Vies volées – Buenos Aires, Place de Mai (Matz & Goust)

Matz – Goust © Rue de Sèvres – 2018

Ils ont 20 ans. Ils se connaissent depuis des années et ont fait le choix de vivre ensemble en colocation le temps de leurs études universitaires. Leur amitié semble inébranlable pourtant, à les regarder, on se demande quel peut-être le point commun qui les a rapprochés.

Santiago a la démarche assurée du séducteur. Dame Nature a été particulièrement généreuse en se penchant sur le berceau de ce grand blond aux yeux bleus qui dévorent les filles. Il fait preuve d’un sens de l’humour certain, d’un optimisme qui lui permet de relativiser le moindre souci et, comme si cela ne suffisait pas, ses relations avec ses parents sont au beau fixe et Santiago sait qu’il peut compter sur leur soutien indéfectible.

Pour Mario en revanche, la vie est plus indocile. Réservé, portant davantage d’intérêt à la littérature qu’aux soirées entre amis, il se laisse souvent porter par l’élan de Santiago pour sortir. Sans cela, des soirées en tête-à-tête avec un bon roman, de préférence un texte d’Adolfo Bioy Casares.

Souvent, leur chemin les fait passer par la Place de Mai de Buenos Aires. Là, Mario rêve d’oser enfin aller à la rencontre des grands-mères de la place de Mai dont le combat incessant vise à retrouver leurs petits-enfants enlevés lors de la dictature militaire qui a duré en 1976 à 1983 en Argentine. Durant ces années de répression, nombre d’opposants au régime ont été assassinés et leurs bébés ont été placés dans des familles.

C’était pour ton bien. Pour ne pas que tu grandisses avec des gens comme eux. Il te fallait une vraie famille, des gens responsables, avec des principes, une morale, et qui t’aiment vraiment.

Mario est persuadé qu’il fait partie de ces enfants arrachés à leurs familles biologiques et voudrait faire les tests ADN qui lui en apporteront la confirmation. Face à la difficulté d’entreprendre la démarche, Santiago propose à son meilleur ami de l’accompagner. Et comme l’infirmière est belle, Santiago va même jusqu’à faire les tests, prétexte pour approcher la jeune femme de plus près. Lorsque les résultats tombent, les certitudes des deux amis s’effondrent : Mario est bel et bien le fils biologique de ses parents en revanche, Santiago apprend la dure réalité.

Je connais le talent de Matz pour réaliser des scénarios bien ciselés. Pour autant, je ne me rue pas forcément sur ses publications… pas systématiquement du moins. J’accroche moins avec ces récits bourrés de testostérone (l’excellent « Balles perdues » m’a un peu laissée de marbre) mais l’auteur a su me passionner l’année dernière en réalisant le portrait d’Alexandre Jacob (voir ma chronique sur « Le Travailleur de la nuit » aux éditions Rue de Sèvres). Je suis donc partie confiante sur ce nouvel album qui revient sur les conséquences actuelles de la dictature argentine de la fin des années 1970. On remarque vite que toutes les classes sociales ont été touchées, blessées… que toutes les générations  sont concernées par cette guerre fratricide et sournoise.

Le scénariste montre des familles déchirées et endeuillées… d’autres rongées par les regrets et le poids du silence. Nul n’est épargné sauf peut-être certains membres de cette jeunesse qui arrivent à l’âge adulte et qui ne se sentent pas concernés par cette réalité d’une époque qui n’est pas la leur. Matz nous montre le cheminement de ses deux personnages principaux. Ils sont tous deux dans des dynamiques différentes, dans deux logiques différentes et pourtant, ils vont avoir à intégrer une réalité qui est très différente de celle qu’ils avaient imaginées. On les accompagne dans cette période particulière de leurs vies et on ressent parfaitement ce que ces deux jeunes hommes éprouvent.

