Les Mains de Ginette (Ka & Duclos)

Ka – Duclos © Guy Delcourt Productions – 2021

C’est en 1962 que Ginette rencontre Marcelin.

La jeune postière vient de s’installer dans une petite bourgade et faisant quelques travaux suite à son emménagement, elle se rend à la droguerie dont Marcelin est le gérant. Désireux de satisfaire sa nouvelle cliente, Marcelin s’empresse pour la guider dans ses achats.

« – Attention, c’est un produit extrêmement corrosif. Avez-vous des gants caoutchouc pour protéger vos mains ? »

Il faut dire que les gants, c’est le fond de commerce de Marcelin !

« Six mètres linéaires ! Des gants de toutes les tailles, de toutes les teintes, rien que de la qualité, en provenance d’Allemagne, d’Italie et d’Angleterre. (…) Marcelin savait parler aux femmes. De leurs mains, surtout. C’est qu’il les aimait, leurs mains. Il en était amoureux. Il les regardait, il les caressait, il les admirait. Et les femmes étaient ravies. Elles repartaient avec un produit parfaitement adapté à la nature de leur peau et à la morphologie de leurs doigts. »

Lorsque Marcelin vit les mains de Ginette pour la première fois, ce fut le coup de foudre. Depuis ce premier jour où ses yeux se sont posés sur ces mains-là, Marcelin est tombé en amour pour Ginette. Et la jeune postière, émerveillée, était sous le charme de Marcelin. Leur mariage fut une fête. Le beau Marcelin, éperdument amoureux, flottait dans le bonheur. Puis Ginette se mit doucement à changer. Marcelin ne fit pas cas de la première crise de colère qu’elle fit. Ni de la seconde… mais le mal était entré dans leur couple et rien ne semblait être en mesure d’apaiser l’insatisfaction permanente de Ginette.

Aujourd’hui, dans la petite bourgade, peu nombreux sont ceux qui se rappellent encore du prénom de Ginette. Pour tous, elle est devenue cette vieille femme célibataire et aigrie que jeunes et moins jeunes appellent « La Crabe » sans rien connaître de l’histoire qui est à l’origine de cet hideux surnom.

La petite chronique sociale chantante d’Olivier Ka qui décrit un couple heureux partageant un amour généreusement réciproque ne dure pas longtemps. Sous le trait rondement coloré de Marion Duclos, la chansonnette printanière des deux tourtereaux tourne doucement au vinaigre. Le scénariste place ses pions de façon insidieuse. On guette sans percevoir par quel côté l’ombre assombrira le tableau mais il ne fait aucune doute que la jalousie s’immisce silencieusement dans chaque recoin. Lorsqu’on constate que Marcelin est pris au piège, nous ne pouvons que regarder tristement ce rêve qui a viré au cauchemar.

Le scénario décrit les rouages de la jalousie et sa manière sournoise de se répandre. Comme un cancer, elle gangrène le couple et ravage tout sur son passage. Ce versant destructeur du sentiment amoureux témoigne de cette incapacité à aimer l’autre sans l’étouffer. On ne voit souvent que les effets toxiques que cette émotion dévastatrice a sur celui qui subit. Olivier Ka ouvre une petite fenêtre et nous invite à entendre que celui qui est devenu malveillant a souvent, dans son passé, des cicatrices difficiles (voire impossibles) à soigner… Prendre l’ascendant sur l’autre est parfois une réaction inconsciente à l’envahissante peur de perdre l’être aimé. Sans excuser ces actes venimeux, le scénariste nous demande délicatement de prendre en compte chaque élément, chaque pièce de ce tout qui finalement laisse des individus exsangues.

C’est avec beaucoup de justesse et sans lourdeurs que Marion Duclos illustre le récit d’Olivier Ka. Un ouvrage sensible sur le sentiment amoureux et les différentes manières qu’il a de s’exprimer. Bienveillance et jalousie sont ici les deux facettes d’un même miroir.

Les Mains de Ginette (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Mirages

Dessinateur : Marion DUCLOS / Scénariste : Olivier KA

Dépôt légal : mars 2021 / 104 pages / 16,50 euros

ISBN : 9782413019480

Dans la nuit noire (Small)

David Small revient avec un roman graphique tout aussi poignant, témoin d’une adolescence américaine malmenée et livrée à elle-même.

