Seule (Lapière & Efa)

Lapière – Efa © Futuropolis – 2018

Espagne, fin de l’été. Dans ce village de Catalogne, le calme n’est qu’apparent. Ailleurs, aux portes de ce village, la guerre gronde.

Lola a sept ans et ne se rappelle plus de ses parents. Séparée d’eux depuis trois ans pour une raison qui lui échappe, elle baguenaude à la manière des enfants.

Tous les soirs, allongée sur sa paillasse faite de feuilles de maïs séchées, l’enfant faisait des exercices de mémoire. Elle cherchait à ne pas oublier les visages de sa mère et de son père. Ce n’est pas facile de lutter contre le temps, ce n’est pas ce qui est demandé à une enfant de cet âge-là.

Les jours se suivent et Lola regarde les cochons et s’amuse avec des riens. Son grand-père lui a expliqué que le pays était en guerre mais Lola, du haut de ses sept ans, n’y comprend pas grand-chose. Et puis de guerre ici, elle ne voit rien. La vie se poursuit comme avant.

Jusqu’au jour-où la guerre devient une réalité. Où le bruit des bombes lâchées par les avions franquistes fait trembler les murs des maisons en pleine nuit, détruisant tout et obligeant les villageois à prendre la fuite. S’ouvre alors une période de sa vie où Lola va devoir apprendre à vivre dans les bois avec ses grands-parents pour tenter de survivre.

Seule – Lapière – Efa © Futuropolis – 2018

Sur le site de l’éditeur, on apprend que « L’histoire de Seule est basée sur les souvenirs de Lola, 83 ans, la grand-mère de la femme de Ricard Efa, qui lui a raconté son incroyable périple à travers un pays en guerre » .

Ricard Efa dessine. Il nous montre ces paysages d’une autre époque, d’un temps où notre partie du continent ne trouvait pas encore le repos pacifique comme aujourd’hui. Vivre dans un pays occupé, dans un pays déchiré, nous ne connaissons plus. C’est délicatement que l’illustrateur nous montre l’envers du décor, qu’il accompagne un scénario qui contient bien plus de violence que ces tableaux qui s’exposent à notre regard. Nous ne sommes pas heurtés par les affres de la guerre. Le dessin est délicat, les couleurs sont printanières, Lola est rayonnante et échappe aux griffes du conflit et cela est en grande partie dû à son jeune âge. On évolue comme dans un tableau de Monet (peintre sur lequel il avait travaillé à l’occasion d’un précédent album réalisé avec Salva Rubio). Des touches de lumière se posent naturellement sur la végétation et adoucissent la chaleur étouffante de l’été.

La guerre découpe les familles.

Denis Lapière quant à lui couche si bien sur papier le témoignage de Lola qu’on a l’impression qu’il la connaît personnellement. Son meilleur récit reste pour moi « Le Bar du vieux français » mais j’ai retrouvé ici cette étroite relation avec le personnage permettant une forme d’attachement. Est-ce le fait que l’héroïne est une enfant qui provoque ainsi autant d’empathie chez le lecteur ? Quoi qu’il en soit, voilà une belle plongée teinte de nostalgie dans les méandres de la guerre civile espagnole.

Un témoignage tout en douceur qui ouvre une fenêtre sur un épisode douloureux de l’histoire espagnole. J’ai bien aimé.

La chronique de Mylène.

Seule – D’après les souvenirs de Lola

One shot
Editeur : Futuropolis
Dessinateur : Ricard EFA
Scénariste : Denis LAPIERE
Dépôt légal : janvier 2018
72 pages, 16 euros, ISBN : 978-2-7548-2099-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Seule – Lapière – Efa © Futuropolis – 2018

Capitaine Tikhomiroff (Nocq)

