Les grandes séries de la BD… version  » Le Triangle Secret « 

Pour ce mois de novembre, dans mon retour mensuel dans les classiques BD de qualité (que je pense…), je fait une descente dans la série Le Triangle Secret.
Didier CONVARD au scénario et une flopée de dessinateurs qui lui ont emboîté le pas, permettant ainsi de créer une ambiance graphique propre à chaque période des faits.
Quand aux univers de cette série :

– Le Triangle secret : série terminée en 7 tomes (les liens vers les tomes : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7)
– Martin HERTZ : Série en cours (tome 1, tome 2)
– I.N.R.I. : 4 tomes (terminée)
– Les Gardiens du Sang : tome 1, tome 2 (série en cours)

J’en avais déjà parlé dans cet article introduisant mes chroniques des tomes du Décalogue, mais saviez-vous que Glénat a signé la même semaine pour Le Triangle Secret et pour Le Décalogue ? Deux séries que je classe dans le genre « ésotérique »… une trame commune (les croyances religieuses)… mais un voyage différent pour le lecteur.
Tant Le Décalogue nous dévoilait progressivement l’arbre généalogique des Fleury-Nadal, remontant progressivement le temps en nous permettant de côtoyer le parcours de cette famille, tant Le Triangle Secret livre des secrets d’une toute autre nature. Ici, les personnages principaux nous sont livrés avec le strict minimum en tant qu’informations. Que savons-nous sur Didier MOSELE par exemple, personnage central de la série ? Célibataire, la quarantaine, acharné et passionné par son travail, quelques relations affectives passagères par le passé. Mais en dehors de ça : parents encore en vie ? amis en dehors du travail ?
Les personnages sont ici voués corps et âmes à l’intrigue. C’est peut-être pour cette raison que je soulève le fait que dans un des premiers tomes de la série, le fait de nous révéler un adultère entre MOSELE et la veuve de MARLANE vient faire tache dans la manière dont les auteurs ont fait le choix de ne rien dévoiler de « personnel » sur leurs marionnettes fictives qui évoluent pour notre plus grand bonheur sur les planches des 7 tomes que je vais vous présenter.Comme d’habitude, je vous propose aussi de faire le plein de liens :
– pour commencer, la présentation de Wikipedia,
– des liens vers des interviews : Didier CONVARD sur et Dieu dans tout ça.com, Denis FALQUE sur Auracan,
– une éventuelle adaptation cinématographique ?
– la preview / bande-annonce sur Glénat.Quelques vidéos :Genèse de la série (par CONVARD)Choix des dessinateurs (par CONVARD)

Appréhensions de CONVARD sur l’accueil de la série par les lecteurs (par CONVARD)

Le magasin général, tome 1 (Loisel & Tripp)

Le Magasin Général, tome 1
Tripp & Loisel © Casterman – 2006

Cela se passe au Québec, dans un petit village qui ne doit pas compter plus de 300 âmes. Marie vient de perdre Félix, son époux depuis 20 ans, et se retrouve seule à  gérer le Magasin Général, lieu de rencontres, lieu de vie et de confidences de Notre-Dame-des-Lacs.

La vie est calme, silencieuse. L’enterrement de Félix a lieu… et puis la vie reprend ses droits, reprend son cours…

Lu tard le soir, à un moment où tout le monde est couché, où la musique s’est tue et la soufflerie de l’ordinateur se repose… le côté intimiste et chaleureux de cet album a été comme une caresse.

Cette histoire se déroule dans les années 1900, 1920 peut-être, dans un milieu rural. Chaque habitant est une pierre de l’édifice, chacun apporte sa complémentarité et ses savoirs. La solidarité de voisinage est de mise et on découvre ce petit monde progressivement.

Le trait de LOISEL complété par le trait de TRIPP donne vraiment un rendu magnifique et une ambiance atypique à cet album. Je dirais presque que cela le personnifie tant il demande à être manié avec délicatesse.

Des successions de cases muettes nous permettent également, et ce à plusieurs reprises, de prendre le temps nécessaire à leur découverte, ce qui fait que j’ai également trouvé ce livre très interactif, puisque que lecteur a la possibilité de se laisser porter par son propre rythme de lecture.

Et si je n’en ai pas dit assez, je vous invite aussi à lire cette interview de TRIPP et LOISEL, mise en ligne sur le site de Casterman.

PictoOKUn très bon album que voici et une lecture recommandée pour 76 planches de plaisir.

Dans ma quête actuelle de nouveaux genres et de nouveaux styles en BD, ce tome s’est parfaitement acquitté de sa mission.

