Pico Bogue, tome 1 (Roques & Dormal)

Pico Bogue, tome 1
Roques – Dormal © Dargaud – 2008

Il n’est pas bien grand, il s’appelle Pico Bogue.

Ce petit bout d’homme est tordant, ce lutin à la tignasse ébouriffée a une sacrée répartie. Ce pitchoun a aussi une petite sœur Ana-Ana qui n’en est pas moins délurée… Succession de scénettes humoristiques pour le simple plaisir d’amuser les petits… mais surtout les grands…

On m’en avait dit de bonnes choses, j’en avais lu de bonnes critiques, mais ce n’était pas pour autant que je voulais y venir.

Et puis je l’ai ouvert, sceptique, histoire de savoir à quoi m’en tenir mais sans forcément avoir l’ambition de lire le tome.

Et puis j’ai rit à la première scénette.
Et puis j’ai lu la suite.
Et puis j’ai tout lu !!
Et puis me voilà qui fait ma chronique.
Et puis vous allez peut être y réagir ?

Et puis…

Le trait va à l’essentiel. Une colorisation appliquée à l’aide de pastels et le fait que les cases ne possèdent pas de « cadre » aère les planches. Je trouve que ce choix accentue le côté spontané des réflexions de Pico. Pas de tabous et beaucoup de candeur dans cet album.

Quelques bribes glanées…Dialogue entre Pico et son père :

« – Au lit Pico !
– Une minute. J’ai trop lu. Je suis en train de me vider la tête.
– Tu l’as assez vidée. Elle est dans le rouge, comme mon compte en banque. Allez ! File au lit !
– Qu’est-ce que tu fais quand ton compte en banque est dans le rouge ?
– Je vais dormir.
– Menteur !… Tu vas raconter des histoires à ton banquier pour l’endormir… Raconte-moi une histoire qui m’endormira ! »

Dialogue entre Pico, son grand-père (Papic) et sa grand-mère (Mamite) :

« – Salut mec ! (Pico à son grand-père)
– Mamite ! Pourquoi Papic boude ? (Pico à sa grand-mère)
– Parce que tu l’as appelé mec (Mamite à Pico). Monsieur regrette que le fait d’être le patriarche n’ait pas le même prestige qu’autrefois. Il voudrait qu’on lui parle avec révérence.
– Je vais l’engueuler (Pico à Mamite)
(Pico à son grand père) : – Dis ! T’arrêtes de jouer les vieillards en détresse. Autrefois, les patriarches avaient du prestige parce qu’ils avaient guerroyé et le roi les avait anoblis. Ou bien ils étaient partis à l’aventure et étaient revenus avec des fortunes. Tandis que toi, t’as rien fait d’important. Et c’est là que ça devient extraordinaire ! On t’aime comme ça. Tout ordinaire. Tout flapi. Alors pourquoi tu boudes ? »

PictoOKFrais, pertinent et divertissant à souhait. Ça ne se lit pas, ça se dévore.

Pico Bogue

Tome 1 : La vie est moi

Série en cours

Éditeur : Dargaud

Dessinateur : Alexis DORMAL

Scénariste : Dominique ROQUES

Dépôt légal : mai 2008

ISBN : 9782205060744

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pico Bogue, tome 1 – Roques – Dormal © Dargaud – 2008

Le magasin général, tome 1 (Loisel & Tripp)

Le Magasin Général, tome 1
Tripp & Loisel © Casterman – 2006

Cela se passe au Québec, dans un petit village qui ne doit pas compter plus de 300 âmes. Marie vient de perdre Félix, son époux depuis 20 ans, et se retrouve seule à  gérer le Magasin Général, lieu de rencontres, lieu de vie et de confidences de Notre-Dame-des-Lacs.

La vie est calme, silencieuse. L’enterrement de Félix a lieu… et puis la vie reprend ses droits, reprend son cours…

Lu tard le soir, à un moment où tout le monde est couché, où la musique s’est tue et la soufflerie de l’ordinateur se repose… le côté intimiste et chaleureux de cet album a été comme une caresse.

