Le Spectateur (Grosjean)

Grosjean © Soleil Productions – 2021

Depuis sa naissance, Samuel n’a émis aucun son. Il n’a prononcé aucun mot. Au début, ses parents se sont inquiétés. Ils ont consulté de nombreux spécialistes ; leur diagnostic est unanime : Samuel va bien, il leur faut juste accepter d’attendre qu’il soit prêt à parler.

Les années ont passé et la promiscuité avec ses camarades d’école n’a pas changé le comportement de Samuel. Il fut même scolarisé un temps dans une classe adaptée, s’y est vite ennuyé car ses capacités cognitives sont réelles, efficientes. Il a seulement une sensibilité différente, une manière d’être au monde qui lui est propre.

Adulte, il devient artiste et c’est dans ses toiles qu’il dépose toute sa sensibilité.

C’est un personnage aussi déroutant que touchant auquel Théo Grosjean a donné vie. On s’accroche un bon moment à l’envie qu’il parle. Mais être silencieux fait partie de sa personnalité. Il est ainsi et cela rend le personnage fascinant. Sa manière d’être pique la curiosité, nous invite à tourner la page pour continuer à le voir évoluer. Quel avenir a-t-il en se comportant ainsi ? Quelles portes se ferme-t-il en sortant de la norme ? Quelle autonomie lui laissera-t-on une fois qu’il sera majeur ? Tout un tas de question auxquelles le scénario répond avec autant d’humour que de cynisme. Le personnage assume son mutisme comme si c’était une part de liberté qu’il s’autorisait. C’est sa façon à lui d’affronter la réalité crue de la vie.

L’intrigue se tient et, comme par mimétisme, on adhère à cette manière de se comporter. On ne voit que très rarement le héros… de fait, toute la part interprétative entre en jeu : à quel point l’expressivité de son visage compense son mutisme ? 

C’est en silence que Samuel traverse sa vie. Il s’est fait des amis. Samuel est plutôt observateur que leader… il préfère le rôle de spectateur à celui d’acteur. La bichromie des planches crée une ambiance atypique. Cela m’a longtemps donné l’impression que l’histoire nous faisait évoluer dans un rêve éveillé. Cela a aussi eu l’effet d’étouffer les sons extérieurs au personnage, comme si la cacophonie de la vie était recouverte de ouate. Les tons vert d’eau ont tendance à venir exacerber l’empathie que l’on ressent à l’égard du personnage d’autant que l’on « voit » toute l’histoire par les yeux du personnage… c’est comme si le lecteur était dans un scaphandre… ou plutôt comme si nous étions dans un autre (j’ai beaucoup pensé au film « Dans la peau de John Malkovich » !). On le sent rempli de tristesse, c’est du moins l’impression qui domine.

Etonnant ce roman graphique ! Un ouvrage déroutant, dépaysant… tout ce qu’on veut mais c’est aussi un livre prenant qui a su piquer ma curiosité.

La chronique de Laetitia Gayet sur France Inter.

Le Spectateur (one shot)

Editeur : Soleil / Collection : Noctambule

Dessinateur & Scénariste : Théo GROSJEAN

Dépôt légal : avril 2021 / 168 pages / 18,95 euros

ISBN : 9782302090446

Le Pré derrière l’Eglise (Crisse & Paty)

Crisse – Paty © Soleil Productions – 2021

Irlande, dans les années 1930.

Dans le petit village de Killenny, la vie s’organise autour de l’église. Ou plutôt aux abords car les bancs de messe ne sont plus très fréquentés.

Derrière l’église en revanche, les prêches du prêtre trouvent des fidèles. Car c’est chaque matin que le curé répète son sermon devant une assemblée attentive d’un genre singulier. En effet, le troupeau de moutons qui paît-là paisiblement aime s’abreuver chaque matin des paroles bénites… et se goinfrer des friandises qui sont distribuées consécutivement.

