Tati par Merveille (Merveille)

Merveille © Dupuis – 2020

Un petit joyau a débarqué dans les bacs à la fin du mois d’août. Une merveille que dis-je, un Merveille qui nous permet de plonger littéralement dans le monde de Monsieur Hulot. Depuis plusieurs années maintenant, David Merveille revisite avec tendresse cet univers créé par Jacques Tati. Comment ne pas s’émerveiller de la douceur qui règne ici et du charme des illustrations ?

La silhouette de Monsieur Hulot, incarnée à l’écran par Jacques Tati lui-même, s’étale ici en pleine page d’un format d’album aux proportions gourmandes (282 x 295 mm). Alors je ne vais pas m’amuser un personnage que l’on ne présente plus et pour lequel d’autres ont trouvé des mots pour le décrire bien meilleurs que les miens… à commencer par Jacques Tati : « (…) Monsieur Hulot, personnage d’une indépendance complète, d’un désintéressement absolu et dont l’étourderie, qui est son principal défaut, en fait, à notre époque fonctionnelle, un inadapté. »

« Playtime », « Jour de fête », « Les Vacances de Monsieur Hulot », « Trafic » … tout y est de l’univers de Tati.

Illustrations au fusain, au crayon, à la gouache, à l’acrylique, aux pastels et/ou complétées de couleurs numériques ou imprimées en sérigraphies, ces illustrations – réalisées tantôt pour la seule beauté de l’objet ou pour une affiche – s’offrent à nous généreusement.

C’est tout un univers de flâneries, de poésie, de bonne humeur qui s’expose sous nos yeux ravis. La silhouette dégingandée de Monsieur Hulot, longiligne et penchée, ses jambes sans fin et son éternel chapeau vissé sur son crâne nous embarquent dans cette ambiance de vacances et de nonchalance où le temps semble secondaire, très secondaire. Perché sur un toit, un rocher, une chaise-longue, un vélo… Hulot défie les lois de l’apesanteur et nous emporte ailleurs, dans un lieu où l’on pourrait lâcher-prise et ne penser à rien d’autre qu’à caresser les paysages présents de nos yeux.

Douceur graphique qui invite à revisiter encore et encore les albums de David Merveille consacrés à Monsieur Hulot ainsi que les films de Jacques Tati.

Tati par Merveille (Recueil)

Editeur : Dupuis / Collection : Champaka Brussels

Auteur : David MERVEILLE

Dépôt légal : août 2020 / 120 pages / 45 euros

ISBN : 978-2-3904-1013-3

Dimanche (McNaught)

McNaught © Dargaud – 2016
McNaught © Dargaud – 2016

« Avec Dimanche, McNaught nous entraîne dans une étonnante balade en apesanteur, dans un de ces quartiers résidentiels de banlieue aux maisons identiquement répétées et aux pelouses uniformément manucurées. » (synopsis éditeur).

Initialement publié chez Nobrow (en version française), « Dimanche » est dans le catalogue de Dargaud depuis janvier 2016.

Si vous avez besoin de calme, « Dimanche » est le livre adéquat. On pourrait en dire de même pour « Automne ». Jon McNaught a une sensibilité rare, une perception

Ambiance rose-bleu qui imprime comme une mélancolie. La langueur d’un dimanche éphémère, son caractère furtif, son ambivalence à force d’être coincé entre un jour de repos et l’annonce déjà désagréable d’une nouvelle semaine qui va s’engager.

Un dimanche à ne rien faire si ce n’est observer les jeux d’ombres que fait le soleil en glissant doucement sur l’horizon. Un dimanche dans un quartier pavillonnaire où chaque maison est la réplique identique de sa voisine. Rien ne laisse supposer qu’à l’intérieur, la décoration diffère d’une maison à l’autre. Et pourtant, les bruits, sonnerie de téléphone, chien qui jappe, casseroles qui se cognent, les rires qui éclatent et la musique qui fredonne sont autant d’indices qui nous font penser le contraire.

Malgré l’aspect redondant de l’horizon qui est donné à regarder, l’imagination s’envole.

Aucun dialogue, juste des sons, un mélange de bruits urbains, de bruits domestiques, quelques passages de films qui passent à la télévision. Du banal pourtant Jon McNaught a l’art et la manière d’accrocher le petit détail insignifiant qui permet au lecteur de dérouler le fil narratif de ce penchant à la passivité qui nous prend souvent le dimanche. Une beauté tranquille que l’on savoure, loin de toute montée d’adrénaline, loin de toutes les manifestations événementielles.

PictoOKOn savoure cette nostalgie de ces dimanche-là à ne rien faire.

Pour le plaisir, ce très beau texte proposé par les éditions Nobrow au moment de la sortie française du livre :

« Horizons infinis de maisons préfabriquées dans des quartiers résidentiels aux jardins soigneusement entretenus et aux haies parfaitement taillées ; Dimanche nous rappelle ces lieux en apparence si communs. Pour certains, la ville symbolise leur lieu de naissance ou de résidence, mais pour la plupart d’entre nous, c’est un lieu qui s’est construit pendant des années de dur labeur et de persévérance, pour devenir peu à peu notre lieu de vie : un endroit calme et serein, mais aux origines souvent pénibles.
Pour son premier roman graphique, Jon McNaught nous offre un portrait plein d’indulgence de tout ce que nous faisons (et ne faisons pas) lors un jour de repos, pour nous amuser et passer le temps, en laissant libre cours aux idiosyncrasies de nos voisins et à notre imagination. Ce qui rend ce livre si unique, c’est que tandis que l’on ressent la frustration inhérente de ces moments, on ne peut s’empêcher de se retrouver dans ces portraits. McNaught parvient à capturer la beauté et la tranquillité de ces instants, et nous transporte dans ces fins de journée typiques, parsemées de nuages roses, et au silence si particulier ; silence auquel on ne peut qu’aspirer après avoir passé plusieurs années en ville. »

la-bd-de-la-semaine-150x150Un album que je partage dans le cadre de la BD de la semaine.
Les liens sont aujourd’hui chez Moka.

 

Dimanche et quatre guides natures

One shot
Editeur : Dargaud
Dessinateur / Scénariste : Jon McNAUGHT
Dépôt légal : janvier 2016
28 pages, 12 euros, ISBN : 978-2205-07459-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dimanche – McNaught © Dargaud – 2016