Transitions (Durand)

Durand © Guy Delcourt Productions – 2021

« Pendant trois années, nous avons échangé nos lectures, nos ressentis, partagé un bout de chemin ensemble. De cet échange est né ce récit. Entre fiction et réalité, la ligne est fragile. »

Une rencontre entre Elodie Durand et Anne Marlot et l’autrice se lance dans le projet de mettre en image le témoignage de son amie. La vie de cette dernière vacille le jour où sa fille de 19 ans lui confie qu’elle est un garçon.

« … moi j’en suis sûr maintenant. Je suis un garçon. Mais ne t’inquiète pas, hein ! Ça ne change rien. Je ne suis pas malade. »

Anne est ébranlée. Elle n’a rien perçu du trouble qui a remué Lucie. Elle n’a pas vu, pas compris que son enfant se questionnait sur son identité sexuelle.

Il a suffi d’une discussion entre une mère et sa fille pour créer un fossé entre elles, le temps que l’une et l’autre assimilent ce changement à venir. Lucie s’est fait aider par des intervenants extérieurs pour maturer sa décision ; ils l’accompagnent dans son souhait de devenir Alex aux yeux de tous. Anne Merlot quant à elle mettra plusieurs mois avant d’accepter l’évidence… et d’apprendre à composer avec une réalité qu’elle n’avait jamais imaginé possible. Un premier mouvement réactif la projette dans une période d’angoisses et lui donne l’impression d’avoir raté quelque chose dans l’éducation de son enfant. Très vite, elle cherche des réponses dans les livres plutôt que dans la parole. Anne culpabilise inutilement et repense aux discours des « psy » que l’on résume trop vite à un « c’est la faute de la mère si… » . Elle cherche à comprendre où elle a été défaillante dans l’éducation de sa fille, se pose de mauvaises questions. Pour border ses doutes et structurer son cheminement, elle se met à écrire un journal. Elle y consigne ses réflexions, ses questions, les informations qu’elle obtient de ses recherches sur internet ou dans les ouvrages qu’elle dévore.

« J’étais sans modèle. Je n’étais pas préparée. J’ignorais tout de la transidentité. »

Peu à peu, elle prend conscience que le choix de sa fille n’est pas une fatalité, n’est pas un échec. Peu à peu, elle reprend confiance en elle et comprend que la relation qu’elle a avec son enfant – devenu adulte – est des plus belles. La remise en question de cette mère est profonde mais c’est dans les échanges avec son compagnon, dans les informations qu’elle va chercher sur la transidentité ou dans la littérature que lui suggère sa fille, dans le « journal de bord » qu’elle tient et dans lequel elle couche ses réflexions.

Une réflexion intelligente qui montre une fois encore que tout ce qui nous est inconnu crée instinctivement de la peur chez nous et que seul le temps aide à comprendre et à mesurer les choses pour accepter les choix de ceux qui nous entourent… accepter l’Autre, tout simplement.

Transitions – Journal d’Anne Marbot

Editeur : Delcourt / Collection : Mirages

Dessinateur & Scénariste : Elodie DURAND

Dépôt légal : avril 2021 / 176 pages / 22,95 euros

ISBN : 9782413024316

Dans la nuit noire (Small)

David Small revient avec un roman graphique tout aussi poignant, témoin d’une adolescence américaine malmenée et livrée à elle-même.

Small © Guy Delcourt Productions – 2021

Le décor de ce récit fictif est une petite ville américaine californienne. Des parents défaillants, totalement absents et absolument englués dans leurs propres problématiques, et c’est un jeune garçon – au seuil de l’adolescence – qui doit apprendre à grandir seul dans un monde où les dangers sont à chaque coin de rue.

