Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée (Liew)

Liew © Urban comics – 2017

Il m’est difficile de résumer cet album de façon à être compréhensible. Alors vu que cela faisait longtemps que je ne l’avais pas fait… je m’autorise un petit copier-coller. Fraichement sorti du site de l’éditeur, voici donc le pitch de « Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée » :

« Charlie Chan Hock Chye, né en 1938 à Singapour où il vit toujours, est auteur de bande dessinée depuis l’âge de 16 ans. À 70 ans passés, il revient sur ses 50 ans de carrière. Ses récits se déroulent sous nos yeux en un éblouissant éventail de genres et de styles graphiques dont l’évolution reflète à la fois celle de la bande dessinée mais aussi celle du paysage politique et social de son pays natal. Composée des extraits de publications, illustrations, croquis et peintures originales de l’artiste fictionnel, cette fausse autobiographie a permis à son véritable auteur, Sonny Liew, de questionner l’Histoire de son pays et de créer avec Charlie Chan Hock Chye l’artiste de bande dessinée dont Singapour aurait pu rêver. En imaginant cette histoire alternative de la bande dessinée singapourienne, l’auteur offre en parallèle une exemplaire leçon de bande dessinée à travers l’évolution de ses codes et de ses genres. »

Ingénieux cet album. Il nous embarque dans la vie d’un auteur de manga. On sait tout de son enfance à Singapour et de sa passion précoce pour le dessin, de son adolescence où il fait une rencontre heureuse avec Wong, qui deviendra son scénariste pour quelques années. Les compères cherchent à inventer « quelque chose de nouveau » et inventent de nouvelles histoires qui vont leur permettre de s’entraîner, de s’améliorer. Bien sûr, ils veulent percer, trouver leur lectorat, se faire remarquer. Dans un premier temps, c’est grâce à l’oncle (imprimeur) de Wong qu’ils sont édités mais le succès n’est pas au rendez-vous. Pire encore… les ventes ne décollent pas. Ils ne se découragent pas et persévèrent tout en continuant de grandir. A côté de leurs jobs alimentaires, ils se retrouvent pour faire avancer leur projet.

Le plan était de créer assez de matériel pour une maquette de magazine… un échantillon de travail éblouissant qui intéresserait les éditeurs.

Les années passent, la passion de faire de la BD demeure.

Ces personnages fictifs injectent dans leurs histoires le contexte social dans lequel ils sont nés et ont grandi. Ainsi, des réelles figures historiques côtoient les personnages fictifs. Les événements historiques nourrissent les histoires qu’ils mettent en images : la grogne des chauffeurs de bus et le mouvement étudiant de 1955, les actions syndicales et Lim Chin Siong ou bien encore les travaux qui influencent les premières histoires que le duo de personnage réalisent (Osamu Tezuka, Wally Wood…).

C’est un album absolument passionnant. En tournant les pages, on découvre des perles. A feuilleter, on pourrait croire à un recueil de travaux mais le fil narratif nous fait très vite oublier l’éclectisme des dessins. En effet, tout se fond dans un récit cohérent, des premiers crobards naïfs de Charlie Chan à des illustrations maîtrisées et réalisées à la peinture, des planches de ses « premières séries » dessinées au feutre bleu sur du papier de mauvaise qualité aux planches mettant en scène le personnage principal dans son quotidien d’aujourd’hui, de vieilles photos, quelques coupures de journaux… voilà un patchwork graphique impressionnant pour réaliser cette biographie fictive la plus documentée qu’il m’ait été donné de lire. Et c’est une sacrée aventure !

Sonny Liew a mis les petits plats dans les grands. Il crée son propre avatar que l’on voit de-ci de-là et on sent souvent sa présence – à défaut de le voir – dans l’interview fictive qu’il fait mener à son personnage de papier. Il ne juge pas mais utilise Charlie Chan pour retracer l’histoire de son pays, la colonisation anglaise puis l’arrivée des Japonais, l’utilisation des communistes puis la chasse aux sorcières, de la guerre d’indépendance… sans compter que c’est aussi l’histoire du lent développement de la bande dessinée des années 1950 on lit plusieurs histoires en unes ; à la fois chronique sociale, science-fiction, récit intimiste. Par le biais de son héros de papier, Sonny Liew scrute à la loupe l’histoire de Singapour et de la Malaisie des années 40 à aujourd’hui.

