Une Nuit avec Lovecraft (Rodolphe & Marcelé)

New-York, année 2022.

Mary est étudiante en Littérature. Depuis toute petite, elle est passionnée par les œuvres de H.P. Lovecraft. Elle a tout lu et connait les moindres détails de la vie du romancier. C’est pourquoi lorsqu’on lui demande de choisir une période pour configurer le jeu vidéo dans lequel elle va se lancer, elle choisit logiquement d’aller à Providence – dans l’état de Rhode Island (Etats-Unis) – en 1935.

Lors de sa connexion, la console de jeux dysfonctionne et Mary se retrouve réellement projetée en 1935… Passé l’étonnement et après avoir rassemblé ses esprits, Mary décide de tenter sa chance. Elle décide de se rendre au 66 Collège Street où Lovecraft a vécu quelques années avec sa tante. Arrivée sur place, elle hésite un instant à appuyer sur la sonnette mais refuse finalement de laisser passer cette chance. C’est Howard Phillips Lovecraft en personne qui lui ouvre. Après quelques explications, le célèbre écrivain propose son aide à la jeune étudiante.

Le dessin au crayon campe le décor à la façon d’un croquis très détaillé. Je trouve l’ambiance graphique un peu austère mais elle a l’avantage de précipiter l’instant, comme si Philippe Marcelé s’était glissé dans la peau de la narratrice et qu’il avait dû dessiner – dans la hâte du moment – les contours de cette nuit surréaliste, comme s’il avait dû border la silhouette de l’aubaine accordée à la jeune femme, comme si nous étions dans le moment présent de la rencontre et que nous désirions ardemment n’en perdre aucun détail.

Le scénario de Rodolphe nous emporte dans une parenthèse surréaliste et c’est avec beaucoup de curiosité que l’on part à la rencontre de cette jeune femme que l’on jalouse (un peu) car elle s’apprête à rencontrer l’auteur qu’elle admire depuis son enfance.

Rodolphe utilise assez peu les éléments accessoires de son postulat de départ (ayant pour conséquence un déracinement social très abrupt pour le personnage principal). Quelques comparaisons sont rapidement abordées entre ces sociétés dans lesquelles les mœurs ont fortement évolué et se sont profondément et radicalement affirmées [le regard porté sur la femme (habitudes vestimentaires, liberté de parole…) dans une société patriarcale, l’accueil réservé aux propos racistes et homophobes…]. Ces courtes digressions accentuent l’impression que le lecteur d’avoir été blackboulé entre des époques diamétralement opposées (la société très puritaine des années 1930 et une vision légèrement futuriste de notre société d’aujourd’hui… un monde à la fois plus procédurier mais aussi plus libre car les hommes et les femmes prennent ouvertement la parole quelque soit le sujet (finance, politique, religion, sexualité…).

« Une nuit avec Lovecraft » est avant tout le moyen de partager un récit très documenté sur la vie et l’œuvre de H.P. Lovecraft. Une partie des éléments présents dans l’album sont d’ailleurs tirés des correspondance que Lovecraft entretenaient avec August Derleth et Frank Belknap. Par la bouche de son héroïne, Rodolphe aborde tour à tour les œuvres marquantes de la bibliographie du romancier américain (« Le rôdeur devant le seuil« , « L’affaire Charles Dexter Ward« , « Dans l’abîme du temps« , « Le cauchemar d’Innsmouth » …), les caractéristiques de l’univers fantastique et horrifique qu’il a construit et enrichit tout au long des années, les figures marquantes qui guident son peuple de monstres effrayants (Cthulhu, Nyarlathotep, Yog-Sothoth…)…

… mais aussi des éléments plus intimes de la vie de Howard Phillips Lovecraft comme des souvenirs de sa jeunesse, l’influence considérable qu’à eu son grand-père sur l’adulte (et l’artiste) qu’il est devenu, ses opinions politiques et certaines de ses prises de positions parfois choquantes (comme le fait qu’il ait témoigné de son soutien à Hitler pendant plusieurs années).