C’est un peu désabusé que le prêtre teste l’effet de ses propos sur un auditoire subjugué bien que doté d’un regard ovin… un regard bien plus brillant que celui de ses paroissiens. Ces derniers gravitent pourtant non loin, dans les parages immédiats de l’église…

Le « Pink Clover » se démarque des autres Pubs puisqu’il est collé au flanc du petit édifice religieux de campagne. Lieu de beuveries hors pair, il dépouille les rangs de messe de ses fidèles et les amènent à flotter dans des brumes éthyliques auxquelles ils cèdent comme au chant des sirènes. Une vieille polémique est entretenue par quelques grenouilles de bénitier qui regardent d’un mauvais œil cette mitoyenneté entre le vin de messe et cette bière qui coule à flots.

« Quel est le sombre crétin qui a eu cette idée idiote de construire un pub sur les flancs d’une église ?… »

Mais les jours sont paisibles à Kilenny… jusqu’à ce qu’un acte criminel commis sur la personne du prêtre ne vienne chambouler l’harmonie des deux communautés vivant dans le village. Ovins et humains sont en perte de repères.

Tout, dans le scénario de Crisse, nous invite à regarder les choses d’un œil neuf. Des animaux dotés du langage, un écureuil en guise de narrateur, un hibou en guise de sage et un prêtre qui, sans prétention, s’avère finalement être le pilier sur lequel s’appuient

Deux intrigues se déplient en parallèle car que ce soient les animaux où les hommes, chacune de ces communautés va chercher à percer le mystère de l’agression du curé. Car il y a forcément un coupable, il y a certainement un complice et sans nul doute quelques témoins. Reste à savoir quels sont les motivations des uns et les raisons qu’ont les autres à se taire. Sans surprise, cet événement exacerbe les haines et nourrit les peurs. Par petites touches, Crisse modifie l’ambiance champêtre en installant un climat tempétueux. L’atmosphère se charge de venin et les différences entre les individus (une divergence d’opinion, une apparence physique dissemblable de la majorité des individus du cru, une habitude de vie atypique…) deviennent des nids à problèmes. Petite satire sociale qui, contre toute attente, m’a piquée de curiosité et m’a mis le sourire aux lèvres. Le propos est aussi pertinent que ludique et l’ouvrage s’avère être une lecture bien agréable. Sans être l’album du siècle, j’ai ressenti un réel plaisir à voir Crisse s’échapper aussi loin des sentiers qu’il emprunte habituellement. On est effectivement bien loin de « Kookaboora » , de « L’Epée de Cristal » ou d’ « Atalante » … bien loin du registre de l’heroïc-fantasy qu’il nourrit depuis des années. Et cela lui réussit plutôt bien !

De son coté, Christian Paty quitte lui aussi ses habitudes de jouer avec les pouvoirs fantastiques, le merveilleux, la quête et l’action… Avec « Le Pré derrière l’Eglise » , il nous montre qu’il a bien plus qu’un coup de pinceau à son arc. Le dessin réaliste et franchouillard, ses couleurs sont pleines de fraicheur et de malice. C’est un régal car graphiquement, on profite aussi bien de trognes indécrottables que de l’humour ironique qui pétille dans chaque détail graphique.

Bref, les deux auteurs se réinventent et je ne regrette absolument pas d’avoir accepté de les lire sur cet album goguenard.

Le Pré derrière l’Eglise / Tome 1/2 : The Pink Clover

Editeur : Soleil

Dessinateur : Christian PATY / Scénariste : CRISSE

Dépôt légal : mars 2021 / 48 pages / 14,50 euros

ISBN : 9782302089402

Le Livre des Merveilles (Le Roux & Froissard)

Le Roux – Froissard © Soleil Productions – 2021

An 1215. Sur la route entre Venise et Rimini, un vieux voyageur et un jeune garçon se rencontrent. Le second propose de s’occuper des malles du vieil homme et de lui tenir compagnie. En échange, l’homme lui offrira le couvert et peu à peu, confiera au garçon ses nombreux récits de voyages.