Captivant, fascinant… N’hésitez pas à le découvrir si l’occasion se présente à vous !

Et un immense merci à Jérôme pour ce somptueux présent 😉

Le rendez-vous de « La BD de la semaine » est à retrouver chez Noukette aujourd’hui !

Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée

One shot
Editeur : Urban Comics
Collection : Urban Graphic
Dessinateur / Scénariste : Sonny LIEW
Dépôt légal : janvier 2017
328 pages, 22.50 euros, ISBN : 978-2-3657-7975-3
L’ouvrage sur Bookwitty.

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée – Liew © Urban comics – 2017

L’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea (Zidrou & Park)

Zidrou – Park © Jungle – 2017

Ajatashatru Lavash, un fakir, débarque à Paris pour acheter un lit à clou. Malheureusement, le magasin Ikea où il se rend n’a pas le produit en stock et Ajatashatru Lavash doit prolonger son séjour d’une nuit. Il décide de dormir dans le magasin. Quand il entend des bruits de voix, il comprend que la place qu’il a trouvée (sous un lit) n’est pas un repaire idéal. Il se glisse alors dans une armoire afin de se dérober aux regards des employés.
Malheureusement, l’armoire fait partie des meubles qui doivent être déstockés et expédiés en Angleterre. Malgré lui, Ajatashatru Lavash se retrouve donc dans une armoire protégée à l’aide d’un élastique et chargée dans la remorque d’un camion qui s’apprête à traverser la Manche. Il serait mort asphyxié si trois migrants africains ne l’en avaient délivré. La suite des événements n’est qu’une succession d’incidents qui vont amener Ajatashatru Lavash aux quatre coins de l’Europe.

Adaptation du roman de Romain Puértolas (Editions Le Dilettante, sorti en 2013), je m’attendais à ce que le talent de Zidrou fasse rebiquer les moustaches du personnage principal mais il n’en est rien. Au grain de folie présent dans le roman de Puértolas, point d’ajout, point d’excentricité supplémentaire, bien au contraire. Si l’on excepte le contenu très condensé de l’album (48 pages) comparé au roman (256 pages), on constate vite que l’on tient en main un résumé assez décevant du périple de ce fakir roublard. Certes, on retrouve les grands thèmes du récit (la rencontre de cultures différentes, la fascination du personnage face à la présence de nouvelles technologies, les migrants, les sentiments, la célébrité…) mais rien n’est sublimé, fouillé ou agencé pour permettre au lecteur d’être pris dans le tourbillon des événements. Tout au plus, je dirais que l’avantage direct de cette adaptation peut intéresser ceux qui n’auraient pas lu le roman puisque l’album offre un résumé assez propre de l’œuvre de départ.

Le constat est identique du côté graphique. Le travail de Kyung-eun Park tasse cet univers et le rend plus grinçant qu’il n’est nécessaire. Les planches sont surchargées et à part quelques trop rares exceptions de-ci de-là, on a un gaufrier redondant de 4 bandes de 2 ou 3 cases. L’ambiance graphique n’est ni avenante ni complètement repoussante mais voilà, on ne s’y immisce pas, il n’y fait ni chaud ni froid. C’est trop neutre pour provoquer quoi que ce soit chez le lecteur.

Dommage. Je m’attendais à sourire comme j’ai souri en lisant le roman. Je m’attendais à tout sauf à ne rien ressentir. Le genre d’adaptation qui me fait fuir.

L’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

One shot
Editeur : Jungle
Dessinateur : Kyung Eun PARK
Scénariste : ZIDROU
Dépôt légal : octobre 2017
48 pages, 14.95 euros, ISBN : 978-2-822-21584-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea – Zidrou – Park © Jungle – 2017