Daybreak (Ralph)

Il semble assez jeune cet homme qui nous accueille dès la première page. Il s’adresse directement à nous, lecteur, en nous saluant et en nous invitant à le suivre. Après tout, nous n’avons nulle part où aller et nous semblons être assis là, au beau milieu de nulle part, à attendre que quelque chose se passe. Et puis il nous cueille là, juste avant que la nuit ne tombe alors oui… ce n’est peut-être pas plus mal de trouver un abri pour la nuit.

Alors on lui emboîte le pas, à l’insu de notre plein gré. On le suit dans les profondeurs de la terre puisque c’est là que semble être son repaire, là qu’il souhaite qu’on le suive.

Il nous nourrit, parle notre langue, nous sourit, nous offre son hospitalité. Puis il part, nous annonçant qu’il prend le premier tour de garde… charge à nous de nous reposer… autant que faire se peut…

Ralph © Guy Delcourt Productions - 2020
Ralph © Guy Delcourt Productions – 2020

C’est moins harassé mais tout aussi déboussolé que l’on découvrira donc ce monde à l’abandon. Est-ce un lendemain d’apocalypse ? Une tornade ? Une guerre ? qui a terrassé les environs, laissant maisons et lieux publics en ruine et à l’abandon ?

Brian Ralph installe une atmosphère anxiogène. On est comme frappé d’amnésie. On ne sait rien si ce n’est que le seul individu sur lequel on tombe parle une langue que l’on comprend. On comprend qu’il faut se terrer, se cacher… et sauver sa peau. Tantôt par-ci, parfois à ce recoin-là, des mains tentent de nous attraper. Des bras se tendent pour nous saisir et… quoi ? Que se passe-t-il si nous nous faisons prendre ?

Le dessin est un peu brouillon, comme un croquis inachevé. Pas de couleurs, juste du noir et blanc sur un papier très légèrement jauni. Aucune fioriture, pas de strass… seulement des décombres, des ruines et des friches urbaines. Des lambeaux en guise de vêtements, des plaies couvertes à la va-vite avec des bouts de tissus de fortune. Tout cela a tendance à donner une impression que l’on est face à un monde fragile, bancal, à quelque chose qui peut disparaître à la moindre étincelle. Survivre nécessite beaucoup de jugeote, un paquet de réflexe… mais dans ce monde éparpillé, où rien n’est organisé, où tout n’est qu’imprévu, cela implique aussi d’avoir de la chance.

Un monde qui meurt ? Un monde qui naît ?

Très vite, l’ambiance devient oppressante. Brian Ralph torture son univers, le construit à la hache. La peur nous accule… et ne nous laisse d’autre choix que de tourner la page pour nous rapprocher toujours plus du dénouement. Une libération en quelque sorte puisqu’il devrait nous permettre de réunir toutes les pièces du puzzle pour comprendre ce que l’on fait dans ce guêpier.

Je n’avais pas vu la série sur Netflix avant de lire cet album. Pire même, je ne connaissais même pas la série télévisée. Pour autant, après de furtives recherches sur la toile, je ne sais trop quelles pourraient être les similitudes entre ce récit et celui de la série TV…

Ici, on ne connait pas les raisons qui ont provoqué la métamorphose de cette ville. On ne sait rien du peu de personnages que l’on côtoie durant la lecture. On sait seulement qu’ils survivent comme ils peuvent… et que ce monde est hostile. Vu la manière dont le scénario se structure, il est difficile de ne pas se demander si on n’est pas en présence de personnes totalement hallucinées. Etrange moment de lecture. Si vous lisez « Daybreak » … pensez à revenir faire un petit tour par ici pour qu’on puisse échanger sur nos impressions de lecture.

Daybreak (one shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Outsider

Dessinateur & Scénariste : Brian RALPH

Dépôt légal : janvier 2020 / 160 pages / 19,99 euros

ISBN : 978-2-4130-2250-3

Infinity 8, tome 5 (Trondheim & Mourier & De Felici)

Trondheim – Mourier – De Felici © Rue de Sèvres – 2017

Elle est jeune, dynamique, a un gout prononcé pour l’humour, une bonne dose de répartie. L’agent Ann Nunurta est le cinquième agent appelé par le Capitaine du vaisseau de croisière l’Infinity 8. Capable de manipuler le temps, le Capitaine peut créer des boucles temporelles de 8 heures et, au terme de ce laps de temps, décider de laisser faire le fil des choses ou de réinitialiser la boucle et reprendre 8 heures en arrières. Il ne peut pas enclencher plus de 8 boucles successives et l’agent Ann Nunurta est missionnée pour la cinquième boucle temporelle.
Le contexte : « l’YSS Infinity a été contraint de s’arrêter. Face à lui, un obstacle de la taille du système solaire l’empêche de progresser. (…) cet obstacle gigantesque est une nécropole composée de milliers de débris en rapport avec la mort (cercueils, mausolées, …) » (extrait de ma chronique du tome 3).
Sa mission : tenter de comprendre qui est à l’origine de cet obstacle et quelles sont leurs intentions.

Lewis Trondheim supervise et mouille sa chemise sur chaque tome de la série. Il est aussi à l’origine du projet « Infinity 8 » et c’est autour de lui que s’organise les différentes équipes d’auteurs penchées sur chaque tome (Zep et Dominique Bertail pour le tome 1, Olivier Vatine qui co-scénarise et dessine le tome 2, Fabien Vehlmann et Olivier Balez sur le tome 3 et enfin pour le quatrième tome : Kris et Martin Trystram). Pour le cinquième tome, c’est Davy Mourier qui se penche sur le scénario. Pour mener à bien l’album, il fait équipe avec le dessinateur italien Lorenzo De Felici. Exit les hippies du tome précédent (que l’on verra d’ailleurs passer dans cette nouvelle histoire) et bonjour… les zombies ! Gueules puantes, viscères pendantes et maquillés à la truelle avec une bonne couche de fond de teint vert, ils sortent de partout bien décidés à croquer de la chair fraiche.

Malgré la panique qu’ils sèment dans l’intrigue, les auteurs ne perdent jamais de vue leur fil et l’histoire avance, faisant progresser à son tour l’enquête d’investigation plus large qu’a lancée le Capitaine de l’Infinity.

Pour autant ce tome est loin d’être mon préféré dans la série. Je l’ai trouvé un peu plus mou que les autres (et pourtant il ne manque pas de panache !). Les bonus de l’album sont l’occasion d’apprendre que ce tome a été le premier de la série à être scénarisé mais sans savoir à quel moment il serait placé. Il trouve finalement sa place en tant que cinquième opus de cette saga de science-fiction. Agréable, divertissant… me tarde la parution des tomes suivants. De celui-ci en revanche, je ne suis pas certaine de garder grand-chose.

Infinity 8

Tome 5 : Le jour de l’Apocalypse
Série en cours
Editeur : Rue de Sèvres
Scénaristes : Lewis TRONDHEIM & Davy MOURIER
Dessinateur : Lorenzo DE FELICI
Dépôt légal : septembre 2017
92 pages, 17 euros, ISBN : 978-2-36981-266-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Infinity 8, tome 5 – Trondheim – Mourier – De Felici © Rue de Sèvres – 2017