Quatre sœurs, tome 4 (Ferdjoukh & Baur)

Ferdjoukh – Baur © Rue de Sèvres – 2018

Voici enfin (déjà !!?) le dernier opus de l’adaptation des romans éponymes de Malika Ferdjoukh.

Cette fois, c’est au tour de Geneviève – la seconde de la fratrie – de nous accueillir. Comme à l’accoutumée, elle s’occupe des tâches ménagères.

L’été pointe le bout de son nez et c’est l’agitation dans la maison des sœurs Verdelaine. Charlie continue à travailler d’arrache-pied pour assurer le quotidien et le paiement des factures mais elle se morfond, sa rupture avec Tancrède l’attriste et elle regrette aussi le couple qu’elle formait avec Basile. Geneviève a décroché un travail d’été à la plage, elle commence dans quelques jours. Bettina part camper trois semaines avec ses copines. Hortense part chez des cousins à Paris et Enid a réussi à faire partie du voyage.

La maison Vill’Hervé se dépeuple donc pour trois semaines, le temps pour Charlie et Geneviève de s’occuper un peu d’elles…

Un dernier tome tant attendu…

Cati Baur le souligne en postface, cela faisait neuf ans qu’elle travaillait sur cette adaptation des romans de Malika Ferdjoukh. On imagine aisément à quel point les cinq sœurs Verdelaine sont entrées dans sa vie et comme il peut être difficile de refermer cette aventure.

Cette tendresse folle pour ses personnages, on la ressent pleinement dans cet album. Peut-être cela tient-il au fait que nous savons que nous tenons en mains le dernier tome de la série ? En tout cas, l’envie est réelle de profiter de cet album sans retenue, à chaque page. Ne rien rater, savourer chaque réplique, chaque respiration de ces cinq jeunes filles dont deux sont déjà presque des femmes.

Le scénario est entraînant, gai et aucun impondérable ne saurait ternir ce plaisir à partager une petite heure en leur compagnie. Les bouilles radieuses des sœurs Verdelaine, leur sens de l’humour et de la répartie, leur capacité à retomber sur leurs pieds… tout cela crée le charme de la série. Et puis même quand elles se chamaillent, on entend déjà les rires à chaque étage de la Vill’Hervé.

Les couleurs de l’été accompagnent ce tome gouleyant où l’on suit avec une attention toute particulière la douce Geneviève. On rit, on espère que leurs envies se concrétiseront, on s’étonne de leur ingéniosité.

Je crois que j’aurais été capable de suivre cette série jeunesse pendant quelques tomes encore. Car s’il est question ici du quotidien de cinq jeunes filles, il n’y a rien de superficiel, rien de suranné. Le lecteur s’intéresse à ce qu’elles vivent, il s’immisce dans cette petite famille, s’amuse parfois de les voir tour à tour si prévisibles pourtant, depuis le premier tome, on les voit changer, mûrir et s’affirmer.

Très belle série jeunesse que je recommande. Une « série-doudou » qui diffuse de la bonne humeur. Dès le premier tome, l’adaptation de Cati Baur m’a donné envie de découvrir les quatre romans de Malika Ferdjoukh et cette impression n’a fait que se confirmer de tome en tome.

Les autres tomes de la série sont également sur le blog. Je vous invite également à lire l’avis de Madame sur ce tome 4.

Quatre sœurs

Tome 4 : Geneviève
Tétralogie terminée
Editeur : Rue de Sèvres
Dessinateur : Cati BAUR
Adaptation : Cati BAUR
d’après le roman de Malika FERDJOUKH
Dépôt légal : janvier 2018
154 pages, 15 euros, ISBN : 978-2-36981-132-9

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quatre sœurs, tome 4 – Ferdjoukh – Baur © Rue de Sèvres – 2018

La Porte (Inoue)

Sôseki – Inoue © Editions Philippe Picquier – 2018

Nonaka Sôsuke et O-Yone sont mariés. Ils louent une petite maison au pied d’une falaise, dans un quartier paisible de Tokyo. Les jours coulent paisiblement. Sôsuke les vit de façon nonchalante, partagé entre l’envie de faire et celle de se laisser aller à la mélancolie. Car quelque chose est maintenant brisé dans la vie de Sôsuke. Quelque chose qui s’est passé bien après la mort de ses parents, alors qu’il avait déjà rencontré O-Yone. Quelque chose qui s’est passé après qu’il ait appris que son oncle l’avait dépouillé de son héritage et que la maladie de O-Yone se soit déclarée.

