Gamaran – Le Tournoi ultime, tome 7 (Nakamaru)

« Gamaran » est un univers féodal situé au Japon durant l’Ere Edo. On suit un jeune bretteur du nom de Gama ; il apprend à manier l’art du sabre à l’école Ôgame et il est un des derniers élèves de cette école. Le héros a pour but de tuer son père qui a massacré presque la totalité de ses camarades de l’école Ôgame.

Le manga débute quand le Seigneur Naoyoshi vient demander à l’école Ôgame d’être son « équipe » pour le grand Tournoi d’Unabara qui se déroule dans l’antre des démons. Ce tournoi est une compétition entre les meilleures écoles de maniement du sabre et de beaucoup d’autres armes. Ce tournoi est organisé par la famille Washizu. Naoyoshi est membre de cette famille, il est le 28ème fils du Seigneur du fief Unabara. Le but du tournoi est de déterminer qui sera le dirigeant du fief parmi les 31 enfants du Seigneur.

Les personnages importants sont :

– Gama Kurogane qui est le personnage principal, il change beaucoup dans l’histoire. Il devient plus mature. Il a un talent inné pour le sabre et il maîtrise des techniques de sabre très puissantes.

­- Naoyoshi Washizu qui d’une certaine manière a enclenché toute l’histoire autour du tournoi d’Unabara. Il n’a pas vraiment de compétence, même s’il est important lors des combats (ce qui est l’essence même du manga). Il a plutôt un rôle de personnage d’arrière-plan.

– Jinsuke Kurogane. C’est le père de Gama. Il a tué presque tous les amis de Gama quand il faisait encore partis de l’école Ôgame.

– Iori Sengoku est l’un des premiers élèves de Jinsuke. Il est aussi le maître de Gama. Il veut tuer Jinsuke pour se venger d’avoir tué ces amis. Il est très fort au sabre.

[Ce ne sont pas tous les personnages importants, mais c’est ceux qui faut vraiment connaitre]

Franchement ce manga est génial ! Chaque tome est incroyable et même si j’aime énormément tous les mangas, ce manga se démarque des autres. L’histoire est intéressante, bien construite. Chaque personnage a un état d’esprit et des capacités qui lui sont propres. Chaque personnage évolue au fur et à mesure de l’histoire.

Le dessin est bien, il y a des détails, les scènes de combats sont très bien faites.

Il y a aussi de l’humour, quand c’est possible. Cependant ce n’est pas un manga à faire lire à quelqu’un qui n’a pas l’habitude de la violence et du sang.

tome 7 – Nakamaru © Kana – 2021

Gamaran – Le tournoi Ultime

« Gamaran – Le tournoi ultime » est la suite du manga Gamaran. Cette suite est récente et elle est bien. On suit Iori Sengoku à la place de Gama (mais on le voit aussi).

Pour expliquer et introduire simplement cette suite du manga, le tournoi d’Unabara est fini. L’Ecole Ôgame a gagné, Iori est parti pour s’entrainer à améliorer sa technique au sabre et tenter de surpasser Jinsuke. Pendant son entraînement, une personne venant de la part du Bakufu se présente [le Bakufu est un gouvernement qui était en place au Japon durant l’Ere Meiji, donc à la fin du XIIème siècle ; le Bakufu émane directement du Shogunat qui est le régime de l’empereur du Japon]. Le messager du Bakufu lui remet la lettre qui permet à Iori de participer au tournoi ultime. On appelle ce tournoi « Les cent lames du Shogunat » . Iori décide d’y participer pour pouvoir affronter des adversaires puissants. Il est classé 3ème.

Cette suite est tout aussi bien que la première série. Le scénario est dans le même style. Les dessins sont aussi bien.

Comme je l’ai dit au-dessus j’adore ce manga et la suite ne m’a pas déçu !

Gamaran – Le Tournoi ultime tome 7

Le volume 7 est bien on y voit des combats entre des personnage, dont celui entre Ran – un nouveau personnage (féminin) – et Burai Udô  (un personnage secondaire qui ne vit que deux tomes). On apprend beaucoup de chose sur le Seigneur et sur les raisons qui lui fait organiser ce tournoi. Il y a d’autres choses à dire mais ce serait de spolier !