Au dessin, je découvre le talent de Mayalen Goust qui n’en est pourtant pas à son premier coup d’essai ; elle réalise ici son troisième album. J’ai aimé la délicatesse de ses dessins emprunts d’une forme de nostalgie qui sert le propos. Beaucoup de douceur dans ses illustrations ainsi que dans le choix de ses couleurs. Son trait enlace Mario et Santiago comme s’il voulait les préserver autant que possible de cette réalité crue. Son trait caresse les personnages secondaires, à commencer par les parents de Mario et Santiago mais également ces grands-mères de la place de Mai, couverte de leurs châles blancs, de leur combat pacifique pour retrouver les 500 bébés qui ont été subtilisés à leurs familles.

Un livre pour témoigner de cette cicatrice encore ouverte qui fait souffrir tout un peuple. La petite histoire de Mario et de Santiago pour raconter ce pan de l’histoire argentine. Un bel album.

Vies volées

– Buenos Aires – Place de mai –
One shot
Editeur : Rue de Sèvres
Dessinateur : Mayalen GOUST
Scénariste : MATZ
Dépôt légal : janvier 2018
80 pages, 15 euros, ISBN : 978-2-369-81395-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vies volées – Matz – Goust © Rue de Sèvres – 2018

Frères d’exil (Kochka)

Kochka – Haugomat © Flammarion - 2016
Kochka – Haugomat © Flammarion – 2016

Enoha est le grand-père de Nani. Il écrit pour accompagner le départ de sa petite-fille qui doit quitter leur île natale. Enoha est triste, il ne verra plus sa petite fille qui s’apprête à vivre un long voyage, comme tant d’autres enfants de l’île. Enoha est en colère car vu son âge et le fait qu’il est grabataire, il ne peut ni les aider ni les accompagner. Alors Enoha écrit à sa petite-fille, elle a 8 ans.

Enoha écrit des lettres, des lettres courtes, des lettres très longues… des lettres pour que Nani ne ressente pas le vide de son absence, des lettres pour l’aider et l’accompagner dans le périple qui l’attend, pour qu’elle se rappelle de lui, pour qu’elle se rappelle de Moo (sa grand-mère) ou encore de l’île sur laquelle elle est née et elle a grandi.

(…) il est temps que je t’écrive mon histoire pour que tu l’emportes avec toi : l’histoire d’Enoha qui perdit le soleil à dix ans car il se crut seul et abandonné, mais qui le retrouva ensuite… Chaque fois que tu seras découragée, lis-la, et le soleil de l’île reviendra te chatouiller les oreilles. Le soleil de l’île qui est en toi !

Puis c’est le départ. Un départ précipité car l’île disparaît. A cause du réchauffement climatique, le niveau de l’eau monte rapidement. La situation est critique et il n’y aura bientôt plus que des terres inondées dans la région. Des terres noyées, incapables de nourrir les hommes, dangereuses.

Alors Nani fuit. Elle suit ses parents. Vers où ? Ils n’ont pas la réponse. Leur route croise celle de Semeio. Il a le même âge que Nani et il vient de voir mourir son grand-père. L’aïeul était le dernier membre de sa famille. Face à sa détresse, à sa tristesse, les parents de Nani décident de l’adopter.

Lorsque Kochka s’empare du sujet de l’exil, elle l’attrape avec pudeur. Elle raconte une histoire que l’on entend tous les jours : celle de l’exode de milliers d’hommes qui quittent leur pays natal car leur vie est en jeu.

Dans ce roman jeunesse, point de guerre, point de tortures (si ce n’est celle de l’arrachement à ses racines), point de dictature, mais un scénario catastrophe provoqué par le réchauffement climatique. Le postulat de départ n’est malheureusement pas de la fiction… dans quelques années à peine, des milliers d’hommes et de femmes seront dans ce cas de figure, contraints de quitter leurs terres car elles sont devenues trop arides, menacées par les inondations… Le processus est déjà enclenché.

