Quel logiciel de gestion de BDthèque ?

Ce n’est pas trop utile au début quand on a peu de BD, mais quand on commence à ne plus savoir combien on en a… je crois que c’est la curiosité du nombre qui m’y a amené.

J’ai donc tout bonnement commencé, comme beaucoup je crois, à solliciter un tableur pour le faire. A l’époque je devais avoir 200 petits bijoux que j’ai voulu répertorier. C’était pratique de pouvoir en un clic les ranger par ordre alphabétique ou, beaucoup plus intéressant, par scénariste, dessinateur ou éditeur. Pas trop ludique par contre comme présentation mais ça faisait bien l’affaire car… je ne connaissais pas d’autre manière de le faire et je n’avais surtout pas envie de perdre trop de temps à insérer des images ou des résumés de tomes.

Un autre cap arriva passé les 500 bandes-dessinées. J’avais envie d’autre chose, je voyais le bout de mon rangement sous Excel.

Quelques clics plus loin et surtout après avoir papoté sur le sujet avec mon libraire adoré, je découvrais Gbdao. Quelle révolution dans mon petit monde de BD. D’abord à l’essai, j’ai rapidement acheté la licence et je me suis lancée. Le hic c’est que je me suis retapé toute ma bdthèque, tome par tome, pour l’insérer car… pas très futée pour importer quoi que ce soit à partir d’une base en ligne. Saisie donc des références (auteurs, éditeurs, dépôt légal, nombre de planche et tout le tralala). Fastidieux mais franchement, quand il est à jour et complet, c’est bien agréable. Je trouve ce logiciel vraiment très esthétique et très pratique d’utilisation. La création d’une fiche est parfois un peu longue mais au final, ça vaut le coup quand on s’intéresse à minima au monde de la BD. Les modules de recherches sont faciles à utiliser et en un rien de temps on accède facilement à ce que l’on a à portée de paluche concernant telle ou telle maison d’édition, tel scénariste, tel genre, telle collection… clic clic clic. Le plus long est certainement de récupérer et de scanner les couvertures et planches nécessaires pour enjoliver les fiches séries et les fiches BD mais bon…

L’utilisation du module de statistiques est enfantine, tout comme celui de la gestion des prêts. Les fiches albums sont très riches en informations, permettant d’y insérer une image supplémentaire comme la couverture d’un coffret, la possibilité de visualiser un Hors-série ou un tirage de tête.

Les petits désagréments que j’ai rencontrés concernent le transfert de données de bibliothèque à bibliothèque, avec au final pas mal de perte dans les informations contenues dans les fiches séries. C’est pas cool, je me retrouve avec ma fiche série pratiquement à poil (excepté informations de base : dessinateur, scénariste, coloriste, éditeur, genre et collection). Autre petit inconvénient : les fiches des auteurs ne se mettent pas à jour automatiquement. Alors à moins d’avoir des antennes et d’être bien informé de tout, y’a forcément des sorties qui passent à la trappent. Et je n’ai pas pour habitude non plus, quand je bouquine un magazine BD, de le lire devant mon ordi, ça non. Fan de BD, mais pas dingo quand même.

Vraiment Gbdao j’ai aimé et j’utilise encore.

Tout allait bien jusqu’à ce que je change de PC. Pas le choix… et pas le choix non plus de « je ne veux pas Vista !! ». Pas moyen de récupérer mes données ou alors dans un état qui me déprimait. Reprendre toute la saisie… trop fastidieux. J’ai eu l’occasion de lire sur un forum que le génialissime inventeur de Gbdao était happé par d’autres obligations et n’avait plus le temps de s’occuper de son bébé.

Plus de mise à jour, bye bye la base en ligne… je garde quand même le bébé au chaud.

Je suis passée à BD Gest’.

Pratique comme son copain, en deux temps trois mouvements et grâce à leur base en ligne, j’ai ré-informatisé ma collection (900 tomes en 3 soirs car boulot-boulot la journée… pas mal non ??!). Comme son copain, j’ai pris une licence et comme son copain, c’est pas cher… et bien utile.

Les couvertures des albums, les planches, les fiches auteurs et toutes les p’tites infos qui vont avec (première édition, collection…) se téléchargent automatiquement mais la possibilité d’une saisie manuelle se fait rapidement également (ça dépend de ce que l’on veut y mettre : ISBN ou pas, etc). Le module des statistiques est bien, j’ai eu un peu plus de mal à dompter celui des prêts et vu que je ne m’intéresse pas aux côtes, je ne peux rien dire sur celui là. Il y a possibilité également de gérer des périodiques, des litho, étiquettes et tout le tintouin.

Je trouve cependant les fiches albums moins riches que sous Gbdao. Moins riches ou moins pratiques en fait, je ne saurais dire. On renseigne les fiches par le biais de menus déroulant et seul trois menus sont prévus vierges pour être personnalisés par l’utilisateur. Trois c’est peu.

Il ne fait pas la différence entre un album couleur ou du noir et blanc, l’option « coffret » n’existe pas (et encore moins la possibilité d’insérer un scan de la pochette du coffret), les One-Shot sont considérés comme une série à part entière et ce qui m’enquiquine le plus c’est que le module de gestion des séries est distinct du module de gestion des albums (sous Gbdao j’avais tout à portée d’œil). Bref, des petites habitudes et facilités sous Gbdao… dont je me passe difficilement. Mais le Français est râleur !^^

Pourquoi je ne parle pas du plaisir que c’est de cliquer et hop, toutes les infos sur l’album que j’ai acheté sont sur mon ordi ? Et pourquoi diable je ne parle pas de la possibilité de sauvegarder en ligne (si l’ordi pète, c’est rudement pratique) et de la possibilité d’exporter le fichier pour avoir les données de la bdthèque sur un PDA ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?

BD Gest’ est bien. C’est facile de critiquer quand on n’a pas bossé sur le produit. Mais bon… je suis client… je suis le roi ! Ensuite, tenir compte aussi de la date où j’écris ce billet puisque BD Gest’ propose régulièrement des nouvelles versions de son logiciel.

Quant aux autres logiciels, je ne les connais pas. Je suis preneuse d’infos bien que je n’envisage pas de changer. D’autant plus que BDGest est rattaché à un site qui pullule d’informations et qui est bougrement bien fait.