Le Magasin Général

Tome 1 : Marie

Série en cours

Éditeur : Casterman

Dessinateurs / Scénaristes : Régis LOISEL / Jean-Louis TRIPP
Avec la participation de Jimmy BEAULIEU (auteur canadien)

Dépôt légal : mars 2006

ISBN : 2203370114

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Magasin général, tome 1 – Loisel – Tripp © Casterman – 2006

Dieu en personne (Mathieu)

Dieu en personne
Mathieu © Guy Delcourt Productions – 2009

Dieu nous fait l’honneur de descendre sur Terre, dans le plus strict anonymat.

Lors d’un recensement de la population, il est amené à décliner son identité.

Marc-Antoine MATHIEU explore quelles pourraient être les conséquences de cette révélation.

Marc-Antoine MATHIEU (c’est dire s’il avait un nom prédestiné pour faire cet ouvrage) s’essaye à l’Essai… et c’est assez réussi ! Les teintes marrons/noir apportent un côté sombre et épuré à l’ensemble.

Dans cet album, ne vous réjouissez pas trop vite à l’idée de voir l’idée que Mathieu se fait du visage de Dieu, car l’auteur ne se risque pas à le dessiner. Il utilise des moyens détournés comme par le biais d’un tableau, visage de face mais derrière une vitre ou dans la pénombre. Positionnement que je trouve très pertinent et qui donne un bon rendu.

Beaucoup de thèmes sont présents dans ce récit où on explore l’événement d’un point de vue : sociologique, philosophique, religieux, social, politique, médiatique… Une réflexion sur nos croyances, nos peurs, nos espoirs, nos aberrations aussi. Se côtoient ici nos valeurs, à leurs antipodes :
– le paradoxal comme les croyances religieuses,
– le rationnel comme le progrès, l’intelligence artificielle.

L’homme et ses contraires, l’homme comme créature (de Dieu) et comme créateur.Une quête de sens et une question qui émerge : Quelle est la place du sacré dans nos sociétés de consommation ?

Je vous propose aussi une interview de MATHIEU en ligne sur BODOÏ.

Extraits :

 » – Ah ! vous les hommes et votre raison ! Vous vous êtes déjà interrogé sur la raison des questions ? La raison a-t-elle une raison d’exister ?.. Pourquoi faudrait-il que les choses
n’aient plus de pourquoi ?
– Pourquoi pas ?
– Ce n’est pas une raison » (Dieu en personne).

« Le vide est de la matière en devenir. Entre rien et vide, il y a une minuscule nuance, essentielle : celle de la probabilité de l’émergence » (Dieu en personne).

« Dieu est à la fois formidablement star et irrésistiblement quelconque » (Dieu en personne).

PictoOKJ’ai réellement savouré cet album mais je dois dire qu’une bonne partie des textes échappent à ma compréhension. De nombreuses références sont faites, par le biais de citations et de jeux de mots, de personnages célèbres (Einstein, Flaubert, Descartes… et j’en passe car certains me sont inconnus).

Un ouvrage plaisant que j’aurais certainement mieux apprécié avec un peu plus de culture dans mes bagages. Excepté ces reproches personnels, c’est un très bon album et un humour à prendre au second degré rend le tout truculent !

Roaarrr ChallengeL’album a obtenu le Prix Nouvelle République au Festival BD Boum de Blois en 2009 ainsi que le Grand Prix de la Critique ACBD en 2010.

Voici aussi une autre chronique de cet album proposée sur le Jeangs show.

Dieu en personne

One Shot

Éditeur : Delcourt

Dessinateur / Scénariste : Marc-Antoine MATHIEU

Dépôt légal : septembre 2009

ISBN : 978-2-7560-1487-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dieu en personne – Mathieu © Guy Delcourt productions – 2009

Le Grand pouvoir du Chninkel (Van Hamme & Rosinski)

Le Grand Pouvoir du Chninkel
Van Hamme – Rosinski © Casterman – 1988

Daar est un monde bien cruel pour les Chninkels, esclaves des races supérieures. A chaque croisée de soleil, les guerriers des Trois Immortels partent guerroyer pour une raison désormais oubliée de tous. Chninkels enchaînés, Tawals velus dressés à combattre… à chaque croisée de soleil, c’est la même boucherie sans nom qui recommence. Un jour, au milieu des corps et des décombres encore fumants du dernier combat, J’on le Chninkel se retrouve seul survivant sur un champ de bataille, libre pour la première fois de sa vie. U’N, le Maître des Mondes, lui apparaît alors et lui confie la mission de réinstaurer la paix sur Daar.


Un grand classique de la bande-dessinée, une « BD culte » je dirais. C’est un petit bijou du 9è Art que j’ai eu envie de partager.

Pour moi, nul doute que je classe cette bande-dessinée dans les petits joyaux de l’Héroïc Fantasy. Tous les ingrédients d’une bonne recette y sont présents : le héros, la quête certes, mais aussi l’amour, les prophéties, les méchants, les guerres et les fées bien sur !