« C’est une ville au climat rude où les abeilles vivent en si grand nombre que tout le miel accumulé s’est cristallisé pour finir par former des montagnes. Elles sont creusées par les habitants qui vendent ses gros cailloux translucides à la saveur incomparable à prix fort. Grâce à cette richesse, la ville abrite d’innombrables palais, tous plus beaux les uns que les autres »

L’amitié entre ces individus que trois générations séparent se tisse à mesure que les souvenirs du vieil homme affluent. Il embellit les détails de ses récits, y ajoute un soupçon de suspense et beaucoup de merveilleux, ce qui rend ses histoires captivantes et absolument incroyables !

Etienne Le Roux s’est inspiré du « Livre des Merveilles » dicté par Marco Polo à son compagnon de cellule Rustichello de Pise. De cette confidence naît un livre qui a fait connaître Marco Polo au monde entier. L’alternance entre les scènes du présent et celles du passé directement surgie de la mémoire du personnage principal crée une atmosphère qui nous fait flotter. On est loin des inquiétudes auxquelles l’explorateur a dû faire face et pourtant, Etienne Le Roux nous permet d’en ressentir les tumultes. On nage en permanence entre rêve et réalité et les images féériques qu’il invoque nous donnent envie d’ailleurs. Le registre sémantique et graphique employés nous amènent souvent à nous demander ce qui a réellement eu lieu et ce qui est inventé de toutes pièces. Et ce flottement est délicieux.

Vincent Froissard applique à ses dessins les teintes sable du rêve, de l’ailleurs, qui subliment le récit du voyageur nostalgique. Il a trouvé un public en la personne de ce jeune garçon et le dessinateur les illustre tous deux avec autant beaucoup de tendresse. La fragilité du vieillard est aussi touchante que celle du garçonnet. Voilà un duo aussi complice que complémentaires. Quand l’un trouve un incroyable plaisir à avoir trouvé une oreille dans laquelle déposer ses aventures, l’autre a trouvé une voix chaleureuse qui lui décrit avec précisions les détails de civilisations lointaines. En lecteurs attentifs, on ne perd pas une miette de cette étonnante rencontre à ciel ouvert. L’ambiance graphique japonisante et le dessin charbonneux des illustrations nous bercent. A chaque page, des ornements décorent et réchauffent les planches, nous maintiennent dans un espace-temps hors du temps. Une fois plongés dans la lecture, on est totalement accaparés par la narration, l’alchimie entre les deux personnages, les récits de voyages…

Très belle surprise que cette lecture.

Le Livre des Merveilles

– Librement adapté des récits de Marco Polo –

Editeur : Soleil / Collection : Métamorphose

Dessinateur : Vincent FROISSARD / Scénariste : Etienne LE ROUX

Dépôt légal : avril 2021 / 76 pages / 16,95 euros

ISBN : 9782302093133

Peer Gynt, Acte 1 (Carrion)

Acte 1 – Carrion © Soleil Productions – 2021

Peer Gynt est un jeune homme épris de liberté. Au printemps de sa vie, cet épicurien a soif de découvrir la vie et le monde. Il s’amourache aussi vite qu’il se lasse de ses compagnes éphémères. Solveig est la seule à entrer dans son cœur mais Peer est assailli de contradictions ; constatant qu’il ne trouve pas de compromis acceptable entre l’envie d’ici et l’envie d’ailleurs, Peer décide de partir.

Du noir et blanc… pour nous emmener dans ces contrées perdues de la Norvège. Antoine Carrion (dessinateur de « Nils » aux éditions Soleil) adapte ici la pièce de théâtre d’Henrik Ibsen.

Du noir et blanc… pour nous porter dans ce monde entre rêve et réalité… entre métaphores poétiques et matérialité crue de l’existence. Du noir et blanc enfin pour mettre en image cette quête identitaire d’une époque où les mythes et légendes populaires avaient encore la peau dure et faisaient partie intégrante d’un folklore local.

