L’Instant d’après (Zidrou & Maltaite)

Elle s’effeuille, ondule, excite, se déhanche. Vers elle, les regards lubriques convergent, les hommes se gonflent peu à peu d’un ardent désir, laissant aller bon train les fantasmes, le temps d’une danse érotique.

L’Instant d’après – Zidrou – Maltaite © Dupuis – 2020

Blandine est strip-teaseuse dans un rade paumé au fin fond de la Caroline du Sud. Elle a un goût amer en bouche. Cette sale impression d’avoir raté sa vie. D’être une débauchée. Une fille vulgaire à qui la vie n’a réservé que des coups pourris. Même ses parents la considèrent comme une moins que rien. C’est sûr que comparée à Aline, sa sœur jumelle devenue une harpiste émérite reconnue, elle fait tache. La lie de la fratrie. La hanche… sa jumelle et elle n’ont bien que ce point en commun ; quand l’une la caresse pour en sortie une somptueuse mélodie, l’autre la dénude et la huile pour appâter le chaland vicieux.

Ça fait des années que Blandine n’a plus de contact avec sa sœur. Pourtant, en faisant son numéro ce soir-là, elle se fige. D’instinct, elle sait qu’il est arrivé quelque chose à Aline. Elle plaque tout et prend le premier avion pour rentrer en France. Et si elle n’a pas beaucoup d’estime pour Philippe, son beau-frère, Blandine a du mal à croire qu’il est l’assassin de sa sœur. Elle se met à enquêter et découvre qu’à l’instar de sa sœur, d’autres personnes ont également disparues de façon inexpliquée.

Zidrou ! Ah !!! J’ai toujours un moment d’arrêt avant de commencer à lire la dernière histoire en date sortie de son cerveau (enfin plutôt dire « fraîchement publiée » ). Oui, parce qu’entre Zidrou et moi, ça passe ou ça casse. Pas de juste milieu, pas de demi-teinte en bref : c’est noir ou blanc. Il a su m’émouvoir à en pleurer. Il a aussi su me comprendre qu’un album doté d’une pagination classique (allez, 56 pages en moyenne) pouvait avoir un temps de lecture plus long que l’intégralité des volumes de l’Encyclopædia Universalis… c’est dire. Mais oui, grâce à Zidrou, j’ai eu à sortir les mouchoirs avec Lydie ou Pendant que le Roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? et j’ai eu l’occasion de me poiler comme avec Les beaux étés par exemple [et si l’un de vous pouvait m’offrir « Les Brûlures » , je suis certaine d’élargir encore le panel des éloges adressés au scénariste]. Mais en attendant, ma dernière lecture zidrouesque en date remontait à 2018 avec le cinglant « La petite Souriante » qui est d’un cynisme sanglant assez impressionnant. Il fait le même délicieux effet que le bruit que produit une craie sur un tableau noir et électrise au moins autant que le moustique qui tourne inlassablement à deux millimètres de votre oreille alors que vous cherchez à vous endormir. Mais à part ça, la lecture était fichtrement agréable.

Vu le visuel accidenté du visuel de couverture, je m’attendais à ce que « La petite Souriante » diffuse encore quelques effluves. Je jubilais d’avance ! Et même si Zidrou saupoudre d’une généreuse dose de suspense ce thriller intriguant… le scénario est tout de même assez soft. Alors non, n’allez pas penser que Zidrou se contente d’emprunter des chemins narratifs cousus de fil blancs. Non, il crée la surprise dans cette intrigue et n’hésite pas à nous faire gober des couleuvres ce qui, ôh surprise, ne nous donne pas envie de nous rebiffer mais bel et bien de continuer la lecture !

« Elle était là et puis, l’instant d’après…. elle n’était plus là ! Disparue ! Volatilisée ! »

Eric Matlaite réalise un très bel habillage graphique de ce petit thriller. Le dessinateur belge a grandi dans le sillon de Will, son père. Biberonné à la ligne claire, il est littéralement tombé dans la marmite de la bande dessinée. Ado, Maltaite-fils donnait des coups de mains à Maltaite-père sur les différents projets dans lesquels ce dernier est engagé [comme pour Tif et Tondu que son père dessinait pour le magazine Spirou ou pour Natacha (série sur laquelle Will a travaillé avec François Walthéry)]. Puis Eric Maltaite se lance à son tour et développe un univers graphique plus personnel. De toutes les cordes qu’il a à son arc, le dessinateur a choisi de nous immerger dans le décor des années 1960. C’est donc assez logiquement qu’il suit son idée pour camper son ambiance graphique et réalise pour l’occasion un dessin très ligne claire avec une découpe de planche classique mais efficace. Quelques clins d’œil de-ci de-là, à commencer par l’héroïne dont les traits se confondent à s’y méprendre avec ceux de la jolie Natacha [hôtesse de l’air]. Maltaite en profite également pour faire un petit clin d’œil en homme à Pierre Tchernia. Il ne joue pas avec les trames contrairement à ce que la couverture nous laissait supposer mais y va de couleurs assez lumineuses. Et la somme de tout ces ingrédients graphiques, c’est que cela nous permet d’avoir une lecture très fluide.

