Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée ! (Ben Kemoun & Lizano)

Ben Kemoun – Lizano © Des Ronds dans l’O – 2017

Le monde vu par les yeux d’un enfant. Quand la perception de son environnement passe par la perception de soi. Les enfants sont tous comme ça, ils perçoivent les choses mais ramènent tout à eux. Le visage fatigué de sa maman permet de parler de la nuit agitée car c’est celle qui précède la rentrée, celle où culmine ce mélange d’excitation à l’idée de retrouver les copines et d’appréhension parce que c’est aussi une séparation.

Un album jeunesse tout doux qui explique avec simplicité, avec des mots d’enfants, ce que c’est de grandir. Chaque rentrée scolaire est une nouvelle étape : un nouvel enseignant, de nouvelles habitudes, de nouveaux apprentissages. C’est aussi le plaisir de retrouver ses amis et, qui sait, l’occasion de s’en faire d’autre.

Le dessin rond et amusé de Marc Lizano invite très vite le jeune lecteur à se faire une place de choix dans l’album. L’identification est rapide, presque immédiate. Les couleurs sont ludiques, le trait va à l’essentiel et invite silencieusement le jeune lecteur à commenter l’histoire et à faire le parallèle avec sa propre expérience.

Au scénario, Hubert Ben Kemoun donne une belle place à cette fillette impatiente de retourner à l’école. De façon subtile, il introduit une autre dimension à son histoire et montre doucement à l’enfant lecteur que le parent aussi, à chaque rentrée scolaire, est balloté entre la fierté de voir son enfant grandir et une petite tristesse. Car à chaque étape de la vie, l’enfant gagne à chaque fois un peu d’autonomie et de fait, montre à ses parents qu’il n’a plus autant besoin de lui pour « affronter » le monde.

Une petite histoire qui se déroule sur un laps de temps très court, entre le moment du lever et le premier jour de la rentrée scolaire. En ce mois de septembre, voilà un album qui permet de parler de l’école et des nouveaux repères qui vont accompagner cette année scolaire.

A partir de 4-5 ans.

Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée !

One shot
Editeur : Des Ronds dans l’O
Collection : Des Ronds dans l’O Jeunesse
Dessinateur : Marc LIZANO
Scénariste : Hubert BEN KEMOUN
Dépôt légal : août 2017
32 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-37418-039-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée ! – Ben Kemoun – Lizano © Des Ronds dans l’O – 2017

Père et Fils (Ulf K. & Lizano)

Père et fils – Ulf K. – Lizano © La Gouttière – 2017
Père et fils – Lizano – Ulf K. © La Gouttière – 2017

« Une promenade au parc. Une partie de pêche. Un jeu de société. Avec un brin de magie et de complicité, il suffit d’un rien pour transformer le quotidien d’un père et son fils !
« Père et Fils », une bande dessinée muette, entre humour et tendresse, dans laquelle on suit les jeux et les instants de vie d’un père et son fils. Chaque planche propose une aventure, une saynète qui donne le sourire ! Cet ouvrage est un hommage au travail de Erich Ohser, qui a créé la série jeunesse allemande « Vater und Sohn » dans les années 30, une façon de revisiter cette série en l’ancrant dans notre monde contemporain. » (présentation de l’univers sur le site de l’éditeur).

Un album jeunesse dans lequel on est entré à pas feutrés. Sur la première de couverture, un dessin rond, net, mettant en avant des personnages joviaux, visiblement complices. Un père et son fils pris dans leur histoire imaginaire. Des rêveurs lunaires qui sont capable de faire abstraction du monde qui les entoure.

Les couleurs sont peu engageantes et cette couverture, je la trouve même assez austère. Il y a quelque chose de moderne dans le dessin de Ulf K. mais le cachet bleu-blanc-rouge-noir dénote. A l’intérieur de l’album, l’ambiance graphique me parle aussi peu. Le bleu nuit a disparu, laissant toute la place à une atmosphère piquante, tonique… peut-être un peu trop. Les saynètes racontent des petites tranches de vie dont on peut facilement en comprendre la morale.

