Le teaser du dimanche

Se poser.
Tout arrêter.
Rêvasser.
Se reposer.
Butiner.
Cogiter.

Faire une pause, c’est s’arrêter. Et s’arrêter, dans certains cas, c’est prendre du retard.

J’ai fait une grosse pause cet été et je voudrais rattraper un peu ce retard dans mes lectures. C’est pourquoi la semaine prochaine, je vais être plus active qu’à l’accoutumée. Exit le rythme de publication habituel (lundi, mercredi, vendredi), place à la publication d’un article par jour. Si !

Les albums jeunesse seront à l’honneur pendant 6 jours d’affilée. Il y aura des histoires de pirates, de supers-héros, de cirque, de guerre, de famille… Un coup de cœur pour un album, une tendresse particulière pour un autre.

Six jours d’activité intense en respectant de repos dominical (tout de même !).

En espérant que vous y piocherez quelques idées de lecture. Six jours et puis je reprendrai le rythme de croisière habituel.

Bon dimanche et bonne semaine à tous !

On reprend ?

Ma pause estivale a duré plus longtemps que prévu.

Il faut dire que cet été 2017 n’a pas été de tout repos. Ravageur, désagréable, dérangeant… aucun effet bénéfique à en tirer.

Et « grâce à » tout ça, je n’ai pas eu l’envie de lire et encore moins trouvé celle d’écrire.

Mais le temps passe et cette éternelle question de savoir si je reprends le blog, si je ferme, si je supprime, si je laisse au repos…

Alors je tente un retour, en espérant que cette reprise ne soit pas temporaire, en espérant pouvoir m’appuyer sur vous pour retrouver la niaque pour écrire et échanger.

Pause estivale

Vous l’avez peut-être remarqué, je suis passée au rythme de l’été. Mes vacances commenceront réellement dans trois semaines mais le besoin de lever le pied se fait déjà sentir.

Il y aura peu de chroniques sur le Bar à BD jusqu’au 21 août.

Je vous souhaite un bel été !

Une photo trouvée sur Internet (je ne connais pas le nom du photographe)

Liebster Award Livresque

un-liebster-award-livresqueCela faisait un moment que je n’avais pas vu fleurir de tag sur la blogo (c’est un défaut d’attention de ma part… me semble).

Le Liebster revient, changeant légèrement d’intitulé : « Liebster Award Livresque »

Bidib a eu la gentillesse de me l’attribuer.

Le principe est simple :

– dire 11 choses sur soi,
– répondre aux 11 questions posées par celui qui vous nomme,
– écrire 11 nouvelles questions,
– et enfin désigner 11 nouveaux blogs.

Je m’excuse d’avance mais je ne vais pas être en mesure d’atteindre tous les objectifs.

*

* *

Je ne suis pas certaine d’avoir envie de livrer 11 choses de moi. 11 choses, c’est tout de même énorme ! Je triche (un peu), mets ce qui me vient en tête et laisse champ libre aux curieux qui passeraient par là…

1/ Je donnerais ma chemise pour avoir la collection complète des films de Buster Keaton.

2/ Je n’aime pas acheter mes livres via Internet. Je préfère de loin aller en librairie.

3/ Même quand je n’aime pas, j’ai du mal à abandonner un livre en cours de lecture.

4/ J’ai un texte de Freud de 67 pages à lire pour demain. Son titre : « Psychanalyse et médecine ou la question de l’analyse profane ». J’avoue que cela ne me met pas particulièrement en joie…

5/ L’alternative, c’est un texte de Lacan de 25 pages sur « La place de la psychanalyse dans la médecine ». Je crois que je vais plutôt opter pour ce plan B…

6/ J’ai un fils qui est particulièrement bordélique. Ça me désespère un peu… (vu que généralement, c’est toujours moi qui fini par ranger).

dsc_0136

7/ Mon autre fils chausse du 40. Il vient tout juste de fêter son 11ème anniversaire. Je suis assez impressionnée par la taille de ses pieds. J’avoue que je me demande bien s’il ne va pas devoir se faire à l’idée de marcher un jour pieds nus… ne trouvant plus de chaussures à sa taille…

et suivants/ A vos claviers si vous avez des questions 😛

*

* *

Les questions de Bidib :

1/ Quand tu lis, est-ce que tu penses déjà à la chronique que tu vas écrire, ou pas du tout ?

Ça dépend. Parfois, je prends des notes (mon carnet n’est jamais très loin). D’autres fois, lorsque je commence un livre, j’ouvre un document Word dans la foulée et j’écris la chronique au fur et à mesure de la lecture.

2/ Lis-tu de la littérature jeunesse ? Si oui, qu’aimes-tu dans ce genre littéraire ? Si tu n’en lis pas, pourquoi ?

Oui j’en lis. Ce que j’aime, c’est l’idée que cela puisse plaire à mes enfants. Puis dans un deuxième temps, je laisse le livre sur la table du salon pour qu’ils puissent se lancer si le cœur leur en dit. S’ils veulent que je fasse la lecture à voix haute, ils savent que je ne suis jamais très loin.

3/ As-tu un genre littéraire de prédilection ou es-tu un(e) touche-à-tout ?

Touche-à-tout.

4/ Quel(s) livre(s) a marqué un tournant dans ta carrière de lecteur ?

C’est plutôt ma prof de français de Cinquième qui a changé mon rapport à la lecture. Jusque-là, je lisais déjà beaucoup. Mais c’est elle qui m’a fait sortir de ma zone de confort et ouvert de nouveaux horizons. Elle m’a donné une liste d’une cinquantaine d’ouvrages qui, selon elle, étaient susceptibles de me plaire. Dans cette liste, des auteurs comme Racine, Vian, Camus, Barjavel, Sartre, Pearl Buck…

5/ Pourquoi écrire sur tes lectures ?

L’habitude est prise et puis, je suis aussi bien intéressée par le fait de découvrir un texte que par les échanges qui découlent des articles que j’écris.

6/ Le(s) livre(s) qui a marqué l’année 2016 ?

Le dernier roman que j’ai lu en 2016 était « Le Garçon » de Marcus Malte. Une claque.

7/ Des attentes pour 2017 ?

Vu comment cette année a commencé… je vais rester sur le même crédo : du changement ! J’espère qu’il sera bénéfique.

8/ Aimes-tu participer aux challenge lecture ? Pourquoi ?

Pas en ce moment. J’en ai beaucoup fait par le passé et aujourd’hui je limite. J’ai, pour le moment, envie de pouvoir entrer dans un livre au gré de mes envies sans avoir de contraintes supplémentaires.

9/ Quel est ton rythme de lecture ?

Il varie. Le minimum est de deux livres par semaine (un roman et une BD). Après, cela va dépendre du temps libre que je peux avoir.

10/ Souhaites-tu tout chroniquer ou tu choisis seulement les livres que t’ont fait fort impression ?

Il y a des livres dont j’ai envie de parler, que je les ai appréciés ou non. Dans ce cas, je fais une chronique.

Mais j’aime bien l’idée d’utiliser mon blog comme un « bloc-note ». J’essaie de faire un article récapitulatif en fin de mois sur les livres que j’ai lus mais pour lesquels je n’ai pas fait d’article détaillé. Dans cet article de fin de mois, il peut y avoir des coups de cœur comme de grosses déceptions.

Sauf rares exceptions – et en dehors du cadre d’un partenariat avec un éditeur – les livres que je ne chronique pas sont les livres que je lis avec mes fils. Je pars du principe que c’est leur univers de lecteur et il leur appartient. Ils n’ont jamais manifesté l’envie de faire état de leurs lectures, je ne vois donc pas pourquoi je le rendrais « public ».

11/ As-tu l’habitude d’écrire des critiques négatives ou tu ne choisis de parler que des livres que tu as aimés ?

Cela m’arrive de ne pas porter un livre effectivement. Je pense que la déception que provoque un ouvrage peut être un support d’échanges. On ne peut pas tout aimer. Si je me limitais à mes coups de cœur, il n’y aurait eu que 8 articles nouveaux sur le blog en 2016.

*

* *

Je n’ai pas 11 questions à poser. De fait, face à cette absence de curiosité non négligeable… je ne vois pas qui désigner 😛

Angoulême 2017… splendide !

Comme un journal de bord…

Affiche FIBD du 26 au 29 janvier 2017
Affiche FIBD du 26 au 29 janvier 2017

Mercredi 25 janvier

Arrivée en fin d’après-midi, à l’heure parfaite pour assister à la soirée d’inauguration du Festival. Un saut à l’espace presse, découvrir son pied-à-terre, poser son baluchon…

Retrouver Bidib, Jordane, Bruno

Visiter l’exposition Will Eisner. « The Spirits », l’univers New York, « 120 planches originales, imprimés, croquis, esquisses, photos, lettres manuscrites… ». Très beau lieu qui invite à naviguer d’une planche à l’autre, à se pencher sur une vitrine, à regarder la vidéo d’une interview…

Naviguer dans l’exposition permanente du Musée de la Bande dessinée… et ses « Grands moments de la Révolution française » (à laquelle je n’ai pas accroché).

5-cite-de-la-bd

Boire du vin chaud très épicé. Tester le jus de pomme chaud… surprenant… pas désagréable.

Resto, dodo.

Dégâts collatéraux de la journée : un verre de vin renversé.

 

Jeudi 26 janvier

6-meteo-du-festivalCommencer la journée en douceur avec Bidib, petit déjeuner pour prendre des forces puis attaquer les Expo.

Loo-huy Phang à l’Espace Franquin pour « Synoptique ». Des originaux de Fred Peeters, Michaël Sterckeman, Philippe Dupuy… Un univers à part, étrange et magique.

Puis descendre à l’exposition consacrée à Hermann à L’Espace Franquin.

La Maison des Peuples et de la Paix pour une mise en avant du travail de plusieurs auteures (Laureline Mattitussi, Marie Deschamps, Rachel Deville et Mai-Li Bernard) et re-découvrir le travail de Bast via l’exposition qui propose une mise en avant de la BD « Doigts d’Honneur », album qu’il a réalisé avec Ferenc (La Boîte à bulles & Amnesty International).

Passer en vitesse sur l’exposition en plein air consacrée à Gaston Lagaffe.

L’enfant-hélicoptère.

Puis retrouver, échanger, rencontrer : Jordane, Marie Fabbri, Marie Moinard, Alain et Désirée, Mandragore (https://www.unidivers.fr/editions-oeuf-rennes/, http://www.editions-loeuf.com/), l’équipe de l’Oeuf, Bruno, Simon, Sylvain, Guillaume et tant d’autres que j’oublie, retourner le stand de L’Association pour trouver un livre introuvable de Thomas Ott…

Un resto pakistanais et l’odeur de ses épices qui se collera aux vêtements… je profiterai de ces effluves jusqu’à la fin du festival (et je ne serais pas la seule 😛 ).

Posée dans un bar, arrivée de Julia et Framboise. Bières, papotages, invasion d’une équipe de curling et Eddy Mitchel. Première courte nuit de camping aux sons des basses de la musique techno et d’un cumulus qui s’est réveillé.

Dégâts collatéraux : deux verres d’eau, un café et une bière renversés.

 

Vendredi 27 janvier

Un éléphant au fond du jardin.

Arrivée de Sabine, je ne suis absolument pas prête pour aller l’accueillir à la gare !

Le Musée d’Angoulême pour l’exposition consacrée à l’œuvre de Kazuo Kamimura. Beaucoup d’esthétique, de délicatesse… beaucoup de répétitions, de redondances dans ce que nous avons vu.

Visiter le petit Hôtel Saint-Simon pour l’exposition « Knock Outsider » pour un voyage au cœur des créations de Dominique Theate.

Entrer dans une yourte pour regarder le travail de Golo Zhao.

Retrouver Sabine puis Antigone.

Repas.

Passage de Lunch, de Nico, de Julien…

Rejoindre Julia, Framboise, BidiB…

Saluer La Pastèque, L’Association, Mosquito, Feï, Steinkis, 6 Pieds sous Terre, La Cerise…

Jongler de plus en plus avec le téléphone qui ressemble désormais à une centrale d’appels téléphoniques divers et variés. Monter Au Monde des Bulles Hall 2, descendre au Hall 1, s’arrêter en route pour prendre un café, une bière, un verre d’eau. Remonter. Se prendre une main aux fesses et en garder la trace.

Arrivée de Jérôme et de Moka. Le groupe est presque au complet.

Vernissage de l’expo de Bast, vin. Soirée Polar SNCF, champagne et vernissage « alternatif ».

Bière, resto, une partie de jeu de concentration improbable, Noukette, vin, renverser des verres… beaucoup de verres.

Repos

Dégâts collatéraux : ma cigarette qui blesse la joue. Verres renversés : vin, champagne, eau, bière…

 

Samedi 28 janvier

Commencer la journée par l’expo des « Quatre Saisons » de Miroslav Sekulic-Struja à la Maison du Papier puis prise de court, passer en vitesse par la Maison des auteurs avant resto, sangria, rires…

Visiter « La French touche de Marvel » au Théâtre d’Angoulême. J’ai des cours de rattrapage à prendre pour avoir une meilleure connaissance de l’univers !

Temps de pause avec Frédéric et Aude.

Retrouver les filles, voir, rencontrer, délirer.

Se retrouver, bière, vin, resto… et terminer avec « quelques mojitos » jusqu’au bout de la nuit.

50-cloture

Rentrer, s’endormir avant que la tête ne touche l’oreiller.

Dégâts collatéraux de la journée : oubliés !

Dimanche 29 janvier

La rencontre délicieuse du dimanche matin, habituelle, annuelle.

Retrouver Jérôme, Nico, Bidib, Moka, Noukette, Framboise, Julia.

La gare

C’est terminé.

Train…

 

Une parenthèse bien remplie de quelques jours. Des souvenirs et des images plein la tête. Des rencontres improbables. Des moments délicieux. Des rires et des éclats de rires. Un bain de bonne humeur, ça requinque pour l’année. Tous ces souvenirs qui ne sont peut-être pas remis à la bonne place, au bon jour… Et tous ceux que je n’ai pas cités… un grand merci pour ce moment-là !!!

Un coup d’œil dans le rétro (année 2016)

J’ai dû chercher un peu pour retrouver le dernier bilan que j’avais fait : 2013

Comparée à 2015, l’année 2016 a marqué le retour à davantage de régularité dans les publications ! Étonnant !! Et pourtant, il y eu des absences… de mi-juillet à fin août, en décembre… sans compter les micro-pauses…

Framboise s’est posée au Bar depuis maintenant un an et demi. Depuis un an et demi, elle rédige également des chroniques pour « La Bibliothèque de Noukette ».

Année à marquer d’une pierre blanche : la première chronique solo de Julia (avec interview inside silvouplé)… j’espère qu’il y aura d’autres occasion de te lire madame 😉

Ce que je retiens…

Les échanges, les partages… carburant nécessaire pour faire vivre le blog.

Merci !
Merci !

Quelques chiffres…

Cette année, le blog a accueilli 166 livres (BD et romans confondus). C’est peu, C’est à se demander si je ne me suis pas trompée dans mon culcul ! Je vais tâcher de faire mieux cette année.

26118 pages que j’ai présenté ici auxquelles s’ajoutent les pages des ouvrages présentés par Framboise.

Au total, 2016 représente 139 articles dont seulement 3 articles pour « Sixtine » (je manque à tous mes devoirs !). Je n’ai plus que deux challenges en cours (et je n’irai pas jusqu’à dire que je participe activement) : celui du « Tour du monde en 8 ans » et celui des « Ignorants ». Mon engouement pour ces « lectures thématiques » s’est tout bonnement volatilisé ! En revanche, chaque mercredi, je ne mâche pas mon plaisir de partager mes lectures avec d’autres bédéphiles. Noukette, Stephie et Moka m’ont proposé de les rejoindre pour animer la « BD de la semaine »… une invitation à laquelle j’ai répondu non sans appréhensions (pensez donc… il s’agit d’être à la hauteur pour accueillir du beau monde une fois par mois !!).

8 articles publiés dans la catégorie « Chroniks Expresss »… on se rapproche doucement de la publication mensuelle et j’en suis ravie.

Les romans qui prennent un peu plus de place que les années précédentes.

Seulement 15 lectures communes cette année. Je m’engage avec parcimonie 🙂

Petit à petit, l’habitude s’installe de consigner dans le blog toutes mes lectures (y compris celles que je fais avec mes fils) mais… je suis encore loin du compte.

Les coups de cœur de l’année :

Quelques perspectives pour 2017 :

  • En avril prochain, le « Bar à BD » fêtera ses 8 printemps. Si je parviens à bricoler un petit quelque chose pour l’occasion…
  • Etre là, fidèle au poste (parce que vous le valez bien 🙂 )
  • Reprendre le suivi du projet « Sixtine »
  • Il n’est pas impossible que le « Loto BD » revienne…

Sans oublier que..

Je vous souhaite une très belle année 2017 !

Liebster Award… Ach !! Le retour !!

Monsieur Bruce m’a fait l’honneur de m’attribuer un Liebster Award 🙂

Une nouvelle mouture de ce tag que j’ai dû faire il y a 3 ou 4 ans (je fouille dans le blog… 2013 !). Les questions étaient différentes et de l’eau a coulé sous les ponts. Je saisis la balle au vol et répond de ce pas à ces quelques questions nourries de curiosité.

Le principe :

– reprendre le logo du tag

– répondre aux 11 questions

– taguer des gens

Liebster

– Qu’est ce qui t’a donné envie d’ouvrir un blog ?

Je l’avais déjà expliqué dans des tags précédents mais reprenons :

En 2004, avec mon ex-compagnon, nous quittons ma Lorraine natale pour nous installer à Toulouse. Je laisse derrière moi beaucoup de personnes qui me sont chères… famille, amis. Parmi eux, mon meilleur ami (devant l’éternel) que j’avais converti à la BD quelques temps avant. Les mois passent et dans nos échanges, revient régulièrement la question du « qu’est-ce-que-tu-as-lu-? ». Gros lecteur, il continue logiquement sa route côté romans (il n’a jamais eu besoin de moi de ce côté-là) mais là où le bât blesse, c’est du côté des BD. Il a voulu poursuivre la découverte et s’est, dans un premier temps, tourné vers des auteurs ou des genres qui lui avaient plus suite aux prêts d’albums que je lui avais proposé. Mais la production de BD est telle qu’on croule souvent sous le nombre faramineux de sorties chaque mois. Les tentatives faites ne lui ont pas toutes apportés satisfaction. « Trouve un moyen de me parler de ce dont tu as aimé » m’a-t-il demandé avec – en option – la possibilité de s’appuyer sur sa mémoire visuelle ; il s’agissait donc, en plus d’un avis, d’intégrer des visuels (couverture et planches) à la critique. Le format mail ne convenait pas particulièrement, les tchat ne permettaient pas forcément de garder une trace des conseils de lecture que je pouvais lui faire. Après des mois de tergiversations, j’ai tenté le blog.

Ouvert en 2009 sur Overblog, le support était finalement un bon compromis. Jusqu’à ce que des internautes commencent à le visiter et à y commenter… Surprise car je ne n’avais pas envisagé cette possibilité pourtant logique (je n’avais pas pensé à paramétrer le blog pour qu’il soit « privé »). J’ai commencé à cliquer sur les liens des personnes qui avaient laissés des commentaires… découverte d’un univers de passionnés de BD… familiarisation avec la « secte » des blogolecteurs. De là, j’ai réfléchi à comment changer ma manière d’écrire puisque jusque-là, je m’adressais à une personne familière, je lui écrivais comme je lui parlais.

Je n’ai eu de cesse depuis de veiller à améliorer mes écrits… un challenge difficile à relever.

– D’où vient le nom de ton blog?

Mon ex-compagnon est également un passionné de BD. Au fil des années, nous avons fantasmé sur l’idée d’ouvrir notre propre librairie mais en y aménageant un espace convivial où les gens pourraient se poser, rester bavarder, parler de BD ou d’autre chose. On en est venu à l’idée, dans notre futur local, d’avoir cet espace dédié aux albums (rayonnages classiques de librairie) et un coin bar (les thèmes ont varié du salon de thé au bar à rhum… ^_^ ).

On a commencé à se pencher sur la question, on en parlait avec nos amis (et notamment un couple d’amis libraires, spécialisés BD). On a fréquenté plusieurs librairies lors de nos vacances et notamment le BD Fugue Café de Lille qui a renforcé notre envie de finaliser ce beau projet. Mais d’un autre côté, à mesure qu’on fouillait la question, revenait systématiquement la question du risque financier, de la nécessité de ne pas se planter sur l’étude de marché (trouver le bon lieu, faire sa pub, organiser la gestion des stocks et les retours d’invendus, etc).

Puis, le déménagement à Toulouse. Une librairie BD avec ce concept de coin bar était ouverte à deux pas du Capitole. Cela a un peu refroidi nos ardeurs. Le fait qu’elle ferme un an plus tard a été une douche froide ! Puis la première grossesse et de nouveaux projets en perspective, une nouvelle dynamique familiale. On ne s’est pas senti de prendre un risque financier. Peu à peu, on a laissé dériver ce projet.

Quand j’ai ouvert le blog en 2009, le nom que je lui ai donné était un clin d’œil à tout cela.

– Comment te vient l’inspiration quand il s’agit d’écrire ?

Elle me vient de l’album en lui-même. Ce qu’il a suscité en moi, de ce à quoi il m’a fait penser, à quoi m’a-t-il fait réfléchir. Et puis comment interpelle-t-il ? Innove-t-il ou fait-il un réchauffé d’autres titres ? Permet-il d’enrichir son regard ou surfe-t-il sur des idées préconçues ?

Idéalement, le fait de construire un écrit qui prolonge l’ambiance de l’album est un de mes objectifs quand j’écris.

– Est-ce que tu penses continuer ces activités encore longtemps ?

Eternelle question qui revient après chaque cycle. Il y a des cycles courts et des cycles plus longs, totalement dépendants de ce que je vis dans le quotidien.

Pendant la grosse pause de 2014, je ne pensais honnêtement pas reprendre cette activité. Mais les échanges avec certains blogueurs m’ont manqué. Le fait d’être redevenue une lectrice silencieuse ne me plaisait pas.

Depuis la reprise du blog (septembre 2014), je m’efforce de publier avec régularité (trois chroniques par semaine les lundi, mercredi et vendredi). Mais il y a eu des coups durs, de la fatigue… et animer un espace de ce genre demande un minimum de temps. Mais poursuivre oui… c’est du moins la réponse que je fais aujourd’hui.

– Ton personnage comics préféré ? Et pourquoi ?

Le jeune Lester d’Essex County.

Lester (personnage du roman graphique de Jeff Lemire : "Essex County"
Lester (personnage du roman graphique de Jeff Lemire : « Essex County »

– Ton personnage comics que tu aimes le moins ?

L’Epouvantail que Batman combat dans « The Dark Knight : Le Chevalier noir » et dans les comics (mais je n’ai pas les références).

La raison pour laquelle je le nomme ? Il m’a fait forte impression. Et côté professionnel, sur les structures dans lesquelles j’interviens, je travaille avec des psychiatres & des psychologues. Certaines de leurs analyses sont pour le moins surprenantes… j’aime cette version vitriolée des thérapeutes.

L'Epouvantail
L’Epouvantail

– Tes auteurs préférés

Jeff Lemire qui me transporte à chaque fois, quel que soit l’univers qu’il développe.

Alain Kokor pour ses personnages tendres et lunaires, ses bleus magnifiques… tout.

Et puis pêle-mêle sans développer : Sergio Toppi, Frederik Peeters, Cyril Pedrosa, Emmanuel Lepage, Joe Sacco, Florent Chavouet, Nancy Peña, Manu Larcenet, Thomas Ott, Fred, Christophe Chabouté, Shaun Tan, Dave McKean, Will Eisner.

– Quelles sont tes autres passions ?

La lecture bien sûr 😛

Et puis en des temps anciens (ceux-là même où je n’avais pas d’enfants, que j’avais du temps et que la question du financement de la baby-sitter ne coutait pas un rein au point que ça vous explose le budget de la sortie) : le cinéma, les expositions, les musées, le théâtre, les concerts et la natation.

– Si tu avais un super pouvoir, tu voudrais lequel ?

Le pouvoir de téléportation. Cela me permettrait d’être en un clin d’œil dans un autre coin de France et de Navarre afin de passer du temps avec mes proches et amis.

Accessoirement, dans le quotidien, ça me permettrait aussi de ne pas poireauter des heures dans les embouteillages.

– Quelle question aurais-tu aimé qu’on te pose ?

J’ai 10 millions d’euros à dépenser, les veux-tu ? (après, même 1000 euros ça m’intéresse ^^)

– Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour ton futur sur le net ?

Qu’il continue à vivre et à retrouver son panache. Et accessoirement, qu’il me permette d’accéder à d’autres débouchés professionnels parce que le Social c’est bien… mais j’aimerai en sortir.

En tout cas, soyons fous ! L’espoir fait vivre. Mais je me dis qu’en ayant plus de temps pour rédiger des articles, je pense que mes chroniques ne peuvent que gagner en qualité 🙂

A mon tour de taguer maintenant. Par curiosité, je vais aller titiller des gens que je n’ai jamais (sauf erreur de ma part) titiller en les taguant : Sabine, Julia, Sido, Marion, PaKa, Yann et Véro. A vous de jouer 😉