Essence (Bernard & Flao)

Bernard – Flao © Futuropolis – 2018

Achille a un dernier travail à accomplir dans cet étrange lieu dont il ne sait rien… pas même les événements qui l’y ont amené. Une sorte d’antichambre où il a atterri sans savoir comment. A ses côtés, pour le guider sur les routes de cette surprenante contrée, il y a Mademoiselle. Elle lui explique qu’il a une dernière chose à faire avant d’atteindre sa destination finale. Elle lui explique qu’il est au purgatoire, ce qui fait beaucoup rire (jaune) Achille. Mademoiselle est aussi belle que mystérieuse. Mademoiselle est comme une thérapeute… une confidente… voire un ange gardien puisqu’elle aime à se décrire comme tel.

Achille aurait préféré pouvoir la considérer comme une amie… voire plus si affinités… mais Mademoiselle s’y oppose avec fermeté.

Achille est donc là pour faire le point. Prendre le recul nécessaire par rapport à ce qui s’est passé ces dernières années. Prendre du recul par rapport à sa vie… sonder ses souvenirs et forcer sa mémoire capricieuse.

Achille va vivre une étrange expérience. Les situations qu’il va traverser sont pour le moins saugrenues et il du temps pour comprendre et accepter la teneur de ce « voyage improvisé » … et parvenir à faire les derniers liens qui lui avaient manqué jusque-là.

« Essence » est une plongée dans l’univers loufoque de Fred Bernard. Un univers onirique bourré de succulentes métaphores. Un lieu rempli d’absurdes incohérences et saturé de réalistes constats. Un monde sans concessions. L’écriture de Fred Bernard est vivante, chaude, dynamique. Le scénariste s’en donne à cœur joie, salue d’autres univers imaginaires : Fred et ses histoires absurdes (« Histoire du conteur électrique » , « Histoire du Corbac aux baskets » , « Philémon » …), Hergé et son inépuisable Tintin, Miyazaki et ses voyages magnifiques, Moebius et ses mondes futuristes… Tout un fatras de références passe sous nos yeux, se bousculent sans nous heurter, nous régalent. L’auteur puisent également dans des références littéraires mais il emprunte également quelques repères de la culture populaire au cinéma et à la peinture. C’est aussi avec un plaisir non dissimulé qu’on retrouve la gouaille et la répartie des personnages qu’il a créé dans sa saga « Jeanne Picquigny » , recréant pour l’occasion des personnages frondeurs, tempétueux, entêté mais ô combien attachants et n’hésitant pas à se remettre en question, à l’instar d’Achille – personnage principal de ce récit – qui s’obstine à refuser de voir la situation en face et à comprendre ce qui est en train de lui arriver.

Grosse performance de Benjamin Flao au dessin avec un travail à l’aquarelle est encore plus poussé que sur « Kililana song ». Il crée une ambiance à la fois poétique et psychédélique où se côtoient douceur, nostalgie et un brin de folie pure. Une pléiade de couleurs s’invite sur les planches. Le travail de mise en image de cette épopée introspective est tout bonnement magnifique. Benjamin Flao a un vrai don pour illustrer parfaitement un mot, une image, une pensée. Epoustouflant. Il finit l’album en apothéose avec une scène d’action muette qui s’étale sur une trentaine de pages. Je dis « Chapeau l’artiste ! » .

Un régal cet album qui n’a pas été sans me rappeler « Le Commun des mortels » d’Alain Kokor.

La chronique d’Yvan pour finir de vous convaincre.

 Essence
One shot
Editeur : Futuropolis
Dessinateur : Benjamin FLAO
Scénariste : Fred BERNARD
Dépôt légal : janvier 2018 / 185 pages / 27 euros
ISBN : 978-27548-1179-8

Prends soin de toi (Mardon)

Mardon © Futuropolis – 2017

Achille vient d’acheter un appartement et doit faire quelques travaux de rénovation avant de prendre totalement possession des lieux. Il a trois mois pour remettre l’appartement en état ; entre les week-ends et ses vacances d’été qui arrivent, il devrait y arriver. Il doit aussi apprendre à éviter la concierge suffisamment volubile pour ne pas être envahissante… mais qui peut parfois être source de précieuses informations…
Quoi qu’il en soit, les travaux vont permettre à Achille de se défouler et de changer d’habitudes ; sa rupture affective est encore (trop) présente à son esprit…

Gratter. Poncer. Décaper. Frotter. Effacer. Nettoyer. Décoller. Reboucher. Colmater.