Parce que son île se fait lentement engloutir par la mer, la famille de Nani choisit le moment de son départ. Ce n’est pas un choix aussi raisonné qu’ils l’auraient souhaité, car l’heure tourne et l’eau monte. Kochka nous fait sentir l’urgence de la situation mais c’est avec douceur qu’elle raconte ensuite l’histoire de cette petite fille qui doit quitter sa vie pour aller à la rencontre d’une autre vie, inquiétante, différente… inconnue. Le périple raconté permet au jeune lecteur de comprendre que la peur de l’autre vaut aussi bien pour celui qui voit arriver des étrangers sur son sol que pour celui qui arrive sur un territoire peuplé d’étrangers. Il comprendra aussi que la perte définitive d’un membre de sa famille n’est pas une fatalité ; qu’il faut accepter la douleur, qu’il faut prendre le temps de faire son deuil mais qu’ensuite, vient toujours le temps de la reconstruction. Il faut l’accepter et accepter de se laisser prendre dans le tourbillon de la vie.

La narration prend quelques respirations lorsque, interrompant le récit des différentes étapes de l’exil, il laisse la place aux lettres que le grand-père de Nani lui a écrites avant qu’elle ne parte. Des pages bleues marquent ces respirations. Loin d’être moralisatrices, elles témoignent finalement et durablement de tout l’amour que ce grand-père destinait à sa petite-fille. Elle marque aussi la sérénité et la sagesse, calme l’emportement et l’angoisse que les épreuves du voyage peuvent générer.

PictoOKUn message de tolérance. Une invitation à tendre la main à celui qui est en difficulté. Une requête : celle de regarder au-delà des apparences.

LABEL LectureCommuneUne lecture que je partage avec Moka !

La chronique de Noukette, celle de Jérôme.

Extraits :

« Avec ses trombes d’eau, elle gomme en partie les visages, et de loin, dans leurs imperméables, comme dans une aquarelle où les contours des formes sont flous, tous les gens se ressemblent : ils sont tous des hommes qui fuient ! Des hommes qui fuient comme des toutes petites fourmis devant la nature en grande colère qui les dépasse » (Frères d’exil).

« Et, le cœur rempli d’inquiétude, ils s’apprêtent à quitter le bateau. Et telle l’arche de Noé, le paquebot déverse son chargement de milliers d’âmes : des hommes, des femmes et des enfants aux visages défaits et aux regards un peu hagards. Ils n’ont pas encore vraiment réalisé ce qui leur arrive ; ils ont perdu leurs repères ; tout a été si soudain » (Frères d’exil).

Frères d’exil

Roman jeunesse

Editeur : Flammarion

Collection : Flammarion Jeunesse

Auteur : KOCHKA

Illustrateur : Tom HAUGOMAT

Dépôt légal : septembre 2016

154 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-0813-8953-3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Frères d’exil – Kochka – Haugomat © Flammarion – 2016

Le Voyage de Phoenix (Jung)

Jung © Soleil Productions – 2015
Jung © Soleil Productions – 2015

Jennifer respire la joie de vivre… du moins c’est ce que l’on ressent quand on l’aperçoit. Elle évolue avec nonchalance au milieu des herbes folles d’une prairie, sourire aux lèvres, heureuse de profiter de la douce chaleur des rayons du soleil. Pourtant, la vie de Jennifer n’a pas été sans heurts. Issue d’une famille d’immigrés norvégiens, elle est née aux Etats-Unis. Elle n’a jamais connu ses parents lorsqu’ils étaient ensemble. Quand sa mère était enceinte d’elle, elle vivait en Corée avec le père de Jennifer. Puis, pour une raison qu’elle ignore, sa mère a quitté la Corée, laissant son père sur place pour revenir habiter dans sa ville natale du Minnesota. Elle accouche de Jennifer quelques semaines plus tard.

Elle a grandi dans un environnement douillet mais a toujours été tiraillée par la question de savoir qui est (était ?) son père, pourquoi ses parents se sont-ils séparés et pourquoi sa grand-mère maternelle nourrit-elle des sentiments si haineux à l’égard de Jim (le père de Jennifer) ? Après ses études, Jennifer fait le choix de se rendre en Corée pour un séjour. Elle y retrouve des amis mais le but de son voyage est de retrouver son père ou du moins, retrouver sa trace, rencontrer d’anciens soldats qui – comme lui – ont couverts le conflit armé orchestré par les Etats-Unis. Jennifer souhaite comprendre.