J’ai déjà dit ce je pensais du scénario et du dessin, ce tome est sympa. Les combats sont vraiment extra et j’ai vraiment hâte de lire la suite. Par contre, il y a un moins d’humour que dans la première série.

Scénariste/Dessinateur : Yosuke Nakamaru

Editeur : Kana

Genre : action, combat

Dépôt légal : janvier 2021

ISBN : 9782505084181

Prix : 6,85€

Fire Force, tome 17 (Ohkubo)

tome 17 – Ohkubo © Kana – 2021

Le combat entre la 8eme brigade, Hajima Industries et les hommes du grand prédicateur continuent. Une fille du nom de Ristu a créé une torche humaine géante (au début de cet affrontement) à partir de cadavres de personnes et d’autres torches humaines. Et elle a emprisonné le Sixième Pilier. Pour le sauver et le mettre hors de portée des hommes du grand prédicateur, Shinra doit faire alliance avec Kurono l’employé d’Hajima Industries. Dans le feu de l’action, Nataku – le Sixième Pilier – perd le contrôle de ses pouvoirs et les laisse se déchainer. Ses pouvoirs sont en lien avec la radioactivité. Petit à petit, le taux de radioactivité dans l’air augmente et les pouvoirs de Nataku se déchainent avec plus de puissance… jusqu’au moment où toute la ville est en danger.

Le tome 17 de « Fire Force » est intéressant. On y découvre les pouvoirs de Nataku. On voit aussi Shinra combattre et se démener comme à son habitude. On y apprend de nouvelles informations sur l’univers de ce manga. On voit aussi une nouvelle capacité des pouvoirs d’Arthur. il y aussi un moment du manga où Shinra passe du temps exclusivement avec Iris la bonne sœur de la 8ème Brigade, ce qui donner un passage assez étonnant car c’est la première fois que l’on suit réellement Iris dans la série. Ce personnage est-il amené à prendre encore plus d’importance ?

On voit les détails du dessin qui sont soit très présents ou par moment inexistants. Mais cet écart entre les passages où le dessin est parfois fouillé et parfois minimaliste ne dérange pas la lecture.

Ce manga est toujours aussi bien même après dix-sept tomes de parution. Les personnages sont toujours aussi intéressants. On voit des liens nouveaux qui se créent. Une nouvelle intrigue avec Hajima Industries commence… ce qui va changer tout l’univers de ce manga.

Présentation du tome précédent et de l’ensemble de la série dans cet article.

Scénariste/Dessinateur : Atsushi Ohkubo

Editeur : Kana

Genre : Science-fiction, humour, combat

Dépôt légal : janvier 2021

ISBN : 9782505086253

Prix : 6,85€

Kingdom of Knowledge, tome 2 (Oda)

Oda © Kana – 2020

Le tome 2 débute directement sur la bataille sanglante qui allait avoir lieu a la fin du tome 1, c’est-à-dire entre East Garden et Le Saint-Empire Ténéfania (East Garden étant le lieu où Fei a trouvé refuge et Le Saint-Empire Ténéfania est le lieu d’où Fei s’est enfui et où ses amis et sa famille sont morts).

La bataille commence par l’attaque des Gobelins, suivie de celles des soldats du Saint-Empire. Il y a beaucoup d’événements importants durant la bataille et plus généralement, tout au long de ce tome. Un important retournement de situation va avoir lieu.

Le début de ce tome est vraiment dans la continuité du tome 1. Je trouve que c’est un bon second tome bourré d’action. Dans l’album, il y a une alternance entre le calme et l’action. Par contre, évitez de le mettre entre les mains d’un enfant ou de quelqu’un qui n’a pas l’habitude des scènes violentes.

Dans ce tome de nombreux personnages secondaires sont mis en place. La lecture est agréable, on voit de nouveaux décors (nouvelles régions) et de nouveaux peuples. Ça nous permet de mieux connaître le monde dans lequel l’histoire se déroule.

Ce tome donne vraiment envie de lire à suite. Quasiment tous les détails inconnus (juste abordés rapidement) vus dans le tome 1 ont été élucidé ; certains restent flous et d’autres viennent s’ajouter, cela met un peu de suspense. La fin brutale de ce tome m’a donné envie de lire la suite !

