L’Assassin Royal, tome 2 (Gaudin & Sieurac)

L'Assassin Royal, tome 2
Gaudin – Sieurac © Soleil Productions – 2009

Le Royaume est malmené par des bandes de voleurs qui se multiplient et par un mal étrange qui affecte Forge, une ville située près des côtes, et ses alentours. Le peuple est inquiet et attend que le Roi Subtil  agisse de manière efficace.

Secrètement, les échanges nocturnes avec UMBRE se poursuivent et Fitz progresse dans les enseignements que son maître lui dispense. Les choses suivent leur court jusqu’à ce que Fitz rencontre par inadvertance Dame Patience, la veuve de Chevalerie. Elle intervient alors auprès de Subtil pour que Fitz soit reconnu officiellement comme étant le fils de Chevalerie. Devant les sollicitations répétées de Dame Patience, Subtil va finir par donner un avis favorable à la requête de sa belle-fille.

Qui dit nouveau statut dit nouveaux apprentissages. Fitz va devoir apprendre à artiser avec GALLEN. Abject, autoritaire et cruel, GALLEN va tenter de déstabiliser Fitz.

Un an après la sortie du premier tome BD de l’adaptation de HOBB, le second tome nous invite à suivre la destinée si particulière de Fitz.

SIEURAC et GAUDIN nous livrent un second tome qui ne dépareille en rien du premier.

Le rythme est conservé, tout comme la qualité des dessins.

On peut tout de même se demander si les passages éludés du roman ne vont pas laisser libre court à des développements de spin-off. Lanfeust a-t-elle trouvé une série avec qui rivaliser ? Il y a effectivement matière à créer des séries parallèles issues du même monde et aborder : la vie mystérieuse de UMBRE, le parcours de CHEVALERIE…

PictoOKUne suite appréciée et appréciable !
.

L’Assassin Royal

Tome 2 : L’Art

Éditeur : Soleil

Collection : Cherche Futurs

Dessinateur : Laurent SIEURAC

Scénariste : Jean-Charles GAUDIN

Dépôt légal : mars 2009

ISBN : 9782302004788

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Assassin Royal, tome 2 – Gaudin – Sieurac © Soleil productions – 2009

L’Assassin Royal, tome 1 (Gaudin & Sieurac)

L'Assassin Royal, tome 1
Gaudin – Sieurac © Soleil productions – 2008

Dans ce monde médiéval, on attribue, aux enfants de lignée royale, un prénom qui influera sur leur destinée et sur leur personnalité. Certains initiés usent de magie et/ou, par la force de la pensée, parviennent à développer des dons.

L’histoire débute avec un vieil homme qui accompagne un enfant de 6 ans. Cet enfant, c’est « Petit . Ce jour marque le début d’une nouvelle vie pour lui. L’homme qu’il tient par la main l’emmène au Château de Castelcerf, puisque c’est là où vit son véritable père : le Prince Chevalerie. Rapidement l’existence de « Petit », enfant illégitime de Chevalerie, est connue de tous les membres de la famille royale et de leurs serviteurs.

Dans un premier temps, la famille royale est prise au dépourvu et confie Petit à Burrich, maître d’écurie et fauconnier. Burrich va le prénommer « Fitz » (ce qui signifie Bâtard Royal) et lui apprendre à le seconder dans les soins qu’il donne aux animaux. Puis Fitz rencontrera par hasard le Roi Subtil qui le mettra sous sa protection. Dès lors, il est initié au maniement des armes avec HOD, et à l’art de tuer avec UMBRE…

L’Assassin Royal est une adaptation d’un roman d’Héroïc Fantasy écrit par Robin HOBB et qui compte pas moins de 13 tomes. Cette adaptation BD, publiée chez SOLEIL, ouvre également une nouvelle collection chez l’éditeur : CHERCHE FUTURS qui prévoit de regrouper l’ensemble des adaptations des meilleurs romans d’Héroïc Fantasy et de Science-Fiction.

L’adaptation en bande-dessinée de cette série prévoit deux tomes BD pour 1 tome roman… soit 26 tomes BD au minimum !!!?? Ce tome d’ouverture de série ne se lit pas, il se dévore ! Je précise aussi que je n’ai jamais lu le roman original.

Nous nous glissons facilement dans cet univers qui nous est familier tant au niveau des décors qu’au niveau des êtres que nous y croisons. La question se pose même de savoir s’il s’agit bien d’Héroïc fantasy. Vous l’aurez compris, ici pas d’elfes, pas de trolls velus et poilus, pas de dragons et ce monde, si proche de notre Moyen-Âge, a quelque chose de captivant. Les possibilités de développer certains dons, cette forme de télépathie qui est appelée « L’Art » ou encore ce don qui permet de comprendre le langage des animaux appelé « Le Vif »,  c’est envoûtant.

