Trajectoire de femme (Williams)

Williams © Massot éditions – 2021

Metro, boulot, dodo.

Erin Williams vit dans la banlieue new-yorkaise. Chaque jour, elle prend le train pour aller travailler en ville. Pendant les trajets, elle laisse aller ses pensées. Elle voit le regard des hommes se poser sur elle, elle y lit leur désir pour son corps ou leur indifférence… elle y associe ses souvenirs, se rappelle de sa vie passée, des traumatismes qu’elle a vécus et de l’alcool qui était son unique allié.

Sur le tard, elle a rencontré des personnes sur lesquelles elle s’est appuyée. Trouver de nouveaux repères et une autre dynamique de vie était la seule issue pour ne pas sombrer définitivement. Il lui a fallu apprendre à se protéger des hommes et surtout (surtout !) apprendre à s’aimer un peu.

Aujourd’hui, Erin semble vivre de façon mécanique. Elle se lève, déjeune, s’habille, se maquille et sort le chien avant de prendre le train pour aller au travail. Elle a désormais des rituels qui bordent son quotidien. Les frontières d’un espace sécure. Elle est loin, bien loin des prises de risques qu’elle prenait quand elle était plus jeune. Elle a reconstruit sa vie et la maternité lui apporte cette part d’inconnu qui lui permet, pas à pas, de s’apaiser. Dans cette incessante découverte de l’autre qui grandit et s’ouvre à la vie, Erin s’épanouit et mesure le chemin qu’elle a parcouru… elle mesure aussi le décalage avec sa vie d’avant. Plonger son regard dans celui de sa fille est la preuve de toutes les victoires qu’elle a gagné. Elle n’a plus besoin de s’oublier… elle n’a plus besoin d’oublier son corps, elle n’a plus besoin de l’alcool. Le soir, lorsqu’elle rentre chez elle, elle est sereine. Elle a aussi trouvé un emploi où elle s’épanouit… elle s’y investit avec sérieux. Mais durant ses trajets en train ou lorsqu’elle n’est pas occupée, elle est ailleurs… ses pensées cheminent, elle ressasse les souvenirs. Elle repense au passé, elle revoit ces hommes qui l’ont malmenée. Son rapport aux hommes l’a longtemps fait vaciller. Face à eux, elle a été brindille. Avec eux, elle a connu les tourments au point de se détruire et de s’oublier quotidiennement dans l’alcool.

« C’est bizarre qu’on vous rappelle sans cesse ce que vous êtes : « désirable + visible » ou « indésirable + invisible » . Dans le premier cas, vous ressentez une sensation permanente de danger. Dans le second cas, vous vous sentez seule au monde. C’est ça, être une femme dans un lieu public. »

Aujourd’hui encore, leurs regards créent chez elle une sorte de malaise. Erin Williams repense souvent aux expériences qui l’ont fragilisée. Viols, agressions sexuelles… lui ont laissé la sale impression d’être une proie et que les hommes sont des prédateurs.

« Mon esprit aimerait oublier ce que c’est d’être considérée comme un corps inerte, une série de trous. Mais le corps et ses colonies sont dévorés de besoins. Le nier, c’est nier sa propre humanité. »

Alors oui, le dessin est grossier et le parler est direct. Un quotidien en noir et blanc, un décor minimaliste. Il y a quelque chose d’assez factuel dans la façon de relater les fait et de les illustrer. Par moment, surgit une planche en couleurs où l’illustration est travaillée et la voix-off mue en un filet poétique. Sous la carapace, on ressent une grande sensibilité.

Dans ce récit autobiographique, Erin Williams montre toute la difficulté de se construire, en tant que femme, dans une société qui prône la culture du viol. Des policiers qui banalisent des agressions sexuelles, des hommes qui font culpabiliser quand on rejette leurs avances. La honte qui en découle, le réflexe de se replier sur soi. La solitude dans laquelle elle s’est réfugié pour se protéger.

« Les alcooliques, comme les drogués, veulent oublier. Ils recherchent la paix au moyen de l’anéantissement physique, émotionnel et mental. Le sexe permet d’atteindre cet état grâce à l’orgasme. Une perte de soi. »

Elle parle de désir. De son désir qu’elle a trop souvent ignoré pour satisfaire le désir d’un partenaire éphémère. Elle s’est blessée au contact d’autres corps. Elle a été une femme-objet, complice silencieuse de sa chosification.

