NoBody, Saison 1 – tome 3 (De Metter)

De Metter © Soleil Productions – 2017

La vie de cet homme est trouble, tourmentée. Elle semble s’achever là, dans la cellule d’un centre pénitentiaire. On est en 2007. Il a été arrêté sur le lieu d’un crime et dit en être l’auteur. Le juge ordonne une expertise psychiatrique mais les thérapeutes se heurtent à son mutisme et essuient échec sur échec. Jusqu’à l’arrivée d’une jeune psychologue. Là, le lien se noue et il accepte qu’elle remonte avec lui les différentes étapes de son parcours pour cerner sa personnalité si mystérieuse, si sauvage.
Cela fait donc un moment que nous l’observons et que nous découvrons son parcours sinueux et les risques qu’il prend comme si les bouffées d’adrénaline étaient pour lui aussi vitales que le simple fait de respirer le l’air.
Le tome 1 nous a amené dans les années 1960. Il sort d’une adolescence plutôt chaotique, flirte avec la délinquance jusqu’à sa rencontre avec le F.B.I. Pour lui, c’est le début d’une carrière de flic-caméléon qui l’endurcira un peu plus à chaque mission. Au tome suivant, on s’était retrouve parachuté à la fin des années 1970, au moment où il infiltre un gang de bikers.

Nous voilà cette fois dans les années 80. Il a quitté le F.B.I. et est désormais lieutenant de Police. Il enquête sur deux meurtres qui, au regard du modus operandi, semblent être l’œuvre d’un tueur en série.
Dénouer les nœuds de la pelote qu’il semble faire et défaire en permanence et savoir enfin si, oui ou non, à force de côtoyer malfrats, psychopathes et autres criminels en tous genres, il fait maintenant partie de la lie de la société.

Pourquoi l’homme accepte-t-il de se livrer à cette jeune thérapeute alors qu’il avait refusé de le faire avec les autres ? Quelle est la part d’affabulation, la part de mensonge et la part de vérité dans son récit ? Est-il la victime d’un système ou est-il un dangereux prédateur ?

Autant de questions sous-jacentes qui rendent cette histoire intrigante.

Sueurs froides. Frissons.

On entre dans la série aussi facilement qu’on mettrait les pieds dans des chaussons. Et pourtant à l’intérieur, c’est glaçant. Flippant. On en oublie totalement le premier meurtre – celui pour lequel l’homme est incarcéré – et on focalise sur son passé. On se dit qu’il est tombé au mauvais endroit au mauvais moment… tout le temps. Tous les 10 ans, il est au mauvais endroit. Christian De Metter signe ici un thriller palpitant et la seule chose que je peux regretter, c’est finalement ce découpage en quatre temps… une histoire prenante morcelée en quatre albums. Entre chaque parution, l’attente du prochain tome.

Empathie totale pour le personnage principal avec cette même fascination que j’ai pu avoir, par exemple, pour Dexter. On connaît totalement la dangerosité du bonhomme et pourtant, on baisse la garde.

L’atmosphère est à couper au couteau. Légèrement brumeuse, l’ambiance ici donne l’impression que le danger est tapi dans le moindre recoin. On ne sait trop d’où il va surgir et pourtant, on tourne la page avec avidité, avec cette gourmandise malsaine à l’idée de tomber enfin sur le pire.

C’est simple : je suis totalement conquise et j’espère bien que la sortie du quatrième et dernier tome de cette saison sera pour vous l’occasion de la découvrir à votre tour.

NoBody

Saison 1 – Tome 3 :  Entre le ciel et l’enfer
Tétralogie en cours
Editeur : Soleil
Collection : Noctambule
Dessinateur / Scénariste : Christian DE METTER
Dépôt légal : octobre 2017
76 pages, 15.95 euros, ISBN : 978-2-3020-5973-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

NoBody, saison 1 – tome 3 – De Metter © Soleil Productions – 2017

Hugo de la nuit – Bertrand SANTINI

9782246860259-001-XAujourd’hui, pour une pépite jeunesse partagée avec Noukette et Jérôme, mon lardon s’est emparé du Bar à BD pour vous conter le dernier roman de Bertrand Santini…

Attention, ça dépote !

