Revue Pierre Papier Chicon, numéro 1 (Collectif)

Couverture de David François pour le numéro 1 de Pierre Papier Chicon – Collectif © Pierre Papier Chicon – 2017
Couverture verso de David Périmony pour le premier numéro de Pierre Papier Chicon – Collectif © Pierre Papier Chicon – 2017

Premier volume d’une revue pour laquelle j’ai suivi l’avancée via les newsletters régulières. Un appel à la cotisation participative a permis de lever les fonds nécessaires à la finalisation du projet. Une belle équipe est derrière « Pierre Papier Chicon », une initiative picarde visant à ce que les auteurs locaux puissent « se réapproprier tous les maillons de la chaîne de fabrication du livre et donc se réapproprier leur métier ». L’idée est aussi d’afficher les couleurs picardes et de permettre aux lecteurs de Picardie et de Navarre de la (re)découvrir.

Le premier numéro nous propose deux histoires.

L’une est réalisée par David François (« Un homme de joie », « De briques et de sang »…). Elle met en scène le célèbre Lafleur, figure locale amiénoise. Une préface de l’auteur nous donne tous les éléments qui nous permettront ensuite de découvrir – en connaissance de cause. La légende Lafleur est née au XVIIème. A l’origine, le gars Lafleur était un valet. Très vite, Lafleur incarne l’humaniste, le résistant qui dénonce les humiliations faites à la classe populaire. Ce personnage est repris par le Théâtre amiénois cabotin. Sa marionnette incarne le héros qui refuse l’oppression « il dressait haut la révolte des humiliés, frappant à grand coups de pied le ventre de l’autorité. (…) il annonce la révolution qui rougit ». La nouvelle de David François – intitulée « Ch’Lafleur : Ene fricassée pour Papa Tchutchu » place Lafleur au cœur d’un récit qui se déroule au beau milieu du XVIIème siècle. On part dans les dédales des rues amiénoises aux côtés de Lafleur, homme entier, convivial et un peu porté sur la bouteille. Il montre un personnage spontané, gouailleur, déterminé. Une bonne louche de patois picard est versée dans les phylactères, ça pique un peu pour qui n’y est pas familiarisé mais un lexique viendra lever les incompréhensions. Le coup de pinceau de l’auteur est bien agréable et appuie sur le ton moqueur de cette succulente histoire. Le personnage est charismatique, il inspire la confiance, sait trouver les mots pour soulever les foules et dénoncer les injustices, les malveillances… Un esprit taquin enveloppe ce récit qui se termine sur un superbe clin d’œil à l’univers d’Astérix.

L’autre est réalisée par David Périmony qui réalise-là sa première bande dessinée. Il revient le temps de quelques pages sur la genèse de l’attachante et naïve Bécassine, un personnage qui a bercé ma jeunesse. Quel est le déclic qui a fait naître – dans l’imagination de Joseph Pinchon – ce personnage incontournable de l’univers du 9ème Art ? Une question qui sert de base à cette courte histoire qu’un texte de Camille Picard vient compléter. Il explique les premiers pas que Bécassine a fait dans « La Semaine de Suzette » puis montre comment l’héroïne de papier a su conquérir le cœur de ses lecteurs, allant jusqu’à « éclipser la notoriété de son créateur ».

Magnifique et succulent premier numéro de la revue picarde « Pierre Papier Chicon » tiré à 1500 exemplaires.

Un complément d’informations dans cet article d’Alexandra Oury, journaliste, qui était présente à la soirée de lancement de la revue.

Une lecture que je partage avec les lecteurs-trices des « BD de la semaine. On retrouve tous les liens du jour chez Noukette !

Pierre Papier Chicon

Numéro 1
Revue
Editeur : Pierre Papier Chicon
Dessinateurs / Scénaristes : David FRANÇOIS et David PERIMONY
Dépôt légal : mars 2017
28 pages, 7,50 euros, ISBN : 979-10-97369-00-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pierre Papier Chicon, numéro 1 – Collectif © Pierre Papier Chicon – 2017

Un homme de joie, tome 1 (Hautière & François)

François – Hautière © Casterman – 2015
François – Hautière © Casterman – 2015

« New-York, 1932.

