La Tristesse de l’éléphant (Antona & Jacqmin)

Antona – Jacqmin © Les enfants rouges – 2016
Antona – Jacqmin © Les enfants rouges – 2016

Il s’appelle Louis. Il est orphelin, potelé et, pour cette raison et parce qu’il porte des lunettes, il a toujours été le souffre-douleur de ses camarades de pension. Rien dans ce monde ne semble décidé à lui apporter de la chaleur, de l’affection, du rêve. Rien, si ce n’est ce rendez-vous annuel qu’il ne raterait pour rien au monde, lorsque le cirque Marcos s’installe.

Je ne devais mes rares moments de joie qu’à la venue du cirque Marcos dans ma ville. Le grand chapiteau me permettait de m’évader. Les numéros proposés me mettaient des étoiles dans les yeux. Une grande messe obligatoire telle une bouffée d’oxygène

Au beau milieu de la troupe, à côté de la belle dompteuse d’éléphant, Louis remarque très vite la présence d’une petite fille de son âge. Elle s’appelle Clara. Il prend l’habitude de fuguer chaque soir de l’orphelinat pour venir la rejoindre, veillant à respecter l’horaire du couvre-feu. De ces rendez-vous nocturnes, une amitié naît. Puis un jour, Clara dû partir, sa troupe de saltimbanques ayant d’autres engagements. Elle reviendra dans sept mois et d’ici là, Louis et Clara se font la promesse de s’écrire. Ce lien épistolaire est une promesse d’amour entre deux êtres qui ont trouvé l’âme sœur.

Dès le début, une accroche. Dès la première planche, on sait que ce livre va faire mouche, frapper en plein cœur, résonner plus que de raison. Dès les premières phrases, on se pose sur l’épaule du narrateur, suspendu à ses lèvres, gourmands d’entendre la confidence qu’il s’apprête à faire.

Nicolas Antona a besoin de bien peu de mots pour que l’on trouve la bonne intonation, que l’on entende la voix de son personnage. Un personnage que l’on découvre solitaire par la force des choses, complexé, triste. Enfant, il contient sa douleur sans rien laisser transparaître. Petit bourgeon atrophié qui se métamorphose grâce à la plus belle des rencontres. On découvre l’éclosion des sentiments, l’amitié puis les sentiments. Une petite flamme s’allume en lui et l’aide à supporter ce quotidien d’institution, toutes ces brimades et ces humiliations dont il est l’objet. Une main se tend vers lui, il la saisit et nous transporte. Il nous raconte sa vie et, en s’appuyant sur le son de sa voix qui s’affirme à mesure qu’il grandit, qu’il murit, on vit par procuration l’émergence et l’épanouissement de sa vie affective. Il n’est que déclaration d’amour, il n’est qu’admiration et respect pour la femme qu’il a choisi d’aimer.

Nina Jacqmin au dessin sublime la narration et lui apporte une touche poétique inespérée. Le trait est rond, les tons dominés par du gris laissent apparaître de ça de là des touches de couleurs qui nous envahissent. Bleu, rouge, rose… et la présence délicate d’un jaune poussin presque délavé qui flotte dans l’air, timide, discret mais qui impose la chaleur diffuse d’un effet sépia dans tout l’album. Au final, on a l’impression d’un charivari de couleurs entraînant, apportant de la légèreté, de la gaité… On sent le bonheur du personnage. On est connecté à ses émotions. On est frappé par les coups durs que la vie lui réserve. Touché en plein cœur. Terrassé.

PictoOKPictoOKCoup de cœur. J’ose espérer avoir trouvé les mots pour vous donner envie de lire, j’ose espérer vous avoir convaincu que cet album est pour vous… Je vous invite à la lecture, convaincue que vous ne serez pas déçus.

La chronique de Sabine.

Extraits :

« On ne faisait rien d’autre que parler, surtout elle qui était bien plus dégourdie et extravertie que moi. Je voyageais à l’écoute de ses pérégrinations. Mais plus que cela, je m’évadais dans ses yeux » (La tristesse de l’éléphant).

« La vie, c’est des étapes…
La plus douce, c’est l’amour,
La plus dure, c’est la séparation,
La plus pénible, c’est les adieux,
La plus belle, c’est les retrouvailles » (La tristesse de l’éléphant).

La Tristesse de l’éléphant

One shot
Editeur : Les Enfants rouges
Collection : Mimosa
Dessinateur : Nina JACQMIN
Scénariste : Nicolas ANTONA
Dépôt légal : janvier 2016
76 pages, 17 euros, ISBN : 978-2-35419-082-8

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La tristesse de l’éléphant – Antona – Jacqmin © Les enfants rouges – 2016

Les découvertes des autres lecteurs des « BD de la semaine » :

la-bd-de-la-semaine-150x150

Moka                                      Saxaoul                                            Nathalie

Mylène                                            Sylire                                         Leiloona

     Gambadou                              Estelle Calim                                  Blandine

     Jérôme                                      LaSardine                                Antigone

Noukette                                   Sabine                                         Jacques

           Marguerite

.

Advertisements

36 commentaires sur « La Tristesse de l’éléphant (Antona & Jacqmin) »

    1. Merci Marguerite. Et si je réponds tardivement, j’ai enregistré ta publication sitôt que je me suis connectée mercredi dernier 😉
      Contente d’avoir trouvé les mots pour te donner envie de lire l’album de Nina Jacqmin et Nicolas Antona. Tu verra… pépite ! (mais chuuut) ^^

      J'aime

  1. Tu as les mots, Mo’Chéwie, tu as TOUJOURS les mots qu’il faut ! Tu es une passeuse d’histoires d’exception ❤ Love sur toi !
    Et ce livre-là, je me le ramènerai d'Angoul^me, il nous le faut, je sens l'immense pépite et coup de cœur aussi 🙂

    J'aime

    1. Nan mais tu vas fondre ma biche, tu vas voir ça, un régal cet album ! Un vrai de vrai ! Pi on a dit que tu l’auras à Angoulême aussi, interdiction de te l’acheter avant sinon je sévis :mrgreen:

      J'aime

    1. Ils se font rares sur le blog en tout cas, j’ai bien l’impression d’en avoir de moins en moins des « coups de cœur ».
      Il devrait trouver bon accueil chez toi aussi cet album

      J'aime

  2. SUPER critique !!! Ça me donne hyper envie de le lire !!!!!!!!! Ça m’inspire 😋. Sinon j’aurais une idée de livre à lire !!! Sally Jones de Jakob Wegelius. Ce livre EST juste génial !!!!

    J'aime

    1. Je ne connaissais pas le livre auquel tu fais référence. Un petite recherche sur internet pour trouver le site de l’éditeur et hop, je regarderais 😉
      Merci !

      J'aime

  3. Alors je viens de lire ton post, puis je me suis connectée sur le site de ma médiathèque; j’ai fais une recherche…fructueuse… et le voilà réservé !! Merci Mo’ 😉

    J'aime

    1. Génial !!! Belle lecture à toi (avant de t’installer dans ce récit… peut-être mettre une petite boîte de mouchoirs pas trop loin 😉 )

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s