Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 1 (Riggs & Jean)

Riggs – Jean © Bayard Jeunesse – 2016
Riggs – Jean © Bayard Jeunesse – 2016

Quand j’étais petit, GrandPa Portman était le type le plus fascinant que je connaissais. Chaque fois que je le voyais, je le suppliais de me raconter ses histoires. Il avait grandi dans un orphelinat, fait la guerre, traversé des océans en bateau à vapeur et des déserts à cheval ; il s’était produit dans des cirques, était incollable sur les armes à feu, les techniques d’autodéfense et de survie en territoire hostile. Les histoires les plus longues parlaient de son enfance. Il était né en Pologne, mais à l’âge de 12 ans, il avait été envoyé dans un pensionnat du Pays de Galles, car les monstres étaient à ses trousses. C’était un endroit magique, où les enfants vivaient à l’abri des monstres, sur une île où il faisait toujours beau. Personne n’y tombait jamais malade et, bien sûr, personne ne mourait. Ils habitaient tous ensemble dans une grande maison, sur laquelle veillait un vieil oiseau très sage.

C’est sur ces mots que commence l’album. Yakob (ou Jacob ou Jake) raconte. Son grand-père vient de mourir et quelques secondes après qu’il ait rendu son dernier souffle, Yakob a vu un monstre, géant, hideux avec des tentacules qui lui sortent de la bouche. Le doute l’assaille alors : et si son grand-père lui avait toujours raconté la vérité ? Pourtant, Yakob avait fini par croire son père qui disait qu’Abe affabulait, habillait de métaphores les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale. Traumatisé par les circonstances de la mort de son grand-père, Yakob s’engage dans une thérapie. Mais cet espace de parole n’a que peu de sens pour lui. Au fil des séances, l’idée naît que pour parvenir à faire le deuil de son aïeul, Yakob doit se rendre sur l’île de Cairnholm, là même où se trouve l’orphelinat de Miss Peregrine. Il parvient à convaincre ses parents de la nécessité de ce projet. Son père décide de l’accompagner durant son séjour.

Sur place, il découvre une vieille maison délabrée. La réalité est très loin de ce que Yakob avait pu imaginer. Yakob est dépité mais la curiosité était plus forte que tout, il revient le lendemain pour rôder dans les ruines, espérant trouver la preuve que GrandPa ne lui a pas menti. Il retrouve la chambre d’Abe, quelques affaires qu’il a laissées là et un coffre qu’il parvient de forcer. Fasciné le contenu de la boîte, il n’entend pas qu’on se faufile derrière lui. Lorsqu’il se rend compte qu’on l’observe, il se retourne. Et là, il est face à des enfants, les mêmes que ceux qui étaient sur les clichés que son grand-père lui montrait lorsqu’il était enfant. Il y a là Emma la « fille étincelle », Millard l’enfant invisible, les jumeaux, Olive qui doit porter de chaussures lestées sinon elle risque de s’envoler… Très vite, Yakob sympathise et les enfants particuliers décident de le conduire à Miss Peregrine.

Après le roman de Randsom Riggs en 2011, une première adaptation BD est réalisée en 2014 (rééditée en septembre 2016) et une adaptation cinématographique voit le jour en 2016 (réalisée par Tim Burton). L’histoire se déroule dans un univers fantasy où des personnages dotés de pouvoirs surnaturels évoluent. L’intrigue est ancrée dans deux périodes distinctes mais qui interfèrent l’une sur l’autre. Le jeune héros vit dans la présent mais sitôt arrivé au Pays de Galles, il accéder à une période antérieure. Randsom Riggs imagine l’existence de passages qui permettrait de passer du présent au passé. Il entre ainsi dans ce que les personnages secondaires [les enfants particuliers] appellent une « boucle temporelle » ; celle-ci est créée par une ombrune qui a le pouvoir de manipuler le temps et de se transformer en oiseau. Les codes de ce monde parallèle sont très simples d’accès. Les ombrunes sont des êtres rares à qui on confie la responsabilité d’enfants particuliers. Elles créent des lieux pour les accueillir et veillent à ce que leur sécurité soit assurée.

