Voyeurs (Chmielewski & Podolec)

Chmielewski – Podolec © La Boîte à bulles – 2015
Chmielewski – Podolec © La Boîte à bulles – 2015

Dominika et Szymon forment un couple plutôt classique en apparence. Elle s’est installée à son compte et connaît régulièrement des périodes critiques où les contrats ne rentrent pas. Lui travaille sur une plateforme d’appels, un boulot purement alimentaire qui l’oblige à mettre son activité de photographe entre parenthèse.

Pour ne pas sombrer dans la routine, pour entretenir la flamme de leur amour, Dominika et Szymon ont mis en place un petit rituel coquin. En effet, ils inventent régulièrement des scénarios où ils changent d’identité et imaginent une nouvelle rencontre. Tantôt sur le quai d’une gare, tantôt au comptoir d’un bar à ambiance. Ils apprennent ainsi à se redécouvrir et ces petites mises en scènes apportent une bouffée d’air permanente à leur couple.

Mais le risque est grand, à chaque fois, de faire un faux-pas et de rompre la magie de ces instants.

Comment entretenir le désir au sein d’un couple ?

Comment parvenir à maintenir l’envie de son partenaire, l’exciter et conserver cette insatiable curiosité de découvrir toujours et encore les recoins de son corps ?

Comment débusquer ses fantasmes, tenter de les assouvir tout en en créant de nouveaux ?

Le scénario de Daniel Chmielewski explore la question des sentiments amoureux et du désir charnel. En décrivant le quotidien de ce couple, il le montre pris dans une quête permanente de renouveau, une recherche insatiable visant à attiser l’attirance réciproque de chacun. Cette fantaisie amoureuse passe par l’invention de scénarios qui les conduit à investir de nouvelles identités, à projeter leurs doubles fictifs dans un contexte particulier et propice à leur rencontre. Szymon sera tantôt photographe, tantôt homme d’affaire, tantôt cuisinier… Quant à Dominika, elle sera tantôt l’inconnue que l’on remarque sur un quai de gare, tantôt Kasia, tantôt Aneta… Renouveler ainsi la façon de s’approcher, se fixer des rendez-vous fait partie intégrante de leur jeu amoureux. L’auteur s’amuse à décrire leurs fantasmes et brosse le portrait d’un couple qui lutte contre toute forme de routine. S’inventer une nouvelle identité à chaque occasion est un prétexte pour dire l’attirance qu’ils ont l’un envers l’autre, un appétit féroce du corps de l’autre et un certain goût pour la remise en question.

Côté graphique, Marcin Podolec réalise ses illustrations au stylo bille. La sobriété de son dessin véhicule pourtant les émotions des personnages. On ressent leurs doutes et leurs inquiétudes, surtout du côté de Szymon que chaque rencontre rend fébrile. Outre le désir charnel, il témoigne d’une curiosité insatiable à l’égard de sa compagne ; il aimerait qu’elle n’ait plus aucun secret pour lui.

Parce que plus j’en sais sur toi, mieux je décode ces photos ! Mais il me manque toujours toutes ces minutes entre chacune de ces images, toutes ces semaines entre chaque pile de photos. Je voudrais te connaître plus intégralement, plus intensément !

Elle en revanche est plus libre, elle semble plus forte. Elle envisage de façon rationnelle l’idée d’une séparation éventuelle. Marcin Podolec croque des bribes de leur quotidien sans jamais violer leur intimité. Le lecteur profite de la sensualité de chaque retrouvaille et de l’ardeur qui les anime mais un voile tombe délicatement sur chaque scène érotique, limitant ainsi le voyeurisme du lecteur. Cependant, j’ai trouvé que l’on restait un peu sur notre faim, contraint d’imaginer la chaleur torride de leurs ébats.

PictoOK« Voyeurs » invite à une douce réflexion sur le couple et l’importance du désir. Récit plus sensuel qu’érotique, on se laisse surprendre par cette tendresse débordante qu’il y a entre eux et le côté ingénu de leur relation.

Les chroniques de Gwendal Fossois et de Frédéric Rabe.