Elle développe une réflexion de fond sur les rapports hommes-femmes, la perception que chacun peut avoir de son propre corps et sur l’instrumentalisation du corps de la femme par la société.

« On voit des femmes à moitié nues partout dans la rue. C’est comme ça qu’on vend des objets aujourd’hui. »

Ce récit est une catharsis. L’autrice livre un témoignage très personnel, dérangeant sur certains aspects. La réflexion de fond sur la place de la femme dans la société m’a beaucoup plu.

Trajectoire de femme – Journal illustré d’un combat (one shot)

Editeur : Massot éditions

Dessinateur & Scénariste : Erin WILLIAMS

Traduction : Carole DELPORTE

Dépôt légal : mars 2021 / 304 pages / 26 euros

ISBN : 9782380352276

Nellie Bly (Cimino & Algozzino)

Cimino – Algozzino © Steinkis – 2020

C’est sous son nom de plume que nous connaissons Elizabeth Jane Cochran. Cette femme s’est toujours montrée soucieuse de défendre ses convictions et les droits des personnes défavorisées. Sa carrière de journaliste, elle la doit à une lettre incendiaire et argumentée qu’elle a rédigée. Elle y mouchait un journaliste pour les opinions misogynes et s’y indigne du sort traditionnellement réservé aux femmes (enfermées dans leurs rôles d’épouses et de mères). Elle avait 21 ans. Sa verve a convaincu le Directeur du Pittsburg Dispatch de l’embaucher.

Elle signera désormais ses articles sous le nom de Nellie Bly.

Une poignée d’années plus tard, sa carrière de journaliste la conduira à New-York. Déterminée, elle parvient à décrocher un poste de journaliste au New York World dirigé par Joseph Pulitzer (qui deviendra son mentor].

« C’est pas à ça que sert le journalisme ? On écrit pour défendre les droits des plus démunis, non ? »

Son journalisme d’investigation est très remarqué, elle contribue à faire bouger les lignes… dans le bon sens. Elle signe son premier article pour le New York World après être parvenue à se faire interner dix jours dans un hôpital psychiatrique pour femmes. A sa parution, l’article – dans lequel elle dénonce les mauvais traitements subis par les patientes – fait grand bruit et a des répercussions qui vont au-delà de ses attentes :

« La ville de New-York va allouer un million de dollars supplémentaire par an à la prise en charge des malades mentaux… elle va aussi augmenter les fonds destinés aux prisons, aux hôpitaux et aux hospices. »

Nellie Bly est la première à pratiquer une forme nouvelle de journalisme : le reportage clandestin. Cela deviendra sa spécialité. Elle ira notamment investiguer dans les milieux ouvriers ou bien encore parviendra à faire tomber un réseau de corruption qui visait des parlementaires. Ses articles sont appréciés mais bien sûr, elle a des détracteurs. Elle est aussi connue pour le tour du monde qu’elle a effectué en 72 jours. Grâce à ce périple médiatisé réalisé en 1889, elle a notamment prouvé qu’une femme était capable de voyager seule !

Une préface de David Randall est la parfaite introduction pour cet album. Femme avant-gardiste, altruiste, dynamique et talentueuse, le parcours de Nellie Bly est aujourd’hui encore admiré. Le scénario de Luciana Cimino, elle-même journaliste, est un récit documenté qui prend l’allure d’une rencontre entre une étudiante de l’Ecole de Journalisme et Nellie Bly qui est interviewée. Nous sommes en 1921, un an avant la mort de Nellie Bly… cette dernière a donc un regard assez généreux sur son parcours et les réussites auxquelles elle est parvenue. Alors évidemment, si le sujet ne permet que peu de digressions, l’angle fictif choisi par Luciana Cimino permet au scénario de ne pas se figer dans un pur récit factuel du parcours de Nellie Bly. Trois éléments narratifs qui nous permettent de profiter d’une lecture dynamique : les quelques parenthèses dans le quotidien de celle par qui « notre » rencontre avec Nellie Bly est possible, les interactions entre les deux femmes et le fait qu’une amitié naît peu à peu au fil de leurs rencontres successives. On alterne entre des temps morts et des passages plus rythmés. Chaque moment important du parcours de Nellie Bly fait l’objet d’une rencontre avec l’étudiante en journalisme et les transitions entre les différentes passages se font tout en douceur.

