Un air de paradis (Quéré)

Un air de paradis
Quéré © Des ronds dans l’O – 2007

Arnaud Quéré remonte le fil de ses souvenirs et partage avec nous les plus beaux moments de son enfance.

« Il y a 25 ans, tout près de Lyon, trois jeunes frères passaient les vacances d’été chez leurs grands-parents. La ferme de Grand-Père et le restaurant de Grand-Mère étaient les théâtres de jeux d’enfants, d’aventures épiques ou de promenades homériques à travers bois. L’un des garçons se remémore aujourd’hui ce que fut cet âge tendre, candide et espiègle et rassemble dans cet ouvrage ses souvenirs de ce petit coin de paradis » (source du synopsis).

C’est la couverture qui m’a attiré vers cet album. Doublée de son titre prometteur, on a tôt fait d’imaginer un petit havre de paix à la campagne. Mais c’est mieux que ça !! Imaginez un cadre idyllique et un terrain de jeu à perte de vue. Imaginez des journées d’aventures et de défis divers, des ballades, une « mamie gâteau »  et presque aucun interdit… C’est un réel partage de petits bonheurs, de fous-rires, de tendresse et d’amour qui nous attend dans cet album. Bien qu’étant autobiographiques, ces moments nous sont familiers. Dès les premières pages, on se sent bien dans cet univers. Pourquoi ? Parce que ces images qui surgissent du passé font écho en nous. On est sollicité en permanence par nos sens… Nos guides seront l’odeur d’une confiture ou celle d’un gâteau, le bruit d’une balle de ping-pong ou le rire d’un enfant, la sensation d’une douleur au ventre comme celle qui nous tenaille après un fou-rire monstrueux. Pèle-mêle, des souvenirs se bousculent pour avoir voix au chapitre. De fait, le récit est semblable à une malle aux trésors : sans réel agencement, son rythme est aléatoire tantôt soutenu lorsque le narrateur est volubile, tantôt serein lorsque la mémoire se fait plus sélective ou qu’elle s’arrête sur le souvenir d’un proche.

Un album interactif pour lequel, à quelques rares moments, j’ai regretté qu’il n’ait été mis en couleurs. Une couleur tonique aurait ainsi pu appuyer le coté pétillant d’une aventure imaginaire, un doux pastel aurait donné du relief au tendre portrait que l’auteur fait de sa grand-mère… Mais le coup de crayon d’Arnaud Quéré compense ce manque, tout comme le choix d’utiliser une voix-off (j’ai rapidement donné au narrateur la voix d’André Dussollier).

En bonus : un album de photos et les témoignages des proches de l’auteur.

Une lecture que je partage avec Mango et les participants aux

Mango

PictoOKAvec ce partage, Nicolas Quéré n’est pas avare. Nous nous saisissons rapidement des moments de bonheur qu’il nous livre et partons, inconsciemment à la rencontre de nos propres images. On y retrouve cette ambiance enthousiaste comme lorsqu’on retrouve des proches ou des amis d’enfance et que l’on partage ensemble des souvenirs heureux.

Une petite douceur à lire sans modération !

Ils en parlent également : Jean-François, Philippe Cordier, Sbuoro.

Extrait :

« Ma grand-mère s’appelait Jeanne. Je pense que dans les plus beaux livres de contes, les auteurs se sont inspirés d’elle pour définir la grand-mère idéale » (Un air de paradis).

Un air de paradis

One Shot

Éditeur : Des ronds dans l’O

Collection : Un roman graphique

Dessinateur / Scénariste : Arnaud QUERE

Dépôt légal : novembre 2007

ISBN : 978-2-917237-00-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un air de paradis – Quéré © Des ronds dans l’O – 2007