Du côté des challenges :

Tour du monde en 8 ans : Pologne

Tour du Monde en 8 ans
Tour du Monde en 8 ans

Voyeurs

One shot

Editeur : La Boîte à bulles

Collection : Contre-Jour

Dessinateur : Marcin PODOLEC

Scénariste : Daniel CHMIELEWSKI

Dépôt légal : mai 2015

ISBN : 978-2-84953-223-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voyeurs – Chmielewski – Podolec © La Boîte à bulles – 2015

Le temps des siestes (Beaulieu)

Le Temps des siestes
Beaulieu © Les Impressions Nouvelles – 2012

Le temps des siestes est un recueil d’illustrations réalisées entre 1995 et 2012  ; il semble être l’occasion propice pour l’auteur de faire le bilan de son parcours et regarder avec un œil neuf – et peut-être plus mature – le chemin artistique et professionnel qu’il a emprunté. Du moins, c’est ce que j’ai ressenti en lisant la préface de Jimmy Beaulieu. Avec spontanéité, humilité et humour, il livre à cœur ouvert les moments-clé de sa carrière ; une belle occasion pour le lecteur de ressentir toute l’humanité de cet artiste :

« Je dirai seulement qu’il est question d’expression, d’apaisement et de fascination. Et progresser entre ces balises m’occupera certainement jusqu’à ce qu’on m’enterre »

Les dessins retenus pour cet ouvrage ont été sélectionnés dans les multiples carnets de croquis de l’auteur, carnets avec lesquels il nourrit une relation particulière : « Je les ai toujours considérés comme ma production principale. Les bandes dessinées que j’en tire en étant quasiment des produits dérivés, c’est dans les carnets que se trouvent les vraies étincelles » (la fiche éditeur propose l’intégralité de la préface).

Effectivement, on capte, au détour de nombreuses illustrations, la richesse et le sel de ces moments durant lesquels se font et se défont des relations amoureuses. Déception, passion, pulsion, incompréhension… ces « instantanés » sont autant de petites cartes postales qui parlent de Sexe et de sentiments. Ce recueil est un Artbook dont chaque page complète le thème si universel qu’est celui de l’amour : portraits d’individus, scènes de vie et de ménage, Jimmy Beaulieu les croque sans restriction et sans fausse pudeur.

Dans ce recueil, le lecteur observe des femmes dans leurs ébats sexuels et/ou sensuels. C’est comme si chaque page complétait peu à peu une sorte d’album photos sur la richesse des relations homosexuelles. Quelques rares apparitions de la gente masculine donnent un caractère furtif aux relations hétérosexuelles. Ainsi, traitées d’égales à égales, ces femmes semblent trouver là un espace relationnel dans lequel elles vivent pleinement leur sexualité, sans tabous inutiles. On imagine aussi les différentes sources d’inspiration possibles de Jimmy Beaulieu : les confidences qu’on lui a faites, les scènes observées furtivement dans les lieux publics ou privés, sa propre expérience affective ou ses fantasmes. Quoiqu’il en soit, j’ai ressenti son souhait de retranscrire au plus juste une sensation, un frisson, une frustration ou l’état de torpeur qui peut suivre l’annonce d’une séparation…

« Si tu m’aimais vraiment… ».

Pour créer cette galerie de sensations : des croquis à l’état brut, des aquarelles, des illustrations travaillées puis colorisées à la palette graphique, des portraits ou des scènes de la vie courante. En noir et blanc, en quadrichromie, le large panel de couleurs employé ici véhicule chaque émotion. Mais comment les lecteurs se saisiront-ils de ce recueil ? Bien que sortie de son contexte, j’utilise la légende de l’illustration en page 25 pour conclure cet avis :

« Impossible d’anticiper ce que les autres en feront ».

PictoOKDu reproche au plaisir, du désaccord à la passion, Jimmy Beaulieu aborde ici les questions des relations de couples et celle des sentiments.

Un ouvrage touchant et érotique – à ranger aux côtés de Une par une (réalisé par Johanna et édité chez La Boîte à bulles) – même si l’on reste parfois sur une touche d’amertume puisque chaque personnage n’apparait que de façon éphémère, donnant ainsi l’impression de les survoler. Cependant, si les visuels intérieurs que je vous présente en fin d’article vous séduisent, et si vous êtes plutôt amateurs de récits complets, je vous invite à découvrir Comédie Sentimentale pornographique.

D’autres lecteurs parlent du Temps des siestes. Je vous propose également de découvrir les chroniques de Lunch, ChocolatCannelle, Magazine Têtu et Hop BD.

Extraits :

« La droite est une grande tricheuse. Elle séduit son électorat en flattant ses pires aspects : son égoïsme, sa peur, son avidité, sa petitesse, sa pensée à court terme. Il est clairement plus facile de gagner quand on joue avec ses cartes, surtout quand on ose dire qu’on a Dieu de notre bord. La classe moyenne va se presser aux urnes pour défendre ces politiques monstrueuses même si elle en est la principale victime. Quand la gauche nous demande de nous mobiliser selon des principes de compassion, de solidarité et de pensée à long terme, on critique toujours qu’ils ne sont pas assez à gauche, trop à gauche, pas assez souverainiste, machin-truc-chose…. Et on laisse les odieux gagner (Le temps des siestes).

« Ce qu’on appelle l’intelligence, c’est surtout la capacité de l’exhiber (Le temps des siestes).