Et puis il y a la mise en abîme d’un auteur aujourd’hui disparu qui aurait l’occasion d’apprendre comment ses œuvres lui ont survécu, de découvrir l’ampleur de l’empreinte qu’il a laissé dans la culture littéraire ou l’âge qu’il avait au moment de sa mort…

Un album qui fascine. Loin de moi l’idée de dire que j’ai été happée par cet album mais le récit contient m’a fascinée de la même manière que les récits de Lovecraft m’ont fasciné et me fascinent encore. C’est certainement pour cette raison que je me suis engouffrée dans la lecture de ce récit fantastique. On a quelques frissons qui nous parcourent l’échine à l’évocation de certains textes de Lovecraft, on touche du doigt cette ambiance morbide et angoissante que Lovecraft a passé des années à détailler une multitude de ses ramifications.

Passionné ou non par l’œuvre lovecraftienne, cet ouvrage permet pour les uns de se sensibiliser à cette culture… pour les autres de rêver à la possibilité de passer un moment privilégié avec un auteur qui les a fait voyager des heures durant dans l’effroi, l’horreur et la fascination.

Une Nuit avec Lovecraft
One shot

Editeur : Mosquito
Dessinateur : Philippe MARCELÉ
Scénariste : RODOLPHE
Dépôt légal : octobre 2018 / 64 pages / 15 euros
ISBN : 978-2-352-83506-6

Les enquêtes polar de Philippine Lomar, tome 3 (Zay & Blondin)

Philippine est régulièrement contactée pour enquêter sur des affaires qui touchent aussi bien au harcèlement qu’à la corruption. La jeune fille a 13 ans mais elle a déjà fait ses preuves en tant que détective privé émérite. On a déjà eu deux fois l’occasion de côtoyer Philippine, on sait qu’elle est futée et aussi butée qu’un âne quand elle a une idée en tête ou un os à ronger.

Cette fois, Philippine est contactée par Maxime dont le cousin est en prison. Ce dernier aurait été injustement accusé de l’agression d’un épicier. Maxime pense qu’il s’agit d’une stratégie d’un groupe de malfrats que son cousin avait pris en flagrant délit, ces derniers auraient donc trouvé le moyen de mettre son cousin hors-circuit le temps de la procédure judiciaire.

Maxime charge donc Philippine de réunir des preuves de leurs actes délictueux afin que les véritables coupables soient arrêtés. La détective en herbe se met rapidement au travail mais elle constate tout aussi vite qu’elle a affaire à de vraies racailles. En tout cas, leurs méthodes d’intimidations ne laissent aucun doute sur leurs facultés à employer des méthodes très expéditives…

Chaque enquête de Philippine Lomar est l’occasion pour Dominique Zay d’aborder un sujet d’actualité… le genre de sujets dont on ne parle pas de prime abord avec de jeunes lecteurs. Certaines problématiques traitées peuvent faire partie de leur quotidien (la question du harcèlement par exemple) mais le scénariste pioche aussi dans d’autres registres comme le racket en bande organisée ou la pollution volontaire des rivières. Ces sujets font en partie l’originalité de la série. Ils servent à « camper le décor » et à installer les personnages secondaires amenés à intervenir durant l’intrigue. Des personnages dont les caractères et comportements sont loin d’être cousus de fil blanc. Les rebondissements multiples donnent au récit et à l’enquête un rythme vraiment plaisant. On tourne les pages avec gourmandise et on ne peut s’empêcher d’apprécier le sang-froid et l’humour dont fait preuve l’héroïne.

Outre l’originalité scénaristique de cette série, on évolue dans une ambiance graphique qui s’inspire des mangas : les expressions des personnages sont exagérées par moment et cela permet de décaler la tension grâce au comique de situation, évitant ainsi de dramatiser inutilement les moments où surviennent des événements qui conditionnent la suite de l’histoire.