Cette histoire se déroule dans les années 1900, 1920 peut-être, dans un milieu rural. Chaque habitant est une pierre de l’édifice, chacun apporte sa complémentarité et ses savoirs. La solidarité de voisinage est de mise et on découvre ce petit monde progressivement.

Le trait de LOISEL complété par le trait de TRIPP donne vraiment un rendu magnifique et une ambiance atypique à cet album. Je dirais presque que cela le personnifie tant il demande à être manié avec délicatesse.

Des successions de cases muettes nous permettent également, et ce à plusieurs reprises, de prendre le temps nécessaire à leur découverte, ce qui fait que j’ai également trouvé ce livre très interactif, puisque que lecteur a la possibilité de se laisser porter par son propre rythme de lecture.

Et si je n’en ai pas dit assez, je vous invite aussi à lire cette interview de TRIPP et LOISEL, mise en ligne sur le site de Casterman.

PictoOKUn très bon album que voici et une lecture recommandée pour 76 planches de plaisir.

Dans ma quête actuelle de nouveaux genres et de nouveaux styles en BD, ce tome s’est parfaitement acquitté de sa mission.

Le Magasin Général

Tome 1 : Marie

Série en cours

Éditeur : Casterman

Dessinateurs / Scénaristes : Régis LOISEL / Jean-Louis TRIPP
Avec la participation de Jimmy BEAULIEU (auteur canadien)

Dépôt légal : mars 2006

ISBN : 2203370114

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Magasin général, tome 1 – Loisel – Tripp © Casterman – 2006

Dieu en personne (Mathieu)

Dieu en personne
Mathieu © Guy Delcourt Productions – 2009

Dieu nous fait l’honneur de descendre sur Terre, dans le plus strict anonymat.

Lors d’un recensement de la population, il est amené à décliner son identité.

Marc-Antoine MATHIEU explore quelles pourraient être les conséquences de cette révélation.

Marc-Antoine MATHIEU (c’est dire s’il avait un nom prédestiné pour faire cet ouvrage) s’essaye à l’Essai… et c’est assez réussi ! Les teintes marrons/noir apportent un côté sombre et épuré à l’ensemble.

Dans cet album, ne vous réjouissez pas trop vite à l’idée de voir l’idée que Mathieu se fait du visage de Dieu, car l’auteur ne se risque pas à le dessiner. Il utilise des moyens détournés comme par le biais d’un tableau, visage de face mais derrière une vitre ou dans la pénombre. Positionnement que je trouve très pertinent et qui donne un bon rendu.

Beaucoup de thèmes sont présents dans ce récit où on explore l’événement d’un point de vue : sociologique, philosophique, religieux, social, politique, médiatique… Une réflexion sur nos croyances, nos peurs, nos espoirs, nos aberrations aussi. Se côtoient ici nos valeurs, à leurs antipodes :
– le paradoxal comme les croyances religieuses,
– le rationnel comme le progrès, l’intelligence artificielle.

L’homme et ses contraires, l’homme comme créature (de Dieu) et comme créateur.Une quête de sens et une question qui émerge : Quelle est la place du sacré dans nos sociétés de consommation ?

Je vous propose aussi une interview de MATHIEU en ligne sur BODOÏ.

Extraits :

 » – Ah ! vous les hommes et votre raison ! Vous vous êtes déjà interrogé sur la raison des questions ? La raison a-t-elle une raison d’exister ?.. Pourquoi faudrait-il que les choses
n’aient plus de pourquoi ?
– Pourquoi pas ?
– Ce n’est pas une raison » (Dieu en personne).

« Le vide est de la matière en devenir. Entre rien et vide, il y a une minuscule nuance, essentielle : celle de la probabilité de l’émergence » (Dieu en personne).

« Dieu est à la fois formidablement star et irrésistiblement quelconque » (Dieu en personne).

