Massacre au Pont de No Gun Ri (Chung & Park)

Massacre au Pont de No Gun Ri
Chung – Park © Vertige Graphic & Coconino Press – 2007

L’histoire d’Eun-yong débute durant l’été 1950. Alors étudiant en Droit dans la ville de Séoul, il coule des jours heureux avec sa femme et ses deux enfants. Jusqu’à ce 25 juin 1950 où un communiqué à la radio leur annonce que les troupes nord-coréennes ont rompu les accords de paix. La guerre est déclenchée, les populations débutent leur exode. Quelques jours plus tard, Eun-youn et sa famille prendront la route à leur tour, avec la volonté de rallier Daejeon où il retrouve son frère puis JOO GOK RI, son village natal situé dans le Sud de la Corée. Ils y trouveront un havre de paix de courte durée puisqu’ils assistent impuissants à la débâcle des troupes américaines sous-équipées et incapables d’assurer leur protection face aux troupes nord-coréennes.

Chassés de leur village, ils vont – dans un premier temps – trouver refuge dans la montagne la plus proche. Pourtant, la sécurité d’Eun-youn, ancien policier, reste incertaine. Des rumeurs courent au sujet du sort que les « Rouges » réservent aux anciens fonctionnaires d’état sud-coréens. Il prend donc la fuite et laisse sa famille sur place. Il trouve refuge chez un lointain cousin, apprend l’hospitalisation de sa femme et décide de remonter vers le Nord. Lorsqu’il la retrouve enfin, elle lui apprend le décès de leurs enfants et de toute leur famille. Son épouse est la seule survivante d’un massacre perpétré par les Américains au Pont de No Gun Ri. Le couple doit désormais apprendre à vivre avec les plaies béantes laissées par ce drame.

Ce manhwa est une adaptation du roman éponyme d’Eun-youn Chung qui a voulu témoigner de cet épisode sanglant de l’histoire de la guerre de Corée. En un peu plus de 600 pages, Kun-woong Park transpose donc ce témoignage de manière à lui donner une portée remarquable. Le récit est très aéré, on fait des pauses sur des cases qui en disent bien plus long que les mots.

L’ouvrage se découpe en 7 chapitres avec une particularité pour le sixième. Ce dernier se développe sur près de 350 pages et se consacre uniquement aux quatre jours du massacre du Pont de No Gu Ri (perpétré entre le 26 et le 29 juillet 1950). Le ton de la narration change, l’auteur se fait alors le passeur du témoignage de sa femme auquel s’ajoutent des témoignages mêlés d’autres survivants de cet épisode sanglant. Alors que jusque-là on suivait Eun-youn dans sa fuite, rongé par la culpabilité d’avoir abandonné sa famille, Kun-woon Park opte pour un style plus dépouillé, ce qui a pour effet immédiat de faire ressentir au lecteur toute la tension de cet épisode. Le graphisme perd de sa superbe, les magnifiques lavis réalisés à l’encre de Chine (les détails de la flore sont superbes) laissent place à un trait plus malhabile, mordant, presque brut tant l’émotion est encore à fleur de peau après tant d’années.

On prend de plein fouet le trouble et l’incompréhension de la population. Les expressions des personnages nous font ressentir toute l’horreur de ce moment (ils ont été parqué pendant 4 jours dans sous un pont de chemin de fer et tenus en joue d’un côté comme de l’autre par les soldats américains qui tiraient au moindre mouvement). Hommes, femmes, enfants et vieillards ont vécus ainsi, entassés les uns sur les autres, côtoyant les cadavres de leurs proches, de leurs voisins. Le désir de survie est devenu de plus en plus prégnant, ils ont fini par accepter l’inacceptable et se sont servi des corps pour ériger des remparts espérant que cela les protégerait des balles américaines. Je disais qu’on ressentait toute l’horreur de la situation, mais on est aussi témoin de toute l’incompréhension de ces gens qui vouaient une confiance quasi aveugle envers les soldats américains devenus leurs bourreaux pour des raisons qui leur échappe. Comble de l’ironie : les 25 survivants ont été sauvés par les soldats nord-coréens, ceux-là même qu’ils fuyaient quelques jours plus tôt.

Passé le chapitre du massacre, les lavis reviennent et l’auteur reprend son témoignage.

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

Mango

Cet avis intègre le Challenge PAL Sèches, sur les recommandations de Choco, dont voici sa chronique !

PictoOKPictoOKUn album imposant, un témoignage qu’il n’est pas facile d’entendre mais pourtant, je pense que ce type d’album est la preuve que la bande dessinée est un médium incontournable et nécessaire.

Pour la première fois, j’adhère pleinement à un manhwa.

Extraits :

« Soudain, sur la route de Kyung-Bu, j’aperçus une immense marée humaine se déplaçant. C’était un flot ininterrompu d’hommes, de femmes et d’enfants. On eût dit un fleuve de couleur blanche » (Massacre au Pont de No Gun Ri).

« En perdant cette bataille, l’Armée américaine perdit la confiance que le peuple sud-coréen avait placée en elle. Le doute s’installa dans les esprits, cette armée supposée invincible avait essuyé une si cinglante et rapide défaite. Ces soldats américains trop vite élevés au rang de quasi-divinités avaient rapidement retrouvé leur statut d’hommes » (Massacre au Pont de No Gun Ri).

« Jusqu’à présent, notre village avait été préservé des malheurs de la guerre… Maintenant, il nous fallait fuir, nous possédions juste de l’orge, de quoi tenir une semaine, tout au plus. C’était là toute notre richesse. Nous pensions que si nous quittions le village, c’était la mort qui nous attendait. Personne ne savait combien la guerre serait affreuse, on l’ignorait… Personne n’était capable de nous guider ni de nous indiquer un endroit où se réfugier. Personne n’avait la moindre idée de ce qu’était le communisme. Ce n’est qu’après la libération qu’on a sans cesse entendu dire que sous un régime communiste l’égalité était un concept réel. Pas de riche, pas de pauvre. Comme les Nord-coréens étaient en train de gagner la guerre, de plus en plus de gens pensaient que finalement ce ne serait peut-être pas si terrible de vivre sous un régime communiste » (Massacre au Pont de No Gun Ri).

« Mes chers enfants qui étaient si doux, chaleureux, gentils et pleins de vie. L’odeur du lait maternel émanant de leur petite bouche, leur rire et leurs petits corps si doux… combien de fois ai-je pu frotter mon nez contre leur joue… Ils n’étaient plus là, à nos côtés, nous laissant, ironie du sort, orphelins » (Massacre au Pont de No Gun Ri).

Massacre au Pont de No Gun Ri

One shot

Éditeur : Vertige graphic & Coconino Press

Dessinateur : Kun-woong PARK

Scénaristes : Eun-yong CHUNG & Kun-woong PARK

Dépôt légal : février 2007

ISBN : 978-2-84999-041-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Massacre au Pont de No Gun Ri – Chung – Park © Vertige graphic & Coconino Press – 2007