Jamais (Duhamel)

Duhamel © Grand Angle – 2018

Troumesnil.

Bienvenue dans ce village d’irréductibles normands.

Troumesnil où ses poissonniers s’écharpent sur le marché et critiquent la fraicheur de leurs poissons respectifs en fidèles descendants d’Ordralfabétix

Troumesnil et son maire stressé qui n’a qu’une idée en tête : parvenir à placer en maison de retraite l’une de ses administrées.

Madeleine – l’administrée en question – est veuve et qu’elle continue de vivre comme si son Jules partageait encore sa vie au quotidien. Elle vit au bord d’une falaise. Rien d’alarmant si ce n’est que le réchauffement climatique génère d’importantes dépressions climatiques ; chaque nouvelle rafale de vent fait tomber des pans de la falaise… et Marguerite est aveugle de naissance. Les rosiers de la vieille dame sont au fond du jardin… et le fond du jardin risque de bientôt atterrir plusieurs mètres plus bas.

Madeleine fait la sourde oreille aux propos alarmistes de l’élu. Elle vivante, rien ni personne ne la forcera jamais à quitter sa maison.

Il y a des albums comme ça dont on ne sait rien jusqu’à ce que l’on voie sa couverture. A ce moment-là, on se dit que c’est tout à fait le genre d’album qu’on aimerait avoir dans sa bibliothèque. Le résumé nous confirme la première impression, les quelques planches en ligne nous font saliver et la première chronique (d’autant plus quand elle est signée par Sabine) nous fait saliver. Et puis de Bruno Duhamel, je me rappelle l’excellent « Voyage d’Abel » qui m’avait émue même si le coup de cœur attendu n’était pas au rendez-vous.

Forcément, quand on peut enfin plonger dans la lecture, les attentes sont démesurées… et on sait bien que c’est risqué, que lorsqu’on attend autant d’un album on en sort souvent déçu. On ouvre pourtant avec avidité et curiosité, comme un gosse.

Jamais – Duhamel © Grand Angle – 2018

Me voilà donc plongée dans « Jamais » et quel délice de voir que l’objet et l’histoire qu’il contient vous régalent ! L’auteur nous bichonne, nous fait fondre, nous fait rire. Il y a de cet humour potache des « Vieux fourneaux » qui nous fait éclater de rire pendant la lecture, il y a ces gros clins d’œil à l’univers d’Astérix et puis il y a surtout ce petit bout de femme au caractère bien trempé et qui se sert de l’humour pour clouer le bec des rabat-joie.

L’histoire de Madeleine c’est le quotidien d’une petite dame qui ne paye pas de mine en apparence mais que l’on rêverait de rencontrer. Une vieille dame lucide qui n’est pas prête à avaler des couleuvres, une femme forte qui ne s’est jamais cachée derrière son handicap. Sa franchise fait souffler un vent de bonne humeur sur tout l’album. On envie son courage et sa force de caractère. Une femme que l’on met pourtant un moment à cerner ; en la voyant évoluer chez elle, en la voyant nier totalement l’absence de son défunt époux, en voyant son jardin qui est chaque jour grignoté de quelques mètres (la falaise s’effrite à chaque bourrasque)… tout les petits détails de sa vie qu’elle ne montre à personne et cette grande solitude font que l’on ressent beaucoup d’empathie pour ce petit bout de femme.

De l’éclat de rire à la larme à l’œil, « Jamais » est un album que je vous recommande chaudement !

La chronique de Sabine.

Jamais

One shot
Editeur : Grand Angle
Dessinateur / Scénariste : Bruno DUHAMEL
Dépôt légal : janvier 2018
62 pages, 15.90 euros, ISBN : 978-2-8189-4381-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jamais – Duhamel © Grand Angle – 2018

La Terre des Fils (Gipi)

Gipi © Futuropolis – 2017

Sur les causes et les motifs qui menèrent à la fin,
on aurait pu écrire des chapitres entiers dans les livres d’histoire.
Mais après la fin, aucun livre ne fut plus écrit

Le livre s’ouvre sur ces mots. Puis plus rien, si ce n’est ce paysage déserté de toute vie et au beau milieu duquel, un garçon, torse nu, un pantalon qui part en lambeau, tenant un bâton à la main. Il est comme désœuvré, comprend-il ce qui se passe. Il appelle mais personne ne lui répond. Des champs à perte de vue. Rien, pas âme qui vive, pas même d’écho pour répondre à son appel. Puis, à l’horizon, des oiseaux qui volent en cercle. Il s’approche, observe une scène de combat entre un homme et un chien errant. L’homme l’emportera. Cet homme, c’est son frère. Il vient de gagner leur prochain repas.