Nocq © La Boîte à bulles – 2017

« Après avoir raconté la Guerre d’Algérie vue à travers les yeux d’Alexandre Tikhomiroff (dit Tiko), Gaétan Nocq remonte le fil de l’Histoire et s’intéresse cette fois, à la Révolution d’Octobre vécue par le père de Tiko. Engagé dans l’armée blanche pour répondre à l’enthousiasme tsariste d’un père soucieux de l’honneur de sa famille, le jeune Capitaine Tikhomiroff se retrouve confronté aux horreurs de la guerre, à la mort de ses frères d’arme… obligé de fuir, de se battre pour une simple ration d’eau ! Il ira jusqu’à se faire incorporer provisoirement dans l’armée rouge afin de sauver sa peau… Au terme de cette véritable épopée, il deviendra l’un de ces nombreux Russes blancs réfugiés en France au début des années 1920 » (synopsis éditeur).

Cet album est une adaptation d’un roman de « La tasse de thé » , roman d’Alexandre Tikhomiroff. Partant du cor chromatique qui lui a permis de croiser la route d’Alexandre Tikomiroff (voir ma chronique sur son précédent album « Soleil brûlant en Algérie » où Gaétan Nocq raconte sa rencontre avec Tiko), l’auteur remonte les générations et s’arrête cette fois sur le parcours du père de Tiko, Capitaine dans l’Armée impériale russe pendant la Première Guerre Mondiale.

Capitaine Tikhomiroff – Nocq © La Boîte à bulles – 2017

Je me rappelle aussi en avoir pris plein les yeux quand j’ai lu « Soleil brûlant en Algérie » . Des croquis et des illustrations à couper le souffle tant ils étaient minutieux, une voix-off pour porter le témoignage de Tiko et lui donner toute la profondeur nécessaire à ce genre de récits. Parfait. Plaisir donc de retrouver ce trait charbonneux, vaporeux et délicat. Parfois, quelques cases proposent un dessin plus figé (tout le prologue notamment), ce qui vient faire tâche, comme une fausse note qui coince de temps à autre mais n’empêchant pas l’auditoire de profiter de la mélodie. Ici, si l’histoire est celle d’une guerre dans toute sa cruauté, c’est avant tout l’histoire d’un homme et de ce qu’il a vécu durant ses années à être sur le front des combats. Souvent, il a été sacrifié, envoyé en éclaireur pour permettre au bataillon de s’organiser, placé sur un avant-poste pour permettre aux autres de détaller, souvent seul survivant d’une unité décimée… choisissant de rejoindre d’autres survivants ailleurs plutôt que d’opter pour la désertion. On suit la couleur des saisons, le blanc cassé hivernal, qui laisse la place au bleu ciel printanier, au jaune de cobalt. Et puis les rouges de l’automne et du sang. Et tout cela repart pour un nouveau cycle.

Autant il était disert quand il racontait sa vie militaire, autant il était discret, sinon secret, quand il me parlait de sa famille. Il se livrait par à-coups, entre deux silences.

Même si le contexte historique peut le laisser supposer, le récit n’a rien d’étouffant. Le fait que ce soit Alexandre Tikhomiroff (fils) qui raconte Alexandre Tikhomiroff (père) permet d’avoir un léger recul sur les événements. On découvre un parcours hors normes où il est question de la guerre et des années qui ont suivi, jusqu’à son arrivée en France et la vie qu’il a construite avec sa femme (une émigrée espagnole). Les conditions de vie dans les tranchées où les soldats flirtaient avec la folie, sa loyauté et son implication dans l’armée blanche… il y a une vraie richesse et une réelle humanité dans ce témoignage.

Je n’ai pas eu le coup de cœur que j’avais eu pour le précédent ouvrage de Gaétan Nocq mais j’ai lu ce récit avec intérêt. Une fois commencée, on a du mal à interrompre la lecture.

Capitaine Tikhomiroff

One shot
Editeur : La Boîte à bulles
Collection : Hors Champ
Dessinateur / Scénariste : Gaétan NOCQ
Dépôt légal : octobre 2017
238 pages, 28 euros, ISBN : 978-2-84953-288-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Capitaine Tikhomiroff – Nocq © La Boîte à bulles – 2017

Des espaces vides (Moreno)

Moreno © Guy Delcourt Productions – 2017
Moreno © Guy Delcourt Productions – 2017

Alors qu’il passe une après-midi avec son fils, ce dernier vient le voir en tenant à la main une photo de son grand-père. L’enfant se rappelle d’un souvenir puis la discussion glisse doucement vers le passé et la guerre d’Espagne.