Marc Lizano extrait la substance de ces instants qui font souvent écho avec notre propre expérience. Au scénario de cet album, Marc Lizano revisite l’univers créé par son compatriote Erich Ohser il y a près de 80 ans. Marc Lizano met les historiettes au gout du jour en y intégrant notamment télévision et console de jeux. Il montre de manière amusée les contradictions d’un père qui élève seul son fils. Les rôles sont inversés ou du moins, pas distribués de façon très tranchée. L’enfant se montre souvent plus mature et réfléchi que son père. Ce dernier, un brin colérique, mauvais perdant et un tantinet de mauvaise foi, nous touche tant il est spontané. L’homme laisse libre court à toute une part d’enfance qui est encore très vivace. Une figure parentale qui toutefois donne un cadre éducatif à son garçon, lui transmet ses valeurs et une certaine conception de la vie sans l’empêcher de faire ses propres expériences.

Un univers plein de tendresse qui fait la part belle à l’amour réciproque d’un père et de son fils. Un humour absurde, dommage que certains gags soient tout de même un peu hermétiques. Un petit côté poétique se dégage de ces scènes. Agréable moment de lecture. Je reste un peu sur ma faim mais mes petits lecteurs ont réellement savouré cet album.

La chronique de Sabine.

Père et Fils

– Vater und Sohn – Les Saisons –
One Shot
Editeur : La Gouttière
Dessinateur : Ulf K.
Scénariste : Marc LIZANO
Dépôt légal : février 2017
64 pages, 13,70 euros, ISBN : 979-10-92111-48-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Père et Fils – Lizano – Ulf K. © La Gouttière – 2017

La Pension Moreau, tome 1 (Broyart & Lizano)

Broyart – Lizano © Editions de la Gouttière – 2017
Broyart – Lizano © Editions de la Gouttière – 2017

Emile a fugué plusieurs fois de chez lui et est mutique. Pour ces raisons, ses parents jettent l’épongent et décident de le confier à la pension Moreau.

En payant une somme faramineuse, ce richissime couple fait totalement confiance à cette institution pour remettre leur fils dans le droit chemin et l’éduquer. Derrière les murs épais de cet internat pour gosses de riches, Emile fait la connaissance de Victor, de Jeanne et de Paul. Il comprend vite que les conditions de vie sont austères. En dehors des quelques heures de cours hebdomadaires, les enfants sont corvéables à souhait. S’occuper du jardin, faire les lessives, rénover les pièces de la bâtisse… il n’y a là aucune place pour le plaisir. Les quatre membres de l’équipe éducative sont rigides, autoritaires et ne communiquent que pour rabrouer, donner des ordres, des coups et des punitions.

Vous connaissez les règles de notre pension. Vous nous confiez votre enfant définitivement. A charge pour nous de lui apprendre à vivre et de le replacer dans le droit chemin

Quel univers sombre pour un album jeunesse ! Benoît Broyart propose à ses jeunes lecteurs de faire une chute vertigineuse, aux antipodes de ce qu’ils peuvent lire habituellement. Il est effectivement assez rare d’aborder le sujet des violences et maltraitances dont les enfants peuvent être victimes. Il imagine, dans un huis-clos isolé, loin de toute ville, où pas même une oreille pourrait entendre un appel à l’aide… Et comble de tout, alors que tous les protagonistes sont des humains, les membres de cet internat ont une apparence animale. Le directeur est un hibou, le professeur un renard, celui qui s’occupe des activités physiques est un phacochère et le dernier, un raton laveur semble-t-il, n’a pas une fonction très claire.

Sur le site de l’éditeur, la fiche de présentation de l’album explique que le scénariste s’est inspiré d’un fait réel de 1934. Il y est question d’un bagne pour enfants et Jacques Prévert, en apprenant cela et même plus puisque les enfants se sont révoltés et certains sont parvenus à s’enfuir… mais une récompense pécuniaire fut offerte à chaque personne qui ramènerait un enfant dans cet enfer. Prévert laisse éclater sa colère dans un poème qu’il intitule « Chasse à l’enfant » et on peut en lire un court extrait dans « La Pension Moreau » puisque la première page met en scène le directeur-hibou, debout devant la fenêtre de son bureau, rêvassant à l’écoute d’une lecture de son poème.

« Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Qu’est-ce que c’est que ces hurlements
Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant
Il avait dit j’en ai assez de la maison de redressement
Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brisé les dents
Et puis ils l’avaient laissé étendu sur le ciment »

(le texte dans son intégralité sur le site de Marc Lizano)

Pourtant, même si la réalité décrite dans cet album jeunesse est bien sombre, force est de constater que la lecture est d’une fluidité réelle. Les enfants pris dans ce cauchemar ont la force de caractère qui leur permet de supporter cette cruauté. De fait, le scénario s’appuie sur leur révolte silencieuse et reprend son souffle à chaque fois que l’un deux ose une pique à l’encontre d’un de leur geôlier. Les couleurs de Marc Lizano apportent un peu de chaleur et les tignasses rousses de deux des enfants sont des teintes qui ressortent, et que l’on cherche des yeux, dans ces gris, marrons et bleu marine.