Ce documentaire dispose d’une ambiance graphique qui lui donnent davantage de consistance et ce qu’en dit Sergio Algozzino en postface est un peu fou : il explique avoir entièrement réalisé les planches sur ordinateur ! Les apparences sont trompeuse car je pensais qu’il s’agissait d’aquarelles. Le résultat est bluffant (pour du numérique ! 😛 )… et bien sympathique, ça je l’admets sans difficulté.

Nellie Bly (Récit complet)

Editeur : Steinkis

Dessinateur : Sergio ALGOZZINO / Scénariste : Luciana CIMINO

Traduction : Marie GIUDICELLI

Dépôt légal : juin 2020 / 160 pages / 18 euros

ISBN : 978-2-368464-11-3

Sans foi ni loi (Brunet)

Une lecture en partage avec mon fils et mes copains Noukette et Jérôme pour un roman jeunesse absolument épatant, un Werstern au féminin…

Billet de mon lardon de 15 ans Pierre

Brunet @ PKJ – 2019

Sans foi ni loi est un roman de Marion Brunet sur  le thème du Far-west. Dans ce roman, on retrouve Garett qui habite dans une ferme avec ses frères, sa sœur Esther et son père qui est révérend. La vie se passe dans sa ferme, la vie dure avec la mort de sa mère et l’autorité paternelle, jusqu’au jour où une célèbre criminelle du nom de Ab Stenson prend en otage ce pauvre Garett et décide de partir en cavale avec lui. Que va t-il se passer ? Le marshal va t-il les retrouver et sauver Garett ? Garett va t-il se lier d’amitié avec Ab ? Vous le saurez en lisant Sans foi ni loi, le roman génial de Marion Brunet au éditions PKJ.

J’ai trouvé ce livre très intéressant, facile à lire, avec une histoire entraînante du début à la fin avec pleins de rebondissements inattendus, une certaine authenticité et un décor plus que surprenant ! Je conseille ce livre à tous les lecteurs qu’ils soient assidus ou occasionnels !

 

Billet de la vieille mère Framboise

« J’avais seize ans quand j’ai rencontré Ab Stenson, et je me souviens de tout, avec une clarté déconcertante. Malgré la boue, la pluie, la fatigue et la peur, ce temps passé à vos côtés a la clarté d’hier.
Nous étions en fuite et j’étais son prisonnier, mais ce que j’ai ressenti ce matin-là, quand nous avons rejoint la piste au galop de nos chevaux, je ne peux le comparer à rien, pas plus aujourd’hui qu’à ce moment-là.
Ce jour-là, ventre creux et dans l’incertitude la plus totale, j’ai chevauché à ses côtés pendant des heures. Chaque foulée de mon cheval m’éloignait un peu plus de la ferme et de ma famille. J’en concevais un vertige qui déchirait mes poumons, brouillait ma vue. Je pensais au père, à mes frères et à ma petite sœur. Et puis plus. En observant Ab Stenson, imitant les mouvements de ses hanches qui faisaient corps avec sa monture, j’apprenais déjà. »

Garett n’a pas une vie fastoche dans la ferme de son révérend de père. Alors quand une fille toutafé bandit le prend en otage et que sa vie bascule dans un grand tourbillon, il est effrayé et fasciné à la fois… Il ne tente pas de s’échapper. Il reste près d’elle, avec elle. Peut-être parce qu’elle est tout ce qu’il n’est pas ? Peut-être parce qu’elle est tout ce que son (connard) de père lui a appris à détester ? « Elle était effrayante et ça me rassurait. C’était comme être du bon côté du fusil, malgré les apparences. »

Ab, Abigaïl de son prénom, est une femme libre, libre et forte, une hors-la-loi du tonnerre, une héroïne comme on en fait peu (qui plus est dans un monde peuplé de cowboys), une fille qui fume, qui crache, qui picole, qui porte des jeans, des chemises d’homme, une fille aux cheveux courts, une fille qui jure et qui tire comme personne, une fille qui n’a pas froid aux yeux… « Une vraie bête sauvage » aux dires de certains … Une fille superbe : « Ab s’est avancée d’un pas terriblement nonchalant. Elle ne forçait même pas la posture ; l’habitude d’une démarche libre la rendait virile et belle. Son jean collait à sa peau, des cuisses aux chevilles, et l’or de ses éperons lançait des étincelles. »