Le scénario est saturé d’éléments et de dialogues qui se croisent. La lecture est un peu saccadée du fait d’une multitudes de personnages secondaires, d’un Peer Gynt tiraillé par ses différents désirs et donc qui tâtonne quant à ses intentions. Les références au passé ainsi qu’à l’héritage familial du héros sont nombreuses et impactent réellement son quotidien… et donc le récit que nous lisons ; nous ne mesurons réellement les tenants et les aboutissants dans un deuxième temps. De fait, j’ai trouvé qu’il était ardu de faire la part des choses entre ce qui est vrai, ce qui est fantasmé et ce qui appartient au registre de la mythomanie. On ne mesure qu’après coup l’importance d’un événement (passé ou actuel) et cela saccade un peu la lecture… Cela m’a souvent rendue perplexe durant la lecture.

Le scénario qui gambade de ci de là, c’est le principal grief que j’aurais à formuler sur cet ouvrage : les intentions narratives sont souvent nébuleuses. Ce n’est pas chose aisée que d’aborder cette histoire qui fourmille d’éléments, de personnages secondaires, de références au passé du héros et à la culture populaire (légendes et mythes norvégiens). J’ai cafouillé pendant une partie de la lecture avant de trouver la bonne distance à avoir avec le récit et parvenir à comprendre ce qui était ironie, mélancolie ou bien encore passion amoureuse. Le personnage principal se cherche, se perd… et nous perd un peu en route.

Peer Gynt est aussi spontané que complexe. Ses penchants pour l’alcool, les femmes, l’humour et le mensonge le malmènent. Il est aussi présomptueux qu’idéaliste, aussi mythomane que pragmatique, aussi exubérant que timide, aussi prévisible que surprenant. A la fois fourbe et courageux, Peer a toutes les qualités et tous les défauts. Qui est-il ? Un doux rêveur, un homme intègre d’une naïveté touchante et d’une lucidité incroyable face à des situations inextricables. Il m’a semblé que le lecteur n’avait d’autres choix que d’observer ce personnage en quête de réponses et d’accepter ses errances et cafouillements.  Après tout, n’est-on pas face à un jeune homme qui cherche des réponses, qui teste ses limites et souhaite tout simplement donner un sens à sa vie plutôt que de suivre une voie que d’autres ont tracée pour lui.

Graphiquement en revanche, je me suis régalée. La mise en images des paysages est sublime. Une excursion onirique au beau milieu de l’album – au pays des trolls et de la nuit – nous saisit et nous interloque, mais c’est finalement ce passage narratif qui nous permet de comprendre ce que le héros est en train d’agir à cette période-charnière de sa vie où il sort du giron familial pour entrer de plein pied dans la vie adulte.

Au final, et à l’instar de Peer Gynt, je me retrouve un peu ambivalente face à ce récit : je suis désireuse de connaître le dénouement de cette épopée identitaire mais incertaine quant au fait d’avoir saisit correctement le personnage ainsi que sa démarche. Mais le sentiment sur le reste après la lecture de ce premier opus est plutôt positif.

Peer Gynt, Acte 1

(Diptyque en cours)

Editeur : Soleil / Collection : Métamorphose

Dessinateur & Scénariste : Antoine CARRION

Adapté de l’œuvre (théâtre) d’Henrik Ibsen

Dépôt légal : février 2021 / 104 pages / 17,95 euros

ISBN : 9782302091368

Aduna (ByMöko)

ByMöko © Soleil Productions – 2020

Il y a ce qu’on voit, qui est là, face à nous. Puis il y a ce qui est, immatériel, presque irréel… mais qui existe… intuition indicible. Une dichotomie entre le concret et l’abstrait. Entre le réel et l’irréel qui se répondent en écho… s’équilibrent et forment un tout.

Visible et invisible, à l’instar du titre de cet ouvrage.