PictoOKMalgré le sujet, les auteurs parviennent à faire en sorte qu’on les suive malgré les réticences. Ils nous interrogent, ils dénoncent la violence faite chaque jour à des enfants. La situation existe depuis l’aube des temps… espérons en cette chimère qu’un jour elle n’existera plus.

J’attends la suite avec impatience.

La Pension Moreau

Tome 1 : Les Enfants Terribles
Trilogie en cours
Editeur : La Gouttière
Dessinateur : Marc LIZANO
Scénariste : Benoît BROYART
Dépôt légal : février 2017
48 pages, 14 euros, ISBN : 978-10-92111-08-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Pension Moreau, tome 1 – Broyart – Lizano © Editions de la Gouttière – 2017

La petite famille (Dauvillier & Lizano)

Dauvillier – Lizano © La Gouttière – 2013
Dauvillier – Lizano © La Gouttière – 2013

La vie est calme et la maison est tranquille chez Pépé et Mémé. Les jours s’étirent au rythme des habitudes quotidiennes : s’occuper du jardin, nourrir les poules, ramasser les œufs… Lorsque les vacances approchent ou qu’un repas dominical est prévu, un vent d’excitation parcourt l’atmosphère de la maisonnée jusqu’à l’arrivée des petits enfants. C’est alors que le rythme s’envole.

Mémé est toute attentive au bien-être de sa petite tribu quant à Pépé, c’est plus difficile de savoir ce qu’il pense. Ce vieux ronchon est presque mutique, un peu frustre. Présent sans l’être.

Avec Pépé, c’est pas facile de savoir s’il est en colère ou content. Maman dit que Pépé, c’est comme un ours. Il râle… il ronchonne… mais il est pas méchant. Il est tout doux. Même que moi, je trouve qu’il a la peau râpeuse

Un petit garçon âgé de 7 ou 8 ans est le narrateur narrateur de cette histoire familiale. Avec ses mots d’enfant, il nous invite à le suivre et c’est sans aucune difficulté qu’on lui emboîte le pas pour prendre place dans sa famille. Cette lecture a tôt fait de venir titiller les souvenirs de jeunesse des plus grands… les jeunes lecteurs, quant à eux, sont dans la même situation que lorsqu’un copain leur raconte ses vacances ou la journée de pêche qu’il a passée avec son grand-père. L’univers est familier pour tout le monde, on s’y sent bien.

Pépé avait été jeune. En plus, il jouait au foot. Il courait tellement vite que les supporters l’appelaient Bicquet. Mon Pépé, c’était un champion de foot !.

Le scénario de Loïc Dauvillier fait mouche. Il s’appuie sur des scènes banales de la vie quotidienne et les sublime. Son écriture nous permet de matérialiser toute la chaleur et la tendresse de cet univers. On entend le ronronnement de la télévision qui sert de bruit de fond à une partie de carte, la petite brise qui fait bruisser les feuilles… L’auteur nous installe confortablement dans son monde imaginaire et c’est un plaisir que de suivre ce petit garçon dans la  découverte de son Pépé. Ce Pépé d’ailleurs est peut-être bien le personnage principal de de cette série puisque tout gravite autour de lui, à l’image des titres choisis pour les trois albums de cette série : Pépé (tome 1 paru en 2004), Bicquet (second tome publié en 2005) et Le grand ours (tome 3 qui clôt la série en 2006).

Marc Lizano l’accompagne si bien au dessin qu’on ne peut qu’être sensible à l’harmonie et à l’équilibre présent dans ce récit. D’ailleurs, on sent vraiment que les deux auteurs sont sur la même longueur d’ondes. Ce n’est peut-être pas pour rien que ce duo s’est régulièrement reformé au cours des années. Ainsi, leur collaboration a donné lieu à une demi-douzaine d’ouvrages puisqu’aux côtés du triptyque de La Petite famille, s’ajoutent deux albums parus en 2012 : L’enfant cachée et Hugo et Cagoule.

Dauvillier – Lizano © La Gouttière – 2013
Dauvillier – Lizano © La Gouttière – 2013

Marc Lizano et Loïc Dauvillier ont ce point commun qu’ils savent passer sans difficulté d’un ouvrage jeunesse à un ouvrage intimiste (les bibliographies présentes sur leurs sites respectifs en sont témoins). C’est certainement cette volonté d’alterner les sujets traités (et le lectorat à qui l’ouvrage est destiné) doublée d’une cette facilité à installer naturellement les bases d’une histoire qui permettent un tel résultat. Pour ma part, des cinq albums issus de leur collaboration… aucune déception de lecture !

