Kirihito (Tezuka)

Kirihito, tome 1
Tezuka © Guy Delcourt Productions – 2005
Kirihito, tome 2
Tezuka © Guy Delcourt productions – 2005
Kirihito, tome 3
Tezuka © Guy Delcourt Productions – 2005
Kirihito, tome 4
Tezuka © Guy Delcourt Productions – 2006

Kirihito OSANAÏ est un jeune médecin d’une trentaine d’années. Employé à l’Hôpital de M, il dirige l’équipe médicale et les travaux de recherche concernant la Monmô, une maladie qui donne progressivement aux personnes qui en sont affectées une apparence animale. Selon Osanaï, la Monmô comme est une endémie. Cette thèse est en totale opposition avec celle que soutient le Professeur Tatsuga’ura (supérieur hiérarchique de Kirihito). Le Professeur va trouver un moyen pour éloigner Kirihito de son service et retrouver ainsi une marge de manœuvre plus grande dans l’orientation qu’il souhaite donner aux travaux sur la Monmô.

La blogosphère fait la part belle à Taniguchi… et oublie exagérément Osamu TEZUKA.
J’ai déjà lu plusieurs séries de ce mangaka que l’on campe honteusement dans le groupe des auteurs de shonen… et pourtant ses seinen sont  remarquables. J’avais déjà parlé sur ce blog de Demain les Oiseaux, je n’ai pas pris le temps de parler de l’Histoire des 3 Adolf… et récemment Kroniks a pris le temps de publier une très bonne chronique sur Ayako.

J’ai retrouvé avec plaisir le trait de TEZUKA mais pour la première fois je reprocherais au récit un « trop de folie » tant il est difficile de se repérer ici. Les marqueurs temporels sont rarement présents dans les dialogues, le rythme imposé à la fiction est assez soutenu et je me suis retrouvée ballottée pendant la lecture. Kirihito est l’un des tous premiers seinen de Tezuka et, contrairement aux autres séries de l’auteur que j’ai déjà lues, je le trouve ici très innovant dans son graphisme. Cette série a la force de présenter des découpes de planches originales (je vous rappelle que ce manga date de 1970). Les planches de mes « Bulles bulles bulles… » illustrent ce propos.

Un scénario très riche, une œuvre qui est une critique du système médical japonais et on admire la verve de Tezuka sur ce sujet (Tezuka a fait des études de médecine avant de s’orienter définitivement dans le manga). Le thème central de Kirihito est la métamorphose. Il aborde, sous différents aspects, la question du paraître et ses conséquences sur les comportements humains. Il est aussi question de l’acceptation de soi et du respect des autres. On ne coupe pas à l’utilisation de certains stéréotypes (le chef de service aux dents longues et à l’ambition démesurée, le meilleur ami qui a des vues sur la fiancée…) et on touchera rapidement aux thèmes de la violence, de l’esclavagisme, du racisme, de la prostitution… En revanche, des éléments de l’intrigue sont parfois peu crédibles. Certains d’entre eux ont été changés en cours d’écriture par Tezuka…  l’auteur a  lui-même perdu quelques repères (exemple : l’Hôpital de M ou travaillait Kirihito était initialement à Ôsaka… mais rapidement on va le retrouver à Tokyo). Beaucoup de personnages secondaires interviennent dans l’ombre des deux personnages principaux : Kirihito OSANAI et URABE, son confrère et ami. Ce dernier est réellement un personnage à deux visages, difficile à cerner.

Une série intéressante que je voulais lire depuis un moment… un bon moment de lecture mais sans plus.

Deux avis : sur du9 et chez Manga Delcourt.

Kirihito

Série de 4 tomes terminée

Éditeur : Delcourt

Collection : Akata

Dessinateur / Scénariste : Osamu TEZUKA

Dépôt légal : de septembre 2005 à mars 2006 en France (première publication au Japon dans un magazine en 1970)

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Kirihito, série de 4 tomes – Tezuka © Guy Delcourt Productions – 2005 à 2006

Demain les oiseaux (Tezuka)

demain les Oiseaux
Tezuka © Guy Delcourt productions – 2006

Demain les oiseaux est paru au Japon entre 1971 et 1975.