« Tu as fait la guerre, papa ? Tu avais un tank ? »

Les questions de son fils lui rappelle les questions qu’il posait à son père lorsqu’il était enfant. Sur les raisons qui ont conduit son propre grand-père à quitter l’Espagne en 1924 et à s’exiler pendant sept ans en Argentine. Qu’a-t-il fait là-bas ?

Les questions de son fils lui donnent l’idée d’écrire cette histoire familiale.

Un jour peut-être, tu te poseras des questions sur ton père, ce type qui parlait une langue bizarre, ou sur ton grand-père et ton arrière-grand-père qui naquirent et vécurent dans un pays qui n’est pas le tien. (…) Ce ne sont que des tranches de vies vécues dans un monde où disparaissent chaque jour des millions d’histoires, dans un monde qui lui-même n’existe déjà plus. Des millions d’histoires pleines d’espaces vides et de silences qui en disent plus que des paroles. Je vais donc te raconter tout ce que m’a dit mon père, mais je vais y aller petit à petit, pour que tu puisses t’en souvenir quand tu voudras

Tour à tour, les questions de Miguel Francisco Moreno et celles de son fils se répondent en écho. Elles se confondent. Les questionnements restent les mêmes malgré l’écart de génération. De même, les réponses qu’il donne à son fils se confondent avec celles que son père lui avait donné, avec les mêmes silences, les mêmes incertitudes.

Une belle histoire de transmission familiale où l’on voit chacun tenter de se situer dans sa famille, tenter de la comprendre et d’en percer les secrets. On revisite ainsi la période qui va de 1931 (fuite du roi Alphonse XIII et proclamation de la république), on aborde la révolution espagnole puis la guerre d’Espagne.

Peu de choses seront dites sur le père de l’auteur qui apparaît principalement comme étant le passeur d’une histoire. Cet homme a beaucoup raconté à son fils le parcours de vie de son père. Il a raconté son enfance aussi, la misère, la famine. La fin de la guerre d’Espagne est survolée, comme si l’histoire familiale cessait à ce moment-là de sortir des rails et rentrait enfin dans le moule. Comme si, l’on faisait fi des guerres fratricides, envolées les cartes d’adhésion à la CNT. D’un bond, on passe au présent, à la vie de l’auteur, son installation à Helsinki, son travail de directeur artistique qui le conduit à concevoir les personnages de la série « Angry Birds », sa séparation et sa vie avec son fils.

On fait des va-et-vient réguliers entre passé (les années 1930 en Espagne) et présent. Il se documente sur la guerre d’Espagne, prend l’habitude de questionner de nouveau son père à ce sujet. Il tente de comprendre, de remplir les espaces vides de l’histoire familiale.

PictomouiLe dessin est très propre, il n’y a rien à redire. Un peu trop propre peut-être compte-tenu des sujets abordés, de cette intimité que l’auteur nous montre et de cette plongée dans une Espagne en guerre. Il y a un contraste entre le fond et la forme que j’ai eu du mal à gérer. Une lecture agréable face à laquelle je suis restée spectatrice.

Extrait :

« Dans la peur d’en dire trop. Dans la peur de n’en dire pas assez. Des regards complices, de l’oubli. De la crainte qu’on ne t’oublie pas. Toute cette peur qui se transforme en une tristesse transmise de génération en génération, comme une blessure éternellement infectée, éternellement purulente » (Des espaces vides).

Des espaces vides

One shot
Editeur : Delcourt
Collection : Mirages
Dessinateur / Scénariste : Miguel Francisco MORENO
Dépôt légal : janvier 2017
120 pages, 16,95 euros, ISBN : 978-2-7560-8388-9

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des espaces vides – Moreno © Guy Delcourt Productions – 2017

Proies faciles (Prado)

Prado © Rue de Sèvres – 2017
Prado © Rue de Sèvres – 2017

Espagne.