Pour finir, le scénario de La Petite famille s’adresse à un large lectorat. Les personnages sont rarement nommés par leurs prénoms ce qui permet une identification rapide et facile à l’un ou l’autre des protagonistes, que l’on soit petit ou grand lecteur. La présence de moult petit détails graphiques est une richesse. Du petit cadre photo d’un membre de la famille aux petits carreaux de carrelage sur le sol de la cuisine, en passant par les rides d’expression des grands-parents… tout est là pour que le lecteur s’approprie pleinement cet univers.

Une lecture que je partage avec Mango

Logo BD Mango Noir

PictoOKTrès belle série, touchante et réaliste. Il y a un air de nostalgie qui plane par ici et ce n’est pas désagréable de s’y frotter. Je n’aurais rien eu contre un tome supplémentaire… 🙂

Les chroniques de Jérôme et de Noukette. Un immense merci à Flavie qui est d’une patience infinie 😉 et ce très beau texte de Loïc sur le passé, le présent… et le futur de cette Petite Famille.

La petite famille

Intégrale regroupant les trois tomes

Triptyque terminé

Editeur : La Gouttière

Dessinateur : Marc LIZANO

Scénariste : Loïc DAUVILLIER

Dépôt légal : avril 2013

ISBN : 979-10-92111-00-2

Bulles bulles bulles…

Les premières planches sur DiGiBiDi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La petite famille, intégrale – Dauvillier – Lizano © La Gouttière – 2013

Hugo et Cagoule (Dauvillier & Lizano)

Hugo et Cagoule
Dauvillier – Lizano © Éditions La Gouttière – 2012

Hugo passe son temps libre avec Cagoule, son chat. L’enfant et le félin sont si complices dans le jeu qu’il leur suffit de bien peu de choses pour s’évader des heures durant dans le monde imaginaire de l’enfant. Un buisson ou un arbre sont le terrain de jeu idéal pour une partie de cache-cache.

Et si la cachette est trop difficile à trouver, le vent entre dans la partie. D’un petit souffle de poésie, il aide nos deux amis à se laisser des messages codés : « Coucou copain ! Je ne suis pas loin ! A toi de me trouver mais sache qu’en attendant, je t’aime fort ! ».

En janvier dernier arrivait dans les bacs des libraires L’Enfant cachée où une grand-mère raconte ses souvenirs de la déportation à sa petite-fille. Avec beaucoup de douceur, Loïc Dauvillier  mettait donc à la portée des 8-10 ans, un récit sucré-salé traitant de la condition des Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale. Accompagné de Marc Lizano au dessin, les deux auteurs livraient-là un album que toute bonne bibliothèque jeunesse se doit de posséder.

Quatre mois plus tard, en mai dernier, le duo d’auteurs frappe de nouveau avec Hugo et Cagoule. Cette fois, l’ouvrage s’adresse aux 3-4 ans et raconte une histoire d’amitié entre un petit garçon et son chat. Cet album muet permet une lecture très interactive pour les petits. Pendant 40 pages, ils vont pouvoir observer, chercher et s’amuser à retrouver Hugo et Cagoule, deviner les intentions des deux protagonistes puis, ravis de comprendre le dénouement d’une scène, vont tourner frénétiquement la page pour découvrir la suite de l’histoire. Le petit lecteur s’identifie vite à Hugo puisque le jeune personnage est occupé par des jeux qui lui sont très familiers : rire, se cacher, bidouiller avec les cailloux, faire des dessins dans la terre…

Une ou deux lectures en compagnie d’un adulte suffisent. Ensuite, les symboles contenus dans les bulles de pensées sont suffisamment significatifs pour que le petit lecteur soit autonome sur son temps de lecture. Les dessins réalisés par Marc Lizano sont expressifs et les couleurs qu’il y appose sont douces. On profite ainsi d’une belle journée de printemps, ni trop chaude ni trop froide. La luminosité du ciel est agréable, la nature est parée d’un vert vif et chatoyant… la preuve qu’avec bien peu d’éléments narratifs et visuels, il est possible de divertir facilement.