… s’user, s’acharner… un peu comme dans ces textes de Pérec ( « Espèces d’Espaces » aux éditions Galilée)… voilà qui aide à se vider la tête. En décollant le vieux linoleum de l’entrée, il découvre une lettre adressée à l’ancienne propriétaire par un certain « Tristan Vlanek » en 1976 ! Achille finit par ouvrir l’enveloppe et découvre une lettre d’amour pleine de tendresse. Il apprend aussi que Tristan s’est installé à Marseille et après une rapide recherche, il constate qu’un « Tristan Vlanek » vit toujours dans la cité phocéenne.

La lettre était comme un fantôme qui m’empêchait d’emménager.

Il décide finalement de profiter de ses vacances pour aller remettre cette lettre à Tristan. Les travaux attendront son retour. Il prépare quelques affaires, enfourche son Vespa et descend dans le Sud de la France.

Prends soin de toi – Mardon © Futuropolis – 2017

En avant pour un road-trip que l’on espère ressourçant. On perçoit très vite l’intérêt que ce voyage peut avoir pour le personnage principal. Bien sûr, Grégory Mardon n’en dit rien (du moins pas de façon frontale). Il laisse son personnage suivre son petit bonhomme de chemin et se briser l’échine à poncer le plancher. Il le laisse attraper doucement cette idée d’aller remettre cette lettre à son expéditeur.

On coupe. A l’instar du personnage, on quitte la ville et son rythme, sa morosité qui peut faire ressasser. Le scénariste part, en même temps que son personnage. Il fait défiler le paysage. La Bourgogne et ses cépages, le Rhône, l’Ardèche… il dévore les kilomètres, le paysage change, se vallonne, la route serpente entre les cols. Canaux, lacs, rivières… on descend jusqu’à la mer en profitant de ce vent de liberté sans aucune contrainte ni souci du temps qui passe. Un instant si rare.

Je zigzague, je flâne… Je suis libre d’avancer ou de m’arrêter, de me perdre et me retrouver. Je fais ce qu’il me plaît.

Les dessins de Grégory Mardon sont très agréables et accompagnent cette fuite à peine déguisée. Le lecteur s’accroche à cet homme en sursis ; privé d’amour, il est au bord de l’étouffement. Il s’obstinait, il s’entêtait et se perdait dans sa propre vie jusqu’à ce qu’il enfourche son scooter. Il trace, il met de la distance et kilomètre après kilomètre, il trie ses souvenirs, range sa mémoire, isole son ressentiment et commence à se reconstruire.

« Prends soin de toi » est un album agréable. Il se lit d’une traite, on n’a aucune difficulté à s’installer aux côtés de cet homme, on est même curieux de voir ce qu’il va devenir. Pourtant, je crois que j’avais des attentes démesurées par rapport à cette lecture. Je m’attendais à quelque chose de plus fort, de plus profond… je pensais que l’introspection de cet homme serait plus torturée. Là, sa souffrance est réelle, la séparation l’a blessé… mais j’ai eu comme l’impression que ce voyage n’était qu’effleuré, comme si on restait finalement à la surface, pas très loin de la chute mais toujours dans une zone de confort. Tout cela m’a semblé trop facile et le dénouement est finalement à l’image du reste de l’album : agréable mais sans surprise.

La chronique de Sabine, d’Amandine, Noukette, Mes échappées livresques.

Prends soin de toi

One shot
Editeur : Futuropolis
Dessinateur / Scénariste : Grégory MARDON
Dépôt légal : mai 2017
136 pages, 22 euros, ISBN : 978-2-7548-1605-2

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prends soin de toi – Mardon © Futuropolis – 2017