Rita sauvée des eaux (Legoubin-Caupeil & Charbin)

Legoubin-Caupeil – Charbin © Guy Delcourt Productions – 2020

Sophie a seize ans lorsque son père se noie en sauvant de la noyade une jeune indienne à peine plus âgée qu’elle. Et comme un drame n’arrive jamais seul, sa mère se suicide trois ans plus tard, submergée par le chagrin et incapable de faire face à la mort de son époux.

Sophie grandit avec ce traumatisme qui la rend fière du courage de son père mais crée en elle une grande amertume. Une tristesse gigantesque l’accule parfois et crée des accès de mélancolie qu’elle apprend à canaliser peu à peu. A mesure que les années passent, Sophie trouve en elle la rage de vivre et s’y accroche comme à une bouée. Elle s’élance dans la vie active et rencontre sa moitié dont elle est toujours éperdument amoureuse. Ensemble, ils fondent une famille et construisent leur bonheur. Mais Sophie peine à tourner la page de ce drame qui l’a percutée pendant l’adolescence… elle ressasse. L’événement qui lui a ravit son père la hante. Souvent.

A 44 ans, Sophie décide de retrouver la femme sauvée par son père et espère que cette dernière est parvenue à se construire une jolie vie… Cela lui prouverait que son père n’est pas mort pour rien… Habituée à se rendre chaque année en Inde depuis sa plus tendre enfance, Sophie n’a aucune difficulté à retourner sur place pour rencontrer les gens qui étaient présents lors du drame en 1987. De rencontre en rencontre, elle finit par obtenir l’identité de Rita ainsi que ses coordonnées.

Chaque étape, chaque personne rencontrée et l’opportunité – in fine – de retrouver Rita permettent à Sophie de mesurer le chemin qu’elle a parcouru et de comprendre que sa démarche lui permet de clore un long processus de deuil engagé vingt-huit ans plus tôt…

J’ai eu du mal à m’installer dans ce récit autobiographique. Le témoignage est découpé en plusieurs parties et celle qui nous accueille m’a laissé une désagréable impression d’ « entre soi » entre l’autrice-scénariste et son entourage… Le propos qui nous accueille est factuel et le scénario n’est pas avare pour nous transmettre impressions et émotions des personnages mais nous n’avons pas eu le temps de les investir…. De fait, il m’a semblé n’être que simple spectatrice d’une scène de vie un peu hermétique. J’ai cru un instant que l’album allait rapidement me tomber des mains. Puis, la seconde partie s’ouvre et tout change. 

Dès lors, le récit reprend son fil « chronologique » et nous explique alors le pourquoi, le comment… On contextualise la démarche de l’autrice et la dynamique qui l’a conduit à rencontrer Rita ; c’est là une étape capitale du témoignage pour comprendre, donner du sens au contenu du premier chapitre et mesurer l’importance que revêt (pour chaque protagoniste) cet événement. C’est aussi ce « faire connaissance » avec les protagonistes qui m’a manqué dans les premières pages. En somme, comprendre la démarche de Sophie, les étapes par lesquelles elle est passée, les espoirs qu’elle a portés et ce qui avait de l’importance à ses yeux est offre un éclairage capital sur l’aboutissement de la démarche très personnelle de la scénariste. Une fois qu’on accède à ces informations, l’oreille du lecteur est une attentive et plus encline à capter les détails de ce que l’autrice souhaite transmettre.

Ce témoignage est aussi l’occasion pour le lecteur de découvrir l’Inde à travers le regard de Sophie Legoubin-Caupeil. Depuis l’âge de quatre ans, elle s’y rend chaque année… cela fait quarante ans qu’elle visite invariablement des lieux qui sont devenus pour elle des incontournables de ses séjours. Quarante ans qu’elle parfait sa connaissance de l’Inde (sa culture, ses us et coutumes, sa géographie…).

Les dessins d’Alice Charbin sont denses… très riches en contenu même si d’apparence, la fraicheur du trait et le côté printanier des couleurs qui y sont associées leur donnent un air naïf qu’ils n’ont pas. L’insouciance n’est qu’un faux-semblant trompeur. Sur certains passages, le propos est assez verbeux, à nous en donner le tournis mais il est vrai que la démarche en elle-même est propice à cette logorrhée : se dire, faire connaissance, se découvrir… Tout colle et nous découvrons avec plaisir la gourmandise avec laquelle les deux femmes (l’une française, l’autre indienne) ont envie et besoin d’apprendre tout l’une de l’autre.