C’est pourquoi des gens comme moi ont créé des lieux où les jeunes particuliers pouvaient vivre à l’abri, des sortes d’enclaves physiques et temporelles, comme celle-ci, dont je suis très fière. (…) Nous créons des boucles temporelles dans lesquelles les gens particuliers peuvent vivre indéfiniment.

En quelques pages, on connait les tenants et les aboutissants : des êtres exceptionnels existent mais leur communauté est soumise à des tensions. Certains étant assoiffés de pouvoirs, ils tentent par tous les moyens d’éradiquer leurs semblables pour obtenir davantage de force. L’ouvrage s’ouvre sur le meurtre du grand-père du personnage principal. De fait, le lecteur ressent immédiatement la tension et l’inquiétude du jeune héros. Par la suite, l’intrigue tisse sa toile au fil des pages et la tension monte crescendo, à mesure que l’on comprend les tenants et les aboutissants.

Je ne suis pas censée te le dire, mais les gens ordinaires ne peuvent pas entrer dans les boucles temporelles

Dans cet univers, Randsom Riggs fait évoluer des individus extraordinaires. Leurs pouvoirs sont semblables à ceux des super-héros (maîtriser le feu ou l’air, faire preuve d’une force herculéenne, avoir la capacité de manipuler la flore ou le temps, disposer du don d’invisibilité…). La seule différence avec les récits habituels de super-héros est que les particuliers se soustraient aux communs des mortels. Ils s’isolent dans des communautés isolées dans lesquelles ne vivent que des « particuliers ».

miss-peregrine-et-les-enfants-particuliers-edition-affiche-filmCassandra Jean propose une ambiance graphique très proche de celle du film de Tim Burton. Le présent du personnage principal est terne. Des gris et des contrastes entre noir et blanc servent à décrire un quotidien morose et sans surprise ; la pluie semble y être permanente. Le passé en revanche est coloré. Les couleurs accompagnent l’état d’esprit du personnage ; elles nous renseignent sur ses émotions qui lui imposent de nombreux aléas. Qu’il doute, qu’il soit triste ou qu’il ait peur, chaque sentiment est marqué par une couleur dominante. On est frappé par la chaleur présente dans les couleurs qui sont utilisées lorsqu’on parcourt les pièces de la pension de Miss Peregrine : des bleus nuit, des verts lumineux, des jaunes canari qui réchauffent les planches. De plus, l’illustratrice intègre régulièrement de vieilles photos à ses illustrations. Ces clichés nous montrent les membres du groupe qui accueillent Yakob comme l’un des leurs. Cela donne un cachet à l’ensemble, un petit côté vieillot qui vient forcer la main du lecteur réticent ou – au contraire – permet à celui qui veut y croire de mieux se représenter chaque protagoniste.

PictoOKUn bel ouvrage qui permet de se divertir. L’objet-livre aurait certainement gagné à bénéficier d’une édition plus soignée : couverture rigide, un gaufrage pour le titre voire pour le visuel de couverture, une reliure en tissu… mais on reste sur le classique d’une couverture souple et l’apparition mystérieuse de ce faucon dont on ne sait rien avant lecture mais dont on comprend déjà qu’il est l’un des éléments-clé de cet univers. On se perd entre passé et présent, réalité et monde imaginaire et on profite, et c’est bien agréable, d’une cohabitation réussie entre un récit onirique et la sombre histoire de l’humanité. Entre super-héros et guerre mondiale… Vivement la suite en tout cas !

Une lecture que je partage avec Noukette !!

L’avis de Stéphane Maillard Peretti (sur BruceLit).

la-bd-de-la-semaine-150x150La BD de la semaine est accueillie chez Stéphie aujourd’hui !