La crise mordante n’en finit plus d’étrangler les plus pauvres, de les contraindre à quitter leur logement, écrasés par les charges, par les dettes. Victimes du système bancaires et de ses mensonges, des personnes âgées tentent le tout pour le tout et misent souvent sur le mauvais cheval. Ce jour-là, un couple de retraités s’est donné la mort. Impensable pour eux de vivre à la rue.

Acheter. Epargner. Emprunter. Spéculer.
S’endetter.
Un avis d’expulsion posé sur la table.

Les expulsions et la saloperie des préférentielles, ça oui, c’est l’apocalypse pour ceux qui se retrouvent sans rien afin que vos entreprises continuent à faire des bénéfices.

Lundi 10 mars 2014. Le corps d’un commercial de la banque Ovejero est retrouvé dans son appartement. Pas de traces de lutte, pas de lettre de suicide. Le corps est confié au légiste. Dans la même semaine, d’autres autres corps sont retrouvés, tous salariés du secteur bancaire. Au total, six morts en six jours.

Les enquêtes sont confiées à l’inspecteur Olga Tabares. Elle fait équipe avec son coéquipier, l’inspecteur Carlos Sottilo. Tous deux supposent rapidement qu’il y a un lien entre tous ces décès. Tueur en série ? Mais quel serait le lien entre ces affaires ?

– Ça voudrait dire qu’on cherche des gens en colère contre les banques…
– Autrement dit, le pays tout entier…

Noir et blanc, une ambiance charbonneuse, silencieuse s’installe très rapidement. On se cale dans ce polar comme on se calerait devant un bon film. Et puis on laisse le binôme de flics mener la danse, ils tâtonnent mais ne s’éparpillent pas. Après « Ardalén – Vent de mémoires » qui était sorti en 2013 chez Casterman, je n’avais pas relu Miguelanxo Prado. Un peu désabusée, j’étais restée sur ma faim. Pourtant, ce trait torturé, sombre, qui nous montre l’âme des personnages avant même que l’on prête attention à leur accoutrement vestimentaire, je l’apprécie.

Il revient cette fois avec un polar, genre qu’il manie très bien. On retrouve aussi son engagement fort dans les sujets qu’il aborde ; il sera ici question de manipulation, de corruption, de malversation à grande échelle, le tout sur fond de crise économique. Il dénonce les pratiques nauséeuses des banques et leur impacts catastrophiques sur la population et plus précisément sur les retraités. Il y a quelques mois, on pouvait déjà lire Juan Diaz Canales qui abordait une autre facette de l’impasse des seniors à faire face à cette crise espagnole (voir « Au fil de l’eau »).

Miguelanxo Pardo cisèle l’intrigue avec du fil d’or et ses illustrations lui donne énormément de profondeur. Il y a là quelque chose qui relève d’une recherche d’esthétique parfaite pour autant, son regard sur la société est cru. Les visages parfois grimaçants de ses personnages, les marques de la fatigue ou celles de la vieillesse ne sont pas là pour embellir les protagonistes. En revanche, elle donne un relief à cet univers et l’œil du lecteur circule tout à fait naturellement d’une case à l’autre.

PictoOKIl restera des parts d’ombre que l’auteur choisit délibérément de ne pas développer. Cela ne nuit en rien au récit et permet justement au lecteur d’imaginer d’autres possibles, d’autres réponses, d’autres pièces qui viendraient compléter ce puzzle macabre et captivant.

La chronique de Mylène.

Une lecture que je partage avec Jérôme, sa chronique vous attend ici.

la-bd-de-la-semaine-150x150Et puis c’est une « BD de la semaine ». Noukette nous accueille aujourd’hui. Moult lien sur sa chronique du jour pour découvrir les bulles des lecteurs-lectrices qui participent à l’aventure.