Belle surprise au final malgré un début de lecture hésitant.

Rita sauvée des eaux (récit complet)

Editeur : Delcourt

Dessinateur : Alice CHARBIN

Scénariste : Sophie LEGOUBIN-CAUPEIL

Dépôt légal : juin 2020 / 176 pages / 22,95 euros

ISBN : 978-2-413-01949-7

Open Bar – 2e tournée (Fabcaro)

Fabcaro © Guy Delcourt Productions – 2020

J’avais modérément accroché avec le premier tome d’ « Open Bar » sorti en mai 2019 … il avait quelque chose de trop convenu, de moins incisif que certains ouvrages de Fabcaro… De pas-aussi-drôle qu’espéré aussi…. du coup, je n’avais pas pris le temps de rédiger une chronique mal embouchée… Pourtant pourtant… il m’est difficile de résister à cet auteur truculent qui use et abuse d’un humour farouche et décapant. Du loufoque à l’excès, du cynisme chatoyant, de ce talent à critiquer notre société que je ne retrouve nulle part ailleurs. Alors le second tome d’ « Open Bar » devait forcément passer entre mes mains et cette fois, je prends le temps de dire l’accueil que je lui ai réservé.

Plaisir de retrouver ce dessin qui n’en fait pas des caisses alors que le scénario lui s’autorise tout, absolument tout. C’est ubuesque, comme si les situations les plus improbables qu’inventent nos cerveaux malades se matérialisaient d’un coup de crayon.

Des gags d’une page qui se terminent de façon cinglante et abrupte, le côté incisif carbure à plein. D’une première rencontre qui vire à la gêne, des effets de mode que personne ne comprend, des discours lissés pour faire bonne impression en société, Fabcaro défonce tout tout tout et dresse le portrait d’une société en pleine crise d’identité mais surtout, en plein marasme sociétal. Nul doute qu’elle nous rendrait totalement psychotique si on ne veillait à agrémenter notre quotidien d’une grosse louche d’humour noir, très noir… celui-là même que Fabcaro utilise avec brio. Pour autant, les ficelles narratives sont un peu usées à force d’avoir été utilisées avec panache dans d’autres albums truculents dont lui seul à la recette (avec quelques incontournables comme « Carnet du Pérou » , « Zaï Zaï Zaï Zaï » , « La Bredoute » ou « Et si l’amour c’était aimer ? » ).

Une lecture qui sans surprise donnera des bouffées d’angoisse à ceusses de la Manif pour tous, des crises d’urticaire à la populace de droite et une bonne constipation à tous les coincés en général. Les autres rirons certainement sous cape avec grand plaisir.

Open Bar – 2e tournée

Editeur : Delcourt / Collection : Pataquès

Dessinateur & Scénariste : FABCARO

Dépôt légal : avril 2020 / 56 pages / 12,50 euros

ISBN : 978-2-413-02503-0

Le Serment des Lampions (Andrews)

Andrews © Guy Delcourt Productions – 2020

Comme chaque année à la période de la Fête de l’Equinoxe, le village est en fête. Les enfants ont construit des lampions qu’ils déposent dans la rivière afin qu’elle les emporte pour un lieu fantasmé par les enfants. Jusque-là, dès que les lampions se mettaient à flotter, Ben et ses amis enfourchaient leurs vélos pour les suivre jusqu’au pont en bas de la montagne. Leurs parents ne les autorisent pas à aller plus loin.

Cette année pourtant, les amis se sont fait le serment de suivre les lampions jusqu’au bout de leur voyage. Interdiction de faire demi-tour ou de regarder en arrière. Aller aussi loin que les lampions pour savoir, enfin, ce qu’il y a au bout de leur voyage. Certains disent qu’ils vont rejoindre les étoiles. D’autres qu’ils s’enfoncent dans les profondeurs d’une grotte. Il y a tant d’histoires véhiculées par les adultes et les chansons ancestrales !!