Miss Peregrine et les enfants particuliers

Tome 1

Série en cours

Editeur : Bayard

Collection : Bayard Jeunesse

Dessinateur : Cassandra JEAN

Scénariste : Ransom RIGGS

Traduction : Sidoine VAN DEN DRIES

Dépôt légal : septembre 2016

256 pages, 14,90 euros, ISBN : 978-2-7470-5935-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Miss Peregrine et les enfants particuliers, tome 1 – Riggs – Jean © Bayard Jeunesse – 2016

Louis parmi les spectres (Britt & Arsenault)

Britt – Arsenault © Editions La Pastèque – 2016
Britt – Arsenault © Editions La Pastèque – 2016

Louis est un petit garçon pas comme les autres. Déjà, parce qu’il vit dans une famille pas tout à fait comme les autres. Son père est alcoolique et l’alcool le fait pleurer pendant des heures. La mère de Louis aussi est triste, mais pas pour les mêmes raisons que son père. Maintenant, elle a peur… d’un peu tout… des microbes, de la saleté, des inconnus, des retards… Enfin, son petit frère, que tout le monde appelle Truffe, est un inconditionnel fan de James Brown et met parfois une cape pour aller à l’école. Avant, la famille de Louis vivait à la campagne. Mais ils ont dû déménager pour s’installer en ville. La vie d’avant leur manque.

Quand on s’assoit sur le balcon arrière, on a une vie (imprenable ! dit ma mère) sur les autos, les camions, les klaxons, les bouchons et le béton. Un jardin automobile au-dessus duquel notre famille est perchée comme une famille d’oiseaux empoussiérés. Elle dit que c’est presque aussi beau que le jardin d’avant, celui de la campagne

Quand Louis était petit, il aimait pêcher des bouteilles dans la rivière. Il les attrapait avec un filet. Aujourd’hui, il ne peut plus le faire, sa mère le lui interdit. Elle lui interdit ça et d’autres choses encore, comme de faire un détour en rentrant de l’école. Il s’inquiète pour son père, pour sa mère mais pas trop pour Truffe. Mais ce qui embête le plus Louis, c’est de ne pas pouvoir dire à Billie qu’il l’aime.

Billie, c’est elle. Une sirène à lunettes, une tempête de pluie, une fontaine à chocolat, une reine muette. (…) Quand elle parle, tout s’illumine. Tout explose en grappes de miel et de feu. Billie ne fait pas des menaces, elle fait des promesses

Heureusement, Louis a son meilleur ami. Il s’appelle Boris. A lui, il peut tout dire.

Entre les crayons de papier ou de couleur, aquarelle, feutres, encre de Chine, graphite… Isabelle Arsenault crée une ambiance unique où le temps semble suspendu et suspend le lecteur aux illustrations comme au récit. Les teintes douces, légèrement délavées, nous font ressentir la quiétude jusqu’à ce que jaillisse, comme par effraction, une couleur primaire. Vive, chaude, stimulante, qui nous permet de ressentir l’émoi du narrateur. Une émotion due à l’inquiétude, au sentiment amoureux, à la peur. Les couleurs peuvent alors être chassées des pages, remplacées par des traines de gris, de noirs, un tourbillon de traits où l’on saisit le trouble du personnage, son incapacité à agir, à dire. Puis, la vague de tristesse passe, la boule au ventre se résorbe, et la couleur revient, ravivant notre gourmandise, nourrissant notre curiosité et nous poussant à tourner la page, loin, toujours plus loin dans la connaissance de cet univers, à la merci des confidences de l’enfant.

Louis parmi les spectres – Britt – Arsenault © Editions La Pastèque – 2016
Louis parmi les spectres – Britt – Arsenault © Editions La Pastèque – 2016