Extrait :

« Quand le système cesse de remplir ses fonctions, quand il laisse ses citoyens sans protection et qu’il permet les expulsions en les justifiant avec son baratin de bon vendeur, alors il perd sa légitimité » (Proies faciles).

Proies faciles

One Shot
Editeur : Rue de Sèvres
Dessinateur / Scénariste : Miguelanxo PRADO
Dépôt légal : janvier 2017
95 pages, 18 euros, ISBN : 978-2-369-81026-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Proies faciles – Prado © Rue de Sèvres – 2017

Ermo (Loth)

1936. L’Espagne est à feu et à sang. La guerre civile bat son plein, aucune région n’est épargnée. Le récit commence au début de l’été 1936. Ermo, un gosse des rues, orphelin, rêve de pouvoir aller assister au spectacle d’une troupe d’artistes ambulants. Lorsque ceux-ci replie leur chapiteau, Ermo profite de leur inattention pour se glisser dans leur camion. Il sera démarqué quelques kilomètres plus loin lorsque la petite troupe fait halte dans un village du sud de l’Espagne. Les autorités locales, corrompues jusqu’à la moelle, font régner la terreur sur la bourgade. Au même titre que les autres opposants, la troupe de saltimbanques est emprisonnées. Dans la cellule, Ermo fait la connaissance de ses compagnons d’infortune : Sidi le magicien et la femme Fina, leur fille Anabela et Juan l’homme de main et ami du couple.

Par un heureux effet du hasard, Ermo parvient à libérer ses amis ainsi que les autres prisonniers et à déjouer un coup d’état. Au vu des événements nationaux et de leurs finances désastreuses, ils décident ensuite de se rendre à Barcelone, espérant ainsi se refaire une santé. Ils arrivent à Barcelone le 18 juillet 1936 et vont assister au coup d’état fomenté par les militaires. Une date qui aura des conséquences catastrophiques sur le devenir de l’Espagne. La Révolution espagnole éclate.

La mayonnaise met un peu de temps avant de prendre. Le premier tome installe les personnages, c’est un peu long. Qu’Ermo choisisse de se glisser clandestinement dans le camion des gitans est une décision que l’on accepte facilement, la suite des événements de ce premier volet peut parfois surprendre. Ainsi, le groupe ne va jamais remettre en question sa présence ou la manière qu’il a eue de s’associer à eux. Rapidement, sans qu’on perçoive les tenants et les aboutissants de leur rencontre, il va être intégré à cette famille et considéré comme un de ses membres à part entière. Pour le reste, rien ne vient saccader l’enchaînement des événements de ce tome de lancement de série. Pourtant, si je n’avais pas eu les cinq autres tomes à portée de main, je reconnais que jamais je n’aurais poursuivi ma lecture. En effet, la juxtaposition d’éléments narratifs qui n’ont a priori rien en commun m’a donné l’impression que le puzzle que Bruno Loth (Apprenti, Ouvrier) mettait en place n’avait pas de liant. Le côté surnaturel apporté par le don d’Ermo de pouvoir dialoguer avec ses parents défunts, le fait que ce couple disparu interagisse sur la réalité sans qu’il n’y ait aucune limite à leurs « pouvoirs » ; il suffit qu’Ermo le souhaite et ces deux bons génies parentaux exécutent ses volontés. Et puis il y a le reste et notamment la manière dont le contexte socio-politique est traité : on est là dans une petite bourgade à la botte de militaires corrompus et avec qui collabore un curé de paroisse qui est un pur cliché de tout ce que l’Eglise peut avoir de malsain : tout est bon pourvu que la situation tourne à son avantage et ses tendances pédophiles semblent n’attendre qu’une occasion pour s’épanouir.