On continue ici à apprécier cette série haute en couleurs. Un univers jeunesse qui va très prochainement être enrichi d’un nouveau tome.

Les deux tomes précédents sont également sur le blogs (aidez-vous des index si vous voulez accéder à ces chroniques)

Les Enquêtes polar de Philippine Lomar
Tome 3 : Poison dans l'eau
Série en cours
Editeur : Editions de La Gouttière
Dessinateur : Greg BLONDIN
Scénariste : Dominique ZAY
Dépôt légal : juin 2018 / 48 pages / 14.70 euros
ISBN : 979-10-92111-76-7

Les Fleurs de grand Frère (Geniller)

Des fleurs se sont mises à pousser sur la tête d’un enfant. Cela étonne agréablement ses parents, émerveille son petit frère et ravit ses grands-parents. Il n’y a qu’à l’école où l’accueil est beaucoup plus réservé, où cette différence crée des réactions diverses : doit-on se méfier ? doit-on se moquer ?

Le temps passe depuis ce jour de printemps où les fleurs sont apparues sur la tête du garçon et ce dernier se porte bien. Il s’est habitué à ses fleurs, il s’y est même attaché et veille à ne pas les abimer. Il apprend à les écouter et peu à peu, il parvient à les entendre et à dialoguer avec elles. Les fleurs le conduisent à mieux observer son environnement, à être attentif à la flore et à ses couleurs, à ne pas être indifférent aux messages que lui envoie son corps quand il est malade ou fatigué.

Pour son premier album, Gaëlle Geniller s’est appuyée sur la métaphore. Dans ce récit onirique destiné aux enfants, elle parle de différence et d’acceptation. Comment accueillir les changements perceptibles de son corps quand on grandit ? Comment faire une place à un camarade en tous points différents de soi ? La différence est-elle un handicap ou une force ? C’est à ces questions existentielles que l’autrice invite son lectorat à réfléchir. Bien sûr, il y aura certainement autant de réponses que de lecteurs, à l’instar des personnages secondaires qui apparaissent dans le récit et qui, passé l’étonnement, optent pour telle ou telle attitude.

L’histoire dure le temps d’un cycle de vie d’une plante, de sa naissance à sa mort. Un cycle durant lequel l’enfant-plante va doucement se changer son rapport au monde et aux autres ainsi que le regard qu’il porte sur lui-même.

Un album jeunesse délicat qui ose un postulat de départ aussi original que surprenant mais qui, au final, interpelle.

A mettre dans les petites mains à partir de 8-9 ans.

Les Fleurs de grand Frère
One shot
Editeur : Delcourt / Collection Jeunesse
Dessinateur / Scénariste : Gaëlle GENILLER
Dépôt légal : avril 2019 / 64 pages / 14.95 euros
ISBN : 978-2-413-01243-6

Salon Dolorès & Gérard (Cabot)

A 19 ans, Michel est toujours puceau et ce « statut » commence à devenir légèrement encombrant. Avec ses amis, il n’est plus question que de ça et le fait de l’avoir fait ou pas vous place dans le camp des mecs cools ou dans celui des losers… Michel a beau scruter l’horizon, il ne voit pas le soupçon d’une chance d’avoir l’occasion de rouler un patin à une fille dans avenir proche. Alors en ce qui concerne la possibilité d’avoir un rapport sexuel, ça relève du registre de la science-fiction. Son meilleur ami est dans la même situation que lui ; ils tentent de s’échanger « les bons plans » et des tuyaux sans trop y croire.

Après plusieurs redoublements, Michel s’oriente enfin dans une formation qualifiante qui semble lui plaire. Pour son apprentissage, il a trouvé un contrat avec le salon de coiffure « Dolorès & Gérard » où il va apprendre son futur métier. C’est là qu’il tombe sur Carole.