On a l’impression que les mots effleurent les pages, s’y posent avec la douceur d’une plume. A l’instar de « Jane, le renard et moi », le charme opère et cet album, fruit d’une nouvelle collaboration entre Fanny Britt et Isabelle Arsenault, nous fait oublier tout ce qui nous entoure… tout ce qui est extérieur à l’histoire racontée dans ce livre. Il y a chez ces enfants une forme de solitude qui les pousse à se faire violence, qui les poussent à dépasser la difficulté, obstinés à ne pas laisser la situation en l’état. Tandis qu’Hélène se réfugiait dans son monde intérieur, Louis lui s’appuie sur son meilleur ami. Tandis qu’Hélène tentait d’apprivoiser un renard, Louis recueille un jeune raton laveur. Il y a comme un air de famille entre ces deux enfants. Il y a quelque chose qui donne l’impression au lecteur d’être ici chez lui, de côtoyer un environnement familier. Le scénario mêle deux univers. En ce qui concerne le premier, l’enfant peut tout à fait en délimiter les contours : l’école, l’amitié, la présence de sentiments amoureux. L’autre en revanche est plus incertain, il fait appel à un ressenti qu’il connaît peu et qu’il n’ose pas questionner : l’alcoolisme de son père, les angoisses de sa mère, le couple parental qui part à la dérive. Fanny Britt en explore chaque recoin, aidé en cela par le talent graphique d’Isabelle Arsenault.

PictoOKPictoOKUn livre qui émeut, un livre dont on sait qu’on se rappellera, un livre précieux, un livre à la fois tendre et dur. Un coup de cœur.

Je partage cette lecture à l’occasion de la « BD de la semaine ». Allez donc faire un tour chez Noukette qui rassemble aujourd’hui les liens des autres lecteurs.

la-bd-de-la-semaine-150x150

Extraits :

« Il pleure pendant des heures, comme pour distraire la douleur » (Louis parmi les spectres).

« Je ne savais pas que l’amour c’est comme une roche qui nous explose le cœur, qui fait mal autant qu’il fait vivre, et qu’il donne envie de fuir en même temps qu’il nous empêche de le faire » (Louis parmi les spectres).

Louis parmi les spectres

One shot
Editeur : Les Éditions de la Pastèque
Dessinateur : Isabelle ARSENAULT
Scénariste : Fanny BRITT
Dépôt légal : novembre 2016
160 pages, 21 euros, ISBN : 978-2-989777-000-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Louis parmi les spectres – Britt – Arsenault © Editions La Pastèque – 2016

Un bruit étrange et beau (Zep)

unbruitetrangeetbeau
Zep © Rue de Sèvres – 2016

William a prononcé ses vœux à l’Ordre des Chartreux il y a 25 ans. Après la cérémonie des vœux, il est devenu Marcus. Sa nouvelle vie de moine implique qu’il vive dans la pauvreté et le silence. Il se soumet à un régime alimentaire strict, une vie remplie de rituels quotidiens.

« Solitude, pauvreté, obéissance, chasteté… silence »

Cela fait vingt-cinq ans qu’il a quitté ses proches et ses amis. Seul le père supérieur reçoit des nouvelles de l’extérieur. Il avise alors de la nécessité ou non d’en informer les moins. En 25 ans, Marcus a été informé de la mort de Nelson Mandela et du décès de ses parents. Ce jour-là, le père supérieur le convoque pour lui apprendre le décès de sa tante. Marcus est l’un des héritiers et la défunte impose la présence de tous ceux qui sont concernés par la succession soient présents lorsque le notaire lira les dispositions du testament. Marcus est dans l’impossibilité de se faire représenter par l’avocat de son diocèse.

« Mais le toit de l’aile sud est dans un piteux état. Cet héritage est peut-être une réponse du Seigneur à nos prières ? »

Contraint de quitter temporairement le monastère, Marcus part retrouver son ancienne vie avec appréhension.

Je garde un agréable souvenir d’ « Une histoire d’hommes » (Ed. Rue de Sèvres, 2013) qui m’avait permis de découvrir une autre facette de Zep, plus sombre, plus sérieuse, plus introspective [peut-être] que son célèbre « Titeuf ».

