Les Larmes de Nüwa (Manuro & Jurdic)

Manuro – Jurdic © Makaka – 2015
Manuro – Jurdic © Makaka – 2015

« Trois criminels ont dérobé les larmes de Nüwa, ces plantes divines qui assurent la survie de la cité. En tant que chasseurs de primes, votre mission est de les retrouver avant que fléaux et cataclysmes ne s’abattent sur la ville.

Cachez vos fioles de poison, fourbissez vos épées papillon et attachez bien votre manriki.

Vous avez une journée pour réussir. La nuit tombée, il sera trop tard… » (quatrième de couverture).

Le format de cet ouvrage est assez petit (15×21,5 cm) et donne rapidement l’impression de tenir en main un petit carnet dans lequel on note point par point les événements d’une expédition puis que l’on enfouit facilement dans son sac sitôt les faits consignés.

La lecture débute par la découverte de la « feuille de personnage » et la présentation des règles du jeu. C’est l’heure de faire les premiers choix et de décider de la compétence principale que l’on retiendra pour le personnage. Sitôt la lecture de ces deux documents terminée, le lecteur est déjà en situation, prêt à mener son enquête, prêt à partir à l’aventure et avec une furieuse envie de recourir à tous les stratagèmes possibles… du moins ceux qui lui seront rendus possible. La lecture s’annonce prometteuse et je ne vous cache pas que l’idée de retrouver ce genre de récit interactif n’est pas sans me rappeler quelques lectures de jeunesse…

Equipée de mon barda (crayon de papier, gomme), je suis donc partie explorer les illustrations de cet album. Le travail de Ben Jurdic nous dépayse et aide grandement à évoluer dans l’univers. On accède immédiatement à l’ambiance des lieux traversés. Une première scène d’une dizaine de page nous donne les dernières informations dont nous avons besoin pour engager la mission principale. La fluidité des dessins permet de se représenter rapidement le contexte, la disposition des uns et des autres lors des entrevues importantes, la rapidité d’une scène de combat… C’est également l’occasion de mieux faire connaissance avec le personnage que nous allons jouer : une jeune femme au caractère bien trempé et agile de surcroît.

Le scénario de Manuro propose de mener à bien deux missions et offre des bonus de fin, accessibles une fois que vous aurez terminé l’ensemble des missions. Tout commence avec un passage d’une dizaine de pages, seul temps de lecture qui n’est pas interactif mais dans lequel on accède aux dernières informations nécessaires pour se repérer dans l’univers. Un moine ainsi que le vice-Préfet de la ville sont nos commanditaires et nous fournissent tous les éléments – en apparence – qui ont été portés à leur connaissance. L’aventure n’a pas encore commencé que déjà, quelques soupçons se font jour à l’égard du vice-Préfet ; ses regards en coin et ses sourires mystérieux en disent-ils plus long qu’il ne le souhaiterait ? Quoi qu’il en soit, voici un beau prétexte pour s’engouffrer dans la lecture et savoir si nos suspicions sont fondées.

Etonnement, nous voyons régulièrement l’héroïne que nous incarnons (de face ou de profil). Cela est le seul grief que j’aurais à porter ; il me semble en effet peu de « nous » englober dans une vue d’ensemble. De plus, il me semble que l’ombre de la jeune fille déjà présente en première de couverture permet de donner un bon aperçu du gabarit du personnage dans lequel nous allons évoluer.

PictoOKAu final, je m’y suis pris à quatre reprises pour faire les bons choix. J’ai retrouvé mes « réflexes » d’enfant, à savoir de noter mon chemin de choix afin de pouvoir revenir une voire deux étapes en arrière pour ne pas passer de mort à trépas. Des énigmes nous attendent tout au long du chemin, des combats dans lesquels il faudra parfois choisir d’exposer une partie de son corps plutôt qu’une autre.

On se prend au jeu et on évolue avec plaisir dans cet univers moyenâgeux où les superstitions nourrissent encore pour beaucoup le quotidien de ce peuple asiatique.

Les chroniques de Stéphane Girardot, Anthony Roux et Fabien Gil.