Aduna – monde visible est un monde diurne. L’agir, le vivre, les faits, l’ordre établi. Des masques que l’on fabrique pour les cérémonies rituelles au respect des anciens, chacun est à sa place et contribue à l’harmonie de la communauté.

Auduna – monde invisible laisse la place à la nuit. L’onirique, le fantastique. Le ressentir. Aux fantômes, aux mythes et aux légendes. L’invisible respecte l’harmonie entre les hommes et la nature. Le respect de l’âme des défunts, des esprits, des trowos et du divin.

L’Afrique. Continents de cultures et de traditions orales.

ByMöko nous livre ici un prolongement de l’univers qu’il avait retranscrit dans son premier album : « Au pied de la falaise » publié en 2017 [et dont vous trouverez ici le site consacré à l’univers ici]. Avec « Aduna » , l’auteur interprète et nous décode quelques coutumes africaines, des thèmes présents dans le premier récit.

« Mawu Lisa est le dieu créateur, il est le tout. On ne peut le représenter, à la fois féminin et masculin, immensément grand et minusculement petit, ici et là. Il n’interfère plus avec ce monde depuis qu’il l’a créé. Mais pour celui qui sait ouvrir l’œil, il reste quelques vestiges de sa présence : la beauté et la poésie en seraient une trace… »

Petit recueil de thématiques (masques, case, baobab, les personnalités qui font office de pilier dans les villages, les fétiches…) qui nous explique simplement la teneur de quelques codes sociaux africains. Des illustrations muettes et des doubles pages qui se répondent en écho ; à gauche, des vignettes illustrent le quotidien et sont complétées d’un texte explicatif tandis qu’à droite, une illustration en pleine page.

Un album broché au format à l’italienne et relié à la suisse. Dans ses couleurs douces et terreuses, ByMöko nous entraîne dans une plongée délicieuse… l’occasion de se sensibiliser à l’âme africaine. A l’instar de son premier album, on invente les couleurs nous-même, doucement guidé par la présence de l’auteur. On retrouve des figures que l’on avait croisé dans « Au pied de la falaise » et on revoit le chemin qu’Akou [personnage principal du premier album] nous avait invité à emprunter. Une bonne chaleur inonde ces planches. On avance doucement, précautionneusement. On découvre, on apprend, on baigne dans quelque chose qui est à la fois bienveillant et qui nous sensibilise à une culture qui est très différente de la nôtre.

Très belle initiation à la culture traditionnelle africaine. Un petit bijou d’album.

Aduna – Monde visible / Monde invisible

Editeur : Soleil / Collection : Noctambule

Dessinateur & Scénariste : ByMöko

Dépôt légal : novembre 2020 / 40 pages / 18,95 euros

ISBN : 9782302081772

Les belles Personnes (Cruchaudet)

J’ai l’impression – peut-être à tort – que le trait de Chloé Cruchaudet se dépouille et va petit à petit à l’essentiel. Sans être décousu, sans être minimaliste, il gagne en finesse, en minutie… il parvient mieux à toucher nos émotions. De la dentelle s’installe dans son dessin. Au fil des années, l’évolution de son trait est remarquable. Je me rappelle des planches d’ « Ida » qui étaient pleines, parfois capiteuses au point de ne laisser presque aucun espace blanc si ce n’est les interstices entre chaque case. Puis il y eu « Mauvais genre » en 2013 qui fut une grosse claque pour moi et une petite révolution en soi dans son univers artistique. Pour illustrer cette romance passionnée entre un soldat et son amante, Chloé Cruchaudet avait fait voler les contours de cases… elle avait laissé respirer ses illustrations, trouvant par là-même de la légèreté, jouant sur les non-dits et sollicitant nos sens. En 2018, l’autrice nous embarquait dans sa « Croisade des Innocents », un récit d’aventure moyenâgeux où nous partagions l’épopée d’une floppée d’orphelins livrés à eux-mêmes. Un récit d’apprentissage où l’ambiance graphique se dépouillait encore, le trait se faisait plus fin, plus délicat, plus profond…

Cruchaudet © Guy Delcourt Productions – 2020

Et voilà 2020 qui voit débarquer ces « Belles personnes » ! « Faire des portraits d’anonymes » est une idée qui avait été impulsée par le Festival Lyon BD … Chloé Cruchaudet l’a remaniée pour la rendre interactive. Un appel à contributions lui permet de recueillir des témoignages… l’autrice en retient treize pour composer cet album.