Dessin fragile, comme esquissé. Comme un brouillon épuré de toute fantaisie, ne s’arrêtant que sur les détails essentiels. Les touffes d’herbe racontent le vent. Le paysage narre le dépouillement. Les têtes de ces garçons disent tout de leur simplicité de leurs besoins vitaux réduits au minimum vital.

Ils se mettent en marche. Ils rentrent. Ils retrouvent « Lui ». « Lui » qui dicte, organise, dit ce qui est bien et ce qui ne l’est pas, ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Ce qu’il aime et ce qu’il ne veut pas. Les garçons suivent. Le respect est de mise.

Lui c’est ce père. Cet homme abrupt. Froid. Incapable de féliciter. De sa bouche ne sorte que des reproches. Des injonctions.

Des émotions bouillonnent dans les veines des deux frères. Mais ils ne savent pas que faire de cet amalgame de ressentis, ils n’ont pas les mots. Colère, frustration, cri, faim, froid. Tout cela ils l’abordent de façon assez primaire, primale, brutale. Les mots sont limités. Ils ne sont pas faits pour philosopher mais pour s’organiser et survivre.

Le dessin est croqué, comme un premier jet que l’auteur n’aurait pas retouché. Un dessin en jachère pour montrer finalement l’âpreté de ce monde. Pour montrer sa crasse. Pour dire aussi le peu de sentiments que ces individus sont capables d’avoir. Tout ce qui est fait doit permettre de répondre à deux besoins vitaux : manger et dormir.

Gipi nous ancre dans ce monde silencieux. Le paysage n’est que désolation. Le lecteur cherche quelle catastrophe a bien pu donner naissance à ce monde cruel. Les réponses arrivent au compte-goutte, nous laissant tout le temps de savourer l’étrange ambiance de ce récit.

Un récit glaçant qu’on lit avec beaucoup d’appétit.

La chronique de Fanny et celle d’Yvan.

 

La Terre des fils

One shot
Editeur : Futuropolis
Dessinateur / Scénariste : GIPI
Traduction : Hélène DAUNIOL-REMAUD
Dépôt légal : mars 2017
288 pages, 23 euros, ISBN : 978-2-7548-2252-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Terre des fils – Gipi © Futuropolis – 2017

Aquaviva, premier fascicule (Trouillard)

Trouillard © Editions de la Cerise – 2015
Trouillard © Editions de la Cerise – 2015

Demain ? Dans 10 ans ? 100 ans ?

Une guerre ou un cataclysme a changé la donne. La ville est déserte, en ruine. Dans ce paysage désolé, des chiens errants (des hyènes ?) se déchirent les restes d’un vêtement. Nul ne sait lequel d’entre eux remportera ce piteux trophée. Soudain, une pierre vient heurter l’un d’eux. Il meurt sur le coup. Au loin, deux hommes surgissent d’un monticule de gravats. Attirés par les grognements des carnivores, ils s’étaient approchés. Le cadavre de l’animal sera leur repas.

Y a-t-il d’autres hommes qui vivent dans les décombres ? Y en-a-t-il d’autres qui, comme ces deux-là, s’écharpent dans une langue qui nous est inconnue, au prétexte d’un borborygme plus haut que l’autre ? On peut le supposer, d’autant qu’un inconnu apparaît. Il gît inconscient au fond d’un baignoire qui dérive sur un cours d’eau. Le seul vêtement qu’il porte est un maillot de bain où figure l’inscription « Aquaviva ».