A cette occasion, elle découvre un pays et ses habitants. Elle fait finalement le choix de s’y installer et de travailler dans un orphelinat. C’est dans ce contexte professionnel qu’elle fait la connaissance de Aron et Helen, un jeune couple américain qui désirent adopter un enfant. Helen est stérile, l’adoption est une évidence pour eux. Le dossier d’adoption les a « désignés » pour adopter Kim, un petit garçon d’environ quatre ans.

Jung traite plusieurs sujets de front : les traumatismes que les conflits armés peuvent générer chez les soldats, la situation en Corée du Sud où de nombreuses mères sont contraintes d’abandonner leur enfant, la filiation, l’adoption…

J’ai rencontré des mamans coréennes, souvent très jeunes, obligées par leur famille de laisser leur enfant à l’orphelinat. Les moyens de contraception, à l’époque, n’étaient pas très efficaces. En Corée, un enfant hors mariage est une honte. Pour pouvoir se refaire une vie, et espérer un meilleur avenir pour leur enfant, beaucoup de mères célibataires venaient à l’orphelinat. Je n’oublierai pas le jour où Kim est arrivé, accompagné de sa jeune maman… En pleurs, elle m’a demandé de lui donner à manger. Elle l’a serré fort dans ses bras en lui disant qu’elle l’aimait, puis elle est partie. J’ai appris plus tard qu’elle avait mis fin à ses jours, par culpabilité. Tout est inscrit dans le dossier d’adoption de Kim. On peut y lire que sa maman l’aimait…

Plusieurs récits s’enchevêtrent, celui de Jennifer et de Kim, celui de Kim et de ses parents adoptifs, celui de Jim (le père de Jennifer) ou de Douglas (l’oncle maternel de Kim)… Des liens invisibles se tissent entre leurs différents parcours, des liens d’amitié naissent au moment où l’on s’y attend le moins, des histoires d’amour se font et se défont… Le scénario leur donne tour à tour la parole, les porte et les met en valeur, souligne la tendresse d’un moment ou la détresse d’un homme. Spectateur, le lecteur se saisit de chaque bribe de texte, investit les personnages, aimerait les réconforter parfois et les encourager à d’autres moments. Jung, que l’on connaît déjà pour nous avoir livré un triptyque touchant sur l’adoption (« Couleur de Peau miel ») a installé une ambiance narrative très sereine. A l’aide d’une voix-off – souvent celle du personnage principal (Jennifer) – l’auteur pose un à un les éléments de récit. Le ton est juste et s’appuie sur de nombreux silences. La voix-off tout comme les dialogues sont laconiques et laissent au lecteur le soin de faire ce travail de réflexion quant aux thèmes qui sont abordés dans cet album.

PictoOKJe m’attendais pourtant à un album plus consistant, à une prise de position plus franche de la part de l’auteur. Jung développe en fait plusieurs sujets de front et si le propos est pertinent, il reste malgré tout en suspens. La seule moue que j’ai eue durant la lecture concerne un passage du dernier tiers de l’album où le propos devient assez didactique ce qui contraste assez avec la tranche de vie que l’on suivait jusqu’à présent. En revanche, un autre passage m’a marquée et émue. Il s’agit d’un échange entre un enfant et sa mère adoptive qui est superbement illustré par l’auteur (vous pouvez découvrir le texte « Le nombril » sur le blog « Petites conversations autour de l’adoption »).

La chronique de Moka.

Du côté des challenges :

Petit Bac 2015 / Animal : phœnix

Le Voyage de Phoenix

One shot

Editeur : Soleil

Collection : Quadrants

Dessinateur / Scénariste : JUNG

Dépôt légal : octobre 2015

ISBN : 978-2-302-04785-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Voyage de Phoenix – Jung © Soleil Productions – 2015