Le principe est donc simple. Des inconnus rendent hommage à d’autres inconnus. Un frère, une voisine, une infirmière qui travaille dans un service de néonat, une prof de philo, une amante, leur enfant… Des textes mis en forme et illustrés par l’autrice. Un recueil de treize témoignages auxquels Chloé Cruchaudet a ajouté sa propre contribution, « parce qu’au final, c’est pour cette raison que j’ai accepté de faire ce livre » explique-t-elle avant de se plier elle aussi à l’exercice. Quatorze personnes qui rendent hommage à quatorze inconnus.

« Petite et trapue, quelques quatre-vingt kilos et plus, la peau ridée, tannée au maximum par le soleil, Denise est ma voisine. Tout est sourire dans son visage de soixante-douze ans. Ses petits yeux se perdent dans ses rides lorsqu’elle sourit, et ses belles dents blanches bien plantées prennent toute la place qui reste. »

Des témoignages spontanés, posés sur papier et qui s’arrêtent le temps de quelques lignes – une page tout au plus – sur des individus [un proche ou une simple connaissance] qui ont ce don pour nous faire voir les choses autrement, pour nous aider à relativiser, décaler contrariétés et tristesse, rendre le beau pétillant, énergisant… Cette capacité à changer la vie de leur entourage, la rendre plus légère et à diffuser des ondes positives qui rendent le quotidien moins pataud.

« Si un jour elle venait à disparaître, elle laisserait mille orphelins, mais aussi mille souvenirs. »

Des mots frais, souvent émus. Des mots bruts, souvent nostalgiques. Des mots vibrants remplis de métaphores ingénieuses. Des mots beaux pour ces lettres écrites avec le cœur. Des mots pour former ces parenthèses dans la vie de ces individus qui témoignent. Et c’est bon de se frotter à ces vibration. Un album patchwork constitué d’initiatives spontanées, de gestes d’amour gratuits qui n’attendent rien en retour. Mises à nu d’hommes et de femmes qui ont su profiter pleinement d’un instant éphémère ou de la présence plus durable d’un être dans leur vie. Qu’il soit fortuit ou permanent, Chloé Cruchaudet attrape le fil qui relie une personne à une autre.

« Qu’est-ce qu’on garde des belles personnes qu’on a connues ? Des impressions, des fragments, des souvenirs des autres qui deviennent les nôtres. Un petit bagage précieux qu’on transporte. »

Un album en trois temps.

Au premier temps de l’album, l’autrice nous parle de sa démarche.

Au second temps de l’album, les lettres prennent vie sous ses crayons. Le coup de crayon et/ou de pinceau change au besoin des personnalités racontées. Les coloris s’adaptent aux traits de caractères. Tout ici veille à attraper l’empathie et les émotions qui étaient contenus dans les témoignages reçus pour les retranscrire le plus justement possible.

Un troisième temps enfin. Une partie qui contient les textes originaux des contributeurs. Chaque récit est posé. Une page suffit. La page en regard contient quant à elle le portrait de la « belle personne » décrite.

Beau. Simple. Une lecture qui suspend un peu le temps.

Les belles personnes (récit complet)

Editeur : Soleil / Collection : Noctambule

Dessinateur & Scénariste : Chloé CRUCHAUDET

Dépôt légal : octobre 2020 / 144 pages / 17,95 euros

ISBN : 9782302081765