Les Larmes de Nüwa

– La BD dont vous êtes le héros –

One shot

Editeur : Makaka

Collection : BD dont vous êtes le héros

Dessinateur : Ben JURDIC

Scénariste : MANURO

Dépôt légal : juin 2015

ISBN : 978-2-917371-63-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Larmes de Nüwa – Manuro – Jurdic © Makaka – 2015

La vie de Norman, tome 1 (Silas)

La Vie de Norman, tome 1
Silas © Makaka – 2011

Norman est un petit garçon de 8 ans qui vit à « Le Village », un charmant petit bled de province. Scolarisé en primaire, Norman est confronté chaque jour aux frasques de son institutrice exubérante et autoritaire… et pas l’ombre d’un ami pour adoucir ces dures journées d’école. Jusque-là, tout pourrait sembler normal mais cessons-là le flots de banalités car cet album a peu de choses en commun avec ce que vous auriez pu lire jusque-là.  Car Norman est un tueur en série. Ses cibles ? Ses camarades de classe !

Le personnage de Norman n’est pas né de la dernière pluie. Il avait commencé à sévir en 2007  alors que Stan Silas signait sous un autre pseudo : Sansanx. Depuis, Norman est revenu hanter le blog de l’auteur, pour le plus grand plaisir de ses fidèles visiteurs. Ce tome s’ouvre d’ailleurs sur quelques remerciements dans lesquels il rend hommage à ses preux lecteurs de la toile.

Spéciale ! C’est l’image que je me fais de cette lecture dans laquelle j’ai rapidement plongé. L’intrigue ne tarde d’ailleurs pas à se dévoiler puisque dès la quatrième planche, le premier meurtre est consommé. On est pris dans le rythme qui d’ailleurs ne mollira pas sur toute la durée de l’album.

Ce qui m’a plu, c’est cet humour si particulier à prendre au énième degré. On y repère quelques une des nombreuses références (ciné, séries TV) dont l’auteur s’est inspiré pour enrichir son univers. La Vie de Norman est surprenant et complètement déjanté. « Un gore revigorant et un humour macabre » pour reprendre le titre de la chronique publiée sur ActuaBD et à juste titre puisqu’on est là dans le contraste permanent (thème/type de graphisme, propos tenus/âges des personnes qui les formulent…). Le fait que des enfants ont les rôles principaux renforce le côté caustique de la farce et la présence d’une institutrice immature et alcoolique au milieu de ces charmantes têtes blondes enfonce le clou. Le suspens est bien agencé et l’humour bien distillé.

Des dessins très ludiques nous accompagnent pendant la lecture. Les couleurs sont vives, toniques mais là aussi, on est face à de forts contrastes dans les jeux de couleurs. Le trait est rond et nous donne l’impression de parcourir un album jeunesse. L’éditeur attire d’ailleurs l’attention sur le fait que cet album n’est pas à mettre entre toutes les mains (indication d’âge : + 14 ans). On est face en effet à des scènes un peu trash, tant sur le fond que sur la forme. La violence est omniprésente, tantôt suggérée tantôt caricaturée comme dans les mangas. Ce point commun avec les univers mangas n’est pas le seul présent dans l’album : similitudes dans le cadrage de certaines scènes d’action, des grands yeux ronds qui mangent la moitié des visages des enfants, têtes proportionnellement aussi grandes que le corps, des effets de style qui poussent à leur paroxysme une expression ou un ressenti (sang qui gicle en abondance, torrent de larmes,…). Stan Silas se joue des proportions, les tord, les modèle à sa convenance pour parvenir à un résultat assez réussi. Hasard ou non mais certains personnages me rappellent d’autres créatures fictives comme la petite Olga, par exemple, dont l’apparence me fait penser à Susanita (personnage de Mafalda).

L’humour grinçant de La vie de Norman est déridant. Un album franco-belge qui s’inspire des références outre-atlantiques des slasher-movie et du style graphique utilisé par les mangakas. Une lecture qui apporte une étrange bouffée d’air et renouvelle le genre des serial-killers. Pourtant, même si j’en ai apprécié l’originalité, je dois dire que je me suis lassée de la farce en cours de lecture. Le récit bifurque régulièrement là où on ne l’attend pas, mais j’ai saturé. Le tome deux viendra clore ce périple. Je l’attend malgré tout !!

Teasing du tome 1 sur le blog de Stan Silas.

Les avis de Lelf.

La vie de Norman

Tome 1

Diptyque en cours

Éditeur : Makaka

Dessinateur / Scénariste : Stan SILAS

Dépôt légal : février 2011

ISBN : 978-2-917-371-220

Bulles bulles bulles…

Si vous voulez voulez avoir un bon aperçu, rendez-vous sur le site de l’auteur : c’est ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La vie de Norman, tome 1 – Silas © Makaka – 2011