C’est le cœur battant et des rêves d’aventure plein la tête que la bande d’amis s’élance. Mais au bout de quelques kilomètres, seuls Ben et Nathaniel ont le courage de ne pas rebrousser chemin. Ils ont soif de nouveaux paysages et une envie furieuse de vivre cette aventure tant rêvée. Celle-ci va pourtant les surprendre à la première occasion. Leur chemin est jalonné d’embûches, de détours à faire, de mille surprises et de surprenantes rencontres : un ours pêcheur, une pharmacienne aussi loufoque que passionnée, des Illuminés…

De quoi nourrir les rêves d’ailleurs de Ben et Nathaniel.

« Le Serment des lampions » est une épopée onirique de deux jeunes garçons à la curiosité débordante. Leur soif de nouveaux horizons, leur curiosité gourmande à découvrir le monde par leurs propres yeux, leur capacité à s’affranchir de l’autorité de leurs parents et à finalement suivre leur rêve viennent épicer cette aventure incroyable. Ryan Andrews nous emporte entre rêve et réalité et nous fait ressentir la peur que tout cela s’arrête en un battement de cil… tourner la page, c’est prendre ce risque que les garçons se réveillent et que tout ce qu’ils ont vécu depuis que l’on a commencé la lecture ne soit qu’illusions. On est proches des univers de Miyazaki, sur cette fine frontière où la vie chahute l’improbable.

Ryan Andrews nous offre-là une belle parenthèse qui fait oublier, le temps de la lecture, ce qui extérieur à elle… et ses relents délicieux reviennent nous titiller longtemps après qu’elle soit terminée. C’est une belle escapade imaginaire, un beau prétexte pris par deux enfants qui veulent s’émanciper et s’affranchir du joug parental. On s’émerveille avec eux de ces rencontres surprenantes qu’ils font, de l’existence d’un monde parallèle au nôtre qui tient compte d’autres codes, de communautés qui parviennent à vivre en harmonie avec leur environnement. On est attentif lorsqu’on découvre comment faire une boussole avec trois fois rien. On est amusé de découvrir les trouvailles pétillantes du scénariste… en veux-tu de « l’extrait d’œil de cartographe » ? Sais-tu que l’on peut nager parmi les étoiles ou qu’il existe des grottes aux étoiles ?

Je me suis régalée. Ça pétille, c’est frais, c’est drôle même quand le héros est bougon, c’est folie douce autant que passionnant. C’est censé car on voudrait croire au possible. C’est le périple d’une nuit d’équinoxe, une fugue surnaturelle, un voyage initiatique qui se teint de tous les dégradés possibles de bleu. Et bien que la palette des teintes utilisées par l’auteur soit limitée, Ryan Andrews nous offre-là un voyage graphique haut en couleurs.

Un album pour petits et grands lecteurs, un ouvrage qui se dévore.

Le Serment des Lampions (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Outsider

Dessinateur & Scénariste : Ryan ANDREWS

Dépôt légal : mai 2020 / 336 pages / 24,95 euros

ISBN : 978-2-4130-1859-9

Jeannot (Clément & Maurel)

Clément – Maurel © Guy Delcourt Productions – 2020

Il s’appelle Jeannot. La soixantaine bien tassée. Ancien jardinier. Le fil rouge de sa vie, c’est le soin (très) méticuleux qu’il a mis toute sa vie à s’occuper des plantes. Mais…

Sa vie a déjà basculé une fois. Il avait la quarantaine quand les tourments de la vie les poussent, sa femme et lui, au divorce. Un divorce qui l’affecte profondément. Et soudainement, suite à cette bourrasque qui a emporté sa vie d’avant, Jeannot s’est mis à entendre ce que disent les plantes. Cela pourrait être vu comme une bénédiction pour un jardinier… mais Jeannot le vit comme une malédiction.

 « … car si vous pouviez entendre parler les plantes, comme moi… vous constateriez que la plupart sont bêtes comme leurs racines. »

Cette aigreur qu’il ressent depuis des années l’a changé en vieux ronchon. Des années qu’il ressasse cette colère et presque rien ne l’apaise. Jusqu’à sa rencontre avec Josette… vous savez cette Josette que Merlin a affectueusement surnommée « Chaussette » !

Oh quel régal de pouvoir savourer cette pépite d’album jeunesse ! C’est une courte parenthèse (quarante pages, ça se lit rudement vite !) mais le résultat est beau. C’est aussi l’occasion de découvrir le premier titre de ce duo formé par Loïc Clément et Carole Maurel… un peu surprenante parenthèse car j’étais très habituée aux collaborations que le scénariste a eues avec Anne Montel avec notamment à leur actif Chaussette, Les Jours sucrés ou plus récemment Miss Charity (que j’ai lu mais non chroniqué).