Hugo aurait dû ressentir la peur, de la terreur même, à planer au-dessus du monde dans les bras d’un fantôme. L’enfant n’éprouvait pourtant qu’un sentiment d’abandon, tout au plus teinté d’une vague appréhension.

 

……….

Je m’appelle Pierre et j’ai 12 ans. J’ai lu tous les livres de Bertrand Santini et celui-là est sans doute le meilleur….

L’histoire parle d’un petit garçon de 12 ans qui vivait avec ses parents (Romain et Hélène) dans une grande maison à Monliard. Son père, Romain était botaniste et sa mère, Hélène écrivaine pour enfant. Ils vivaient tranquilles jusqu’au jour où ils découvrirent du pétrole dans leur grand jardin. Des sacripants venaient attaquer la résidence de notre héros pour les persuader de partir. Vont-ils réussir ? Vous le saurez en lisant le livre ! Bonne lecture !

Pour ma part, j’ai aimé ce livre car il y a pas mal de suspense et l’histoire est passionnante.

……….

 

12717739_926475294096460_7734634433620482878_n« Une nuit d’été, un enfant, des fantômes, un secret… » Brrrrrrrrrrr

Je m’appelle Framboise et suis bien trop vieille pour cette histoire passionnante mais qui fait sacrément frissonner ! Parce que, ce que mon nain oublie de vous dire, c’est que le dernier-né de notre auteur-chouchou fait PEUR ! Très PEUR ! A la mère de famille recroquevillée dans son lit et qui se demande comment ahhhhh mais comment Hugo va-t-il finir ???

D’abord, parce qu’il y a pléthore de fantômes :

« Ils étaient cinq. Une grand-mère joufflue valsait sous le regard bienveillant d’un aristocrate aux moustaches blanches. Une fillette à l’air candide se balançait sur les genoux d’une jeune femme au nez trop grand pour son visage. Un bellâtre à la crinière blonde et bouclée jouait sur un piano orné de bougeoirs débordant de cire fondue. Il s’appelait Cornille… »

Mais aussi et surtout, moult zombies et sacrés méchants-sans-cœur peuplent ce roman ! Et ça, ça glace le cœur des mères et ça les empêche de dormir …

Et mon nain, est ce qu’il a eu les chocottes ? « Ouaiiiiiiis, mais pas vraiment ! Juste 2 fois, maman…« 

Extrait qui fait frissonner (et d’une belle poésie !)

« Cornille plongea sur Hugo pour l’arracher du sol en un éclair. L’enfant eu beau hurler, battre la nuit des poings et des pieds, le fantôme l’emporta haut dans le ciel. En une fraction de seconde, il se retrouva suspendu au-dessus du monde. La voix de Cornille chuchota alors à son oreille :

Maintenant, écoute la nuit tomber… » 

Et que dire de cette fin de roman (dont je ne dévoilerai point le mystère !) qui nous a espantés ! Toutafé ! Bravo M. Santini, on en est resté baba ! On avait RIEN vu venir et pourtant, on nous la fait pas à nous hein !

 

Heureusement, pour nous et pour vous, Bertrand Santini ne s’est point départi de son sens de l’humour (extraordinaire, le sens de l’humour ! A ce sujet, nous recommandons chaudement « Le journal de Gurty » !) Et use de formules formidablement délicieuses pour détendre les mères et faire rigoler les minots ! Lisez-moi un peu ce concours d’hostilités entre Hugo et Oscar, son oncle :

« Oncle furoncle,
neveu baveux,
clapotis visqueux,
visage sinistré,
ver solitaire en couple,
vomi en solde,
atrophié de l’extrême,
fiente à la cannelle,
pustule de cul de vieille… »

Bref, vous l’aurez compris, ce livre est un régal, pour petits (enfin petits, plus complètement !) et grands :-p à découvrir ABSOLUMENT !