J’ai la version noir et blanc est la meilleure à mes yeux. Je reconnais cependant m’être peu intéressée à la réédition en couleur de cette BD qui est dans les bacs depuis 2002 me semble-t-il. Je l’ai un peu feuilletée cependant, je ne trouve pas que la couleur y apporte grand-chose.

Le noir et blanc donne de la force aux textes, un travail monstrueux d’encrage y a été effectué. Quant au scénario, il offre une magnifique réflexion sur les fondements et les textes des Évangiles.

Le scénario de Van Hamme se permet quelques libertés. J’y apprécie notamment la version Chninkel de la Cène et la manière dont Dieu est représenté : le « Maître des Mondes » a un discours pour le moins… direct.

Des petits clins d’œil à d’autres références littéraires sont disséminées de ci-delà mais, chut… je ne dis pas tout, je ne veux pas spoiler. Pour ne rien gâcher, les personnages sont attachants, sincères, le ton est juste. Je compatis avec ce pauvre petit Chninkel : quelle mission bien lourde pour ces frêles épaules.

Le grand pouvoir du Chninkel

Roaarrr ChallengeÉditeur : Casterman

Dessinateur : Grzegorz ROSINSKI

Scénariste : Jean VAN HAMME

Dépôt légal : Avril 1988

ISBN : 2203334398

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Grand Pouvoir du Chninkel – Van Hamme – Rosinski © Casterman – 1988

Les Gardiens du Sang, tome 1 (Convard & Falque)

Les Gardiens du Sang, tome 1
Convard – Falque © Glénat – 29

Jean Nomane refait surface, après 3 ans de silence, et se retrouve impliqué dans le meurtre de Monseigneur Motteli.  Les Gardiens du Sang ont pour ordre de le tuer, quant à lui, il s’est mis en devoir de révéler certaines vérités…

Troisième opus de la série Le Triangle Secret, j’ai acheté l’album dès sa sortie. Ayant apprécié Le Triangle Secret, INRI et Martin Hertz, il me tardait de retrouver cette ambiance si particulière. La curiosité de voir comment la série rebondit en croisant les doigts pour qu’il n’y ait pas de déception.

Quel rythme !! J’étais en haleine et j’ai repris ma respiration à la page 25 !

Après un petit répit de 8 planches, j‘ai repris, l’oeil hagard du lecteur, à l’affut d’un danger qui se dissimulerait au coin d’une case. Vous l’aurez compris, je suis vite entrée dans l’histoire.

Cette fois-ci, un scénariste (Didier Convard) et deux dessinateurs (Falque et Jusseaume). Une équipe moins grosse que pour celle du Triangle secret, la série principale. L’histoire se déroule quelques années avant celle du Triangle Secret.

La connaissance des 7 tomes de la saison principale n’est pas une condition sine qua none pour s’aventurer dans la lecture de cette bande-dessinée. Cependant, j’y ais glané des infos de ci-delà qui viennent compléter des éléments du Triangle Secret.

J’aime assez le principe des flash-back dans le passé même si, ici, la majeure partie de l’histoire se passe de nos jours (ce qui dénote énormément avec INRI). Le principe d’une ambiance graphique différente en fonction de l’époque est toujours aussi appréciable.

Les bulles ont un riche contenu et les fonds de cases sont toujours très fouillés et très réalistes.

PictoOKJ’ai hâte de lire la suite car je n’ai en effet eut aucune impression de redites. Ni non plus l’impression que Convard tire sa dernière cartouche et exploite un filon. Pas de sentiment de lassitude donc contrairement à d’autres séries qui traînent et traînent encore en longueur. Ici, ce que cette saison apporte de différent c’est que contrairement au Triangle secret et à INRI, cette fois-ci on a un regard des événements du côté des Gardiens du Sang (logique me direz-vous vu le titre).

La perspective d’en savoir un peu plus sur les Gardiens du Sang et leur organisation est alléchante et celle de retrouver des personnages présents dans le Triangle Secret (Martin Hertz ?) l’est tout autant. Ensuite, vu que ma lecture du Triangle Secret commence à dater, je ne me rappelle plus s’il y est abordé la mort de Motelli par exemple… à relire donc mais cela attendra peut-être la sortie du tome 2 qui n’est pas attendu avant avril prochain… un an à attendre… et une saison qui sera finie en 2014 puisque, à priori, Les Gardiens du sang sont annoncés en 5 tomes.

Les Gardiens du Sang

Tome 1 : Le crâne de Cagliostro

Série en cours

Éditeur : Glénat

Collection : La Loge Noire

Dessinateur : Denis FALQUE

Scénariste : Didier CONVARD

Dépôt légal : mars 2009

ISBN : 9782723462853

Bulles Bulles Bulles….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Gardiens du Sang (tome 1) – Convard – Falque – Juillard © Glénat – 2009