Immersion dans un monde post-apocalyptique. Le mystère reste entier quant à la nature de la catastrophe qui n’a laissé derrière elle que quelques survivants. Ceux-là savent-ils à quoi servaient les pneus qui s’entassent au milieu de la route ? Ont-ils connu le monde d’avant, celui-là même où l’électricité apportait à la fois chaleur et lumière, où le bruit de la circulation était le flonflon quotidien des citadins, où la vie s’organisait autour d’activités routinières comme le travail, les sorties en familles au parc, au cinéma ? Savent-ils qu’avant, dans les villes, il suffisait de faire un saut au supermarché pour répondre à l’éternelle question de savoir ce que l’on allait manger ?

Guillaume Trouillard jette ces incertitudes dans ses planches d’Aquaviva dont le premier fascicule de la série est sorti en octobre dernier. Les trois premières pages proposent un court préambule en couleurs où l’on voit un jeune homme plonger la tête dans un puits naturel puis, c’est le grand saut dans un univers en noir et blanc, aussi silencieux que l’était la baignade du jeune homme. Tout contraste entre les deux ambiances. Le vert et le bleu si reposants laissent place à des noirs et blancs qui hésitent, qui contrastent, qui se complètent autant qu’ils s’opposent. La végétation disparaît au profond du béton lézardé, de la poussière blanche et sèche, de la saleté des monceaux de détritus. Les restes d’une civilisation hyper-équipée sont devenus les reliefs d’une civilisation en devenir. Tout semble être à reconstruire… à moins que tout soit en cours de destruction ? L’homme est revenu à l’état sauvage, doit ruser pour trouver quelque pitance. La force de l’album est réelle, tant sur le fond que sur la forme.

Aquaviva, premier fascicule – Trouillard © Editions de la Cerise – 2015
Aquaviva, premier fascicule – Trouillard © Editions de la Cerise – 2015

Cet album muet laisse libre court à l’imagination du lecteur, accepte l’interprétation qu’il peut en faire, nourrit les questions qu’il peut avoir. Quant à la forme, il semble qu’ici Guillaume Trouillard ait utilisé pinceau et feutre pour illustrer ce monde. L’œil s’arrête sur les détails graphiques et remarque cet enchevêtrement de dessin, d’éléments de photographies intégrées dans les dessins, des bouts de mots et des lettres découpées dans des journaux. Autant de métaphores graphiques du monde que nous construisons aujourd’hui, de la quantité faramineuse d’objets que nous accumulons… quel héritage laisserons-nous aux générations futures ? Quel exemple donnons-nous aux plus jeunes en matière de respect de l’environnement ? En regardant dans ce puits naturel, le jeune baigneur du début a-t-il une vision cauchemardesque de ce que l’avenir nous réserve ? Voit-il les vestiges d’une civilisation qui a existé avant lui ?

Edité à 475 exemplaires, cet ouvrage est – pour ne rien gâcher – un objet magnifique. La couverture gaufrée est superbement travaillée. Dans le cadre entourant les entrelacs de feuille, une citation qui prend tout son sens sitôt que le lecteur a fait son premier pas dans l’album : « Quant aux choses de la terre, les hommes en ont la domination toute entière. Nous jouissons des campagnes et des montagnes ; les rivières et les lacs sont à nous, nous semons les blés, nous plantons les arbres, nous donnons aux terres de la fécondité par les eaux que nous y faisons venir. Nous arrêtons les rivières, nous les dressons, nous les détournons ; enfin nous nous efforçons par le travail de nos mains de faire dans la Nature comme une autre Nature » (extrait « De la Nature des Dieux » de Cicéron).

PictoOKÇa se lit vite, trop vite. Alors on recommence la lecture, on contemple les planches, on scrute les cases. Quarante-six pages pour ce premier volume d’une série qui devrait regrouper une demi-douzaine de fascicule (en vente uniquement via la boutique de l’éditeur). N’hésitez pas à vous le procurer.

Les chroniques d’Elouarn, AlyPaper et Philippe Belhache.

Une lecture que je partage à l’occasion de ce mercredi BD (les liens des participations sont regroupés chez Stephie)

la-bd-de-la-semaine-150x150

Aquaviva

Premier fascicule

Série en cours

Editeur : La Cerise

Dessinateur / Scénariste : Guillaume TROUILLARD

Dépôt légal : octobre 2015

ISBN : 978-2-918596-10-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aquaviva, premier fascicule – Trouillard © Editions de la Cerise – 2015