Monsieur Lutin est venu aider son petit frère pour compléter ma chronique. Voici donc son avis sur l’ouvrage :

J’adore le petit chat parce qu’il est mignon. Les chats sont des animaux gentils qui obéissent mais ils aiment aller partout !! Ils aiment surtout jouer dans les jardins parce qu’il y a de l’herbe et qu’ils aiment se coucher et se cacher dedans. Elle est trop cool l’histoire. En fait, ça parle d’un petit garçon qui s’entend bien avec son chat. Ils s’aiment parce que ce sont des bons amis. J’ai bien aimé quand Cagoule et Hugo jouent ensemble à trappe-trappe. C’est amusant ça ! Et puis j’ai aimé quand ils font des dessins dans la terre. Et quand le vent arrive, c’est comme de la magie !!

PictoOKHugo devient vite un copain pour le petit lecteur et même si le rythme de l’histoire est un peu lent, il convient à merveille pour ce lectorat. Avec beaucoup de poésie et d’humour, voici une lecture toute douce à lire quel que soit le moment de la journée.

Les chroniques de Noukette, Jérôme, Hervé et les 4 jeudis.

Hugo et Cagoule

Challenge Petit Bac
Catégorie Personnage célèbre

One shot

Éditeur : La Gouttière

Dessinateur : Marc LIZANO

Scénariste : Loïc DAUVILLIER

Dépôt légal : mai 2012

ISBN : 978-2953918243

Bulles bulles bulles…

Les premières planches sur Digibidi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hugo et Cagoule – Dauvillier – Lizano © Editions La Gouttière – 2012

L’Enfant cachée (Dauvillier & Lizano)

L'Enfant cachée
Dauvillier – Lizano © Le Lombard – 2012

Réveillée en pleine nuit par un cauchemar, la petite Elisa retrouve sa grand-mère, Dounia, dans le salon. Elisa aime questionner sa grand-mère, elle lui demande souvent de lui raconter quand elle était petite. Ce soir-là, à la lumière d’un feu de cheminée, Dounia va raconter la période la plus douloureuse de son enfance, celle qui a suivi la rafle de ses parents au début de la Seconde Guerre Mondiale. Cachée dans un fond de meuble, Dounia échappe à la déportation. Elle sera recueillie par Monsieur et Madame Péricard, des voisins de leur immeuble.

Loïc Dauvillier fait partie des auteurs pour lesquels j’ai une tendresse particulière : parce que quel que soit le sujet abordé, ils savent nous faire vibrer en faisant passer leur message ; parce qu’ils créent des personnages qui me marquent et auquel je repense par la suite.

Ici, s’il s’agit d’un sujet régulièrement abordé en bande dessinée, on s’enfonce rapidement dans le scénario grâce au ton chaleureux et intimiste emprunté. C’est une histoire unique, celle de Dounia, qui est racontée de façon tellement sincère qu’on ne peut qu’éprouver de la sympathie et de l’empathie pour cette vieille dame et ses proches. La majeure partie est écrite à la première personne. Dounia raconte, en voix-off, les quelques années de sa vie qui ont bouleversé son existence. Une petite fille que les adultes ont tenté de préserver au maximum, à commencer par son père qui, pour le pas l’inquiéter, lui explique que c’est parce qu’il a accepté que sa famille devienne une famille de shérif qu’ils vont coudre une étoile jaune sur leurs manteaux. Plusieurs années plus tard, c’est sans avoir jamais entendu parler des camps de concentrations que Dounia accompagne le couple qui l’a recueilli pour retrouver la trace de ses parents ; sur les murs d’une grande salle, des centaines de photos de rescapés juifs sont placardées.

Au dessin, Marc Lizano propose des ambiances douces. Le trait est rond, expressif, sans artifices. Cette apparente simplicité renforce la portée des propos du personnage principal. La petite histoire de Dounia s’inscrit dans la Grande. Certains passages nous amène inévitablement à nous rappeler de photos, de témoignages…

PictoOKDestiné à un public jeunesse, cet ouvrage est à consommer sans modération… et cela concerne également les adultes.

Cet album a obtenu la Mention spéciale du Jury Œcuménique de la Bande dessinée en 2013. Il s’inscrit au Roaarrr Challenge.

Une interview des auteurs sur CoinBD.

Les chroniques chez Yvan, Choco, Jérôme et Canel.

L’Enfant cachée

Roaarrr ChallengeOne Shot

Éditeur : Le Lombard

Dessinateur : Marc LIZANO

Scénariste : Loïc DAUVILLIER

Dépôt légal : janvier 2012

ISBN : 978-2-8036-2811-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’enfant cachée – Dauvillier – Lizano © Le Lombard – 2012