Auteur et dessinateur : Serina Oda

Éditeur : Kana

Dépôt légal : 27 novembre 2020

ISBN : 9782505085171

Prix : 7,45 / 226 pages

Fire Force, tome 16 (Ohkubo)

tome 16 – Ohkubo © Kana – 2020

L’histoire de « Fire Force » se déroule dans une autre temporalité, dans laquelle un cataclysme mondial a détruit la quasi-totalité du monde vivable. Il ne reste plus que le Japon, qui a réussi à survivre.

Ils ont totalement changé de mode vie et ont aussi, par conséquent, changé de calendrier.

Dans ce monde les Humains survivants craignent la mort par combustion plus que tout, c’est-à-dire une mort ou la personne concernée se change en flamme ; ils appellent les personnes changées en flamme « Torche humain ». Ces êtres, qui ne sont plus humains, ont un désir de détruire et tuer tout ce qui se trouve autour d’eux. Pour les en empêcher, des brigades de pompiers entrainés pour les affronter vont les combattre. Quand ils interviennent, ils disent qu’ils « apaise leur âme ». Pour le faire, ils ont avec eux un prêtre ou une prêtresse qui est chargé de réciter la prière qui apaise. Les torches humaines sont la première génération, il y a ensuite la seconde génération qui elle est composé d’humain « normaux » qui ne s’enflamment pas comme les premières générations ; ils gardent le contrôle et sont même capables de contrôler le feu. Il y a aussi une troisième génération qui peut générer du feu et le contrôler.

Les brigades de pompiers sont au nombre de huit, il y a aussi des pompiers comme on les connait.

Le héros de ce manga se nomme « Shinra », il veut intégrer les brigades « spéciales » des pompiers. Shinra possède un pouvoir de troisième génération ; il peut générer des flammes par les pieds et peut voler en les contrôlants. Cela fait de lui un personnage plutôt mobile.

Dans cet univers, on suit non seulement Shinra mais aussi ses compagnons. Ils ont tous un caractère différent.

– Akitaru Ôbi, est le capitaine de la 8ème brigade, il ne possède pas de pouvoir, c’est un humain lambda. Il est toujours entrain de faire du sport.

– Takehisa Hinawa, est le commandant (le second du capitaine), il possède un pouvoir de seconde génération. Il peut contrôler le feu et accélérer ou ralentir une balle tirée par un pistolet. Son passé de militaire a déteint sur son caractère, il est autoritaire et rigoureux.

– Maki Oze, est une première classe de la 8ème brigade. Elle possède un pouvoir de seconde génération ; avec un feu déjà allumé, elle peut générer des feux follets qu’elle contrôle. C’est un personnage très discret, elle ne s’impose pas.

 – Arthur Boyle, est une deuxième classe comme Shinra, et aussi comme Shinra. Il possède un pouvoir de troisième génération. Il se prend pour un chevalier.

– Iris, est la bonne sœur de la 8ème brigade, elle est « amoureuse » de Shinra. Elle ne possède pas de pouvoir.

Les ennemis de Shinra sont les disciples du Grand Prédicateur, Charon est un de ceux-là, il est puissant est a déjà battu Shinra par le passé. Hajima industries, veulent utiliser un des pouvoirs de Shinra, il doit donc les affronter elles aussi.

Le scénario est bien, il innove, le dessin lui est bon, les détails sont réussis. Le jeu des personnages est riche et les personnages secondaires ont des personnalités complémentaires. Cela permet au scénario d’avoir un bon rythme.

Le tome 16 est sympa, on suit la suite des aventures de Shinra. Il se rend au complexe des industries Hajima et affronte Kuruno, un employé de Hajima très puissant. Il va aussi affronter de nouveau Charon le membres des disciples du Grand Prédicateur. C’est un tome important dans la série car il contient un événement important qui relance la série et lui donne de nouvelles perspectives. Le cliffhanger final est assez accrocheur.

Fire Force, tome 16

Scénariste/Dessinateur : Atsushi Ohkubo

Editeur : Kana

Genre : Science-fiction, humour, combat

Dépôt légal : 6 novembre 2020

ISBN : 9782505084426

Prix : 6,85€

A Safe new World, tome 1 (Antai & Sasamine)

tome 1 © Antai 2019 / HIFUMI SHOBO © Sasamine Kou 2019 / MAG Garden

L’histoire débute quand le héros se réveille dans un autre monde en ne sachant pas comment il y est arrivé. A son réveil, il se trouve allongé dans une forêt située sur une montagne. Il découvre vite que des monstres (Ours, Slime…) ainsi que des brigands cannibales vivent dans les alentours. Il arrive à survivre grâce à la fuite. Quand il arrive à sortir enfin de cette forêt, il voit un château et décide de s’y rendre. En arrivant il se fait arrêter. Peu de temps après, il rencontre une chevalière avec il va devenir plus ou moins ami.