PictoOKJ’ai réellement savouré cet album mais je dois dire qu’une bonne partie des textes échappent à ma compréhension. De nombreuses références sont faites, par le biais de citations et de jeux de mots, de personnages célèbres (Einstein, Flaubert, Descartes… et j’en passe car certains me sont inconnus).

Un ouvrage plaisant que j’aurais certainement mieux apprécié avec un peu plus de culture dans mes bagages. Excepté ces reproches personnels, c’est un très bon album et un humour à prendre au second degré rend le tout truculent !

Roaarrr ChallengeL’album a obtenu le Prix Nouvelle République au Festival BD Boum de Blois en 2009 ainsi que le Grand Prix de la Critique ACBD en 2010.

Voici aussi une autre chronique de cet album proposée sur le Jeangs show.

Dieu en personne

One Shot

Éditeur : Delcourt

Dessinateur / Scénariste : Marc-Antoine MATHIEU

Dépôt légal : septembre 2009

ISBN : 978-2-7560-1487-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dieu en personne – Mathieu © Guy Delcourt productions – 2009

SamSam, le Grand Album (Bloch)

Sam Sam
Bloch © Bayard Jeunesse – 2009

« Dans l’espace infini, et c’est très grand l’espace infini, il y a une planète inconnue cachée par la Lune, c’est la Samplanète. C’est là que vit SamSam le plus petit des grand héros ».

Avec son Sampapa, sa SamMaman et son SamNounours bien sûr, SamSam va vivre des aventures inter-galactiques.

Voilà un cadeau rigolo fait à mon lutin et qui a mobilisé la famille  (parents, grands-parents, tonton…) toute entière une soirée durant, sans compter la difficulté d’accepter de dormir sans que le livre soit sur la table de chevet.

On vivait SamSam ponctuellement jusqu’à l’arrivée de cette mini-BD qui depuis fait son come-back tous les deux jours, voire tous les jours. Et SamSam ceci, et SamSam cela.

De ceux qui passent par ici, je ne sais pas qui est parent et qui ne l’est pas. Donc cette rubrique « Le coin des bambins » peut vous intéresser… ou pas.

Moi je suis dans l’ère petit garçon de 3 ans 1/2 (c’est le demi qui compte vachement) et le truc des supers héros… c’est sacré. En attendant de pouvoir poser ses yeux sur les BD de ses parents, il se délecte de SamSam.

C’est marrant, il y a des monstres qui font vraiment peur mais « pas de problème pour SamSam ».

Du coup, on dédramatise des choses d’une manière inattendue.

On va d’aventure en aventure, on croise un Rekinzinzin méchant comme un poux, un vieux sage de la montagne que l’on appelle comme ça… parce qu’il est vieux… sage… et qu’il habite sur une montagne…y’a les Pipiolis qui ont des pistolets à pipi et qui viennent embêter SamSam la nuit… Bref, c’est fendard.

Comme les autres livres pour enfants, on y parle de choses simples : d’amour et de bisous, de jalousie et de colère, de bêtises et de danger.

PictoOKÇa fait son effet et c’est drôle.

Environ 25 scénettes de 2 pages chacune.

Le Grand Album de SamSam

« Tu es trop fort SamSam »

Éditeur : Bayard Jeunesse

Dessinateur / Scénariste : Serge BLOCH

Dépôt légal : juin 2009

ISBN : 978-2-7470-2951-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sam Sam – Bloch © Bayard jeunesse – 2009

Qui a tué l’idiot ? (Dumontheuil)

Qui a tué l'idiot ?
Dumontheuil © Casterman – 1996

L’histoire débute en 1906.

Lucien Lurette croise le chemin de ce village si particulier, perdu dans la campagne et aux coutumes si étranges. Qui est Lucien Lurette ? « Lucien Lurette ! Acteur, improvisateur, mime, costumier, accessoiriste. Je fais dans le drame, pour vous servir ! » dira-t-il pour se présenter. En courant après une idée, il fait progressivement la connaissance des habitants qui lui expliquent ce qui se passe dans leur bourgade.