Un bon moment de lecture. Un Zidrou qui « passe ou casse » même si la chute offre un dénouement un poil trop gentil. Mais ce n’est que mon avis… le mieux c’est encore que vous vous fassiez le vôtre !

L’Instant d’après (one shot)

Editeur : Dupuis / Collection : Grand Public

Dessinateur : Eric MALTAITE / Scénariste : ZIDROU

Dépôt légal : mars 2020 / 56 pages /

ISBN : 978-2-8001-7079-4

Le Chanteur perdu (Tronchet)

« C’est fou comme les rêveries peuvent d’un coup perdre leur charme au contact de la réalité. »

Tronchet © Dupuis – 2020

En voyant le viaduc de Morlaix en plein mois de novembre, la première chose qui passe par l’esprit de Jean, c’est une pensée pour tous les suicidés qui ont fait le grand saut…

Oui, parce que Jean ne respire pas le bonheur. Ce triste bibliothécaire de quartier vient de faire un burn-out carabiné. C’est dans l’air du temps. C’est de saison peut-être. Le médecin est formel et lui impose un mois d’arrêt. Alors pour reprendre du poil de la bête, il décide de partir quelques jours dans le Finistère pour retrouver un chanteur qu’il écoutait dans sa jeunesse… il y a plus de 30 ans. Seul problème : Jean semble être le seul à se rappeler de cet artiste. Heureusement qu’il a en main un objet bien concret qui lui prouve le contraire : une vieille cassette 12 titres qu’il aime à se repasser.

Peine perdue ? Ou bien cette quête-là n’est-elle pas aussi vaine et a-t-elle, inconsciemment, une autre vocation que celle de simplement retrouver un chanteur qui s’est évaporé dans la nature ?

En apparence, ce récit est celui d’une fuite. Un homme a fait le tour de ses possibles et arrive au bout de ce qu’était sa vie jusqu’à présent. Est-elle finalement une coquille vide ? Puis voilà qu’il trouve un os à ronger. Un fil à tirer. Un chemin à emprunter qu’il décide de suivre. Il part à l’aveugle. Qu’importe ce qu’il trouve au bout de chemin, cela va l’occuper. L’espoir le tient. L’espoir a toujours fait vivre. Et les événements succèdent aux rencontres, les rencontres aux intuitions.

La lecture s’engage. On trouve vite notre rythme de croisière. On dévore. On s’attache. On espère. On s’abandonne au narrateur comme à un guide novice, que l’on sait inexpérimenté, mais qui s’émerveille autant que nous d’avoir finalement eu le nez creux et l’intuition heureuse. On le voit qui s’éveille, ça nous réchauffe. On lui emboîte le pas, son rythme de marche est agréable. On est aussi amusé que curieux de le suivre dans cette enquête improbable, une quête qu’il mène bon an mal an et que l’on accompagne avec un plaisir réel.

Peu ou prou de fantaisies dans le dessin réaliste de Didier Tronchet. Le personnage principal déplace sa grande carcasse sur les planches sans aucune précipitation et son imposant tarin apostrophe avec humour la tristesse qui déborde de son regard. Il y a de la poésie dans cet univers. Où, je ne sais pas. Dans les textes des chansons peut-être. Dans l’originalité de sa quête insensée sûrement. Il réalise un rêve de gosse. Le couleurs rehaussent le tout. Ce sont finalement elles qui vont nous bercer. Elles indiquent la température ambiante ; elles nous réchauffent, douchent les maigres espoirs que l’on nourrissait, glacent notre optimisme d’une fine couche de mélancolie. On a la bouille du lecteur gaga de la pépite qu’il tient en mains. La preuve en est avec ce sourire de contentement qui refuse de quitter nos lèvres.