Mais lorsqu’on referme « Le Magicien » (tome 1), l’ensemble des ingrédients sont jetés dans la marmite : un contexte social historique, du fantastique, de l’aventure, des sentiments (amour et amitié), du suspens. Curieuse du sort qui est réservé aux protagonistes de cette histoire, j’ai donc poursuivi la découverte de la série « Ermo ». Dès le second tome, le ton change, l’intrigue est plus construite, plus posée, moins éclatée et les liens se renforcent entre cette petite famille recomposée et les protagonistes qu’ils vont rencontrer durant leur périple. Après les déboires du premier tome, ils reprennent la route et se dirigent cette fois vers Barcelone. Dès lors, l’auteur enrichit son scénario de nombreux événements historiques et brosse le portrait d’une Espagne en ébullition.

Ça ne peut pas tomber plus mal… les militaires complotent, l’Eglise menace, la Droite attise, avec ça le monde du spectacle est au plus mal

En choisissant de faire arriver ses personnages à la veille du jour où la Révolution civile, Bruno Loth s’est ouvert la possibilité d’évoquer cette période tumultueuse et de pouvoir évoquer les événements via l’aventure fictive d’un jeune gosse des rues. Ainsi, le lecteur va avoir la possibilité de revivre la chronologie des faits, revoir les tenants et les aboutissants de ce conflit social. D’ailleurs, le lecteur n’est pas totalement neutre dans l’histoire puisque les héros qu’il va suivre vont rapidement afficher leurs opinions politiques et se ranger du côté des mouvements anarchistes. Pour autant, nous ne sommes pas pris à la gorge durant la lecture. Le regard posé sur les faits reste objectif et le scénariste prend le temps de peser ses mots, de mettre en lumière certains hommes qui ont influencés le cours des choses… qui ont forcé « la masse » à penser autrement, à s’exprimer, à revendiquer des droits et leur attachement à la liberté.

« Ermo », c’est une histoire en 6 tomes qui revient sur les événements espagnols qui ont eu lieu de juillet à novembre 1936. Le récit nous emmène jusqu’à ce jour fatidique où Buenaventura Durruti est allé tutoyer les étoiles.

Aucune armée ne peut soumettre tout un peuple uni et déterminé. Construisons des barricades et coupons la route à ceux qui veulent abattre la liberté ! Vive la Révolution !

Outre les courants anarchistes, il sera également question de la Phalange espagnole, de l’installation de Franco au pouvoir, des alliances entre Franco – le Duce – Hitler, de mouvements nationaux, l’exode des espagnols fuyants le régime et la terreur, les communautés libertaires, le mouvement des Mujeres libres, le communisme… Les noms de personnalités se mêlent à ceux des anonymes : José Antonio Primo de Rivera, le docker Lecha, Vladimir Antonov-Ovseenko, Federica Montseny, Lluís Companys i Jover, Lucia Sanchez Saornil

Campañeras, depuis notre plus jeune âge, nous souffrons en regardant les visages prématurément vieillis des femmes du peuple. La cause de ces rides profondes est un triple esclavage : celui de la tradition, celui de l’ignorance et celui de la reproduction. Poing levé, femmes d’Ibérie par les routes ardentes affirmant des promesses de vie défions la tradition

(début de discours prononcé en 1936 par Lucia Sanchez Saornil repris dans le quatrième tome d’Ermo.

PictoOKTrès beau récit que nous livre Bruno Loth. Le personnage du jeune Ermo pourrait symboliser l’esprit de la Révolution espagnole de 1936 ou bien encore le passage de l’enfance à l’âge adulte… et la perte d’innocence inhérente à cette maturité grandissante.

Mais au-delà de la simple fiction, « Ermo » est un très beau support pour aborder la guerre civile espagnole. A la fois didactique et ludique, voilà une série qui permettra aux plus jeunes de se sensibiliser aux événements qui ont agités l’Espagne en 1936… Pour les autres, cela permettra de conserver la mémoire des événements.

A mettre en toutes les mains (public : ado, adultes).

A lire : cet article dédié à l’auteur sur littexpress.