Russell a treize ans lorsque sa mère décide de quitter le foyer, le laissant seul avec son père. Tous deux vont déménager en Californie. Ils louent une chambre chez la famille Mah, premier pied-à-terre de cette nouvelle vie. Quand le père de Russell trouve un travail, ils investissent leur nouvelle maison. Elle se trouve non loin de chez les Mah qui resteront un repère pour Russell ; leur maison restera un lieu ressource quand tout va au plus mal et qu’il a besoin de reprendre des forces.

Avec son père, Russell doit très vite apprendre à se débrouiller seul mais ce n’est pas tout. Il doit tout apprendre par lui-même : à se protéger, à créer des alliances (à défaut de se trouver des amis)… apprendre à grandir le moins bancal possible.

Onze ans après « Sutures » , le trait de David Small s’est affiné. Il est moins dépouillé et le propos est moins incisif.

Son premier roman graphique lui a certainement servi de catharsis mais le besoin de parler de l’adolescence reste visiblement présent. La solitude du personnage central est la même. Lui aussi pousse un cri silencieux qui lui permet de supporter son désespoir. On retrouve des thèmes similaires, comme si l’artiste faisait invariablement rimer « adolescence » avec solitude, souffrance, manque d’affection, humiliations et indifférence de l’entourage.

Russell a peu d’estime pour lui-même. Il se déteste et ne voit en lui que ses défauts : la lâcheté, l’absence de pugnacité… tout en lui semble l’exécrer. Il n’a aucune consistance, aucun charisme, aucune passion, aucune conviction. Rien. Tout est à construire. Il s’embourbe dans les mots, ne sait pas comment faire pour attirer l’attention de son père et chacune de ses tentatives est interprétée de manière brutale par un paternel qui semble incapable d’aimer son fils.

Le dessin de Small s’est habillé de discrets apparats… j’ai du moins l’impression qu’il est plus maîtrisé. Il y a de nombreux passages muets qui accentuent l’impression de solitude dont est entouré le héros. Ces silences mettent également en exergue le poids des non-dits et la culpabilité que le personnage principal ressent d’avoir laissé filé des occasions de dire ce qu’il avait sur le cœur. Sans personne à qui faire confiance, il tâtonne, il est effrayé.

Sans aucune figure parentale à laquelle s’amarrer et se rassurer, le personnage se vit en naufragé. S’il parvient à identifier les traits de caractères et les centres d’intérêt de ceux qui l’entoure, il échoue à y parvenir pour lui-même. On a l’impression qu’il est une coquille vide. On observe ainsi la difficile quête identitaire du personnage principal. Il cherche à lier des amitiés qui ne le nourrissent pas ; il imite en silence, il obtempère docilement pour se faire accepter mais ne trouve aucun plaisir, ni aucune gratification à se fourvoyer de la sorte. Il ne trouve tout simplement pas sa place auprès des autres. Ses doutes, son manque de confiance, sa solitude nous sont livrées sans filtre.

Le personnage est touchant mais je n’ai pas été réellement émue par cette lecture où il est question d’une adolescence difficile à vivre du fait d’un contexte familial délétère.

Dans la nuit noire (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Outsider

Dessinateur & Scénariste : David SMALL

Traduction : Nicolas BERTRAND

Dépôt légal : mars 2021 / 408 pages / 24,95 euros

ISBN : 9782413024125

Yellow Cab (Chabouté)

Chabouté © Vents d’Ouest – 2021

Le mois de juin débute à peine et cette journée radieuse leur permet de faire une petite balade à deux. C’est l’occasion qu’Eléonore attendait pour pouvoir enfin parler avec Benoît. Elle le sent taciturne, soucieux. Il saisit la perche qu’elle lui tend et confie sa lassitude. Il est à bout de souffle. La routine s’est installée dans le rythme fou de sa vie.

Benoît Cohen enchaîne les projets, les films et les séries qu’il réalise… Il y a un an, il s’est installé à New-York avec sa compagne. Il a tout pour être heureux et il vit de son Art… mais il est à bout d’idées pour écrire de nouveaux scénarios. Il est au bout de ses envies, en quête de sens. Il n’a plus la hargne. Sa plume est sèche. Il veut changer de cap, changer de métier… et décide de devenir chauffeur de taxi.