Small © Guy Delcourt Productions – 2021

Le décor de ce récit fictif est une petite ville américaine californienne. Des parents défaillants, totalement absents et absolument englués dans leurs propres problématiques, et c’est un jeune garçon – au seuil de l’adolescence – qui doit apprendre à grandir seul dans un monde où les dangers sont à chaque coin de rue.

Russell a treize ans lorsque sa mère décide de quitter le foyer, le laissant seul avec son père. Tous deux vont déménager en Californie. Ils louent une chambre chez la famille Mah, premier pied-à-terre de cette nouvelle vie. Quand le père de Russell trouve un travail, ils investissent leur nouvelle maison. Elle se trouve non loin de chez les Mah qui resteront un repère pour Russell ; leur maison restera un lieu ressource quand tout va au plus mal et qu’il a besoin de reprendre des forces.

Avec son père, Russell doit très vite apprendre à se débrouiller seul mais ce n’est pas tout. Il doit tout apprendre par lui-même : à se protéger, à créer des alliances (à défaut de se trouver des amis)… apprendre à grandir le moins bancal possible.

Onze ans après « Sutures » , le trait de David Small s’est affiné. Il est moins dépouillé et le propos est moins incisif.

Son premier roman graphique lui a certainement servi de catharsis mais le besoin de parler de l’adolescence reste visiblement présent. La solitude du personnage central est la même. Lui aussi pousse un cri silencieux qui lui permet de supporter son désespoir. On retrouve des thèmes similaires, comme si l’artiste faisait invariablement rimer « adolescence » avec solitude, souffrance, manque d’affection, humiliations et indifférence de l’entourage.

Russell a peu d’estime pour lui-même. Il se déteste et ne voit en lui que ses défauts : la lâcheté, l’absence de pugnacité… tout en lui semble l’exécrer. Il n’a aucune consistance, aucun charisme, aucune passion, aucune conviction. Rien. Tout est à construire. Il s’embourbe dans les mots, ne sait pas comment faire pour attirer l’attention de son père et chacune de ses tentatives est interprétée de manière brutale par un paternel qui semble incapable d’aimer son fils.

Le dessin de Small s’est habillé de discrets apparats… j’ai du moins l’impression qu’il est plus maîtrisé. Il y a de nombreux passages muets qui accentuent l’impression de solitude dont est entouré le héros. Ces silences mettent également en exergue le poids des non-dits et la culpabilité que le personnage principal ressent d’avoir laissé filé des occasions de dire ce qu’il avait sur le cœur. Sans personne à qui faire confiance, il tâtonne, il est effrayé.

Sans aucune figure parentale à laquelle s’amarrer et se rassurer, le personnage se vit en naufragé. S’il parvient à identifier les traits de caractères et les centres d’intérêt de ceux qui l’entoure, il échoue à y parvenir pour lui-même. On a l’impression qu’il est une coquille vide. On observe ainsi la difficile quête identitaire du personnage principal. Il cherche à lier des amitiés qui ne le nourrissent pas ; il imite en silence, il obtempère docilement pour se faire accepter mais ne trouve aucun plaisir, ni aucune gratification à se fourvoyer de la sorte. Il ne trouve tout simplement pas sa place auprès des autres. Ses doutes, son manque de confiance, sa solitude nous sont livrées sans filtre.

Le personnage est touchant mais je n’ai pas été réellement émue par cette lecture où il est question d’une adolescence difficile à vivre du fait d’un contexte familial délétère.

Dans la nuit noire (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Outsider

Dessinateur & Scénariste : David SMALL

Traduction : Nicolas BERTRAND

Dépôt légal : mars 2021 / 408 pages / 24,95 euros

ISBN : 9782413024125

La Petite Mort, tome 1.5 (Mourier)

En 2013, sortait le premier tome de cette série devenue incontournable.

Huit ans après, le scénariste revient sur la genèse de cet univers et réécrit totalement son scénario.

tome 1.5 – Mourier © Guy Delcourt Productions – 2021

« Et si La Petite Mort n’avait pas fait les mêmes choix ? Et si ses parents, son grand-père et même son poisson avaient agi différemment ? Et si La Petite Mort ne fauchait pas Séphi (le chat) mais Ludo, que ce serait-il passé ? « La Petite Mort 1,5 » c’est la réécriture complète de l’univers de La Petite Mort où l’on retrouve des personnages forts de la série » (synopsis éditeur).