Chassé d’Ukraine pas la Grande Famine orchestrée par Staline, Sacha Stasevytch Bujak débarque aux Etats-Unis. Il espère trouver rapidement un toit et de l’argent mais va très vite comprendre que l’Amérique n’est pas l’El Dorado qu’on lui avait décrit. Le pays peine à se remettre de la crise de 1929 et le travail manque. Deux rencontres providentielles feront bientôt basculer sa vie » (synopsis du quatrième de couverture).

Le duo Régis Hautière – David François se reforme à l’occasion de cette nouvelle série. En effet, par le passé, ils ont déjà eu l’opportunité de collaborer sur les univers de deux one shot (« De briques & de sang », « L’étrange affaire des corps sans vie ») et deux séries actuellement en cours (« La guerre des Lulus », « Pour tout l’or du monde »).

Comme à l’accoutumée, la collaboration entre ces deux auteurs recrée une ambiance d’une époque passée puisqu’elle nous plonge cette fois dans l’Amérique des années 1930. Une Amérique que l’on voit tout d’abord suspicieuse à l’égard de ceux qui souhaitent fouler son sol. Une Amérique farouche et dont on perçoit l’hostilité qu’elle nourrit à l’égard de celui qui souhaite s’y installer ; rien n’est prévu pour lui faciliter la tâche et sans aide extérieure, l’immigré s’épuise à trouver un logement, un emploi… Enfin, une Amérique dotée de ses propres codes sociaux qu’il s’agit d’intégrer pour pouvoir se frayer un chemin dans une jungle urbaine en perpétuelle construction.

L’identité d’une nation en devenir se dessine au jour le jour et l’afflux quotidien d’européens qui viennent chercher sur cette nouvelle terre influence constamment cette construction. C’est aussi le temps de la prohibition, le moment où l’Amérique tente de se relever de la crise économique de 1929, la période où les gratte-ciels sortent de terre, où la géographie de la ville est en mouvance permanente, où l’on va chercher la main-d’œuvre bon marché dans ces populations immigrées venues d’Europe… Régis Hautière fait revivre cette époque. Il montre avec brio la part de cruauté dont sont victimes les réfugiés européens qui ont tout quitté dans l’espoir d’une vie meilleure. Mais la réalité à laquelle ils se confrontent en arrivant à New-York les renvoie à la misère qu’ils pensaient fuir. Pourtant, son héros n’émet aucune critique et aucun jugement sur ce qu’il découvre. Loin de croire au rêve américain, il aspire à des choses simples et sait se contenter de peu. Une nouvelle fois, Régis Hautière offre à ses lecteurs la possibilité de côtoyer un homme modeste et altruiste.

David François l’épaule à l’aide de ses pinceaux, créant ainsi une ambiance graphique léchée et à laquelle il donne différentes atmosphères : les scènes diurnes – durant lesquelles le personnage principal évolue principalement sur les échafaudages des buildings – se gorgent de lumière tandis que le soir, lorsque Sacha sert de seconde main pour la mafia, les couleurs s’assombrissent et donnent ainsi l’impression que les rues new-yorkaises sont autant de coupes-gorges. La naïveté du personnage nous saute aux yeux à chaque page mais contre toute attente, cet homme parvient à bénéficier d’appuis inespérés. De fait, il ne se contente pas seulement de survivre puisqu’il parvient à subvenir à ses besoins et à progressivement trouver sa place dans la métropole américaine. Pour autant, le trait légèrement flou des illustrations rappelle sans cesse au lecteur qu’il est face à un personnage fragile, livré à lui-même et qui nous touche bien plus que l’on ne pouvait espérer. On ne peut s’empêcher de s’inquiéter quant à ce que l’avenir lui réserve.

PictoOKCertes, cette série présente un univers maintes et maintes fois visité pourtant, on investit rapidement le personnage et on le quitte à regret à la fin de ce premier tome. En espérant que la seconde partie du diptyque nous arrive vite car il me tarde de découvrir ce qui peut advenir.

LABEL LectureCommuneUne lecture commune que je partage avec Noukette et Jérôme.

La chronique de Moka et l’interview des auteurs sur Bulles picardes.

Un Homme de joie

Tome 1 : La ville monstre

Diptyque en cours

Editeur : Casterman

Dessinateur : David FRANCOIS

Scénariste : Régis HAUTIERE

Dépôt légal : avril 2015

ISBN : 978-2-203-07417-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un Homme de joie, tome 1 – François – Hautière © Casterman – 2015