La Vie secrète des jeunes, tome 1 (Sattouf)

© Riad Sattouf & L’Association – 2007
© Riad Sattouf & L’Association – 2007

« Vu et entendu » à Paris, Rennes, Saint-Malo, La Réunion… « Vu et entendu » dans le métro, en festival, dans un magasin, devant une crèche, dans la rue…

Des brèves volées aux badauds, Riad Sattouf laisse trainer ses oreilles et attrape tout ce qui tord le bon sens, le bouscule et le met à rude épreuve. Des jeunes en poussette, des jeunes à casquettes, des jeunes amoureux, des jeunes qui font la queue pour une dédicace ou qui boivent un verre en terrasse. Des discussions souvent stériles sur le sexe, le racisme, le cinéma que les « jeunes » échanges dans des lieux communs au beau milieu du public.

Mais il n’est pas ici question que de jeunes face à d’autres jeunes. On assiste aussi à des interactions entre personnes de différentes générations : une mère et son enfant, une vieille dame et une adolescente… Le choc des générations, des logiques différentes qui se percutent, le poids des mots assassins, des mots souvent dits sous le coup de l’agacement voire de la colère.

Riad Sattouf, auteur prolixe et généreux. Le voici qui observe les us et coutumes de la faune urbaine. Car c’est l’impression donne la lecture de ces brèves. Au rythme d’une scénette par page pour une croisière de 160 pages, on sent derechef une certaine forme de cynisme attendri pour certains individus qui traversent ce livre. Ils ont une durée de vie éphémère, une vie d’une page, en huit cases… une seule page pour convaincre, une page pour avancer des propos qui provoquent un large panel de réaction chez le lecteur : de l’atterrement à l’amusement, cela dépend de l’humeur et de sa capacité à accueillir des propos aussi surréalistes. Bien entendu, vu qu’il y a toujours une exception à la règle, je ne manquerais pas de citer « Farid le taxi » qui nous gratifie de plusieurs brèves.  « Farid, en bon croyant, essaie de faire retrouver à l’auteur son cœur musulman… » nous dit Sattouf. Cette obstination à parler de la religion est assez touchante.

Riad Sattouf scrute ses congénères. Il est à l’affut du monde qui l’entoure, témoin d’un quotidien où s’expriment spontanément les peurs mues par l’ignorance ou la bêtise, des attitudes motivées par la connerie de certains… la crédulité des autres. Cet album est un recueil, chaque histoire ayant été publiée dans Charlie Hebdo entre 2004 et 2007.

« Vu et entendu », trois mots qui reviennent invariablement au début de chaque planche. Complété par une indication de lieu, cette courte introduction permet au lecteur de se représenter le contexte global. Pour le reste, il n’y a qu’à suivre les phylactères et se laisser porter par ces orateurs de supérette.

PictoOKSurprenant, tantôt amusant tantôt atterrant, je me suis surprise à apprécier. Une bonne mise en bouche pour se lancer dans la lecture d’autres titres de Riad Sattouf…

Cette lecture n’est pas due au hasard et je la dois à deux bonnes fées qui ont veillé à ce que cet album me parvienne 🙂 Julia, Framboise, un grand merci… et qui sait, peut-être qu’un jour l’envie d’écrire une Ode à Riad me prendra-t-elle aussi 😛

La Vie Secrète des jeunes

Tome 1

Triptyque terminé

Editeur : L’Association

Collection : Ciboulette

Dessinateur / Scénariste : Riad SATTOUF

Dépôt légal : octobre 2007

160 pages, 20 euros, ISBN : 978-2-84414-253-5

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La vie secrète des jeunes, tome 1 © Riad Sattouf & L’Association – 2007

Riad Sattouf : Les Cahiers d’Esther

les-cahiers-destherRetrouver Riad-mon-amour ❤  est un bonheur FOU !

Fin janvier est sortie une nouvelle BD, Les Cahiers d’Esther, 1er tome d’une série qui semble drôlement prometteuse…

Alors de quoi ça cause : De la jeunesse d’aujourd’hui pardi ! Sujet de prédilection de Riad. Et à travers les yeux d’une exquise demoiselle Esther, il dresse le portrait de la société d’aujourd’hui. 52 histoires « vraies » délicieusement drôles, justes, tendres, authentiques, mordantes, cinglantes, décapantes, décalées, dérangeantes parfois …

Bon, pour tout vous dire, Esther je la connaissais déjà. Elle enchante depuis plus d’un an L’Obs, journal auquel mes parents sont abonnés depuis la nuit des temps (ou presque !). Même ma mère aime Esther c’est vous dire si c’est bien !

Esther a 9 ans. Elle habite dans le 17ème arrondissement de Paris, dans un appartement pas bien grand « parce qu’on est pas riches« . Elle partage sa chambre avec son frère Antoine, 14 ans et « assez con mais c’est normal c’est un garçon« . Sa mère travaille dans une banque « elle était très belle quand elle était jeune. Aujourd’hui elle est moins souple qu’avant ». Son père, prof de sport, est son amour (« Mon père il est génial. Franchement même si c’était pas mon père, je l’aimerais trop » , « J’ai beaucoup de mal à croire que c’est un garçon » ). Elle est au CM1 dans une école privée. Populaire et sympa, caustique et intelligente, optimiste et un brin cruelle, elle porte un regard sans concession sur le monde qui l’entoure….