Sôsuke et O-Yone partagent ce secret et le récit est là pour nous amener progressivement à le découvrir.

Daisuke Inoue m’a tout d’abord donné l’impression d’effleurer son sujet. Pourtant, en l’effeuillant de la sorte, il en extrait toute la subtilité et fait ressortir la délicatesse. Car rappelons qu’il adapte-là un roman japonais du début du XXème siècle et que ls mœurs de l’époque étaient bien loin de celles d’aujourd’hui (déjà fort éloignées des mœurs européennes).

Ainsi, le roman éponyme de Natsume Sôseki revit sous le train fin et délicat de Daisuke Inoue. Ce dernier est ainsi passé de l’autre côté du bureau, d’assistant le voilà dorénavant assis dans le siège du mangaka.

Avec ce scénario, il prend le temps d’étudier son sujet. Les événements se déplient chronologiquement puis nous revenons en arrière et reprenons, tout aussi chronologiquement, le déroulement de l’histoire mais en y apportant quelques précisions et en s’arrêtant sur certaines périodes. Cet exercice, nous le ferons à deux reprises, nous concentrant chaque fois sur des époques différentes. Peu à peu, le puzzle prend forme et le secret se dévoile.

Daisuke Inoue nous force ainsi à contempler le sujet comme l’aurait fait Natsume Sôseki ; j’ai en mémoire « Oreiller d’herbes » [que je n’avais pas savouré à sa juste valeur à ma première lecture] où le personnage – un peintre – prenait le temps de regarder puis de saisir l’intérêt et la force d’un instant. Avec « La Porte » , Sôsuke est très vite placé dans le rôle du personnage principal, laissant son épouse légèrement en retrait. Il semble pourtant se faire le porte-parole du couple et livre peu à peu ce secret ; tous deux fléchissent sous son poids.

Sôsuke cherche donc, instinctivement, à faire face à leur culpabilité. Il remonte inlassablement ses souvenirs pour revenir à la source et le scénario suit un mouvement identique. Un cheminement individuel parfaitement mené que Daisuke Inoue accompagne d’un dessin vif et délicat.

Beau.

La Porte

– d’après le roman de Natsume Sôseki –
One shot
Editeur : Philippe Picquier
Collection : BD/Manga
Dessinateur / Scénariste : Daisuke INOUE
Traducteur : Patrick HONNORE
Dépôt légal : février 2018
224 pages, 15.50 euros, ISBN : 978-2-8097-1275-9

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Porte – Sôseki – Inoue © Editions Philippe Picquier – 2018

Voyage au centre de la Terre (Berton)

Berton © La Pastèque – 2017

Je m’appelle Otto Lidenbrock. Si vous avez déjà lu le « Voyage au centre de la Terre » de Jules Verne vous me connaissez. Vous savez que je suis un chercheur passionné et reconnu dans ma spécialité, que l’on me sollicite constamment pour mes connaissances en minéralogie et en géologie, que j’enseigne et que je suis également conservateur au musée de minéralogie de Hambourg.

Aujourd’hui est un grand jour. Avec Axel, mon neveu, nous sommes enfin parvenus à déchiffrer un vieux cryptogramme islandais sur lequel nous travaillions depuis un moment.

Je suis joie et excitation mêlées. Je me hâte pour boucler les derniers préparatifs car maintenant que nous savons par où nous pouvons entrer pour atteindre le centre de la terre.

