L’Emouvantail, tome 3 (Dillies)

Dillies © Editions de La Gouttière – 2020

Dans le bal des saisons, l’automne a chassé l’été et voilà qu’à son tour, l’hiver s’installe.

Dans sa rêverie, l’Emouvantail traverse la campagne en flottant, le nez en l’air. Après s’être émerveillé du chant des oiseaux et de leurs coloris égayant les journées estivales (tome 1), après être tombé amoureux en pleine arrière-saison (tome 2), le voilà qui se perd dans la contemplation de l’automne. Ce bal incessant des feuilles orangées qui recouvrent le sol le fascine. Et c’est en écarquillant encore les yeux qu’il découvre le blanc manteau neigeux de l’hiver. Mais des frimas de l’hiver, il ne connaît rien encore…

« Quand les anges frissonnent en secouant leurs ailes… c’est qu’il va faire très froid ! »

Derrière la couverture de ce tout petit album au format à l’italienne, la magie opère. Entrer dans cet univers c’est être transporté dans un monde de douceur, de rêverie douce. Se blottir tout contre ce bel épouvantail au visage de Pierrot lunaire, c’est voguer dans un paysage où la dureté de la vie est soumise à un filtre. Un filtre teint de poésie. Un filtre irisé d’une bienveillance ressourçante.

Notre Emouvantail découvre le monde à chaque instant. Le cycle des saisons fait partie de son apprentissage de la vie.

Une petite aventure toute douce où l’on voit l’Emouvantail saisit par le froid. