Gamaran – Le Tournoi ultime, tome 8 (Nakamaru)

tome 8 – Nakamaru © Kana – 2021

Iori et ses compagnons se retrouve sur une île avec les autres candidats du Tournoi Ultime. L’île est une prison et les candidats doivent s’y affronter. Ce qui veut dire que les candidats peuvent potentiellement tomber sur des prisonniers de l’île. L’épreuve de cette île a pour but de faire une chasse à l’homme immense, chaque candidat est une cible potentielle et doit trouver un candidat adversaire qui a pour cible un autre candidat qu’il doit tuer pour réussir l’épreuve. L’île étant vaste, ils disposent d’un nombre de jours impartis pour réussir l’épreuve.

Le tome est vraiment bien et contient des combats intéressants. L’adversaire de Iori est le frère d’un personnage qu’il a tué dans un tome de la série principale « Gamaran » . Le combat entre Iori et ce personnage du nom de Kitarô Mashima fait rage et Kitarô profite de ce face-à-face pour parler du passé et de son frère. Ce n’est pas un combat très important mais il permet à Iori de se qualifier pour l’épreuve suivante.

Les combats sont toujours aussi bien dessinés, l’histoire continue son cours et est toujours aussi riche.

Je pense juste que certains personnages devraient être plus développés comme Gama (le héros de l’œuvre précédente). A part ça les techniques déployées lors des combats restent aussi impressionnantes.

Dans le prochain tome, on devrait pouvoir voir un combat impressionnant entre deux personnages.

Scénariste/Dessinateur : Yosuke Nakamaru

Editeur : Kana

Genre : action, combat

Dépôt légal : avril 2021

ISBN : 9782505086888

Prix : 6,85€

Kingdom of Knowledge, tomes 3 et 4 (Oda)

tome 3 – Oda © Kana – 2021

Le volume 3 de « Kingdom of Knowledge » est un peu sanglant.

L’Empire a fait appel à un laquais du nom de Layarde. Ce nouveau personnage n’hésite pas à violer, piller, incendier des villages entier… Il tue sans états d’âme, aussi bien des adultes que des enfants qui deviennent parfois ses esclaves.

Fei a trouvé refuge dans un village de demi-elfes. Ces derniers ont un lien particulier avec Layarde. En effet Layarde a pour occupation de faire subir aux demi-elfes toutes les infamies dites ci-dessus. Les demi-elfes en ont peur et cherchent à l’éviter. Ils se cachent. Assez vite Fei, ses camardes et les demi-elfes apprennent que Layarde les recherche.

La colère de Ryu, un demi-elfe qui est devenu ami avec Fei, explose. Il décide de se lancer à la poursuite de Layarde pour le tuer et se venger d’avoir détruit son village et pour sauver des amis à lui qui ont été capturés par Layarde.

Ce volume est bien même si le début est un peu trash. Les passages de violences passent assez vite. Et après on retrouve Fei qui a dû à nouveaux fuir, il trouve refuge à Xerxès, le royaume du Sud. La capitale de Xerxès est magnifique, les dessins sont assez impressionnants.

L’intrigue nous fait aussi découvrir Cyan, le royaume de l’Ouest.

On connait maintenant l’intégralité de la carte de ce monde fantastique puisque les deux autres royaumes (le royaume d’Est Garden d’où est originaire Marc, l’ami de Fei depuis le premier tome et le royaume de l’Empire ont déjà été présentés dans les précédents tomes).

Je pense que nous avons connaissance de tous les territoires de cet univers assez vaste qui s’étend sur une planète entière. Le scénario garde le même ton. Fei (le héros) combat dans chaque tome quelqu’un de l’Empire en utilisant à chaque fois une nouvelle tactique de combat. A chaque tome ou presque, il se fait un nouvel allié. La suite de l’histoire promet d’être vraiment bien.

Auteur et dessinateur : Serina Oda

Éditeur : Kana

Dépôt légal : mars 2021

ISBN : 9782505086192

Prix : 7,45 euros / 226 pages

tome 4 – Oda © Kana – 2021

Le quatrième volume débute par une réunion entre les trois nations de Est Garden, Xerxès et Cyan. Le but de la réunion est de trouver un accord pour former une alliance et de vaincre l’Empire de Ténéfania (la civilisation la plus avancée et la plus dangereuse de ce monde qui avait été présentée dans le premier tome de la série).

Le royaume de Xerxès et celui de Cyan ont une haine l’un envers l’autre ; Xerxès – le royaume du Sud – regorge de culture agricole (et donc de nourriture) alors que Cyan – le royaume de l’Ouest – regorge de minerais de fer. Ils savent qu’ils ont besoin l’un de l’autre mais ils se détestent et se font la guerre pour récupérer les richesses de l’autre royaume.

Durant la réunion le roi du Sud a des réticences envers Luwhen, le roi de l’Ouest. Cela complique fortement la conclusion d’une alliance. Fei intervient donc pour trouver un arrangement, et il propose de faire un mariage de raison entre Xerxès et Cyan. Ainsi, les deux royaumes seraient reliés par une seule et même famille. Pour que toutes les nations soient unifiées, Fei propose aussi deux autres mariages : un entre Cyan et Est Garden et un dernier entre Xerxès et Est Garden. Ainsi, dans une génération, les trois familles royales seraient de la même famille.

Les dessins sont toujours aussi détaillés. La lecture est très fluide. Le scénario soulève des points intéressants comme les enjeux stratégiques des unions entre les royaumes. La possibilité de voir les trois royaumes s’unir contre le Saint Empire de Ténéfania promet des batailles épiques. Je suis impatient de voir les nouvelles stratégies que Fei va mettre en place pour affronter l’Empire.

Auteur et dessinateur : Serina Oda

Éditeur : Kana

Dépôt légal : mai 2021

ISBN : 9782505110354

Prix : 7,45 euros / 243 pages

Chandrahas, tome 1 (Monji)

tome 1 – Monji © Kana – 2021

Le monde de ce manga est dans un mélange de fantaisie et de médiéval, un peu comme beaucoup d’histoire de Fantasy. Mais cette histoire est vraiment bien, on se retrouve dans ce monde où sept héros immortels, les Chandrahas, ont défendu le royaume contre des créatures nommées dragons qui ne ressemble pas aux dragons qu’on connaît d’habitude, on dirait plutôt des animaux recouverts d’une armure d’os.

Chaque héros a ses aptitudes, on ne les connaît pas encore.

On retrouve au début de cette histoire une jeune fille du nom de Himalaya. C’est la fille d’un des héros, elle a hérité de son pouvoir qui est de contrôler les dragons à l’aide d’une flûte. Elle ne mène pas une super vie car elle plus ou moins esclave dans une troupe de chasseur de dragons. Elle cherche à se venger de son père qui a tué sa famille.

Peu de temps après qu’on l’ait vue faire usage de ses pouvoirs, le personnage principal va faire son apparition. Son nom est Arjuna « L’Immortel » … On apprend qu’à l’origine, les Chandrahas n’étaient pas sept mais huit et qu’Arjuna était un de ces héros. Les autres l’ont trahis et l’ont tué. Etant immortel, Arjuna a ressuscité et il veut se venger.

Les dessins sont bien, les dragons sont assez impressionnants. Le scénario est novateur. Ce manga sera fini en trois tome.

Ce tome 1 promet pour la suite de l’histoire. Il n’y a aucun humour dans ce manga, il est centré que sur l’action, les combats et le déroulement de l’histoire.

Scénariste/Dessinateur : Yuki Monji

Editeur : Kana

Genre : action, combat

Dépôt légal : avril 2021

ISBN : 9782505111399

Prix : 6,85€

Mashle, tome 1 (Komoto)

MASHLE © 2020 by Hajime Komoto/SHUEISHA Inc.

L’histoire de ce nouveau manga se déroule dans un monde magique, où la quasi-totalité de la population a des pouvoirs magiques, on les reconnaît aux marques qu’ils portent sur leur visage. Cette marque est présente dès la naissance. Parfois il arrive que des nouveau-nés ne possèdent pas de marque, dans ce cas le gouvernement a décrété que les nouveau-nés ne possédant pas de marque devaient être exécutés.

Le héros Mash Burnedead ne possède pas de marque. Son père s’est exilé dans la forêt pour que Mash puissent vivre. Le héros ne possédant pas de marque, son père lui a demandé de faire beaucoup de sport et de musculation, pour pouvoir essayer de se défendre en cas d’agressions. A force de s’entraîner autant, Mash a obtenu une super force. Grâce à elle, il va intégrer une prestigieuse académie de magie pour pouvoir obtenir le titre qu’elle décerne. Ce titre en poche, il pourra vivre en paix sans avoir à craindre d’être traqué par la Police pour être exécuté.

Ce manga est sympa et si on aime la baston, on est servi ! Même si le manga est bien, l’histoire est un peu copiée sur Harry Potter. L’école de magie ressemble à Poudlard, on retrouve le sport du Quidditch avec exactement la même façon de jouer, le proviseur ressemble à Dumbledore, et il y a les dortoirs (au lieu de quatre, il y en a trois) ; mais dans l’essentiel, les dortoirs défendent à peu près les mêmes valeurs que les dortoirs dans Harry Potter.

A part ça le manga est bien fait, il est drôle. Le personnage principal étant simple d’esprit, ses réactions sont amusantes. Le scénario, à part sur les points qui ressemblent à Harry Potter, est assez bien construit. Le dessin peut s’améliorer.

Je pense qu’il faudrait que le manga parte dans une direction différente de l’univers de Harry Potter, même si je trouve que le principe du héros sans pouvoir dans une société magique est intéressant.

Scénariste/dessinateur : Hajime Kômoto

Editeur : Kazé

Genre : action, combat, humour, magie

Dépôt légal : avril 2021

ISBN : 9782820340801

Prix : 6,99 euros

Gamaran – Le Tournoi ultime, tome 7 (Nakamaru)

« Gamaran » est un univers féodal situé au Japon durant l’Ere Edo. On suit un jeune bretteur du nom de Gama ; il apprend à manier l’art du sabre à l’école Ôgame et il est un des derniers élèves de cette école. Le héros a pour but de tuer son père qui a massacré presque la totalité de ses camarades de l’école Ôgame.

Le manga débute quand le Seigneur Naoyoshi vient demander à l’école Ôgame d’être son « équipe » pour le grand Tournoi d’Unabara qui se déroule dans l’antre des démons. Ce tournoi est une compétition entre les meilleures écoles de maniement du sabre et de beaucoup d’autres armes. Ce tournoi est organisé par la famille Washizu. Naoyoshi est membre de cette famille, il est le 28ème fils du Seigneur du fief Unabara. Le but du tournoi est de déterminer qui sera le dirigeant du fief parmi les 31 enfants du Seigneur.

Les personnages importants sont :

– Gama Kurogane qui est le personnage principal, il change beaucoup dans l’histoire. Il devient plus mature. Il a un talent inné pour le sabre et il maîtrise des techniques de sabre très puissantes.

­- Naoyoshi Washizu qui d’une certaine manière a enclenché toute l’histoire autour du tournoi d’Unabara. Il n’a pas vraiment de compétence, même s’il est important lors des combats (ce qui est l’essence même du manga). Il a plutôt un rôle de personnage d’arrière-plan.

– Jinsuke Kurogane. C’est le père de Gama. Il a tué presque tous les amis de Gama quand il faisait encore partis de l’école Ôgame.

– Iori Sengoku est l’un des premiers élèves de Jinsuke. Il est aussi le maître de Gama. Il veut tuer Jinsuke pour se venger d’avoir tué ces amis. Il est très fort au sabre.

[Ce ne sont pas tous les personnages importants, mais c’est ceux qui faut vraiment connaitre]

Franchement ce manga est génial ! Chaque tome est incroyable et même si j’aime énormément tous les mangas, ce manga se démarque des autres. L’histoire est intéressante, bien construite. Chaque personnage a un état d’esprit et des capacités qui lui sont propres. Chaque personnage évolue au fur et à mesure de l’histoire.

Le dessin est bien, il y a des détails, les scènes de combats sont très bien faites.

Il y a aussi de l’humour, quand c’est possible. Cependant ce n’est pas un manga à faire lire à quelqu’un qui n’a pas l’habitude de la violence et du sang.

tome 7 – Nakamaru © Kana – 2021

Gamaran – Le tournoi Ultime

« Gamaran – Le tournoi ultime » est la suite du manga Gamaran. Cette suite est récente et elle est bien. On suit Iori Sengoku à la place de Gama (mais on le voit aussi).

Pour expliquer et introduire simplement cette suite du manga, le tournoi d’Unabara est fini. L’Ecole Ôgame a gagné, Iori est parti pour s’entrainer à améliorer sa technique au sabre et tenter de surpasser Jinsuke. Pendant son entraînement, une personne venant de la part du Bakufu se présente [le Bakufu est un gouvernement qui était en place au Japon durant l’Ere Meiji, donc à la fin du XIIème siècle ; le Bakufu émane directement du Shogunat qui est le régime de l’empereur du Japon]. Le messager du Bakufu lui remet la lettre qui permet à Iori de participer au tournoi ultime. On appelle ce tournoi « Les cent lames du Shogunat » . Iori décide d’y participer pour pouvoir affronter des adversaires puissants. Il est classé 3ème.

Cette suite est tout aussi bien que la première série. Le scénario est dans le même style. Les dessins sont aussi bien.

Comme je l’ai dit au-dessus j’adore ce manga et la suite ne m’a pas déçu !

Gamaran – Le Tournoi ultime tome 7

Le volume 7 est bien on y voit des combats entre des personnage, dont celui entre Ran – un nouveau personnage (féminin) – et Burai Udô  (un personnage secondaire qui ne vit que deux tomes). On apprend beaucoup de chose sur le Seigneur et sur les raisons qui lui fait organiser ce tournoi. Il y a d’autres choses à dire mais ce serait de spolier !

J’ai déjà dit ce je pensais du scénario et du dessin, ce tome est sympa. Les combats sont vraiment extra et j’ai vraiment hâte de lire la suite. Par contre, il y a un moins d’humour que dans la première série.

Scénariste/Dessinateur : Yosuke Nakamaru

Editeur : Kana

Genre : action, combat

Dépôt légal : janvier 2021

ISBN : 9782505084181

Prix : 6,85€

Chronosquad, tome 4 (Albertini & Panaccione)

Albertini – Panaccione © Guy Delcourt Productions – 2017

Résumer les trois derniers tomes sans spoiler est quelque chose d’impossible.

Résumer ces derniers tomes en réussissant à être cohérente est au-dessus de mes forces. Alors je triche un peu (beaucoup) et je propose une photo de l’encart inséré au début de ce dernier tome.

Chronosquad, tome 4 – Albertini – Panaccione © Guy Delcourt Productions – 2017

Lecteur, ne m’en veut pas de te simplifier les choses 😛

(Tu peux cliquer sur l’image pour l’agrandir mais sache qu’elle dévoile des éléments que tu préférerais peut-être ne pas connaître avant de te lancer dans la lecture…)

Il y avait donc un certain nombre de nœuds à démêler et je me demandais bien comment les auteurs allaient s’y prendre pour 1/ défaire la pelote en un seul tome et 2/ proposer un dénouement cohérent et qui n’est pas plié dans les 10 dernières pages.

Encore tout un imbroglio d’intrigues temporelles aussi diverses que variées. On se retrouve au Moyen-Age, dans l’Egypte Antique, à Londres au début des années 80, à la Révolution Française… ça pulse dans tous les sens, les Chronosquads sont partout… et nulle part. Giorgio Albertini les étouffe, les sert dans un étau. Le scénario est riche, trop peut-être. Le résultat : le lecteur ne sait plus où donner de la tête. Quelle est la piste à suivre ? Où le scénariste souhaite-t-il en venir ?

Et puis, magie de la narration, comme si on ôtait la soupape du couvercle d’une cocotte-minute, la pression s’évacue d’un coup et toutes les pièces du puzzle trouvent leur place. Magie car avec une bonne dose d’humour, rien n’est forcé. Ce qu’on ne comprenait pas jusqu’alors devient compréhensible, des questions laissées en suspens dans les tomes précédents trouvent enfin leur réponse et on se rend compte que rien n’a été laissé au hasard dans l’histoire. Car effectivement, jusqu’au milieu de ce tome, j’ai vraiment douté que le scénariste serait capable de nous apporter la preuve qu’il parviendrait à exploiter toute la matière qu’il avait sur son plan de travail.

Au dessin, on parvient à souffler sur certains passages muets mais ces trêves d’une poignée de pages nous laissent assez peu de répit avant que la course ne reprenne. Grégory Panaccione n’a molli sur aucun tome, rien qui ne permette de percevoir une hâte quelconque dans ce travail créatif. Il a tout de même livré quatre tomes en un an ! Plus de 900 planches !!! A croire que Gregory Panaccione était H-24 sur la série ! Mais je ne me plains pas car c’est tout de même très agréable pour un lecteur ce rythme de parution trimestrielle.

Quoi qu’il en soit, et à la lumière des dernières explications, je crois que le lecteur à tout à gagner à faire seconde lecture. Quoi qu’il en soit, Chronosquad est une série fort sympathique !

Chronosquad

Tome 4 : Concerto en La mineur pour timbales et grosses têtes
Tétralogie terminée
Editeur : Delcourt
Collection : Neopolis
Dessinateur : Gregory PANACCIONE
Scénariste : Giorgio ALBERTINI
Dépôt légal : septembre 2017
248 pages, 25.50 euros, ISBN : 978-2-7560-7416-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chronosquad, tome 4 – Albertini – Panaccione © Guy Delcourt Productions – 2017