Pierre et Framboise

 

Et pour se régaler avec les billets des copains, c’est par-là : chez Noukette et chez Jérôme !

A partir de 12 ans

Hugo de la nuit, Bertrand Santini, Grasset Jeunesse, 2016, 13,50€ et 214 pages !

Et je danse, aussi d’Anne-Laure Bondoux et de Jean-Claude Mourlevat

9782265098800

« La vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune » , pourrait bien être son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révélera son contenu, et ses secrets…

Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Milles Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi! »

MaMag m’a dit « Si tu trouves quelques heures, lis-le, il fait un bien fou » … Oui, mais voilà, en plein tourbillon avant folle-rentrée, quelques heures semblent un luxe que je n’ai pas ! Et puis, ce dimanche soir, dans la pénombre de ma baignoire, sous l’orage qui éclate, le tonnerre qui gronde et la pluie enfin qui tombe, j’ai pénétré, à pas feutré, dans ce joli roman à deux voix (et écrit à quatre mains) et ne l’ai plus lâché ! Alors quand Stéphie a proposé une lecture commune (une 1ère fois, entre elle et moi, c’est pas rien, suis drôlement émue !), j’ai dit OUI OUI OUI 😉

Adeline Parmelan a 34 ans, une voix alto, grande, brune, avec des rondeurs et des blessures, fidèle lectrice de Pierre-Marie, fragile, décidée, drôle, très drôle, malgré sa solitude, sa vie au ralenti, sa vie en jachère…

Pierre-Marie Sotto a 60 ans, écrivain à succès, en panne d’inspiration, quatre (ex) femmes, six enfants, d’une finesse  d’esprit délicieuse, drôle, très drôle, malgré sa traversée du désert et l’envie d’écrire qui s’est enfuie….

Deux voix qui tour à tour s’élancent par le biais d’une délicieuse correspondance au petit gout d’antan.

J’ai été attendrie toute la nuit ! Émue par ce lien, cette amitié qui va se construire entre deux solitudes…. Happée par cette jolie histoire dotée d’un brin de mystère (dont je ne dirai rien héhé !), suffisamment pour vous faire tenir en haleine tout au long de ce roman épistolaire !

Extrait

« De : Pierre-Marie

A : Adeline                                                                                                               Le 25 Mars 2013

Chère Adeline, 

Je suis de retour à la maison après quelques journées pleines de confusion. Je n’ai pas pu vous écrire et ça m’a manqué. Vous m’avez manqué. Vous m’avez manqué plus que de raison. Je veux dire : il n’y a aucune raison raisonnable pour que vous m’ayez autant manqué. Mais c’est un fait : vous m’avez manqué. […]

De : Adeline

A : Pierre-Marie                                                                                                      Le 25 Mars 2013

Pierre-Marie, enfin ! Je commençais à me faire un sang d’encre à propos de mon écrivain préféré, j’ai même envisagé d’appeler les hôpitaux de toute la région drômoise ! […]

Je vous embrasse, cher ami

PS : Je suis très contente de vous avoir si déraisonnablement manqué. »

Une histoire lumineuse et tendre, simple et pétillante, remplie de dérision, d’humour, d’amour, d’une infinie bienveillance, de sourires, de petits et grands malheurs et de jolis bonheurs qui remplissent le quotidien ! Un livre vivant, réjouissant, humain, délicieux comme du bon pain…. Un roman étonnant, un brin désuet, qui fait un bien fou ! Une lecture à s’offrir et à offrir, encore et encore … Que je suis ravie de partager avec Stéphie 😉

Et je danse, aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, Fleuve éditions, 2015, 18,90€

Les avis de Laurie  et de Noukette