Alors forcément, je n’ai pas fait le lien de suite avec « Chaussette » (paru en avril 2017 et qui fut pour moi un énooormissime coup de cœur). Je n’ai pas fait le lien parce que Josette n’y est pas le personnage principal… Puis je n’y étais pas préparée… Puis elle arrive dans un second temps, lorsqu’on se repère un peu dans le quotidien de Jeannot et que j’étais déjà là à rire sous cape en observant ce vieux bougon… Puis enfin [c’est le dernier] je n’ai pas fait le lien de suite parce que l’histoire de Jeannot est différente. Cerise sur le gâteau : il n’est pas nécessaire d’avoir lu « Chaussette » avant pour s’immiscer dans l’univers et s’y sentir bien.

« Jeannot » est un album plus mature que « Chaussette » . C’est du moins comme cela que je l’ai perçu. J’ai trouvé que le personnage principal avait une personnalité plus affirmée. Son grain de folie s’impose bien plus que celui de Josette. Cela tient aussi à la façon dont on entre dans sa vie : de plein-pied [pour l’histoire de Josette, c’était une drôle de filature que réalisait un enfant… forcément un récit plus onirique, un peu naïf]. La réelle différence tient au travail de Carole Maurel. On passe ainsi du crayonné printanier qui collait parfaitement avec le personnage féminin à un dessin plus épais, plus automnal dans ses teintes. Il se marie très bien à la personnalité de Jeannot.

Un drôle d’album qui nous amène sans crier gare sur un sujet douloureux. Support intermédiaire idéal pour parler de la question du deuil avec un jeune lecteur.

Jeannot (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Les contes des cœurs perdus

Dessinateur : Carole MAUREL / Scénariste : Loïc CLEMENT

Dépôt légal : juin 2020 / 40 pages / 10,95 euros

ISBN : 978-2-4130-1965-7

Hors-Saison (Sturm)

Sturm © Guy Delcourt Productions – 2020

La campagne électorale bat son plein. Sanders, Clinton, Trump racolent leurs électeurs pendant que les médias en font leurs choux gras.

C’est dans ce contexte de déchainement médiatique qui annonce le changement radical du paysage politique américain que Mark – un ouvrier du bâtiment – affronte une autre tempête : celle de son divorce. Sa vie prend un virage radical. Il vit cet événement comme un échec et il se retrouve balloté par la valse d’une nouvelle organisation à trouver. Il doit apprendre à jouer les équilibristes entre ses engagements professionnelles et ses responsabilités familiales pour parvenir à assumer correctement la garde alternée de Suzie et Jeremy. Dans le tumulte qu’est devenue sa vie, où rien ne semble vouloir se faire sans heurts, Mark est tenté de baisser les bras.

Les souvenirs d’une vie de famille terminée. Les débuts chaotiques d’une garde alternée douloureuse. La course pour s’organiser et tenter d’apporter aux enfants un semblant de continuité entre leurs deux foyers. Les difficultés financières qui complexifient la situation. A cela s’ajoutent des sentiments étouffés, une amertume, une colère. L’impression d’avoir échoué et la frustration. James Sturm (Le Swing du Golem, Black Star, Le Jour du marché…) livre son personnage à la tourmente. Un soupçon de faits autobiographique donne le liant nécessaire à cette histoire qui se déroule dans un monde anthropomorphe. A quoi peut bien servir l’anthropomorphisme ici si ce n’est peut-être d’atténuer les aspérités et les éclats coupants de certains souvenirs de l’auteur ? Peut-être cela lui épargne-t-il de faire face à certaines trop douloureuses, le registre de la fiction viendrait atténuer quelque peu les derniers tiraillements qu’il aurait encore.

Pour le reste, cette tranche de vie raconte une scène de vie assez classique : on n’assiste pas à la rupture mais on est présents dès le début de cette nouvelle vie. Les habitudes se mettent en place de manière assez poussive, les enfants sont réfractaires à leur nouveau rythme et il m’a semblé percevoir que le personnage découvrait progressivement la réalité d’un quotidien avec ses enfants : les repas, le respect de leurs petites habitudes (alimentaires, activités…). De fait, ses petits réclament souvent leur mère et se laissent dépasser par le moindre changement de leurs repères quotidiens. On sent que les membres de cette famille éclatée sont à fleur de peau.