Nous allons partir en Islande et plus précisément au Sneffels, un volcan qui s’est éteint il y a plus de 5 siècles. Selon le texte, l’un de ses cratères, le Yocul, est une voie qui permet de descendre dans les entrailles de la Terre. J’ai hâte ! D’autant que je suis certain que « si quelqu’un est parvenu à atteindre le centre de la Terre, nous y parviendrons aussi. »

Une fois arrivés sur le sol islandais, nous nous sommes affairés aux derniers préparatifs avant de prendre la route. Après dix jours d’ascension, nous sommes enfin parvenus à destination. A nos pieds, le cratère ouvrait la voie vers de nouvelles contrées souterraines.

Voyage au centre de la terre – Berton © La Pastèque – 2017

Pour tout dire, cela fait (bien trop) longtemps que j’ai lu ce roman de Jules Verne pour prétendre pouvoir faire une comparaison et juger de la fidélité de cette adaptation. J’ai pourtant l’impression que Matteo Berton est parvenu à en extraire la substance nécessaire, à aller à l’essentiel sans rien rater des conséquences que cela implique. Un mélange étonnant de ferveur et d’appréhension. Le scénariste s’étale rarement et semble même se contraindre à aller à l’essentiel, laissant le lecteur fasse à des planches qui décrivent parfaitement – tout en étant minimaliste – l’effort physique incroyable que les personnages réalisent pour mener à bien de projet fou d’atteindre le centre de la terre.

Dans un environnement hostile, privé de lumière naturelle, d’eau, de repères visuels, trois hommes ouvrent un chemin qu’aucune carte n’est capable de décrire… ce qu’aucun herbier n’est capable de contenir…

Une aventure humaine qui se passe à l’abri des regards, à des kilomètres sous terre. Matteo Berton choisit pour cela des couleurs sombres qui marquent silencieusement l’absence du soleil. La partition séquencée nous guide dans la progression de cette histoire et des découvertes qui lui sont inhérentes. Des pleines pages qui nous font marquer un temps d’arrêt au gaufrier qui invite notre œil à sauter de case en case pour que l’on reprenne la marche des explorateurs. J’ai bien aimé ce jeu graphique, cet hommage au talent d’un romancier visionnaire du 19ème siècle et dont les récits sont encore capables de nous émerveiller aujourd’hui.

Un voyage réussi. J’apprécie tout particulièrement la veine graphique utilisée par Matteo Berton quant au reste, voilà encore une adaptation qui sait donner envie de replonger dans le texte initial.

Voyage au centre de la Terre

– D’après l’œuvre de Jules Verne –
One shot
Editeur : La Pastèque
Dessinateur / Scénariste : Matteo BERTON
Traducteur : Véronique DASSAS
Dépôt légal : novembre 2017
110 pages, 21 euros, ISBN : 978-2-89777-021-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voyage au centre de la terre – Berton © La Pastèque – 2017

Homicide – Une année dans les rues de Baltimore, tome 1 (Squarzoni)

Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2016
Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2016

Baltimore. Une ville où te taux de criminalité et la délinquance battent des records.

L’année 1988 vient à peine de commencer et, en ce 18 janvier, la Brigade des homicides bute déjà sur son treizième homicide.

« En 1988, David Simon, le créateur de la série « The Wire (Sur Ecoute) », alors reporter au Baltimore Sun, a passé un an au sein de la brigade criminelle de Baltimore, une ville qui compte 240 meurtres par an. Son récit documentaire Homicide, A Year on the Killing Streets, adapté ici en plusieurs tomes par Philippe Squarzoni, raconte le quotidien des inspecteurs – très éloigné de la représentation qu’en fait Hollywood -, et dresse un tableau minutieux de la violence urbaine américaine dans les quartiers en détresse » (quatrième de couverture).

Un récit où plane comme une chape de plomb au-dessus de ce quotidien sérieux, sombre et d’une tension certaine. Aucune place pour l’insouciance et l’humour a depuis longtemps trouvé l’unique chemin de salut en tentant de percer sous une épaisse couche de cynisme. Ici, les inspecteurs sont sur le qui-vive en permanence, affairés à traquer les meurtriers. Crime passionnel, vendetta, règlement de compte… les cas de figure ne manquent pas, contrairement aux témoins qui ne sont pas légion. Des enquêteurs qui ploient sous l’ampleur de la tâche.