Carole est le maître de stage de Michel mais c’est aussi une séduisante blonde de 27 ans qui a une vie en perpétuel renouvellement. Elle parle sans complexe et sans retenue de ses rencontres affectives. Michel est impressionné par cette jeune femme solaire au caractère bien trempé. Il tombe vite amoureux de son maître de stage, ce qui le perturbe un peu dans ses apprentissages…

… Pourtant, c’est en présence de Carole qu’il ose poser à voix haute les questions qu’il ne pensait pas énoncer un jour à voix haute. Avec Carole, il découvre tout un tas de choses sur les femmes et la psychologie féminine. Michel gagne un peu en confiance mais ses complexes sur son physique ont la peau dure. Sans compter que l’idée de devoir faire le premier pas le tétanise encore énormément.

Dans quel sens doit-on tourner la langue quand on embrasse ?

En compagnie de son touchant personnage, Sylvain Cabot se risque sur le sentier hasardeux des premières expériences amoureuses et il parvient à le visiter avec brio. L’auteur s’amuse avec un personnage principal dont on apprend la virginité avant même de connaître son prénom ou son âge ! Etape après étape, Sylvain Cabot déflore lentement les autres facettes de la personnalité du narrateur… chacune de ces strates sera l’occasion de s’attacher davantage à ce tout jeune adulte introverti, inhibé et complexé.

Avec humour et naturel, le scénariste aborde cette période délicate où les premières expériences affectives sont un mélange de pur hasard et de haute voltige,

où la libido fait ses premiers balbutiements,

où chaque rencontre balaye autant de questions qu’elle n’en soulève.

On sourit, amusé par la naïveté et l’inexpérience de Michel qui n’a de cesse de nous rappeler qu’on a été un jour dans la même situation que lui… et que l’on a été tout aussi encombré que lui avec des questions pratico-pratiques pourtant totalement inutiles (mais ça, on le comprend que beaucoup plus tard).

J’ai aimé ce jeune homme pataud qui hésite, doute et se construit à partir de ses erreurs. J’ai aimé la manière dont il aborde de front le sujet de l’affect. Il tâtonne, questionne, n’hésite pas à se jeter à l’eau. Il se prend un, deux, trois vents. Se relève et essaie autrement. Il est franc. Intègre. Il n’y a rien de malsain dans la manière dont l’intrigue est menée. Dans les dessins – cerise sur le gâteau – il y a même ce petit côté intemporel qui montre que cette histoire n’est qu’un éternel recommencement ; elle touche tous les jeunes et les questions qui se posaient il y a des décennies se posent encore aujourd’hui, à l’identique.

 

« Carole me dit toujours « aie confiance en toi » , comme si c’était aussi mécanique que se tenir droit. Mais en fait, avoir confiance en soi, je sais même pas ce que ça vaut dire. Ça ressemble à quoi, un gars qui a confiance en lui ? »

La maladresse du narrateur fait son charme. Il est drôle malgré lui car sa timidité n’est pas de taille à lutter contre son intarissable curiosité. Il ose, tente et se risque en terrain hasardeux. Et bien que les premiers essais soient un peu désastreux, il gagne doucement en assurance.

Cette découverte des codes amoureux est accompagnée de beaucoup d’humour. L’ensemble est frais et la bonne humeur de cet univers est agréable. Un moment de lecture relaxant et plaisant que je voulais partager avec vous.

Salon Dolorès & Gérard
One shot

Dessinateur / Scénariste : Sylvain CABOT
Editeur : Michel Lafon
Dépôt légal : avril 2019 / 128 pages / 20 euros
ISBN : 978-2-7499-3606-2

Bolchoi Arena, tome 1 (Boulet & Aseyn)

Marje est une étudiante en astrophysique. Passionnée par son domaine d’études, elle rêve de parcourir la galaxie et d’observer les planètes au plus près. Elle finit par céder à la proposition de son amie Dana de tester le Bolchoi, l’immense réseau de l’univers virtuel d’un jeu où tout est possible. Maintenant qu’elle a fait le pas de se connecter, Marje est fébrile à l’idée de découvrir le système solaire, à commencer par Titan, le plus gros satellite naturel de Saturne.