À ses côtés, une nouvelle vie s’élance pour Garett. Un avenir sans certitude, mais un nouveau chemin plus libre c’est certain, avec des amis et des aventures incroyables… Alors, avec Ab, grâce à Ab, Garett va désappartenir et apprendre à vivre une vie pleine, « une vie à soi, sans dette et sans esclavage. Sans le poids des autres, de Dieu, de l’obligation.» Garett va se découvrir et sacrément s’émanciper !

Ce roman ado est génial génial ! Evidemment c’est Marion Brunet, alors c’est à la fois très fort (avec de la gonzesse qui envoie ! Et de la réflexion sur l’émancipation et les vies à mener pour soi) et toutafé réjouissant, léger, bon, très très bon ! Et le décor Far-west est un délice… C’est la grande aventure avec des pistolets, de la poussière, des cowboys, des grands espaces, du saloon, de la fraternité, des grandes chevauchées sauvages, de la liberté …. J’ai tout aimé ! D’autant que c’est un roman qui se partage entre toutes les générations (mon vieux vieux père l’a adoré !), vraiment il ne faut pas bouder son plaisir !

Les billets des copains Noukette et Jérômechou à retrouver ici et là !

Merci à Mochéwie de nous accueillir dans son délice de Bar (qui convient parfaitement à cette lecture d’ailleurs !) à BD …

Sans foi ni loi de Marion Brunet, PKJ, 2019.

Hey June (Fabcaro & Evemarie)

Fabcaro – Evemarie © Guy Delcourt Productions – 2020

Elle a trente ans. Elle est célibataire, pleine de vie avec un penchant asocial. Elle aime les Beatles, est illustratrice et s’apprête à vivre une journée parmi tant d’autres. Elle est capricieuse, elle ronchonne. Un peu j’m’en-foutiste, loseuse sur les bords, elle pose un regard corrosif sur sa vie et fait preuve qu’une grande auto-dérision. « Hey June » nous fait vivre vingt-quatre heure de la vie de June, alter-ego de papier d’Evemarie. Du réveil au coucher… une journée ordinairement drôle et étrangement banale.

« Elle traverse sa journée comme un Beatles traverse la route, sans regarder et avec assurance, même si elle ne va nulle part. » (extrait du synopsis éditeur)

Une lecture commune que j’ai l’immense plaisir de partager avec un duo de choc : Noukette et Jérôme. Et ce serait dommage de ne pas faire une pierre deux coups !! Je profite de cet article pour venir me coller tout contre les participants de la « BD de la semaine » et cela faisait rudement longtemps, et cela fait rudement du bien de les retrouver (même si, soyons honnêtes, je ne suis pas certaine d’être hyper régulière cette année encore) !!

Au scénario, le génialissime Fabcaro qui reprend, pour le coup, la recette de base qu’il avait utilisée pour « ParapléJack » à savoir de consacrer à chaque page un gag en trois cases… Emballé c’est pesé, la blague est expédiée, réduite à son extrême : mise en situation, action et dénouement. Habillé ainsi de son plus simple appareil, le sketch va à l’essentiel. Le scénario pince la corde d’un cynisme désabusé tout en jouant les notes d’une partition humoristique.

Hey June – Fabcaro – Evemarie © Guy Delcourt Productions – 2020

Le sujet en lui-même semble narrer le quotidien de sa collaboratrice – et illustratrice de l’album – Evemarie. Entre ses rêveries complètement loufoques et ses râleries permanentes quant à (en vrac) son célibat/ses boulots de commande/son manque d’inspiration/les exigences des éditeurs/les dead-line/les voisins/l’éternel arrêt de la clope/l’éternelle reprise de la clope/l’éternel manque de clope/les copines et leurs mélodrames amoureux… June-Evemarie navigue à vue dans cet espace aux frontières floues, bordé de procrastination et d’obligations, de motivations et d’aquabonisme. « Hey June » n’ira pas au panthéon des ouvrages réalisés par Fabcaro car on l’a connu plus… inspiré. Pourtant, ce serait bigrement malhonnête de ne pas reconnaître qu’il y a quelques répliques bien placées et des chutes qui font mouche. Au final, l’album parvient à dérider même si le sujet en lui-même ne nous transcende pas.