Graphiquement, James Sturm développe un univers dans des gris-bleus délavés qui renforcent l’impression de morosité ambiante. Le personnage déprime et se bat avec un quotidien retors. Il subit la situation plus qu’il ne la vit.

C’est un récit chagrin qui nous embarque un peu dans sa mélancolie et nous secoue durant les instants de colère. Je ne sais pas quels sont les souvenirs que je garderai de cette lecture mais il m’a rendue chiffon.

La chronique de Jérôme.

Hors-Saison (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Outsider

Dessinateur & Scénariste : James STURM

Traduction : Margot NEGRONI

Dépôt légal : mai 2020 / 216 pages / 24,95 euros

ISBN : 978-2-4130-2251-0

Homicide – Une année dans les rues de Baltimore, tome 4 (Squarzoni)

La liste des noms des victimes s’allonge chaque jour.

Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2019

Les dossiers des affaires non résolues s’entassent sur les bureaux des enquêteurs.

Parfois, une enquête est résolue par hasard, grâce à un heureux concours de circonstances, conduisant des meurtriers derrière les barreaux. Mais ce type d’événements est rare.

Les règlements de compte, actes de violence gratuite, expéditions punitives, petits larcins… conduisent généralement à l’irréparable. La Brigade des Homicides de la ville de Baltimore travaille d’arrache-pied pour trouver les coupables. Parmi les meurtres toujours non élucidés, celui de Latonya Wallace, une fillette de 11 ans dont le corps a été retrouvé le 4 février 1988 (voir tome 1). Elle est morte étranglée, après avoir été violée, et deux mois plus tard, l’inspecteur Pellegrini en charge de l’enquête reprend tous les éléments du dossier. Il est obsédé par ce meurtre et déterminé à retrouver le meurtrier de l’enfant. Il est à l’affut du moindre élément qui aurait échappé à sa vigilance.

Laytona Wallace, John Scott, Dany Cage, Trevon Harris… la liste des noms inscrits en rouge sur le tableau des affaires confiées à la brigade. Quand un meurtre est découvert, le nom de la victime est aussitôt inscrit en rouge sur le tableau… dès que l’affaire est résolue, le nom est réécrit, à l’encre noire cette fois. Tableau de chasse de la Brigade, qui sert à la fois à mobiliser les troupes, à maintenir un esprit de compétition entre les inspecteurs et à comptabiliser le nombre de dossiers sur lesquels l’équipe s’est cassé les dents.

Avec ce quatrième tome, Philippe Squarzoni pose l’avant-dernière pierre d’ « Homicide » , adaptation fidèle de la série « The Wire (Sur Ecoute) » réalisée par David Simon. Travail de terrain, travail d’observation et de décryptage, rester objectif, neutre … et pointer les dysfonctionnements d’un système.

« Ses inspecteurs devaient se plier plus rigoureusement au règlement. Et se couvrir en rédigeant des mises à jour et des suivis de dossiers pour toutes les affaires. C’était de la pure foutaise bureaucratique. Et le boulot inepte consistant à remplir des notes de service pour protéger ses fesses gâchait un temps précieux. Mais c’était le jeu et il fallait le jouer. »

Rien n’est épargné au lecteur. Ni les détails de la mort, ni le déroulement de l’expertise du médecin légiste, ni les idées noires que broient les inspecteurs, ni les codes instaurés entre les bandes faisant la loi dans les banlieues. Violences, règlements de compte, crises de couples, jalousies, deal… Baltimore est une ville dont le taux de criminalité est excessivement élevé. Cette enquête explique aussi les raisons de cette réalité sociale.

Très bonne série. Pesante. Plombante. Crue. Il me tarde d’en connaître le dénouement et, consécutivement à cela, de voir aussi Philippe Squarzoni revenir à ses propres documentaires.

Autres albums de l’auteur que vous trouverez ici : Saison brune, Torture blanche, Garduno en temps de paix, Zapata en temps de guerre, Dol ainsi que les trois premiers tomes de cette série.

Homicide – Tome 4 : 2 avril – 22 juillet 1988 (pentalogie en cours)

Editeur : Delcourt / Collection : Encrages

Dessinateur & Scénariste : Philippe SQUARZONI

Dépôt légal : septembre 2019 / 174 pages / 17,95 euros

ISBN : 978-2-413-01754-7