« Sur l’écran, ça avait l’air simple. Je dois m’inscrire dans une école spécialisée, valider un minimum de 24 heures de cours, passer un examen écrit et faire un test qui prouve que je ne consomme pas de drogue… Coût moyen 500 dollars… »

Christophe Chabouté nous emmène en balade dans les rues de New-York, à la rencontre des quartiers et des habitants de la mégalopole. On sent les battement de la ville qui ne dort jamais. Le personnage se retrouve au contact de la multiculturalité. Dans les rangs des taxi drivers, des hommes venus d’Asie, d’Amérique latine, d’Afrique mais surtout, des hommes habitants dans les quartiers pauvres de la ville. Et à l’arrière des taxis, un éclectisme fou d’individus de tous âges et issus de toutes les ethnies, de toutes les religions, de toutes les classes sociales

« Une succession de rencontres, de portraits de new-yorkais, de lieux, pour dire cette ville… »

Un scénario très accrocheur. La voix-off du personnage principal est un fil que l’on suit avec grand intérêt. On observe cet homme se remettre en question et se lancer dans son projet, se cramponner à lui comme à une bouée. Il s’obstine dans son intention de devenir taxi driver. Il ne se décourage pas malgré les difficultés, les impondérables et les délais fous des procédures. Il ne baisse pas les bras face à ce parcours du combattant jalonné de démarches administratives, de visites médicales, de tests d’évaluation de tout acabit, d’attente avant l’obtention de telle ou telle licence. Benoît Cohen n’oublie pas que lui à ce luxe de pouvoir revenir en arrière, de reprendre ses activités de scénariste alors que les autres chauffeurs n’ont pas ce privilège. Les autres n’ont pas ce choix ; parce qu’ils ont besoin de nourrir leur famille et de payer leur loyer, ils ne peuvent pas faire autrement que d’essuyer les plâtres, de serrer les dents parce que chauffeur de taxi est l’un des rares métiers qui leur soit accessible. Ces autres-là qui viennent d’immigrer et qui n’ont pas de diplôme pour pouvoir espérer faire un autre métier.

« La chauffeuse de taxi, personnage principal de mon film, deviendra comme moi : une fonction sociale, rien de plus, un moyen pour les autres de se déplacer dans la ville. »

Mais le « héros » de cette histoire vraie – Benoît Cohen a réellement vécu cette expérience – s’agrippe à son dessein. Ce projet le chamboule, l’oblige à remettre les pieds sur terre. A force de vivre au milieu de ces hommes, il reprend le sens de la réalité, il ressent l’inquiétude et le plaisir des petites victoires. Il se remet en question. Peu à peu, cette expérience lui redonne envie d’écrire et de fil en aiguille, l’ébauche d’un scénario se profile et prend forme sous nos yeux.

« Mon héroïne aussi cherchera à se construire une autre identité, jouer un personnage, ne pas être en première ligne l’aidera à supporter la dureté de son nouveau quotidien. Elle aura un peu l’impression d’être dans un film à chaque fois qu’elle prendra le volant. »

Je n’ai pas lu le roman de Benoît Cohen qui a inspiré Christophe Chabouté au point de vouloir l’adapter. Quoi qu’il en soit, cet album propose une réflexion sur des thèmes très variés : la société, les migrants, le sexisme…

Yellow Cab (one shot)

Adapté du roman de Benoît COHEN

Editeur : Vents d’Ouest

Dessinateur & Scénariste : Christophe CHABOUTE

Dépôt légal : janvier 2021 / 162 pages / 22 euros

ISBN : 9782749309002

Le Plongeon (Vidal & Pinel)