Pour illustrer ces strips (dont tous portent le titre d’une chanson des Beatles), Evemarie tape dans la sobriété. Le dessin est efficace et fluide. Les personnages évoluent librement en premier plan tandis que les fonds de cases sont relativement dépouillés et la mise en couleurs est assez classique.

Un petit moment de lecture pas désagréable. Le must a été de faire cette lecture aux côtés de Noukette et Jérôme et je vous invite bien évidemment à lire leurs chroniques !

Sans compter les albums partagés par les participant.e.s de la « BD de la Semaine » . Allez faire un tour chez Stéphie pour découvrir la récolte du jour !

Hey June (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Pataquès

Dessinateur : EVEMARIE / Scénariste : FABCARO

Dépôt légal : janvier 2020 / 104 pages / 9,95 euros

ISBN : 978-2-413-02249-7

Américaines, De Pocahontas à Hillary, 50 Wonder Women de l’Histoire des Etats-Unis de Patrick Sabatier.

L’idée de départ de ce formidable livre de Patrick Sabatier est de présenter l’histoire des Etats-Unis à travers 50 portraits de femmes (célèbres ou qui nous sont inconnues) qui ont marqué profondément l’Amérique. De Pocahontas à Hillary Clinton. 50 femmes exceptionnelles, qui toutes, à leur manière, ont «brisé un plafond de verre».

 

« Si on me demandait à quoi je pense qu’il faille principalement attribuer la prospérité singulière et la force croissante de ce peuple, je répondrais que c’est à la supériorité de ses femmes » Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique

Patrick Sabatier (journaliste et essayiste, ancien correspondant du journal Libération aux E.U.) raconte à travers 6 chapitres intitulés : Pionnières, Guerrières, Aventurières, Conquérantes, Militantes, Dirigeantes, des trajectoires de femmes dont le «rôle est trop souvent ignoré, oublié ou minimisé». Elles sont des « Wonder Woman ». Des femmes au destin incroyable. A l’image de la super-héroïne, entrée au panthéon des Super Héros américains en 2016.

« Wonder Woman est une forme de propagande psychologique pour le nouveau type de femme, qui, selon moi, devrait diriger le monde » Marston

Symboles de la révolte des femmes, elles sont dissidentes, combattantes, politiques, utopistes, scientifiques, journalistes, écrivaines. Elles sont féministes, citoyennes,  activistes, scandaleuses parfois, libres toujours. Elles ont joué un rôle essentiel ou « occupé une fonction dirigeante ou réalisé un exploit dans des domaines dont les femmes avaient avant elle été exclues. La politique bien sûr, mais aussi l’économie, l’aventure, la culture, les sciences, le sport».

Le fil conducteur de cet ouvrage est évidemment une Wonder Woman, Hillary Clinton, l’ex- Première dame, ex-sénatrice de New-York et ex-secrétaire d’Etat. Une des femmes les plus connues au monde et qui, lors de l’écriture de cet essai, vient d’officialiser sa candidature à la présidence des E.U.. La suite, malheureusement (si on peut dire, ou du moins si c’est autorisé !), on la connaît. Elle sera battue par le républicain Donald Trump. Il n’en demeure pas moins qu’Hillary Clinton a elle aussi un parcours remarquable qui « restera dans l’histoire des Etats-Unis comme le chapitre le plus spectaculaire de la longue marche des femmes vers l’égalité, dont Wonder Woman a été l’étendard. »

Et punaise que ce livre fait du bien !

L’écriture de Patrick Sabatier est alerte, fluide. Le récit est documenté,  richement illustré (photos, tableaux, portraits, dessins, affiches, etc.). Le livre est très beau. Attrayant. Le propos est clair. Simple. Chronologique.  Il est à la portée de toutes et de tous. Et je crois que c’est sa plus grande valeur !  Vulgarisé sans être simpliste et réducteur, le contenu de cet essai foisonnant dit l’essentiel, en images et en mots, pour tenter de donner enfin une place à « ces femmes bien réelles, qui ont joué un rôle important, et parfois déterminant, dans l’édification et l’évolution d’une nation et d’une culture qui influencent toute la planète. »

A noter la présence de petites présentations d’icônes américaines telles que Betty Boop, Barbie ou encore Maryline Monroe, icônes féminines parfois fictives ou bien réelles, qui ont marqué indéniablement les E.U..