Un tome plein de supposés pour visiter « autrement » l’univers et le réinventer. Le changement commence dès le visuel de couverture qui prend totalement le contre-pied du premier tome de la série. Alors que ce dernier exposait La Petite Mort sur fond noir, ce nouveau tome opte pour un fond blanc… Pile ou face, les deux versants d’un monde qui aurait pu être tout autre si le scénariste avait fait faire d’autres choix à son personnage principal.

La Petite Mort succédera un jour à son père La Faucheuse. En attendant, il va à l’école et retrouve chaque jour son ami Ludo. Pendant les vacances d’été, il passe son examen de Fauche et le réussi haut la main. Sur la liste des prétendants à la mort qu’il doit faire passer de vie à trépas, il y a quelques célébrités comme Harry Potter, Spok et les tortues Ninja. La Petite Mort aime ça même si, au fond de lui, il rêve de devenir fleuriste. Mais il n’y a rien à faire, pas de négociations possibles : il doit reprendre l’entreprise familiale.

Un univers franchement décalé dans la même veine que « La Vie de Norman » ; on rit de la mort, on s’amuse avec elle… elle est dédiabolisée. Davy Mourier détricote et retricote son scénario pour en faire quelque chose d’à la fois nouveau et familier. Son scénario délirant saute du coq à l’âne et intègre – le temps de quelques cases – des personnages temporaires qu’il éradique aussitôt de l’histoire… ce qui renforce d’autant le côté farfelu du scénario. Des références à des univers imaginaires de tous poils : cinéma, littérature, dessin-animé… l’auteur pioche généreusement dans les références de la culture populaire.

Notre petit héros a le mal de vivre. Il déprime, a le spleen, aimerait être comme tous les enfants de son âge mais son statut lui interdit de mener une vie normale. La solitude est son fardeau quotidien. La mort est présente à chaque page et donne une ambiance atypique au récit. L’humour noir est le fil conducteur qui rythme la lecture, on se prend au jeu, on rit jaune… mais on rit. Davy Mourier décape au vitriol les travers de la société et réalise une critique sociale aussi juste décalée.

Le harcèlement scolaire, la maladie, le désespoir, le rejet, l’incompréhension… un flot généreux de thématiques face auxquelles la société ne trouve pas de réponse satisfaisante sont abordées de façon ironique. On referme cet album en étant amusé… et furieusement désireux de relire les premiers tomes de la série pour rafraichir un peu notre mémoire qui a remisé dans le tiroir de l’oubli de nombreux détails narratifs qui font le sel de cet univers loufoque et mordant.

La petite Mort / Tome 1.5 : Une Impression de déjà-vu

Editeur : Delcourt / Collection : Humour de rire

Dessinateur & Scénariste : Davy MOURIER

Dépôt légal : février 2021 / 96 pages / 15,50 euros

ISBN : 9782413039204

Les Gens de rien, tome 1 (Masson)

J’ai découvert le travail de Charles Masson en 2009 avec « Droit du sol » , un reportage qu’il avait réalisé à Mayotte auprès de migrants. Il dénonçait les conditions d’accueil lamentables des personnes en situation irrégulière et les piètres moyens mis à la disposition des équipes (de l’humanitaire et du secteur médico-social) pour leur venir en aide. Tout cela… l’opinion publique s’en contrefiche. J’ai lu peu d’autres ouvrages de cet auteur si ce n’est « Soupe froide » qui, là aussi, frappe un grand coup sur la table en s’intéressant au quotidien d’un homme sans-abri.

Des sujets rarement abordés, quel que soit le medium. Alors faut-il être un minimum sensibilisé pour parler de ces sujets « d’actualité » ? Pourquoi cette indifférence générale face à la souffrance d’autrui ? Heureusement, il y a des gens qui se mobilisent. Charles Masson en fait partie, peut-être parce qu’il est médecin et que son parcours l’a amené à rencontrer des gens qui n’ont plus rien, des gens qui pensent « n’être plus rien » parce que la société ne les voit pas, ne les considère pas… elle leur tourne le dos.