Et voilà… le premier « voilà » dont je vais vous inonder. Voilà qu’on s’anime parce que son enquête fantasque donne un embryon des résultats. On le voit s’éveiller. On sent qu’il ressent de nouveau. Serait-il finalement capable de récolter les fruits de ses recherches ? Bon sang ! Ce serait fou. Beau et fou.

Lorsque la lecture s’achève, on est repu d’un réel plaisir. Cette lecture requinque et on s’engouffre avec gourmandise dans la lecture du carnet inséré en annexe. Le propos prend la forme d’une interview. Voilà qu’on apprend que « Le Chanteur perdu » mélange fiction et réalité. Voilà qu’on apprend que le chanteur perdu existe bien et qu’il s’appelle Jean-Claude Rémy. Voilà que je me mets à écouter cet album sur le site de Tronchet et que j’aime. Voilà qu’on apprend que Didier Tronchet l’a vraiment cherché et qu’il écoutait les chansons de son unique album il y a plus de 30 ans, quand il était étudiant. Voilà que ce que l’on vient de lire devient encore plus fou, encore plus beau et que cela donne une autre dimension au récit. Voilà que j’apprends que certaines rencontres relatées dans l’album se sont réellement produites : entre Georges Brassens et Jean-Claude Rémy, entre Jean-Claude Rémy et Pierre Perret puis, pour boucler la boucle, entre Didier Tronchet et Pierre Perret… Voilà que j’apprends que le fils de Jean-Claude Rémy a eu la bonne idée de témoigner de son histoire dans une bande dessinée. Voilà que j’apprends que « Le Chanteur perdu » est un récit à tiroirs car il en existe une version littéraire et qu’un autre album livre le contenu réel du séjour qu’il a effectué sur l’ile. Voilà que j’ai relu l’album, le regardant d’un autre angle et l’aimant encore plus qu’à ma première lecture. Et voilà plus qu’un os à ronger… voilà un fil à tirer… des passerelles à découvrir entre des mondes musicaux, des mondes graphiques, des vies qui se croisent !

Voilà… un coup de cœur pour ce titre, cette boîte de Pandore.

La chronique de Jérôme.

Le Chanteur perdu (récit complet)

Editeur : Dupuis / Collection : Aire Libre

Dessinateur & Scénariste : Didier TRONCHET

Dépôt légal : février 2020 / 184 pages / 23 euros

ISBN : 978-2-8001-7483-9

Django Main de feu (Rubio & Efa)

Django Reinhardt. Ce talentueux jazzman qui a fait naître le jazz manouche avec son ami et partenaire le violoniste Stéphane Grappelli. Pour leur seconde collaboration, Salva Rubio et Efa ont eu l’excellente idée de revenir sur une période de la vie peu connue : sa jeunesse. Ils explorent ainsi chaque facette de des premières années de Django Reinhardt, de sa naissance au début de son envol en tant qu’artiste. Minutieusement, les auteurs montrent comment la légende s’est construite et comment un guitariste virtuose a percé à force d’obstination.

Rubio – Efa © Dupuis – 2020

Django est tsigane. Impatient de poser ses yeux sur le monde, il est né au beau milieu de l’hiver. Au beau milieu d’un chemin enneigé, au beau milieu de nulle part… c’est du moins un symbole que Salva Rubio et Efa ont voulu faire apparaître. Il est né de rien, d’une famille manouche qui vivotait des petits concerts de musique donné çà et là, au gré de leurs haltes.

Sa mère l’a appelé « Django » , « celui qui réveille » . Un prénom prémonitoire.

Son enfance, il préfère la passer à faire les 400 coups plutôt qu’à user ses fonds de culottes sur les bancs de l’école. De toute sa vie, jamais il ne voudra apprendre à lire et à écrire.

Son enfance, il préfère la rêver avec un banjo dans les mains… instrument que sa mère finira par lui offrir à ses 12 ans. C’est une révélation pour lui. Comme un prolongement de sa pensée. Dès lors, il délaisse les affrontements avec les gamins des clans rivaux et préfère s’esquinter les mains sur les cordes de son instrument. Jour et nuit, il joue inlassablement et progresse à une vitesse vertigineuse. A force de ténacité, il parvient à intégrer le groupe que des membres de sa famille ont monté. Avec eux, il se produit sur scène pour la première fois. Son rêve de gosse.

Dès lors, le bouche-à-oreille fait son travail. Django est très vite remarqué. Vetese Guerino lui propose de l’accompagner. Puis Maurice Alexander, puis des artistes toujours plus célèbres, laissant espérer une carrière à l’international. Jusqu’à cet incendie dont il sortira vivant mais avec sa main gauche gravement mutilée. Malgré ce handicap majeur, Django reprend le chemin de la musique… pour épouser la carrière artistique que nous lui connaissons.