J’ai infiniment aimé ce livre-là, tant par la pertinence des propos, que pour la beauté de l’objet-livre. Depuis plus d’un mois, il traine chez moi, feuilleté et puis lu par tout un chacun, il attire l’œil des petits comme des grands, suscite l’intérêt, des questions, des étonnements, des remarques… Bref, ne laisse pas indifférent ! Vous dire aussi que je l’ai présenté en cours de littérature à l’Université et qu’il a fait un tabac auprès des étudiant(e)s 😉 Il a été un excellent point de départ pour une discussion animée…

 

Extraits et Portraits

Wonder Woman : première méga fortiche héroïne de BD, le versant féminin (féministe !) de Batman ou encore de Superman qui a marqué durablement la culture américaine. « Symbole de la révolte des femmes », perçue aujourd’hui comme modèle d’émancipation, reprise par des militantes du mouvement de libération des femmes dès les années 70, elle est devenue un concept conçu « dans le but de promouvoir, au sein de la jeunesse, un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l’idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports, les activités et les métiers monopolisés par les hommes. »

 

Pocahontas (la nouvelle Eve) : la légende raconte que cette princesse indienne de la tribu Powhatan a sauvé l’Amérique (rien que ça !). Sorte d’ambassadrice auprès des visages pâles, elle est devenue « l’icône d’un âge d’or de l’Amérique, incarnation de l’innocence perdue, de la beauté massacrée de la Nature sauvage et vierge, comme elle. L’histoire de Pocahontas et de John Smith est devenue la métaphore d’un rêve multiracial et d’un retour aux origines de l’Amérique – l’alliance entre Civilisation et Nature, version moderne du mythe rousseauiste du Bon Sauvage, et manière d’expier le péché originel que fut l’extermination des peuples indigènes. »

 

Harriet Beecher-Stowe (l’abolitionniste) : Premier écrivain « engagé » des E.U. qui « a forcé les Américains à s’interroger sur le type de nation dans laquelle ils voulaient vivre ». Elle écrit en 1952 La case de l’oncle Tom, « le livre le plus populaire du XIXe siècle après la Bible, un classique de la littérature américaine encensé par Tolstoï, Dickens et bien d’autres. » Ce livre raconte l’histoire d’un esclave noir appelé Tom, qui mourra sous les coups de son maitre, l’affreux Simon Legree, et ce, sans jamais céder à la violence ni même renoncer à sa foi. Ce roman demeure encore aujourd’hui un « document central sur les relations interraciales en Amérique, une exploration importante de la nature de ces relations tant dans le domaine moral que politique. »

 

Eleanor Roosevelt (la co-présidente) : “ la Première dame la plus controversée de l’histoire des Etats-Unis”, une femme remarquable, une agitatrice (comme elle le dit !), « symbole du rôle nouveau que les femmes jouent dans le monde », elle a magistralement bouleversé les codes et les rôles politiques en se créant un statut novateur « si important que la presse la surnommera « la co-présidente ». »
Elle dit, lors d’une émission de radio en 34 qu’il n’est « nullement impossible qu’une femme ait la capacité pour devenir présidente […]. Il existe des femmes d’exception tout autant que les hommes […]. Elles sont de plus en plus actives, elles prouvent chaque jour qu’elles sont capables d’assumer des responsabilités pour lesquelles on estimait par le passé qu’elles n’étaient pas faites. » Hillary Clinton en a d’ailleurs fait son modèle.

 

Katniss : l’héroïne de mon lardon, fan absolu de la trilogie culte américaine Hunger Games. Ce personnage de roman est une ado courageuse, bravant tous les dangers de ce post apocalyptique grâce à son intelligence, son adresse et son coup d’archet formidable ! « Depuis 2012, Katniss est l’héroïne préférée des jeunes Américain(e)s, archétype de la jeunesse rebelle, dont le symbole (le geai moquer) est apparu dans nombre de manifestations aux Etats-Unis et dans le monde. »

 

Américaines, De Pocahontas à Hillary, 50 Wonder Women de l’Histoire des Etats-Unis,
Patrick Sabatier, Bibliomane, 2016.