Masson © Guy Delcourt Productions – 2021

Avec « Les Gens de rien » , Charles Masson parle du soin, du cancer. Il rencontre Marie en consultation, elle deviendra sa patiente. Il l’accompagne dans sa fin de vie, seule alternative qu’il lui reste car Marie s’est présentée à lui trop tard : son cancer à la gorge ne peut plus être soigné. Les métastases sont partout dans son corps.

Dès le début, l’auteur utilise l’imparfait. Il raconte le passé, il raconte une histoire qui s’est aujourd’hui refermée. On sent la joie de certains instants. On sent la nostalgie dans ce bel hommage qu’il fait à cette femme. Il parle de Marie, de sa vie, du courage dont elle a toujours fait preuve, de sa détermination. Une femme indépendante au caractère bien trempé qui ne se démonte pas face à la première difficulté qui pourrait entraver sa route.

Du passé de Marie qui revit grâce au témoignage de sa meilleure amie au présent de Marie qui regarde la maladie en face. Elle garde la tête haute et le positionnement bienveillant des médecins l’y incite. Sa parole est respectée. Toute patiente qu’elle est, il n’est pas question que les volontés du corps médical s’imposent à elle. Il s’agit de sa vie, de sa santé… c’est à elle de décider si oui ou non elle accepte de prendre tel traitement, de faire tel examen… Il n’est pas de mise de juger, il ne convient pas de la faire plier contre son gré. Parler de « relation de confiance » entre le soignant et son patient prend ici tout son sens ; ils font alliance pour brider autant que possible ce fichu crabe. Le suivi médical a commencé en hiver. Sa seule ambition était de permettre à cette dame de voir une dernière fois le printemps…

L’auteur (et médecin) s’efface complètement au bénéfice du personnage principal. Il est un des personnages secondaires et endosse à sa manière la façon dont cette histoire s’est achevée. Le scénario est fluide, il nous laisse éberlué face à la lucidité de l’héroïne, sa force de caractère et sa pugnacité. On prend plaisir à découvrir ce récit plein d’humanité, cette rencontre entre deux personnes, la confiance réciproque qui se tisse entre eux. C’est simple, doux. Le rythme narratif prend le temps de nous installer puis de nous raconter sans ambages cette petite histoire de vie.

Curieuse et impatiente de découvrir le second tome des « Gens de rien » … il nous mènera peut-être en été aux côtés d’autres petites gens.

Les Gens de rien / Tome 1 : Jusqu’au Printemps

Editeur : Delcourt / Collection : Encrages

Dessinateur & Scénariste : Charles MASSON

Dépôt légal : mars 2021 / 88 pages / 13,94 euros

ISBN : 9782413037507

La Maison qui rêvait (Braslavsky)

Braslavsky © Guy Delcourt Productions – 2021

Souvent dans les villes, tout se ressemble. Pas une ligne courbe pour caresser l’œil, pas une façade qui se dénote des autres façades grises… rien pour retenir notre attention, égayer nos balades, nourrir nos pérégrinations. Ou rarement. 

« La maison » se trouve au détour d’un quartier ordinaire. Elle est atypique, aussi mignonne que biscornue. Un œil de bœuf ouvre une façade parsemée de fenêtres disséminées de-ci de-là sans cohérence apparente. Tout est asymétrique… et ça la rend bigrement mignonne, cette petite maison !

« Aucune fenêtre ne s’alignait sur les autres et on eût été bien en peine d’en compter les étages. Un balcon se transformait subitement en escalier sans qu’on sût pourquoi. Une console ne supportait rien. Quant aux ornements, ils semblaient éparpillés ici ou là, au petit bonheur. »

L’intérieur du bâtiment est à l’instar de l’extérieur. Dans ce lieu insolite vit un petit microcosme de locataires. Ils comptent dans leurs rangs deux retraitées aussi extravagantes que l’excentrique construction dans laquelle elles logent. Judith Pinson et Anne-Marie Fauvette sont des commères hors-pair. Leur sujet de discussion favori ? Parler des causes de leurs insomnies ! Et chaque nuit apporte un récit inédit ! Tantôt elles ont ressenti un froid extrême, tantôt elles ont entendu les cris incessants d’animaux sauvages, tantôt des craquements à faire blêmir une tomate… Et rien de sensé n’explique ces événements nocturnes. Forcément, comment se douter que tout simplement, « la maison » rêve en emporte chaque ses locataires dans ses périples nocturnes !?