Depuis 6 ans, un tueur en série fait rage et tue, sans aucun mode opératoire précis, les habitants de ce bourg. L’idiot du village a été le premier à mourir de sa main. Il ne fait donc pas bon oublier son pot de chambre et sortir uriner seul en plein milieu de la nuit ! Et comme si cela ne suffisait pas, la remordingue sévit, une terrible maladie qui fait danser la gigue à qui en est atteint !

Y a-t-il quelqu’un de censé en ce lieu ??

Après une récente entrée en matière dans l’univers de Nicolas Dumontheuil, il me fallait retourner à la source ! J’ai vu qu’il avait fait L’Enclave en 1993, mais là, ça ne me dit trop rien… pour le moment.

On se glisse assez rapidement dans cette ambiance loufoque.

Qui a tué l’Idiot ? – Dumontheuil © Casterman – 1996

Sinon ? Un curé suicidaire, un comte louche, un colporteur… Difficile de parler de cet album sans trop en dire, ce qui serait vraiment dommage. Je crois qu’il mérite vraiment d’avoir la primeur de surprendre son lecteur.

PictoOKTrès jolie descente en pente douce vers la folie, ce livre nous livre à un monde à la morale parfois dérangeante. Dumontheuil n’en a pas pour autant oublié d’y ajouter un humour décalé qui fait passer la pilule sans problème.

Un dessin très pur, très beau. Mais combien de temps passait-il donc sur un album avec des dessins d’une telle qualité ? Un superbe travail de mise en couleur et un très bon moment de lecture.

Fauve d’Or à Angoulême en 1997, Prix René Goscinny en 1996.

Qui a tué l’idiot ?

Roaarrr Challenge
Roaarrr Challenge

One Shot

Éditeur : Casterman

Dessinateur / Scénariste : Nicolas DUMONTHEUIL

Dépôt légal : février 1996

ISBN : 2203029617

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qui a tué l’Idiot ? – Dumontheuil © Casterman – 1996

Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps (Teulé & Cestac)

Je voudrais me suicider mais j'ai pas le temps
Teulé – Cestac © Dargaud – 2009

Tout commence en 1957.

On est parachuté directement dans l’annonce de la mise sur le marché du vaccin contre la polio.

Seulement voilà, pour la famille Ninduab, ça arrive un peu tard. Leur fils unique, Jean-Charles, l’a contracté trois mois plus tôt. Dès lors, lorsqu’il y a des invités chez ses parents, Jean-Charles passe la soirée sous la table, caché des regards. Les railleries à l’école, les coups de pas-de-bol, les préjugés parentaux… vont faire son quotidien.

Vers 20 ans, il décide de dire merde à tout ça et de s’orienter vers ce qu’il a toujours voulu faire : de la BD.

Parcours en détails…

Rhôôô, pourquoi je n’ai pas acheté cette BD avant ???

Quoi qu’il en soit, on parcourt la vie de Charlie Schlingo, dessinateur et scénariste qui n’est plus à présenter.
Ambiances en noir et blanc. 98 pages de délires, Charlie qui saute du coq à l’âne, Charlie triste à en crever, Charlie complètement déjanté.

On revisite son parcours. La rencontre avec Wolinski et Choron, là où tout a commencé. Une vie de dingue très bien mise en relief par un scénario complètement loufoque de Teulé. On y croise Teulé et Cestac, forcément, mais aussi Franck et Golo, Rosse, Robial, Dionnet, et j’en passe. De même, on lit son passage à Charlie Mensuel, Métal Hurlant, Futuro… Son alcoolisme, sa dépendance…

Des dialogues truculents, un rythme soutenu…

PictoOKFranchement ?? c’est fendard.

BD très très très sympa et le plaisir de côtoyer le temps d’un album le quotidien d’un Grand Monsieur qui nous a quitté il y a 4 ans déjà.

Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps

One Shot

Éditeur : Dargaud

Dessinateur : Florence CESTAC

Scénariste : Jean TEULE

Dépôt légal : février 2009

ISBN : 9782205061741

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps – Teulé – Cestac © Dargaud – 2009