Les « seniors » … tant de BD ont déjà abordé ce thème avec plus ou moins de justesse et pourtant, tout a -t-il été dit ? Non, bien évidement ! Un « non » d’autant plus affirmatif après avoir lu « Le Plongeon » …

Vidal – Pinel @ Bamboo Editions – 2021

Une nouvelle fois, Séverine Vidal et Victor L.Pinel collaborent et leurs crayons de scénariste et de dessinateur s’accordent de suite. Après « La maison de la plage » qui nous avait valu un petit pincement au cœur à la lecture de l’histoire de Julie et du deuil qu’elle doit faire alors qu’elle s’apprête à donner naissance à son premier enfant. J’avais apprécié cette fenêtre qui s’était ouverte sur la vie d’une jeune femme au matin de sa vie.

Le Plongeon – Vidal – Pinel @ Bamboo Editions – 2021

« Le Plongeon » nous fait quant à lui rencontrer Yvonne. Elle a 80 ans, son homme est décédé depuis quelques temps déjà mais elle ne se fait pas à son absence. Elle vit seule de façon tout à fait autonome dans sa maison. Des petits rituels peuplent son quotidien. Entre les balades avec sa chienne, les mots croisés, les moments de quiétude et ceux où elle s’affaire à autre chose. Mais il en a été décidé autrement. Alors sa maison est en vente et une place en EHPAD l’attend. Elle quitte son nid à contre-cœur. Elle a peur du changement auquel elle participe pourtant. Un dernier regard pour caresser le tilleul du jardin, bercer avec affection le chez-soi qu’elle ne reverra plus. Elle part… entre en apnée dans sa nouvelle vie, la dernière.

Le pas. Le saut tant redouté.

L’histoire saisit et empoigne. Dès le début, on a envie de s’indigner, de hurler à tous ces personnages qui ne sont pas là d’ouvrir les yeux. De laisser Yvonne chez elle. Ça fend le cœur de ressentir ce qu’elle vit. Ça tord, ça prend aux tripes. Et ça noue la gorge encore quand elle arrive à l’EHPAD, qu’elle s’installe dans sa chambre. Et ça attriste même quand elle noue les premières amitiés avec des « vieux » qui n’ont pas leur langue dans leur poche, qui affichent un moral au beau fixe…. mais ce sont des vieux… et ça reste la dernière vie d’Yvonne, celle qu’elle va passer en Institution. Elle s’acclimate cahin-caha à son nouveau cadre de vie, elle a moins d’espace pour se réfugier dans ses souvenirs… dans sa solitude. Des rires fusent, de nouvelles complicités se créent, des contacts relationnels… physiques. Elle revit en essayant de ne pas trop penser à la mort.

« Je n’aime pas qu’un autre me touche. Je n’avais pas envie de sa peau sur la mienne. Ses mains, chaudes, sèches, sur mon cou, mes épaules, effleurant mes cheveux. Et puis, la sensation m’a rattrapée. Je me suis souvenue de ce que c’est, le mélange des peaux. Il faudra y repenser ce soir. »

Et les lettres déposées. Les mots de son journal. Ses mots mettent ses pensées à nu…

« J’ai un peu peur, petit Tom. Peur de la suite, des mots qui vont s’effacer, comme mes souvenirs. J’oublierai ton prénom, peut-être. Si j’oublie ton prénom, tue-moi. »