En annexe de l’album, Salva Rubio explique comment le projet de « Django, main de feu » s’est construit. Il revient généreusement sur sa démarche en tant qu’historien et scénariste. Il relate ses rencontres avec la communauté tsigane pour recueillir des témoignages (et notamment ceux des descendants de Django Reinhart) et le travail de recherche qu’il a mené en vue de la constitution d’une généreuse documentation autour du personnage historique de Reinhardt. Il s’arrête longuement sur le parcours de Reihnardt. Il explique enfin la collaboration avec Efa et les choix narratifs qu’ils ont dû prendre pour aboutir à une histoire cohérente.

Quant au scénario, il fait habillement cohabiter des faits précis et une part d’exagération.

« … dans l’univers manouche, c’était seulement par la tradition orale que l’histoire était transmise, volontairement embellie d’anecdotes, d’exagérations et de contes rarement fiables pour le chercheur. »

On est là dans une alternance entre quelque chose qui plaque le personnage au sol (sa condition sociale, le fait qu’il a grandi dans « la Zone » (un no man’s land dans lequel sa mère et son clan se sont installés, laissant les enfants en électrons libres, livrés à eux-mêmes et à leur plus folles envies) et ses rêves démesurés de reconnaissance, sa folle certitude d’être le meilleur dans son domaine, un leitmotiv qui revient à maintes reprises dans le récit.

« Je suis le meilleur de la Zone. Enfin, le meilleur de Paris. Peut-être même de toute la France ! »

Au dessin, Efa nous enchante d’illustrations magnifiques dans des tons pastel. Son trait a une rondeur enfantine très agréable. On a l’impression que la personnalité de Django est un mélange d’insouciance et d’obstination. Efa s’approprie parfaitement le ton parfois léger que le personnage emploie pour se dérober à tout ce qui n’aurait pas trait à la musique. Le dessinateur s’appuie aussi sur la complicité et les rapports très chaleureux qui relient l’ensemble des membres du clan tsigane. Nous voilà pris dans la communauté comme un membre à part entière. Il y a « l’ici » et le reste du monde où Django se produit sur scène. Django en est le centre de cet univers… un personnage solaire qui réchauffe quiconque se place dans son sillage.

Je ne connais rien de la vie de Django Reinhardt. Bien consciente que les faits exposés sont tantôt véridiques tantôt affabulés, le récit n’en est pas moins cohérent et réellement entraînant.

Django – Main de feu (récit complet)

Editeur : Dupuis / Collection : Aire Libre

Dessinateur : EFA / Scénariste : Salva RUBIO

Dépôt légal : janvier 2020 / 80 pages / 17,50 euros

ISBN : 979-1-0347-3124-4

L’Âge d’Or, volume 1 (Pedrosa & Moreil)

Dehors, la chasse bat son plein dans cette grande forêt. On est en plein Moyen-Age et trois gaillards ont trouvé un petit coin pour se poser. Ils racontent des anecdotes comme celle de Mathurin qui s’est fait couper le nez après avoir braconné sur les terres du seigneur. Ils racontent la faim qui tenaille leurs corps. Ils racontent les conditions de leurs vies miséreuses. Ils racontent leurs vies qui ne leur appartient pas et sur lesquelles les nobles ont tous pouvoirs. Ils racontent la vie comme un fardeau, une fatalité. Il ne leur viendrait pas à l’esprit de se rebeller. Le seul luxe qu’ils s’octroient, c’est de rêver à un monde meilleur, un Eldorado imaginaire… un âge d’or depuis longtemps disparu.

Le cœur de cette contrée est le Château du Bois d’Armand. En son sein, le roi est mort et Tilda, sa fille aînée, s’apprête à lui succéder. Tankred et Bertil sont venus l’épauler dans ce moment douloureux.

La veille du sacre de la princesse, elle est victime d’un coup d’état fomenté par un des ennemis de feu son père. Cette prise de pouvoir par la force vise à placer sur le trône son jeune frère cadet. Privée de liberté, elle est contrainte d’assister impuissante à son exil sur une île du royaume. Durant son transfert, ses amis Tankred et Bertil vont l’aider à s’échapper.

Personne ne se doute de rien mais les premiers remous du changement se font sentir.