Rapidement, je me suis prise d’affection pour ce jeune garçon que l’on déplace au gré des envies… qu’adviendra-t-il de lui ? Aura-t-il la force de se faire respecter ? va-t-il être ballotté par des enjeux de pouvoir ?

Les dessins contribuent très largement à la convivialité de l’album. Une nouvelle fois cependant, je déplore le manque de précision sur les expressions, les visages, mais là est bien le seul bémol que je puisse faire quant au travail réalisé par Laurent SIEURAC. Les planches sont magnifiques.

Au niveau du scénario, GAUDIN nous permet rapidement de trouver nos repères dans l’histoire. Que ce soit au niveau des coutumes de ce monde, des liens entre les différents personnages ou leurs personnalités respectives. Les purges effectuées dans l’œuvre de HOBB n’amputent en rien (je rappelle encore que je n’ai pas lu cette version roman) sur la fluidité du récit et l’utilisation d’une voix-off (Fritz) nous fait bénéficier de détails que les dessins et les dialogues ne peuvent retranscrire.

PictoOKJe trouve donc cette adaptation assez intéressante. Belle entrée en matière pour une série d’Héroïc Fantasy qui  nous promet de bons moments de lecture.

Ma chronique du Tome 2.

L’Assassin Royal

Tome 1 : Le Bâtard

Éditeur : Soleil

Collection : Cherche Futurs

Dessinateur : Laurent SIEURAC

Scénariste : Jean-Charles GAUDIN

Dépôt légal : septembre 2008

ISBN : 9782302002999

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Assassin Royal, tome 1 – Gaudin – Sieurac © Soleil productions – 2008

Le Grand pouvoir du Chninkel (Van Hamme & Rosinski)

Le Grand Pouvoir du Chninkel
Van Hamme – Rosinski © Casterman – 1988

Daar est un monde bien cruel pour les Chninkels, esclaves des races supérieures. A chaque croisée de soleil, les guerriers des Trois Immortels partent guerroyer pour une raison désormais oubliée de tous. Chninkels enchaînés, Tawals velus dressés à combattre… à chaque croisée de soleil, c’est la même boucherie sans nom qui recommence. Un jour, au milieu des corps et des décombres encore fumants du dernier combat, J’on le Chninkel se retrouve seul survivant sur un champ de bataille, libre pour la première fois de sa vie. U’N, le Maître des Mondes, lui apparaît alors et lui confie la mission de réinstaurer la paix sur Daar.


Un grand classique de la bande-dessinée, une « BD culte » je dirais. C’est un petit bijou du 9è Art que j’ai eu envie de partager.

Pour moi, nul doute que je classe cette bande-dessinée dans les petits joyaux de l’Héroïc Fantasy. Tous les ingrédients d’une bonne recette y sont présents : le héros, la quête certes, mais aussi l’amour, les prophéties, les méchants, les guerres et les fées bien sur !

J’ai la version noir et blanc est la meilleure à mes yeux. Je reconnais cependant m’être peu intéressée à la réédition en couleur de cette BD qui est dans les bacs depuis 2002 me semble-t-il. Je l’ai un peu feuilletée cependant, je ne trouve pas que la couleur y apporte grand-chose.

Le noir et blanc donne de la force aux textes, un travail monstrueux d’encrage y a été effectué. Quant au scénario, il offre une magnifique réflexion sur les fondements et les textes des Évangiles.

Le scénario de Van Hamme se permet quelques libertés. J’y apprécie notamment la version Chninkel de la Cène et la manière dont Dieu est représenté : le « Maître des Mondes » a un discours pour le moins… direct.

Des petits clins d’œil à d’autres références littéraires sont disséminées de ci-delà mais, chut… je ne dis pas tout, je ne veux pas spoiler. Pour ne rien gâcher, les personnages sont attachants, sincères, le ton est juste. Je compatis avec ce pauvre petit Chninkel : quelle mission bien lourde pour ces frêles épaules.

Le grand pouvoir du Chninkel

Roaarrr ChallengeÉditeur : Casterman

Dessinateur : Grzegorz ROSINSKI

Scénariste : Jean VAN HAMME

Dépôt légal : Avril 1988

ISBN : 2203334398

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Grand Pouvoir du Chninkel – Van Hamme – Rosinski © Casterman – 1988