Peur de la mort, de la sénilité, du corps qui lâche, de la mémoire qui s’échappe, « les mots fuguent » … Et c’est beau ! C’est beau ! C’est plein d’optimisme et des maux d’une cruelle réalité. Plein de petits riens qui disent que la vie mérite d’être vécue jusqu’au bout. Plein de tout qui montrent que c’est lorsqu’on s’y attend le moins que les plus belles choses nous arrivent. C’est fou et triste à la fois. C’est réconfortant et troublant. C’est poignant de savoir qu’Yvonne, c’est les autres et c’est nous. Lui, toi… moi. Que l’on va se perdre doucement dans un état de torpeur et être totalement impuissant face à cela. Séverine Vidal décrit ce refus de partir et sa cohabitation sereine avec la douce acceptation de l’évidence, comme un lâcher-prise. Comme une envie de se battre à tout prix et la sereine résignation face à la mort. C’est l’ambivalence, entre la peur de partir et l’envie de disparaitre pour que les douleurs du corps et de l’âme cessent. Un scénario de toute beauté. J’ai repensé à « Rides » , à « Jamais » et autres autres qu’ils soient Raymond, Abel, Marguerite, Mamé ou Emile. Puis j’ai repensé à Mimile, Antoine et Pierrot, forcément ! J’ai pensé à toutes ces vieilles solitudes, réelles ou fictives, qui m’ont touchées, me touchent et qui restent nichées quelques part au fond de moi. « Le Plongeon » les rejoint. Le ton de ce récit est juste et magnifiquement mis en image par Victor Pinel.

Superbe, délicat et drôle, un récit touchant sur les jours qui passent et la vie qui s’en va doucement… en riant.  

La chronique de Noukette, celle de Sabine.

Le Plongeon (one shot)

Editeur : Bamboo / Collection : Grand Angle

Dessinateur : Victor L. PINEL / Scénariste : Séverine VIDAL

Dépôt légal : janvier 2021 / 80 pages / 17,90 euros

ISBN : 978-2-81897-899-3

La Baie de l’Aquicorne (O’Neill)

O’Neill © Bliss Comics – 2020

Katie O’Neill est une autrice néo-zélandaise primée par les Eisner Awards en 2018 pour son album « Le Cercle du Dragon-thé » ; Bliss Comics l’a traduit en début d’année. Dans la foulée, l’éditeur traduit « Princesse Princesse » qui a fait partie des titres mis en avant à l’occasion du FCBD 2020. Dans la foulée, voilà « La Baie de L’Aquicorne » qui vient enrichir le catalogue jeunesse de Bliss Comics… l’occasion de découvrir l’univers de cette autrice.

« Quand Lana et son père retournent dans leur village natal pour aider à nettoyer les débris d’une grosse tempête, Lana se rend compte à quel point l’océan – et la présence rassurante de sa tante – lui ont manqué.

Alors qu’elle explore la plage, elle découvre quelque chose d’incroyable : une petite créature semblable à un hippocampe. Lana va le secourir et le soigner avec l’aide de sa tante Mae.

Quand une seconde tempête menace le village, Lana va devoir remettre en question le mode de vie des villageois pour protéger le récif corallien et défendre les aquicornes… » (synopsis éditeur).

C’est un dessin tout rond, à l’instar des mangas animés des années 80’s, qui nous accueille. Les teintes douces et colorées donnent un faux-air d’édulcoré à l’ensemble. On fait la connaissance de Lana, petite héroïne en herbe qui s’avère être très altruiste et foncièrement bienveillante avec ceux qui l’entoure. Sa joie de vivre est communicative. En avançant dans la lecture, on est plus sensible aux teintes qui portent une forme de mélancolie. On comprend qu’en revenant sur son île natale, la joie extérieure de Lana cache en réalité une profonde tristesse. La petite fille que l’on se représentait entourée d’amis est en fait un petit être assez solitaire, assez introverti.  

« Parfois, j’ai juste envie d’aller dormir et de me réveiller quand je me sentirai plus forte ou quand les choses seront différentes. »

Katie O’Neill touche plusieurs thèmes de façon délicate. Le deuil, la séparation, les sentiments. De plus, en plaçant au cœur de son récit un animal imaginaire… imaginaire jusqu’à son nom d’aquicorne… l’autrice trouve-là le moyen de parler d’environnement avec les jeunes lecteurs. Elle résume clairement ce qu’est la biodiversité, ce que les activités (commerciales) de l’homme ont comme impacts sur la nature. Katie O’Neill développe un discours clair et qui laisse peu de place au doute : en adaptant ses pratiques et en sortant des logiques mercantiles qui nous imposent leur dogme, il est possible de trouver des solutions qui tiennent compte des besoins nourriciers de l’Homme sans que ces activités ne dégradent outrageusement la nature. Loin d’être moralisateur, le propos se veut avant tout optimiste, philanthrope.