L’univers de ce manga est sympa, on y voit monstres, magie, chevaliers et châteaux. Ce qui est aussi intéressant c’est que le héros ne possède pas de magie ni de capacités spéciales, bref il est faible. Mais aussi il veut vivre en paix et pour cela, il a ses connaissances qu’il va utiliser pour aider et se protéger.

Ce manga est adapté d’un roman. Les dessins apportent un plus au scénario, les scènes de combats sont belles, le dessin est bien mais il n’y a pas toujours de décors très détaillés. Malgré ça, ça reste un manga sympa à lire et à regarder.

Seul problème (qui sera élucidé très certainement dans les tomes qui suivent) : on ne connait pas le nom du héros, ni son âge. On sait à peu près qu’il vient du Japon mais après on ne sait rien de plus sur lui.

Le personnage est à l’image d’un anti-héros. Il est peureux, compte régulièrement sur les autres pour combattre à sa place, va jusqu’à se cacher derrière eux. Il y a beaucoup d’humour dans le scénario ce qui donne un bon mélange entre des scènes humoristiques et des passages plus sérieux. Il y a une bonne ambiance dans ce manga, c’est un univers vraiment ludique.

J’ai beaucoup aimé ce manga. L’histoire et les personnages sont intéressants. C’est un bon manga d’héroïc-fantasy qui m’a donné envie de lire la suite et de lire le roman dont il est tiré.

Scénariste : Antai (Hifumi Shobo), Dessinateur : Kou SASAMINE

Editeur : Komikku

Genre : Fantasy, Isekai, Humour

Dépôt légal : 29 octobre 2020

ISBN : 9782372875370

Prix : 7,99€

Angoulême : photos du FIBD 2020

La 47ème édition du Festival International de la Bande-Dessinée s’est déroulée à Angoulême du 29 janvier au 2 février dernier. Il y avait beaucoup à voir, à lire, à faire…

Il y avait vraiment une bonne ambiance cette année et j’ai trouvé qu’il était très facile de circuler entre les différents espaces du festival… cette année, on piétinait moins sur place.

Un seul bémol : j’ai fait l’impasse complète sur le Off, faute de temps.

Retour en images sur cette édition 2020

« Aparté aquatique » … quand Cécile Bidault expose

Les auteurs en résidence : Chema Peral, Claire Fouquet, Claudia Blin & Co…

« Calvo, un Maître de la fable »

« Dans la tête de Pierre Christin »

« Nicole Claveloux : quand Okapi rencontre Metal Hurlant »

« Folklorique enfance, fantastique enfance » … quand Yakari, Naruto, Petit Vampire et Hilda sont à l’honneur

« Jean Frisano : de Tarzan à Marvel, l’Amérique fantasmée »

« Gunnm, l’ange mécanique »

Oriane Lassus exposée au sous-sol de la Maison du Papier

« Les Compagnons de la Libération » au Musée de la Déportation de la Résistance

« Catherine Meurisse, chemin de traverse »

« Lewis Trondheim fait des histoires »

« Yoshiharu Tsuge, être sans exister »

« Les mondes de Wallace Wood »

Angoulême c’est aussi … Marcher sous la pluie. Rire. Echanger. Commenter. Regarder. Contempler. Se retrouver. Parler. Partager. S’orienter. Se quitter. Se retrouver. Rencontrer. Traverser une haie d’honneur. Se réchauffer. Picoler. Ne rien prévoir. Se poser. Profiter de l’instant. Avoir/Être « dans le champ de vision » . Saisir l’occasion. Croiser. Reconnaître. Tchatcher. Oser. Pisser philosophique. Prendre un mètre… voire 25 centimètres. Des plots. Prendre la vie comme elle vient. Photographier. Déambuler. Saluer. Feuilleter. Acheter. Beuguer, beuguer, beuguer… et tant de choses qui ne se diront/se montreront pas ici mais qui réchauffent…