Extraits :

« De Catalogne, par centaines, les Espagnols fuyant les atrocités de la guerre, franchissent les Pyrénées, emportant avec eux quelques bagages, restes dérisoires de leur vie passée (Ermo, tome 3)

« – C’est que je m’y connais en maquereau ! Le nôtre, il a eu le choix : partir au front ou une balle entre les deux oreilles…
– Dommage. Il a choisi de partir au front…
– Les Mujeres libres aident les prostituées à se sortir du milieu et à trouver un boulot. On leur apprend à lire. Trop de femmes sont analphabètes, le changement passera par l’éducation.
– Y’en a marre de subir le machisme. Nous voulons l’égalité des salaires, le droit au divorce, à l’avortement… et la liberté sexuelle, nom de Dieu ! » (Ermo, tome 4).

Ermo

Série terminée en 6 tomes

Editeur : Libre d’Images

Dessinateur / Scénariste : Bruno LOTH

Dépôt légal : avril 2006 à 2013

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ermo, série en 6 tomes – Loth © Libre d’Images – 2006 à 2013

L’Art de voler (Altarriba & Kim)

L'Art de voler
Altarriba – Kim © Denoël – 2011

Un nonagénaire se défenestre du quatrième étage de sa maison de retraite. Ce fait réel est le point de départ de l’album, une longue chute durant laquelle cet homme voit défiler sa vie… et quelle vie !

« Dernier fils d’une famille rurale, le père d’Antonio Altarriba naît en Aragon à l’orée du 20è siècle. Son idée fixe est de quitter son village pour les lumières de la ville. Il rallie les cohortes d’Espagnols, sans pain ni toit, exploités, exposés à toutes les rigueurs du temps : chute de la monarchie, Seconde République, guerre civile, dictature de Franco, exode, 2è Guerre Mondiale, retour et exil intérieur… » (pitch du rabat de couverture).

Les premières pages sont consacrées aux derniers moments de vie du personnage principal. Pour une fois, ce n’est pas un euphémisme d’employer le terme « héros ». Alors que le lecteur n’a pas encore eu le temps de faire sa connaissance, on assiste à sa « mise à mort », acte réfléchi et lucide. Avouez qu’il y a de quoi intriguer le lecteur !!

On découvre ensuite sa vie de manière chronologique ; on prend rapidement conscience de l’importance de ce témoignage qui livre l’histoire d’un homme malmené par les événements qui ont agité son pays au début du siècle dernier. C’est, pour tout lecteur, l’occasion de découvrir l’histoire espagnole de manière différente, comme Maus le fut à une autre époque. Ici pourtant, le récit n’a pas la force de l’œuvre de Spiegelman mais l’avantage de découvrir un tel parcours en BD permet, une nouvelle fois, d’humaniser ce récit et de toucher le lecteur.

L’album se découpe en quatre chapitres. Chaque chapitre représente un étage de la maison de retraite. Chaque étage est consacré à une période de la vie du père de l’auteur : 3è étage pour la période 1910/1931, 2è étage pour les années 1931-1949, 1er étage pour 1949-1985 et sol pour la dernière tranche de vie : 1985-2001. Un Prélude vient compléter le tout, une occasion qu’Antonio Altarriba saisit pour dire à quel point cette démarche était importante pour lui, raconter ce que ce travail d’écriture lui a coûté et ce qu’il représente aujourd’hui pour lui. Il nous explique la manière dont la narration s’est progressivement construite ainsi que son choix d’opter pour un transfert « ou plutôt de transsubstantiation, qui me transformait en mon père ». En effet, l’histoire est écrite à la première personne afin de permettre au lecteur d’être en rapport direct avec le héros.

On voit tout d’abord l’enfance de ce père. Il n’a que 8 ans lorsque son propre père, un fermier rustre et violent, le déscolarise pour le faire travailler dans les champs. L’enfant n’aspire pourtant qu’à suivre ses études pour apprendre à lire, à écrire et pouvoir enfin quitter sa campagne natale. Il concrétise son rêve quelques années plus tard après une fugue qui se solde par un échec cuisant. Contraint de revenir chez ses parents, ce n’est qu’à 21 ans qu’il prend enfin son envol. On le voit mûrir, tisser des liens d’amitié, se positionner et s’investir corps et âme pour défendre une cause qu’il estime juste. On le voit tiraillé entre sa survie (rentrer dans le moule) et la défense de ses idéaux. Sur son chemin, beaucoup d’obstacles : guerre civile, dictature de Franco, action de la Centurie Francia… Comme je le disais plus haut, c’est pour nous l’occasion de revisiter l’histoire espagnole et les événements qui l’ont animée durant le 20ème siècle.