Le cynisme des enquêteurs est davantage façonné par le dépit et les désillusions que par les difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien professionnel. Ils exercent dans une ville où la criminalité explose toutes les statistiques, le reportage débute le 18 janvier 1988 au moment où le sergent Jay Landsman et l’inspecteur Tom Pellegrini arrive sur le lieu d’une fusillade. Il y a là un corps à identifier. Mais l’album va nous conduire auprès de chaque membre de cette brigade. Comme s’il menait une enquête policière, Philippe Squarzoni le profil de chacun de ces hommes à la fois usés et passionnés par leur travail. Tour à tour, chacun de ces hommes prendra la parole, devant ainsi le narrateur le temps d’un instant.

Comme à son habitude, Philippe Squarzoni fouille son sujet et n’omet aucun détail. En revanche, ce qui change de ses ouvrages précédents – outre le fait qu’il s’agisse ici d’une adaptation et non d’une recherche qu’il aurait entreprise – c’est le fait qu’il n’appuie pas son propos sur des métaphores graphiques. En effet, dans ses précédents reportages (« Saison brune », « Garduno en temps de paix », « Dol »…), l’auteur s’appuyait abondamment sur l’imagerie collective afin d’introduire habillement un second degré de lecture, stimulant ainsi l’esprit critique du lecteur et associant ce dernier à la réflexion menée. Ici, Squarzoni utilise ce procédé avec beaucoup de parcimonie. Il suit son sujet comme un enquêteur et montre qu’il s’est totalement approprié le contenu du reportage. Il a investi les principaux protagonistes, cerné les difficultés auxquelles ils se heurtent et qu’il parvient même à s’orienter dans le dédale des rues et des coupe-gorges de Baltimore.

Premier opus d’une série annoncée en cinq tomes, « Homicide – Une année dans les rues de Baltimore » parvient à nous faire ressentir de l’empathie pour ces hommes de l’ombre. Sur leurs épaules repose une hiérarchie en haut de laquelle repose le maire. La reconduction du mandat de ce dernier repose totalement sur les résultats des équipes de terrain. On sent la pression insidieuse qui pèse sur les épaules des enquêteurs et cette tension s’ajoute à celle venue de la rue. La population se méfie, certains les défient.

PictoOKSuperbe premier tome qui impose une ambiance dès les premières planches. Très vite, on rentre dans ce quotidien à la fois violent et surréaliste. Une série à suivre.

Plusieurs interviews de l’auteur sont partagées sur le site de l’éditeur.

Sur le même sujet mais dans un tout autre ton : « The Grocery » (inspiré de « The Wire », série d’Aurélien Ducoudray et Guillaume Singelin, chez Ankama).

D’autres albums de Philippe Squarzoni sur le blog : suivez ce lien.

Extrait :

« Corps repêchés dans le port, des crabes bleus accrochés aux mains et aux pieds. Des corps dans les caves. Dans les lits. Dans les coffres de voitures. Des corps sur des civières. Aux urgences. Avec des tubes et des cathéters. Des corps et des morceaux de corps tombés des toits, des balcons ou des grues. Des corps écrasés par de lourdes machines… asphyxiés au monoxyde de carbone… ou suspendus au plafond d’une cellule. Des petits corps dans leur berceau entourés d’animaux en peluche qui ont simplement cessé de respirer. Pour chaque corps, l’inspecteur donne ce qu’il peut se permettre de donner. Et rien de plus. Il mesure soigneusement la quantité d’énergie et d’émotion qu’il peut y consacrer. Il clôt son affaire. Puis passe à la suivante » (Homicide).

Homicide

– Une année dans les rues de Baltimore –

Tome 1 : 18 janvier – 4 février 1988

Série en cours

Editeur : Delcourt

Collection : Encrages

Dessinateur / Scénariste : Philippe SQUARZONI

d’après le documentaire de David Simon

Dépôt légal : mai 2016

128 pages, 16,50 euros, ISBN : 978-2-7560-4217-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Homicide-Une année dans les rues de Baltimore, tome 1 – Squarzoni © Guy Delcourt Productions – 2016