En guise d’introduction, je vous proposerais cet extrait qui résume la place du manga dans la société japonaise :
 » Les visiteurs étrangers ont souvent du mal à comprendre pourquoi les Japonais lisent autant de bandes-dessinées. Une explication de la popularité des bandes-dessinées dans notre pays est que le Japon eut Osamu TEZUKA, là où d’autres nations n’eurent aucun équivalent. Sans le docteur Tezuka, l’explosion de la bande-dessinée dans le Japon d’après-guerre eut été inconcevable  » (Journal Asahi, 9 février 1989).

Imaginez que demain, les oiseaux deviennent l’espèce dominante sur Terre.

Le postulat de départ ? Des extra-terrestres, outrés de la condition des oiseaux, ont balancé sur Terre des capsules d’une substance permettant aux oiseaux de développer leurs capacités intellectuelles.

Résultat : les oiseaux nous attaquent, nous avilissent et organisent leur Communauté.

C’est l’idée de Tezuka dans Demain les oiseaux, un recueil de 19 nouvelles, on pourrait présenter la première nouvelle ainsi :

Juin 1975 – Un incendie se déclare dans une maison d’agriculteurs de Minami-Ashigara, département de Kanagawa. L’habitation est entièrement détruite et les 6 membres de la famille périssent carbonisés. On pense à un accident, une négligence. Néanmoins, certains indices sont troublants. L’enquête suit son cours… Une semaine plus tard, un incendie se déclare dans la forêt à proximité du village, détruisant plusieurs centaines d’hectares. Un journaliste envoyé sur place prend une photo… premier indice. Le 7 juillet de la même année, nouvel incendie qui se déclare sur l’auvent d’une maison située à 300 mètres de la première affaire. Cette fois-ci, des témoins oculaires affirment avoir vu un petit oiseau de type bouvreuil, mettre le feu au toit de chaume à l’aide d’une allumette enflammée qu’il tenait dans son bec. Vérité ou hallucination ? L’enquête suit son cours…

Tezuka fait appel à nombre de références pour nous embarquer dans cette fiction : références littéraires (Roméo & Juliette, Géronimo, Jonathan Livigston le Goéland…) et historiques (la Shoah, la bombe nucléaire, l’Inquisition…).

En premier lieu, on pense bien sur à  » La planète des singes « , ou encore aux  » Oiseaux  » d’Hitchcock. Il y a de ça, mais il y a plus encore.

Chaque nouvelle aborde un thème, un lieu qui lui est propre. Chaque nouvelle a un ton et un humour différents.

Tezuka aborde les travers de nos sociétés humaines par le biais de pamphlets imagés par les traits de caractère de nos chers volatiles : le rapace est cruel, la mouette est gloutonne… Tezuka pointe du doigt nos dysfonctionnements et nos excès : religion, pauvreté, racisme, politique, propagande, média, écologie… tout y passe et sur des supports aussi divers que : la satire sociale, le conte populaire, le roman d’amour, la nouvelle de science-fiction, le journal intime, la chronique, le polar…

Passé, présent et futur sont revisités sous nos yeux. C’est surprenant, désopilant à certain moment. Tezuka prend position et en profite aussi pour tailler quelques petits costards au passage.

Un Seinen original, remarquable et un brin déjanté. Envie de lire un autre avis ?? ici et .

Autres titres de Tezuka sur le blog : Kirihito.

Demain les Oiseaux

One Shot

Éditeur : Delcourt

Collection : Akata

Dessinateur / Scénariste : Osamu TEZUKA

Dépôt légal : Décembre 2006

ISBN : 978-2-7560-0672-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain les Oiseaux – Tezuka © Guy Delcourt productions – 2006