Prudence Rock – Anne-Véronique Herter

9782372670241J’avais beaucoup aimé le 1er roman d’Anne-Véronique. ZOU, petit bijou de tendresse et d’émotions qui raconte la vie de Chance. Cette histoire avait même bouleversé ma maman, dans un moment où elle vivait, un peu, une même séparation avec un lieu qu’elle aimait tant ….

C’est donc avec empressement et un enchantement infini que je me suis plongée dans le 2ème roman de ma moitié (oui, parce qu’Anne-Véronique est mamoitié de la toile ! Rencontrée en vrai et en baiser lors d’un salon du livre par chez moi… Un grand bonheur de demoiselle, toute en sensibilité et en douceur ❤ Allez à sa rencontre les copains, vous en reviendrez un peu plus grand, un peu plus vivant !)

 

« Je me souviens de tout, et pourtant, tout ce tout reste flou. Il existe, mais sans contour, imprécis, une douleur sourde et diffuse. Je marche sur la pointe des pieds pour ne pas déranger le silence. J’ai dix ans. Maman m’a parlé d’une surprise, de quelque chose de formidable. La surprise, c’est de quitter ma vie, mes amis, pour me retrouver ici, dans cette nouvelle maison qui sent la mort, le vide et l’ennui. »

C’est par ces mots que nous rentrons dans l’histoire de Prudence. Prudence est une jeune femme à fleur de peau. Une écorchée. Dans la tourmente de la vie. Qui traine un passé trouble. Un fantôme. Des manques. L’absence. Un vide immense. Une tragédie. Des drames. Qui ont laissé des marques au cœur. Au corps. A l’âme. Prudence est de traviole. Comme sa vie. Mais elle se tient debout. Du moins elle essaye. Elle se bat. Contre elle. Contre ses démons. Qui l’empêchent d’être.

« Je suis Antigone, comme dans mes rêves d’enfant, chantant mon amour pour une certaine vie. Perdue dans une société que je ne reconnais pas. Dans laquelle je me sens à l’étroit, mal à l’aise, décalée et sotte.

Un jour, je serai Antigone, moi aussi, je ne serai plus raisonnable. J’affronterai le monde, les gens, les emmerdes, et je les regarderai droit dans les yeux. Je leur dirai que leur chemin tracé ne me convient pas. Je veux autre chose. »

Prudence essaye de vivre. Envers et contre tout. Contre tous. Contre ses abîmes. Contre ses angoisses. Contre ses souffrances. Elle traverse la vie dans un tourbillon. Moments lumineux. Instants douloureux…  Jusqu’où ira-t-elle ? Jusqu’où pourra-t-elle aller ?

Prudence… Sapristi. Comme j’aurai aimé me tenir contre toi. Comme j’aurai aimé, comme le dit si bien Leiloona, te sauver ….

Prudence est portée par le souffle d’Anne-Véronique (que l’on entend murmurer au fil des pages) et par son écriture… Plus aboutie, plus maitrisée, plus fine, plus sensible encore que dans son 1er roman …

Prudence est à découvrir les copains… Pour cette héroïne des temps modernes et pour Anne-Véronique qui le vaut tout autant ❤

« Faudra-t-il que toute ma vie, on me renvoie à mon passé ? Je ne suis qu’un objet, alors je reprends mon rôle de meuble et je le laisse faire. Parfois, il râle parce que je n’y mets pas de bonne volonté. Le devoir conjugal existe-t-il encore ? Je pourrais le tuer quand il dit ça. Est-ce qu’il faut absolument aimer le sexe ? Suis-je une mauvaise femme pour autant ? Un hybride ? Une personne anormale ? Tout le monde se vante d’adorer le sexe, de prendre son pied. Je me sens juste utilisée, déchirée, mouillée, malaxée, humiliée. Je revois, je ressens, j’entends mon adolescence, et j’ai mal. Rien n’est bon. Je me tais et le laisse faire. »

couv-prudence-bat-imp

Une lecture que je partage avec ma copine de toujours (ou presque !) Noukette

Les billets de Leiloona, de Caroline, de Lionel … Et le blog d’Anne-Véronique est à découvrir ici !

Anne-Véronique Herter, Prudence Rock, Editions Félicia-France Doumayrenc, 2017.