On part cette fois dans un univers peu familier, celui d’un monastère. Une communauté d’hommes dévoués entièrement à Dieu, murés volontairement dans un silence interminable. Rejoindre l’Ordre des Chartreux implique d’adhérer à un mode de vie drastique, austère. Zep parvient pourtant à nous mettre rapidement à l’aise avec le personnage principal qui nous guide, tout au long de l’album, dans la découverte de son monde religieux et de son monde intérieur. Il parle en silence, la voix-off retranscrit ce qu’il a perdu l’habitude de dire tout haut pourtant, si la parole est devenue pour lui superflue, sa pensée s’est libérée. Détaché de tout ce qui l’entravait avant, il se concentre désormais sur ce qui lui semble essentiel. Zep invite son lecteur à suivre cet homme atypique, à caler notre respiration sur la sienne, à réfléchir à notre tour sur la question du renoncement. Un homme humble que l’on imagine convaincu par le sens qu’il donne à son engagement. Il n’en est rien.

Nous faisons la connaissance de cet homme à un moment de sa vie où il v être de nouveau confronté à un choix important à faire. Après vingt-cinq ans de vie dans une communauté vivant en autarcie, on imagine mal qu’il fasse le chemin inverse, d’autant que rien ne lui a été imposé. Et pourtant cet homme va douter, ses convictions vont vaciller. En retrouvant les repères de sa vie passées, il est ému. Surpris de retrouver les bruits, les odeurs et les couleurs d’une société qu’il avait tenté d’oublier, troublé par le fait de côtoyer de nouveau des membres de sa famille, cet homme va peu à peu douter et questionner les choix qu’il a fait. Un état d’esprit que l’on comprend tout à fait pourtant, le scénario ne m’a pas totalement convaincue. J’ai du mal à concevoir qu’un homme qui ait fait le choix d’un tel engagement religieux puisse, en une poignée de jours, se laisser envahir à tel point par ses instincts. J’ai du mal à croire en son abandon, comme si cette plongée dans la vie était une bouffée d’air qu’il s’accorde dans son calvaire… un calvaire qu’il a choisi de son plein gré mais dans lequel il se sent si lourd. En dehors de cela, le lecteur boit les confidences du moine. A l’instar du personnage, on savoure un plaisir qui se nourrit de petits riens : sentir une odeur agréable, se baigner, converser, courir…

Le trait sobre de Zep me fait penser à celui de Thierry Murat. Différentes bichromies se succèdent pour décrire l’état d’esprit de Marcus : marron pour les souvenirs ou la quiétude, bleu violacé pour le présent, rose-pourpre pour l’afflux d’émotions, brun jaune pour la joie… Oui, à bien y repenser, cet album m’a beaucoup fait penser aux « Larmes de l’Assassin » dans la manière d’utiliser les couleurs et la voix du narrateur.

PictoOKUne vie rodée, routinière, une répétition de gestes quotidiens puis un événement qui précède une rencontre et des retrouvailles. La vie surgit au moment où l’on s’y attend le moins. Une belle histoire à laquelle j’aurai aimé croire davantage…

Une lecture que je partage avec Noukette

Les chroniques de Stephie et de Jacques.

Retrouvez les albums des autres lecteurs des « BD de la semaine », aujourd’hui chez Moka !

la-bd-de-la-semaine-150x150

Extraits :

« Je suis chartreux. Cloîtré depuis vingt-cinq ans et sept mois. Aujourd’hui, c’est le temps de la récréation : la promenade hebdomadaire. Trois ou quatre heures pendant lesquelles on peut parler. Mais on perd l’habitude. Le bruit des mots qui résonnent dans ma bouche me paraît étrange… inutile » (Un bruit étrange et beau).

« Ce monastère a presque mille ans. Certains jours, j’ai l’impression d’avoir le même âge que lui » (Un bruit étrange et beau).

« La mort m’a fait si peur, ce jour-là, que j’ai voulu croire en un Dieu plus fort qu’elle. Et j’ai fini par choisir une vie voisine de la mort. Pour m’habituer » (Un bruit étrange et beau).