Les mots de Riad sur France Inter (pour l’écouter (il a une si belle voix, ce serait dommage de s’en priver !) c’est Ici)

« Pendant huit ans, j’ai dessiné toutes les semaines pour Charlie Hebdo, La Vie secrète des Jeunes. C’était des jeunes qui se parlaient mal que j’avais entendus dans la rue. Au bout d’un moment, ça m’a déprimé. J’ai arrêté, j’ai quitté Charlie. Je me suis dit que j’allais continuer L’Arabe du Futur à temps plein. Mais un jour, un couple d’amis est venu dîner chez moi avec leur fille de dix ans, très volubile. Elle s’est mise à me parler de son quotidien, de sa vie, des rapports entre écoliers dans sa classe, de ce qui était cool ou pas, des gadgets qu’il fallait posséder pour être bien vu, des chanteurs en vogue. J’ai tout de suite eu envie d’en faire une BD, de lui donner la parole… J’avais envie de faire le parallèle avec ma propre jeunesse au Moyen-Orient. Et de m’intéresser au parcours différent d’une petite fille, même s’il y a beaucoup de points communs avec ce que j’avais vécu. 

J’apprécie qu’Esther ne soit pas du tout exclue, mal aimée ou à la marge, comme pouvaient l’être les personnages de mes BD précédentes. Elle a des notes plutôt correctes et des amoureux et elle est très optimiste sur la vie, très positive. Ça fait du bien de raconter des choses qui ne soient pas trop sombres. […] Je lui ai envoyé l’album. J’avais peur qu’elle me plante, mais non. Elle a beaucoup aimé. Elle m’a dit : « oui, oui, c’est tout à fait ça. Juste : Raiponce, ce n’est plus mon film préféré ! »

Riad a (en plus de TOUT le reste !) un sens de l’observation remarquable. Il connait TOUT : les codes des enfants/adolescents, leurs attitudes, leur phrasé, les coiffures à la mode, leurs désirs, leurs envies, les gros mots, leurs poses, les chanteurs à la mode (il peut même retranscrire les passages EXACTS que chantent dans la vraie vie les écoliers, dixit mon lardon ! Il est fort, mais qu’il est fort !!!)… Il peint la société et les rapports humains avec justesse et facétie… Tout en  faisant preuve d’une dureté terrible, à moins que ce ne soit nos semblables qui ne soient terriblement bêtes et méchants ? (pas nous, évidemment !)

Les Cahiers d’Esther sont d’un régal sans égal (bon, ce sont les vacances, j’ai la cervelle qui flanche !), à découvrir et à lire sans aucune modération 😉

Et pour toutafé vous convaincre de plonger dans cette BD, Mamouette Julia est venue en renfort (il faut dire aussi que la charmante hôtesse de ce Bar à BD n’a toujours pas été saisie ni chamboulée par les charmes de Riad ! C’est à ne rien y comprendre !)

Parole de mouette :

« Chambouler la charmante hôtesse du Bar à BD n’est pas une mince affaire ! Je ne suis pas une habituée de l’exercice, mais c’est au titre de fan absolue que je prends aujourd’hui le clavier pour parler de mon âme-sœur Riad Sattouf  (Merci le Bar à BD, merci Mamouette) !

Ahhh RiadChibouz pour les intimes
Son univers est si singulier qu’il faut consentir à s’y plonger tout entier (si, si!)… Couper avec l’emballement médiatique… Sortir sa casquette/humour 3e degré (règle n°1 : jamais ton humour tu ne perdras, à gorge déployée toujours tu riras) et accepter de se laisser emporter…
Riad, c’est un trait simple mais percutant, des personnages truculents extrêmement attachants et des dialogues d’une justesse implacable, ouèche… (règle n°2 : les codes de langage toutafé décalés tu accepteras,  des mots de Riad tu te délecteras) !
Esther est loin des personnages habituellement croqués par Riad, éminent spécialiste des anti-héros ! Quoique … Belle rechute avec le personnage absolument délicieux du frère-adolescent-interdit-de-coupe-de-cheveux-de-footballeur 😉
IMGP5725
Mon coup de cœur est la planche Alerte Enlèvement où une opération commando particulièrement violente (rappel de la règle n°1) s’organise dans la cour d’école.
Elle souligne le talent anthropologique de l’auteur (règle n°3 : aucune modération jamais tu n’auras dans les propos que tu tiendras, Riad entièrement tu aimeras) et révèle toute la complexité des rapports humains et notamment filles / garçons… Sujet de prédilection de Riad…
  
Notre hôtesse du Bar à BD est sans nul doute une professionnelle avertie de la relation humaine et de la communication, la sensibilité de mon âme-sœur ne devrait donc pas la laisser de marbre ! ouèche ❤ « 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et je suis ravie de partager cette lecture avec Mamouette (une 1ère mais pas la dernière, elle a un talent fou en plus d’un gout très sûr, pour Riad et les mojitos !), Jérôme-chou (lire Ici ) et Philisine (une toute 1ère aussi, et j’en suis bien ravie, pour lire c’est Ici)

Riad SATTOUF – Les cahiers d’Esther, Histoires de mes 10 ans, Allary Éditions, 2016, 16,90€