album jeunesse à mettre entre les mains de tous les curieux.LABEL LectureCommune

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec Noukette et Jérôme !

Je remercie Gilles Labruyère pour son conseil de lecture et vous invite à lire la chronique de Lunch.

Alcibiade

One Shot

Editeur : La Joie de Lire

Collection : Somnambule

Dessinateur / Scénariste : Rémi FARNOS

Dépôt légal : août 2015

ISBN : 978-2-88908-288-9

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alcibiade – Farnos © La Joie de Lire – 2015