Max Braslavsky a imaginé un récit joliment ficelé et réellement original. Très vite, l’intrigue nous ferre, titille notre curiosité et nous invite à poursuivre la lecture. Quel est donc cet étrange sortilège qui expliquerait qu’une maison peut rêver ? Voilà un drôle de mystère que l’on a envie de percer. Avec humour et tendresse, l’auteur nous donne envie de baguenauder sur le sillon narratif qu’il a ouvert et j’avoue qu’il est très agréable de déambuler dans cet univers mi-onirique mi-réaliste. Le dessin est charmant, le trait sensible nous fait baisser les armes et nous attacher aussi bien à ce duos de pipelettes un tantinet déboussolées par la multiplicité et l’étrangeté de ce qu’elles entendent et ressentent dans l’obscurité, lorsque la ville dort. Max Braslavsky a créé une enclave imaginaire dans laquelle on se niche avec délice. Le ton est tantôt enjoué tantôt sérieux. Il y a beaucoup de loufoquerie dans ce scénario qui s’amuse à mélanger le réel et l’improbable avec beaucoup de naturel. Cette intrigue farfelue permet d’aborder des thèmes plus sérieux comme l’entrée dans la vie adulte, les rêves que jeunesse que l’on aimerait réaliser et la vieillesse.

Aussi drôle qu’intriguant, voilà un album jeunesse plein de bonne humeur.

La Maison qui rêvait (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Jeunesse

Dessinateur & Scénariste : Max BRASLAVSKY

Dépôt légal : février 2021 / 56 pages / 13,50 euros

ISBN : 9782413026785

Chroniques de Jeunesse (Delisle)

Delisle © Guy Delcourt Productions – 2021

Son premier petit boulot d’été, il le décroche à l’âge de 16 ans dans l’usine de pâte et papier où son père travaille en tant que dessinateur industriel. Guy Delisle découvre le monde du travail, il est papetier et apprend à fabriquer du papier journal.

Il est en poste de nuit pour l’essentiel. Guy mettra du temps avant de se faire à ce rythme de travail abrutissant. Mais les perspectives pécuniaires que lui offrent ce job valent tout l’or du monde. A la rentrée, il reprendra ses études en Arts Plastiques.

« J’imagine que le bénéfice de travailler à l’usine quand on a moins de 20 ans, c’est qu’on voit de façon concrète à quoi serviront nos études. »

Sur le même principe que ses autres « chroniques » (Chroniques de Jérusalem, Chroniques birmanes, mais aussi Pyongyang et Shenzhen), Guy Delisle relate son quotidien. Ici, il s’agit des souvenirs de son adolescence, lorsqu’il travaillait pour financer ses études. On reste sur un récit en grande partie factuel que l’auteur ponctue de quelques passages destinés à partager la lecture qu’il a de ce qu’il observe et découvre. Guy Delisle mesure notamment le décalage entre les ouvriers qui sont quotidiennement au « charbon » et les cols blancs de l’usine (ingénieurs et autres salariés des bureaux) qui travaillent loin de la réalité de terrain.

Cet album est également l’occasion pour l’auteur de parler de la relation qu’il a avec son père. Son père qu’il perçoit presque comme un inconnu. La manière d’aborder son quotidien et les éléments plus personnels de sa vie m’ont parfois fait penser à la série « Paul » de Michel Rabagliati ; en cela, je trouve que le style de Rabagliati est beaucoup juste, touchant et prenant. Guy Delisle nous laisse davantage sur le bas-côté : j’observe de façon extérieure, je ne m’émeus pas.

Avec cet album, j’ai retrouvé de façon timide les sensations que j’avais eues à la lecture de « Shenzhen » et de « Pyongyang » … Le fil narratif et l’ambiance de « Chroniques de Jeunesse » ont une consistance et une dynamique qui m’ont donné envie de tourner la page, encore et encore. Je suis loin de l’agacement qu’a provoqué « Chroniques de Jérusalem » , loin de l’ennui ressenti au contact des « Chroniques birmanes » .

Un ouvrage que j’ai eu plaisir à lire et cela faisait bien longtemps que Guy Delisle ne m’avait pas surprise.

La chronique de Jérôme.

Chroniques de Jeunesse (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Shampooing

Dessinateur & Scénariste : Guy DELISLE

Dépôt légal : janvier 2021 / 136 pages / 15,50 euros

ISBN : 9782413039310