Hyper motivée à l’idée de faire ses explorations scientifiques de la galaxie, Marje fait ses premiers pas dans le Bolchoi. Et cette expérience va être bien plus accrocheuse que ce que Marje avait imaginer. Elle voue pour ce monde virtuel une réelle fascination… sans compter que la jeune étudiante se découvre des talents qu’elle ne connaissait pas. Elle pilote avec brio et son audace doublée de son inexpérience s’avèrent être de précieux alliés dans les combats spatiaux. Marje se fait ainsi remarquer par des joueurs professionnels et sa quête prend un chemin inattendu.

J’étais curieuse de lire Boulet (célèbre pour ses Notes et la série Raghnarok notamment) se frotter à un univers mi-réaliste mi-geek. Pour le coup, il livre un scénario qui nous plonge des planches durant dans un univers virtuel de science-fiction. L’auteur prend le temps d’installer son personnage principal. Ce dernier peut s’appuyer sur une bonne équipe de personnages secondaires, ce qui permet au lecteur de profiter d’un récit dynamique et assez entraînant. Le temps pour nous de trouver nos repères dans ce monde de gamers et on se pique au jeu de suivre Marje dans ses sessions virtuelles. La lecture est fluide et l’album se lit plutôt de façon ludique même si quelques passages ne parviennent pas à éviter certains lieux communs.

Avec ses couleurs délavées, la nervosité et la finesse du trait d’Aseyn m’ont immédiatement fait penser à l’ambiance graphique de l’Incal (Jodorowsky & Moebius, aux éditions des Humanoïdes Associés). Une impression renforcée par la petite pointe d’humour présente au début de l’album, lorsque le personnage principal enfile pour la première fois la combinaison de vol utilisée dans le Bolchoi :

« – C’est drôle. Ces combis… ça fait vieille science-fiction.

– Tu sais. Je me suis toujours dis que ça devait être un peu voulu ! »

Pour les lecteurs fouineurs et curieux, il existe des bonus en réalité augmentée. Je n’ai pas testé l’application, par manque de temps et de place sur mon téléphone.

Bolchoi Arena a fait partie de la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. C’est à ce titre que Rakuten l’a proposé dans son événement annuel « La BD fait son festival » … En cliquant sur ce lien, vous accéderez à la fiche de l’album sur le site de l’organisateur.

Un bon tome de lancement – également chroniqué par Jérôme – qui donne envie de découvrir la suite de cette série !

Bolchoi Arena
Tome 1 : Caelum Incognito / Série en cours
Série en cours
Editions Delcourt
Dessinateur : ASEYN
Scénariste : BOULET
Dépôt légal : septembre 2018, 162 pages, 23.95 euros
ISBN : 978-2-7560-8074-1

Pour la peau (Saint-Marc & Deloupy)

Mathilde et Gabriel ont cette insatiable curiosité l’un pour l’autre qui caractérise les amours passionnels. Ils sont reliés par une envie réciproque du corps de l’autre, de son odeur, ses courbes et recoins. Se prendre, s’aimer, se baiser… Être à l’écoute du moindre tressaillement, percevoir le moindre halètement, être à l’affût du moindre râle de plaisir. Mordre, lécher, caresser… Leur relation n’a pas besoin de mots, leurs corps parlent pour eux.  Ils ressentent ce besoin vital du rapport charnel, cette envie de se perdre dans le plaisir de l’enlacement, de la pénétration, jusqu’au point de rupture, jusqu’à l’orgasme. Et jouir de plaisir.