« A la fermeture du bar, je l’ai ramenée chez elle dans l’espoir d’accéder à ses muqueuses. Mais une fois à destination, sur la banquette du passager, elle s’est mise à délirer sur l’état du monde et la laideur des âmes. Ce qui m’a empêché de surmonter ma timidité pour passer à l’attaque. Pas tant à cause de ses opinions, de son désespoir ou de son hystérie, qui n’avaient rien pour me déplaire, mais de sa condescendance » (Le temps des siestes).

« S’il y a une chose qui peut me faire croire au soleil, aux sandales ou aux glissades d’eau, c’est bien toi » (Le temps des siestes).

Je remercie Les Impressions Nouvelles pour ce partenariat.

Le temps des siestes

Challenge Petit Bac
Catégorie Loisir

Éditeur : Les Impressions Nouvelles

Collection : Traverses

Dessinateur / Auteur : Jimmy BEAULIEU

Dépôt légal : mai 2012-07-04

ISBN : 978-2-87449-144-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temps des siestes – Beaulieu © Les Impressions Nouvelles – 2012

La Maison Close (Collectif d’auteurs)

La Maison Close
Collectif d’auteurs © Guy Delcourt Productions – 2010

Mettez trente auteurs ensemble et faites-les travailler sur un projet artistique qui n’a, comme seules contraintes, celle de faire évoluer leurs personnages dans le décor d’une maison close dessinée par Ruppert et Mulot.

Secouez bien fort et laissez leur ensuite donner libre court à leur imagination…

Impulsé et encadré par Florent Ruppert & Jérome Mulot, le projet de réaliser une maison close virtuelle s’est concrétisé en 2010 avec la publication de cet ouvrage dans l’excellente collection Shampooing de Delcourt.

Une fine équipe s’est constituée et compte dans ses rangs quelques auteurs savoureux. D’un point de vue graphique, excepté la partie des décors assez uniforme et suffisamment discrète pour offrir un terrain de jeux idéal aux intervenants, se côtoient les styles hétéroclites ; chaque auteur utilise sa touche personnelle pour se mettre en scène.

Cela crée quelques forts contrastes entre un Guy Delisle tel que nous le connaissons dans ses BD reportages et Nadja dont le personnage (un ours dessiné au feutre et grisé à la peinture) ressort fortement sur ces aplats à forte dominance de blanc. Sans réelle difficulté on situe immédiatement Lewis Trondheim avec sa gueule d’oiseau déjà vue dans OuBaPo Oupus ou dans Les petits riens de Lewis Trondheim (récit autobiographique).

Trondheim

Pour le reste : Anouk Ricard, François Ayroles, Boulet, Charles Berberian, Aude Picault, Emile Bravo, Hélène Bruller, Fanny Dalle-Rive, Florence Cestac, Lucie Durbiano, Caroline Sury, Tom Gauld, Patrice Killoffer, Sébastien Lumineau, Peggy Adam, Anna Sommer, Olivier Schrauwen, Catherine Meurisse, Lisa Mandel, Pauline Martin, Morgan Navarro, Christian Aubrun, Zep, François Olislaeger, Frederik Peeters, Frantico.

auteurs Maison Close

Lecture du mois de mai pour kbd

PictoOKOriginal, cocasse et le traitement du sujet est réellement intéressant. Les auteurs se mettent en scène et illustrent leurs fantasmes de façon tout à fait spontanée. Qui a dit que parler de sexe devait se faire obligatoirement de manière grossière et sirupeuse ? Allez !! c’est amusant et cela permet de découvrir les petits travers de nos auteurs préférés.

La maison close

One Shot

Editeur : Delcourt

Collection : Shampooing

Dessinateurs / Scénaristes : collectif (voir détails plus haut dans l’article)

Dépôt légal : janvier 2010

ISBN : 978-2-7560-2134-8

Bulles bulles bulles…

Quatrième de couverture : « La Maison Close est un travail collectif organisé et initié par Ruppert & Mulot. Répondant à une invitation de Dupuy & Berbérian qui furent les présidents du festival d’Angoulême en 2009, La Maison Close fut d’abord montrée sur le site internet du festival en parallèle d’une exposition à la CIBDI. Un mode d’emploi en ligne, à l’intention des auteurs participants, comprenant notamment une visite guidée de la maison close, fut créé pour l’occasion. Cette visite guidée ainsi que le salon de thé de la maison close sont disponibles à cette adresse :

http://www.succursale.org/visiteguidee/

Cette visite vous permettra de découvrir les différents décors et, ça et là, en cliquant sur les personnages, vous pourrez accéder à quelques unes des scènes de l’album.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Maison close – Collectif d’auteurs © Guy Delcourt Productions – 2010