Dryades (Vande Ghinste)

Le ciel est chargé, une chape de nuages s’est installée là-haut, de gros nuages gris gorgés d’eau s’apprêtent à percer. Sitôt que les premières gouttes tombent, les rues de Bruxelles se désertent peu à peu.

Vande Ghinste © La Boîte à bulles – 2018

Yacha rentre chez elle. Elle est seule ce soir. Un livre repose sur la table de la cuisine. Pour tromper l’ennui, elle s’en saisit… et plonge dans la lecture. Elle s’y échappe. Oublie la nuit qui tombe, la pluie qui bat, la solitude. Ygor vient de lui annoncer qu’il sera de nouveau absent pour un mois. Yacha n’aime pas vivre seule. Alors elle décide de sous-louer la chambre vacante jusqu’au retour de son colocataire.

Rudica vient d’arriver à Bruxelles. Elle revient à la vie après avoir vécu en captivité. Elle était la prisonnière d’un ogre « très très loin du monde réel » … elle est parvenue à s’échapper en lui faisant boire une tisane qui l’a endormi. Et enfin, Rudica a pu s’échapper. En voyant l’annonce pour la location de la chambre, Rudica saute sur l’occasion. De cette rencontre nait une amitié entre les deux jeunes femmes. Ensemble, elles vont décider de décorer la ville en recouvrant les murs de dessins à la craie.

Cela m’a beaucoup fait penser au dessin un peu cagneux que Joanna Hellgren avait réalisé sur « Frances » . Un dessin enfantin que je trouve inesthétique mais le fait qu’il soit enrichit d’un scénario mature donne une profondeur inattendue à l’histoire. On flotte entre rêve et réalité et les deux dimensions se chevauchent en permanence. C’est troublant cette magie… cette alchimie qui se crée entre les deux femmes. Troublant également de voir à quel point elles se complètent et se nourrissent de l’une de l’autre, de leur amitié quasi fusionnelle.

Dryades – Vande Ghinste © La Boîte à bulles – 2018

Le quotidien de ces dryades des temps modernes est pourtant banal. D’ailleurs, les crayonnés renforcent ce constat. Crayon de papier, feutre noir et peut-être même quelques gris posés à l’aquarelle par-ci, quelques noirs bien accentués à l’encre de Chine par-là, il n’en faut pas plus pour donner corps à la ville, au petit appartement de ces filles et aux décors urbains peuplés de badauds. C’est pourquoi, quand la couleur surgit d’un livre, d’un dessin à la craie, ou que le vert d’une plante apporte sa note de fraicheur, on s’émerveille comme un gosse excité quand il sait que quelque chose de fantastique va arriver…

La couleur et l’ogre sont utilisés ici comme des métaphores pour parler du couple quand il toxique, des rêves que l’on étouffe au bénéfice de choix plus conventionnels… plus en adéquation avec une vie finalement très matérielle. Les deux personnages de l’histoire ont des personnalités assez stéréotypées : l’une est belle, complètement insouciante et mythomane ; la seconde est terne, banale et incapable de vivre seule. Leur rencontre sonne comme une évidence. Lorsqu’elles sont ensemble, elles s’équilibrent, elles s’épanouissent. Elles sont solaires, affrontent leurs démons et repoussent leurs peurs.

C’est un peu fou, absurde mais tellement poétique ! Ces femmes sont belles mais elles ont poussé de guingois. Et cette belle rencontre leur permet finalement de prendre en confiance en elles et d’accepter totalement leur originalité, leurs convictions. Deux sorcières des temps modernes qui naviguent dans un quotidien fantastico-réaliste.

La chronique de Bidib.

Dryades (one shot)

Editeur : La Boîte à bulles / Collection : La Clef des champs

Dessinateur & Scénariste : Tiffanie VANDE GHINSTE

Dépôt légal : mars 2018 / 88 pages / 16 euros

ISBN : 978-2-84953-307-9

Hänsel & Gretel (Le Hir)

Il fait nuit noire dans cette froide forêt où les loups rôdent. Tapie à l’orée des bois, une petite masure s’apprête à repousser les frimas de l’hiver. A l’intérieur, une famille s’apprête à passer à table. Autour de ce modeste repas qu’ils vont partager, un père, ses enfants et leur odieuse marâtre. Cette dernière n’envisageait qu’une seule solution pour faire face à la misère : abandonner les enfants dans la forêt. Le père ne s’y opposait fermement mais la femme était obstinée. Elle finit par parvenir à ses fins.

hanselEtGretel04
Hänsel & Gretel – Le Hir © Mosquito – 2013

C’est ainsi qu’Hänsel et Gretel se retrouvèrent seuls dans le grand bois. Le frère et la sœur errèrent plusieurs heures avant de tomber nez-à-nez sur un drôle de papillon bleu qu’ils décidèrent de suivre. Le papillon les guida jusqu’à une magnifique maison faite en pain d’épices

Une sombre histoire d’abandon d’enfant, de belle-mère haineuse, de petits cailloux, d’un père aimant et d’une diabolique maison en pain d’épice… (synopsis éditeur).

Alors que la première moitié de l’album nous fait évoluer dans un décor neigeux et froid, où les ombres terrifiantes de la nuit invitent les deux petits héros à se blottir l’un contre l’autre pour se rassurer, se protéger… la seconde moitié nous invite à poser les yeux sur des décors chatoyants. Le contraste entre la rigueur hivernale et la joie printanière.

Louis Le Hir adapte avec brio ce conte des frères Grimm. Bien que nous connaissions déjà l’histoire, l’auteur nous emmène sans difficultés revisiter cet univers fantastique. Le travail de Jean-Louis Le Hir à la couleur atténue la rugosité de l’univers tout en donnant moult détails quant aux sons, aux humeurs, aux températures, aux souffrances… qui entourent Hänsel et Gretel.

On dévore cet album comme si on découvrait l’histoire pour la première fois.

Hänsel & Gretel
One shot
Editions Mosquito dans la collection Lily Mosquito
Auteur (scénario & dessin) : Louis LE HIR
Planches mises en couleurs par Jean-Louis LE HIR
Dépôt légal : février 2013, 46 pages, 13 euros
ISBN : 978-2-35283-099-0