Une fois par semaine, Mathilde et Gabriel s’aiment et goûtent au plaisir. Ils pensent l’un et l’autre à leurs retrouvailles hebdomadaires qu’ils ne rateraient pour rien au monde.

« Tout ce que je sais de lui tient sur un Post-it. Mais je pourrais reconnaître le goût, l’odeur et la forme de son sexe les yeux fermés… son corps qui se tend, ses râles lorsqu’il éjacule dans mon ventre, ou tout au fond de mon cul… »

Ils ne connaissent rien l’un de l’autre en dehors de cette heure qu’ils passent ensemble une fois par semaine dans le bureau de Gabriel. Leurs alliances respectives disent juste qu’en dehors de cet espace, ils sont mariés. Des enfants, des centres d’intérêt, de leurs conjoints respectifs… ils ne savent rien et ne veulent rien en savoir. Ils préfèrent taire ce qui existe en dehors de ce moment où ils se retrouvent. Ils pensaient se satisfaire de leur relations adultère mais le cœur a ses raisons que la raison ignore. Au fil des semaines, l’envie de l’autre va les dévorer.

Ils nous racontent. Ils se racontent. Tour à tour ils prennent la parole pour mettre des mots sur le lien qui les unit. Une oscillation indocile entre épanouissement et frustration. Une envie de profiter du moment, de prendre ce qu’il y a à prendre… et une gourmandise, une faim de l’autre que rien ne vient apaiser et que le moindre détail va attiser.

« La voir au travers du pare-brise inondé de pluie, cela a été comme voir notre histoire, rythmée par les essuie-glaces… de floue à précise, ou bien l’inverse. »

Une fascination. Une attirance. Comme hypnotisés par l’harmonie parfaite parfait de leurs deux corps, leurs va-et-vient naturels, tantôt bestiaux, tantôt tendres.

Une histoire de couple comme tant d’autres.

Une histoire à la fois si unique et si banale. Un cri, un souffle. L’envie de se sentir vivant. Il y a là comme un délicieux étourdissement à vivre ce qui est interdit. Comme s’il s’agissait de donner du sens à une vie qui en manquait.

Sandrine Saint-Marc et Deloupy offrent un sublime scénario écrit à quatre mains. Brûlant et sensuel. Troublant. Le récit réussit à nous placer dans la tête de chacun des deux amants. Les auteurs décrivent aussi bien la passion dévorante que le manque de l’autre et la difficulté à supporter cette absence. Pour combler le vide, il y a les souvenirs et les fantasmes.

Ce ne sont pas des aveux mais des confidences crues. Parfois, la culpabilité de tromper leurs conjoints les surprend mais ils assument entièrement cette relation trouble, discontinue, sur le fil.

Au dessin, Deloupy lui aussi a choisi de ne rien cacher. Ça sent le stupre, la sueur et le désir. Si le dessinateur omet, s’il suggère graphiquement, s’il choisit un angle de vue plutôt qu’un autre, c’est pour faire ressentir davantage cette excitation qui les réchauffe et les remplit. Par le biais de ses illustrations, on sent cette emprise non voulue qu’ils ont finalement l’un sur l’autre. Comme deux moitiés qui n’aspirent qu’à être recollées l’une à l’autre en permanence.

Des ambiances graphiques propres à chaque personnage guident leurs prises de parole. On vit donc avec chacun d’eux ces instants magiques d’osmose totale où la bulle de l’un se mélange à la bulle de l’autre, créant un tout contenant, coloré, harmonieux. On entre pleinement et avec eux dans dans ces bribes de temps qu’ils s’octroient.

Un album émoustillant dans lequel on croise deux personnages réellement très touchants.

Pour la Peau 
One Shot
Editions Delcourt – Collection : Erotix
Dessinateur : DELOUPY
Scénaristes : Sandrine SAINT-MARC & DELOUPY
Dépôt légal : aout 2018, 110 pages, 71.50 euros
ISBN : 978-2-4131-0164-5