Un bruit étrange et beau

One shot

Editeur : Rue de Sèvres

Dessinateur / Scénariste : ZEP

Dépôt légal : octobre 2016

84 pages, 19 euros, ISBN : 978-2-36981-185-5

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un bruit étrange et beau – Zep © Rue de Sèvres – 2016

Winter Road (Lemire)

Lemire © Futuropolis – 2016
Lemire © Futuropolis – 2016

Province de l’Ontario au Canada, de nos jours.

Dereck est un solitaire. Sa mine renfrognée, sa gueule de guerrier, sa stature imposante… au premier abord, il n’attire pas la sympathie. Son franc-parler et sa réputation de bagarreur inspirent la méfiance alors, quand on le voit accoudé au comptoir du « Pit Stop », il faut avoir une bonne raison de le déranger. Il se pose toujours à la même place, descend bière sur bière en regarder un match de hockey. C’est son monde le hockey ou plutôt, c’était son monde… avant qu’il ne se fasse exclure de la NLH, avant que plus aucune équipe n’accepte de le faire jouer. Pourtant, en ce temps-là, il rayonnait. Une carrière prometteuse s’offrait à lui. Parce qu’il est incapable de contenir sa colère, il a été contraint de renoncer à toutes ses ambitions. Aujourd’hui, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Pour oublier, il s’imbibe d’alcool et parvient à conserver son boulot de cuisinier par on ne sait trop quel miracle.

Et puis il y a Bethy. Partie à la hâte de Toronto. Elle remonte vers le nord, elle veut changer de vie. Elle fuit, portant sur elle les stigmates d’une vie ratée. L’œil au beurre noir, l’esprit en berne, elle marche vers Pimitamon, sa ville natale. Son blouson en jean la protège à peine du froid. Elle est si frêle qu’on se demande où elle a bien pu trouver la force de s’extraire des coups de son homme, de la drogue et de la misère. Fauchée, déprimée, déboussolée… tout ce qu’elle sait, c’est que son frère est la dernière lueur d’espoir qui lui reste. Son frère est la dernière personne en qui elle a confiance. Son frère Dereck.

A chaque fois que je tiens un nouvel album de Jeff Lemire en mains, c’est comme un petit événement. La lecture nécessite un minimum d’organisation, ne serait-ce que le fait d’aménager un temps de lecture durant lequel je suis certaine de ne pas être dérangée. Les mêmes questions qui reviennent à chaque fois : est-ce que ce sera une claque comme « Essex County » ou un plaisir plus timide comme « Jack Joseph » ? La lecture sera-t-elle interactive comme « Trillium » ou addictive comme « Sweet tooth » ?

Les histoires qui jaillissent de l’esprit de Jeff Lemire me fascinent. Ses personnages mélangent force et fragilité ; ils sont bousculés par leurs doutes, déstabilisés par l’imprévu, observent, attendent et finalement, se jettent dans la gueule du loup pour affronter leurs propres démons.

Le couple fraternel que forment Dereck et Beth n’échappent pas à cette malédiction. Pour construire cette histoire, Jeff Lemire est revenu dans un lieu qu’il ne connait que trop bien – l’Ontario – dans une petite commune que l’on imagine non loin d’Essex, sa ville natale. On y retrouve les mêmes gueules cassées, les mêmes solitudes qui crient en silence, le même rythme de vie tranquille… et puis cette similitude avec la présence de Bethy qui apparaissait ponctuellement dans « Essex County ». Est-ce la même femme ? Est-ce un hasard ? Le point commun le plus frappant est l’attrait que Dereck (héros de « Winter Road ») et Lou (héros de « Essex county ») partage pour le hockey. Les mêmes rêves brisés, les mêmes carrières d’hockeyeur qui ont stoppé net, les mêmes hommes cassés renvoyés à leur dure réalité.