Le rythme narratif est soutenu voire verbeux sur certains passages pourtant, la richesse des dialogues et de la voix-off est une des qualité de cet album.

Graphiquement, l’ambiance est réaliste, le trait est délicat et riche en détails. Kim travaillait sur ce projet depuis mai 2005… Il lui aura fallu quatre années pour illustrer ce témoignage. Le hasard a voulu qu’il a livré les dernières planches de l’album le jour où le père d’Antonio Altarriba aurait fêté ses 99 ans. Une coïncidence à laquelle le scénariste n’est pas resté insensible. L’album est en vente en Espagne depuis 2009, les lecteurs lui font généralement bon accueil. L’auteur confie, dans les bonus, que c’est une sorte de réparation pour lui, comme s’il déculpabilisait enfin d’avoir tourné le dos à son père en 2001 quand ce dernier a formulé cette demande :

Je n’en peux plus fils. Il faut que tu m’aides. J’ai essayé, mais j’ai pas réussi… Tue-moi.

… Antonio était partit sans lui répondre. Ce travail d’écriture est avant tout un travail de deuil, de prise de recul et d’acceptation de soi… ce n’est qu’ensuite qu’il est devenu un support permettant de transmettre au grand public un témoignage historique important.

PictoOKUn ouvrage intéressant mais son personnage n’est parvenu à me toucher que dans le dernier chapitre. J’ai beaucoup appris sur les événements qui ont agité l’Espagne au cours du siècle dernier. Il y est question d’honneur, d’idéaux, de sentiments, de guerre…

J’ai lu cet ouvrage à la même période que La mort dans l’âme de Sylvain Ricard et Isaac Wens et je n’ai pu m’empêcher de faire des parallèles entre les récits : similitudes dans la manière d’aborder les rapports père-fils.

Le Premio Nacional del Comic l’a consacré meilleur graphic novel de l’année 2010.

L’avis de Cely, Yvan et de Mr Zombi.

Extraits :

« Les luttes fratricides que j’ai vécues m’ont appris que les hommes ne devraient avoir d’autres villages que le genre humain » (L’art de voler).

« La Guerre sépare les destins avec la même indifférence fortuite qu’elle les unit » (L’art de voler).

« Je n’ai jamais compris la stratégie des résistants. Peut-être en raison du genre d’opérations qu’ils menaient dans ce coin reculé de la France. Peut-être parce que j’étais habitué en Espagne à plus de tragédie et d’héroïsme. Peut-être parce que j’avais vu trop d’injustices pour croire encore au combat… » (L’art de voler).

« Lucio n’était pas le seul à avoir retourné sa veste. La simple survie exigeait une adhésion inconditionnelle au régime. Il ne fallait pas seulement renoncer aux vieux idéaux mais être encore plus royaliste que le Roi. Ces changements trahissaient une tragédie personnelle aussi profonde qu’inavouable… Ce n’était pas de la trahison mais du suicide idéologique… Pour affronter le présent, ils devaient enterrer le passé, mourir pour rester vivants. (…) Mon mariage aussi fut un enterrement. Je dus enterrer ma dignité et mes idéaux, seul moyen de commencer une nouvelle vie. Comme nombre d’Espagnols, j’appris à vivre sur mon propre cadavre » (L’art de voler).

L’Art de voler

One Shot

Éditeur : Denoël

Collection : Denoël Graphic

Dessinateur : KIM

Scénariste : Antonio ALTARRIBA

Dépôt légal : avril 2011

ISBN : 9782207109724

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’art de Voler – Altarrbia – Kim © Denoël Graphic – 2011