Le changement de ton progressif de ses albums ne m’avait pas préparée à un tel virage artistique lorsque j’ai découvert « Sérum » . Sorti en 2017, cet album m’avait profondément surprise. Il amenait Pedrosa à se risquer dans un registre narratif que je ne lui connaissais pas : celui de l’anticipation politique. Un changement de cap parfaitement réussi mais je pensais le voir revenir à des récits plus intimistes. Et voilà « L’Âge d’or » qui fait son apparition. Pour l‘occasion, Cyril Pedrosa collabore avec Roxanne Moreil avec qui il a co-fondé les éditions La Vie moderne et mené à terme plusieurs projets artistiques.

« L’Âge d’Or » est l’occasion de disséquer une nouvelle fois les arcanes du pouvoir et d’en observer les mouvements sous un angle différent de celui pris pour « Sérum » . Il y est aussi question de lutte des classes, d’inégalités sociales, d’autoritarisme, de pouvoir, de censure et… d’idéal social. On reste aussi dans le registre de l’utopie mais cette fois, c’est la trame de la quête – ou de la prophétie – qui va donner le rythme au récit. Rien qu’à voir l’illustration en couverture, on rêve déjà à tout le potentiel de l’héroïne.

Le décor est très vite planté et on a vite fait de repérer qui des « gentils » et qui des « méchants » sans que jamais le scénario ne tourne à quelque chose de convenu. Ce tome annonce un diptyque plus que prometteur !

L’Âge d’Or
Volume 1/2
Edité chez Dupuis dans la Collection Aire Libre
Scénaristes : Cyril PEDROSA & Roxanne MOREIL
Dessinateur : Cyril PEDROSA
Dépôt légal : septembre 2018, 232 pages, 32 euros
ISBN : 979-1-0347-3035-3

Les Louves (Balthazar)

Balthazar © Dupuis – 2018

« L’homme est un loup pour l’homme » … on peut malheureusement constater la véracité de cette expression tous les jours. Des petites vengeances quotidiennes aux grands drames humains, l’homme a de tout temps été un prédateur pour les autres membres de son espère.

Seconde Guerre Mondiale. Les Allemands sont aveuglés par la perspective d’étendre leur territoire. Leur race est pure, du moins le croient-ils. Les Aryens rêvent de fertiliser tous les territoires jusqu’aux contrées les plus éloignées.

Sur leur chemin se trouve la Belgique qu’ils envahissent sans ménagement.

Sur leur chemin, La Louvière. C’est dans cette ville belge que vit la famille de Marcelle. Marcelle a quinze ans lorsque la Guerre éclate. Pour elle, la guerre devient réalité l’année suivante, quand les hommes sont mobilisés et que son père part rejoindre les troupes belges.

Marcelle reste à La Louvière avec sa mère et ses autres frères et sœurs (Jacques, Yvette, André et René). Les hommes ayant quitté les foyers, la vie se réorganise tant bien que mal.

C’est un récit factuel de cette période particulière dans la vie d’une communauté. On a un aperçu assez complet de ce que la guerre implique : entre ceux qui tentent de tirer la couverture à eux, ceux qui cherchent à se faire bien voir des Allemands, ceux qui conservent leurs habitudes avec dignité, ceux qui prennent des risques et mènent des actions clandestines… Il est autant de réactions humaines pour faire face à la peur provoquée par la guerre. Et puis il est des façons différentes d’aborder la situation comme par exemple la grand-mère de la narratrice qui a davantage de recul ; elle a déjà vécu en temps de guerre et ne cherche pas à se rassurer (oui les hommes vont être mobilisés, oui les femmes vont devoir aller travailler, oui les civils vont être rationnés…).

Flore Balthazar s’inspire des souvenirs de sa famille et les mélange à un récit fictionnel. Elle explique en début d’album qu’elle a conservé certains prénoms et maquillé d’autres, qu’elle a parfois fusionné plusieurs personnes en un même personnage pour éviter les redites ou la profusion de protagonistes. Le scénario est fluide et on voit très bien comment, à l’arrière des lignes, les femmes ont pris les choses en main pendant que leurs hommes étaient au combat. L’autrice parle également des privations, de la presse clandestine, de la résistance, des diffusions de la BBC, de la délation, de la vie dans les camps de prisonniers… De l’angoisse et du temps qui s’étire pendant cette période d’attente : attendre qu’un être cher reviennent du front, attendre la libération, attendre…

Ces jours-ci, j’ai compris à quel point le temps est une notion relative ; objet étrange, qui passe en un éclair ou se dilate à l’infini…

Les événements sont rapportés de façon chronologique. Des marqueurs de temps apparaissent régulièrement dans le récit et nous permettent de nous repérer dans les grandes dates de cette guerre. Le temps passe de façon linéaire et excepté quelques soubresauts dans la narration, les jours succèdent aux jours sans trop de changements. Je me suis un peu ennuyée à certains moments mais la bonne humeur reste très vivace dans cette famille et cela donne du charme au témoignage. Cela donne aussi envie de continuer la lecture et de savoir si cette famille est sortie indemne de la guerre. L’ouvrage rend enfin un hommage vibrant à Marguerite Bervoets, résistance exécutée en 1944 par les Allemands.