Dans cet album, on flotte dans des tons bleutés. Seuls les souvenirs sont en couleurs, faisant penser à un passé radieux, idéalisé malgré les bleus qui ont marqué le cœur durant l’enfance chaotique de Beth et Dereck. Un passé idéalisé, vestige d’un temps révolu où la souffrance était moins tenace, où les personnages pouvaient encore compter sur la présence rassurante de parents, où les décisions prises – même mauvaises, même prises sous le coup de l’impulsivité – n’étaient pas de nature à rompre des amitiés… à décevoir de façon irréversible. Un passé révolu qui s’est effacé derrière un présent morne, où les personnages sont mélancoliques, torturés par leurs vieux démons. « Le bleu est symbole de vérité, comme l’eau limpide qui ne peut rien cacher » peut-on lire dans les différents textes expliquant la symbolique des couleurs. En choisissant cette ambiance graphique bleutée, Jeff Lemire nous permet de comprendre que ses anti-héros ne sont pas dupes quant à ce qu’ils sont devenus.

PictoOKLe trait de Jeff Lemire s’est structuré. Plus apaisé, plus précis. Il ne joue plus de la même manière avec les contrastes, a abandonné l’emploi du noir et blanc pour se saisir de la couleur, pour jouer avec l’ombre et la lumière. Pas le meilleur Lemire mais une fois la lecture engagée, l’auteur nous tient en haleine. On sent que les personnages nous échappent car on les sent capables de tout sans pour autant parvenir à deviner leurs intentions. Un album prenant même si l’on reste spectateur des événements.

la-bd-de-la-semaine-150x150

Pour la première fois, j’accueille la « BD de la semaine ». Je tremblais tellement à cette idée que j’ai demandé à Jérôme s’il acceptait de m’accompagner sur une LC… Le rendez-vous BD du mercredi est quelque chose de précieux, une aventure débutée en 2009. A l’époque, j’avais suivi Mango. Le partage s’appelait alors « La BD du mercredi ». Le principe quant à lui n’a pas changé : un partage hebdomadaire autour d’un album qui vous a plu ou déplu, de la découverte. Vous trouverez ci-dessous les liens des participations d’aujourd’hui… et si de nouveaux lecteurs souhaitent se joindre à nous pour un, deux, trois ou tous les mercredi du mois… vous êtes les bienvenus !

Les chroniques « BD de la semaine » à découvrir chez :

Nathalie : La Maison (Roca)
Nathalie : La Maison (Roca)
Noukette : Jules B (Modéré)
Noukette : Jules B (Modéré)
Lemire © Futuropolis – 2016
Jérôme : Winter Road (Lemire)
Donner - Moreau © Rue de Sèvres - 2015
Moka : Tempête au haras (Donner & Moreau)
Omont - Zhao © Editions Feï - 2012
Enna : La balade de Yaya, intégrale 1 (Omont & Zhao)
Omont - Zhao © Editions Feï - 2013
Enna : La balade de Yaya, intégrale 2 (Omont & Zhao)
Omont - Zhao © Editions Feï - 2015
Enna : La balade de Yaya, intégrale 3 (Omont & Zhao)
Mylène : Les Campbell, tome 1 (Munuera)
Mylène : Les Campbell, tome 1 (Munuera)
Saxaoul : Tib et Tatoum, tome 1 (Grimaldi & Bannister)
Saxaoul : Tib et Tatoum, tome 1 (Grimaldi & Bannister)
Karine : Literary life (Simmonds)
Karine : Literary life (Simmonds)
Charlotte : Regarde les filles (Bertin)
Charlotte : Regarde les filles (Bertin)
Sabine : Les mutants, un peuple d'incompris (Aubry)
Sabine : Les mutants, un peuple d’incompris (Aubry)
Sandrine : Seules contre tous (Katin
Sandrine : Seules contre tous (Katin)
Hélène : L'Ile au Trésor (Corteggiani & Faure)
Hélène : L’Ile au Trésor (Corteggiani & Faure)
Jacques : Sambre, tome 7 (Yslaire)
Jacques : Sambre, tome 7 (Yslaire)

Winter road

One shot

Editeur : Futuropolis

Dessinateur / Scénariste : Jeff LEMIRE

Traduction : Sidoine VAN DEN DRIES

Dépôt légal : septembre 2016

280 pages, 28 euros, ISBN : 978-2-7548-1695-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Winter Road – Lemire © Futuropolis – 2016