L’Emouvantail (Dillies)

Excédé par la présence d’oiseaux qui n’avaient de cesse de piller ses semailles, un fermier décide d’installer un épouvantail dans son champ.

Et voilà le mannequin planté en rase campagne, grossièrement vêtu de vieilles loques trouées et dont la seule coquetterie consiste en la présence d’un gros bouton rouge placé au niveau du torse. Sous son chapeau de paille aux larges bords, l’épouvantail a donc la lourde responsabilité de faire peur aux gourmands volatiles.

 

« Certains disent que le fermier avait tellement mis de cœur à l’ouvrage dans sa confection qu’il lui avait donné vie… »

Le hic – et il est de taille – c’est que notre épouvantail n’est pas un mannequin banal. Pour une raison inconnue, il vit, respire, ressent et… est très émotif. Comble de tout : s’il désire par-dessus tout mener à bien la mission qui lui est confiée, il déteste devoir faire peur. Alors il demande à Maître Chat qui passait par là de lui apprendre. Très vite, le matou lui enjoint de changer.

« – Mais, changer quoi !?

– Te changer, toi !

– Me changer, moi ? … mais en quoi ? »

Notre émouvant épouvantail va donc devoir entreprendre un important travail de remise en question. Y parviendra-t-il ?

Si j’aime énormément le travail de Renaud Dillies et la musicalité de son monde anthropomorphe (que l’on retrouve dans « L’Emouvantail » mais pas de manière aussi marquée qu’habituellement), je n’ai pas été conquise par ses derniers albums. « Loup » m’a laissée sur ma faim. « Alvin » m’a touchée mais timidement et si « Saveur Coco » m’a surprise grâce à sa tendre absurdité, je n’ai pas retrouvé l’intensité des sensations procurées par la lecture d’albums aussi sublimes que « Abélard » ou « Betty Blues » pour ne citer qu’eux.

Et voilà ce troublant et fragile émouvantail qui pointe son nez dans un petit format à l’italienne. Un album qui annonce la couleur jeunesse dès le début en s’affichant dans le catalogue des Editions de La Gouttière.

Oh ! ❤

Pépite magique !

L’alchimie opère immédiatement entre le personnage et son lecteur. Avant même que notre épouvantail ait eu le temps de prononcer son premier mot, l’accroche est déjà réelle avec cet univers imaginaire. Contenues entre les lignes de la voix-off qui s’exprime dans la première planche, des petites bulles de plaisir se mettent à virevolter, à pépier leur douce mélodie à nos oreilles. On les attrape, on les savoure et on réfrène notre envie de dévorer l’album pour profiter des moindres détails narratifs et graphiques qui nous sont offerts.

C’est donc dès le premier coup d’œil que l’on tombe en amour pour ce sympathique émouvantail. Son généreux sourire, son regard bienveillant, sa silhouette longiligne un peu pataude, sa fragilité et ses moues de tristesse ne laissent pas indifférent. Son rapport au monde également n’est pas sans nous séduire. Altruiste, il va chercher un moyen d’agir qui permettrait de satisfaire tout le monde. Pour le jeune lectorat, il délivre un message optimiste et fait preuve de courage.

Passant d’une émotion à l’autre comme les enfants, l’émouvantail nous entraîne en quelques cases à se dévêtir de son naturel joyeux pour expérimenter tour à tour le désarroi, la colère, l’intimidation, le doute… Mais chasser le naturel et il revient au galop !

Un joli coup de cœur pour commencer cette année de lecture. Un album jeunesse qui, à n’en pas douter, va émouvoir plus d’un lecteur !

L'Emouvantail
One shot
Editions de La Gouttière
Dessinateur & Scénariste : Renaud DILLIES
Dépôt légal : janvier 2019, 32 pages, 10.70 euros
ISBN : 979-10-92111-90-3

Tokoyo (Khoo & Ong)

Khoo – Ong © Des Ronds dans l’O – 2017

Lorsqu’elle était enfant, Tokoyo dû apprendre à vivre sans son père. Ce dernier, un grand samouraï, fut banni par son seigneur sur une île lointaine. Trop malheureuse, Tokoyo décida de quitter son village pour aller le retrouver.
En chemin, elle rencontre une jeune femme qui s’apprête à être sacrifiée pour sauver les gens de son village de la malédiction de Yofune Nushi, un monstre marin. N’écoutant que son courage, Tokoyo plonge dans la mer pour braver tous les dangers.

« Tokoyo » est un conte fantastique qui nous ramène dans des temps anciens, celui-là même où des créatures mythiques et terrifiantes côtoyaient les hommes. Entre légende et superstition, Catherine Khoo développe un récit d’aventure qui reprend tous les codes du genre (ode au courage, à l’altruisme, à l’amour), riche en rebondissements et proposant une morale positive. Le petit plus vient du fait qu’on entre totalement dans une société traditionnelle, totalement dépourvue de technologies, où les hommes n’avaient d’autre choix que celui de tenir compte des conditions climatiques et des obstacles naturels (mer, montagne…) qui jalonnent un parcours. Un récit d’aventure où le temps presse mais qui prend tout son temps pour se raconter… et qui nous laisse tout le temps de contempler les illustrations de Teressa Ong pleines de couleurs subtilement choisies.

Une belle épopée initiatique à portée des enfants (4-8 ans).

La chronique de Blandine.

Tokoyo

One shot
Editeur : Des Ronds dans l’O
Collection : Jeunesse
Dessinateur : Teressa ONG
Auteur : Catherine KHOO
Traducteur : Sibylline DESMAZIERES
Dépôt légal : juin 2017
32 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-37418-035-9

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tokoyo – Khoo – Ong © Des Ronds dans l’O – 2017