Un témoignage intéressant et enrichit d’une partie documentaire intégrée en fin d’album. Pendant la lecture, je n’ai pu m’empêcher de pense à Collaboration horizontale.

La chronique d’Aurore.

Les Louves

– Femmes en résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale –
One shot
Editeur : Dupuis
Collection : Aire Libre
Dessinateur / Scénariste : Flore BALTHAZAR
Dépôt légal : février 2018
200 pages, 18 euros, ISBN : 978-2-8001-6778-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Louves – Balthazar © Dupuis – 2018

La Boîte à musique, tome 1 (Carbone & Gijé)

Carbone – Gijé © Dupuis – 2018

Nola est une petite orpheline qui a perdu sa maman.

Pour ses 8 ans, son père lui offre un superbe cadeau : la boîte à musique qui appartenait jadis à la maman de Nola. Alors qu’elle rêvasse devant l’objet, bercée par ses mélodies, Nola voit soudain un mouvement dans la boîte à musique. En y regardant de plus près, elle aperçoit une petite fille qui lui fait signe d’approcher. En tendant l’oreille, Nola comprend que l’autre fillette lui demande d’entrer dans la boite à musique.

Tu dois faire un tour à droite, deux tours à gauche et mets la main sur le gobe ! Prête à nous rejoindre !

Sans trop comprendre comment elle est parvenue à ce tour de passe-passe, Nola entre dans la boîte à musique. Elle fait la connaissance d’Andréa et de son frère Igor mais surtout, découvre le monde de Pandorient, un royaume fascinant et dangereux. Elle sympathise très vite avec sa nouvelle amie qui lui demande de sauver sa mère qui est en train de mourir.

La Boîte à musique, tome 1 – Carbone – Gijé © Dupuis – 2018

Dépaysement garanti pour ce premier tome d’une nouvelle série d’aventures. Au scénario, Carbone nous livre très vite les éléments qui vont nous accrocher au récit : une fillette, un monde merveilleux, un voyage qui n’est pas sans dangers.

Au dessin, c’est Gijé qui s’y colle et son trait rond et généreux fait le reste. Une atmosphère largement saupoudrée de paillettes et de teintes rose bonbon qui, en temps normal me fait fuir. Pourtant, en compagnie de cet album jeunesse ce ne fut pas le cas. Cette fillette très dégourdie pour son âge a l’art de piquer au vif notre curiosité. A force de me dire « encore une page et j’arrête » , c’est tout l’album que j’ai dévoré en un rien de temps, intriguée par les expressions de surprise de l’enfant dont on suit l’histoire. Les yeux de Nola ne cessent de s’écarquiller face à tout ce qu’elle découvre et comme elle, on a réellement envie d’en savoir plus sur cet univers.

Pas le temps de faire une pause une fois la lecture engagée, on est pris dans les rebondissement et la vivacité des personnages. Un premier contact avec un univers beau et intriguant, une vraie richesse à exploiter. Une atmosphère de défiance ? Différentes espèces qui cohabitent dans une même cité ? Des règles qui interdisent à certains individus de s’aimer ? Un secret préservé depuis longtemps et que l’on confie enfin à Nola ?

Les auteurs posent très vite le décor et l’enrichissent à chaque page de petits indices qui épicent le récit. On y ajoute un peu de bonne humeur et une rencontre entre des fillettes de deux mondes différents et la magie opère très vite. Sans compter toutes les possibilités de voyages offertes par la petite boîte à musique. Voilà un tome de lancement réussi et on dit vivement la suite !

La chronique de Au fil des livres.

La Boîte à musique

Tome 1 : Bienvenue à Pandorient
Série en cours
Editeur : Dupuis
Dessinateur : GIJE
Scénariste : CARBONE
Dépôt légal : janvier 2018
56 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-8001-7319-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Boîte à musique, tome 1 – Carbone – Gijé © Dupuis – 2018