A partir de 10 ans.

La Baie de L’Aquicorne (Récit complet)

Editeur : Bliss Comics / Collection : Jeunesse

Dessinateur & Scénariste : Katie O’NEILL

Traduction : Célia JOSEPH

Dépôt légal : novembre 2020 / 96 pages / 15 euros

ISBN : 9782375782194

Hors-Saison (Sturm)

Sturm © Guy Delcourt Productions – 2020

La campagne électorale bat son plein. Sanders, Clinton, Trump racolent leurs électeurs pendant que les médias en font leurs choux gras.

C’est dans ce contexte de déchainement médiatique qui annonce le changement radical du paysage politique américain que Mark – un ouvrier du bâtiment – affronte une autre tempête : celle de son divorce. Sa vie prend un virage radical. Il vit cet événement comme un échec et il se retrouve balloté par la valse d’une nouvelle organisation à trouver. Il doit apprendre à jouer les équilibristes entre ses engagements professionnelles et ses responsabilités familiales pour parvenir à assumer correctement la garde alternée de Suzie et Jeremy. Dans le tumulte qu’est devenue sa vie, où rien ne semble vouloir se faire sans heurts, Mark est tenté de baisser les bras.

Les souvenirs d’une vie de famille terminée. Les débuts chaotiques d’une garde alternée douloureuse. La course pour s’organiser et tenter d’apporter aux enfants un semblant de continuité entre leurs deux foyers. Les difficultés financières qui complexifient la situation. A cela s’ajoutent des sentiments étouffés, une amertume, une colère. L’impression d’avoir échoué et la frustration. James Sturm (Le Swing du Golem, Black Star, Le Jour du marché…) livre son personnage à la tourmente. Un soupçon de faits autobiographique donne le liant nécessaire à cette histoire qui se déroule dans un monde anthropomorphe. A quoi peut bien servir l’anthropomorphisme ici si ce n’est peut-être d’atténuer les aspérités et les éclats coupants de certains souvenirs de l’auteur ? Peut-être cela lui épargne-t-il de faire face à certaines trop douloureuses, le registre de la fiction viendrait atténuer quelque peu les derniers tiraillements qu’il aurait encore.

Pour le reste, cette tranche de vie raconte une scène de vie assez classique : on n’assiste pas à la rupture mais on est présents dès le début de cette nouvelle vie. Les habitudes se mettent en place de manière assez poussive, les enfants sont réfractaires à leur nouveau rythme et il m’a semblé percevoir que le personnage découvrait progressivement la réalité d’un quotidien avec ses enfants : les repas, le respect de leurs petites habitudes (alimentaires, activités…). De fait, ses petits réclament souvent leur mère et se laissent dépasser par le moindre changement de leurs repères quotidiens. On sent que les membres de cette famille éclatée sont à fleur de peau.

Graphiquement, James Sturm développe un univers dans des gris-bleus délavés qui renforcent l’impression de morosité ambiante. Le personnage déprime et se bat avec un quotidien retors. Il subit la situation plus qu’il ne la vit.

C’est un récit chagrin qui nous embarque un peu dans sa mélancolie et nous secoue durant les instants de colère. Je ne sais pas quels sont les souvenirs que je garderai de cette lecture mais il m’a rendue chiffon.

La chronique de Jérôme.

Hors-Saison (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Outsider

Dessinateur & Scénariste : James STURM

Traduction : Margot NEGRONI

Dépôt légal : mai 2020 / 216 pages / 24,95 euros

ISBN : 978-2-4130-2251-0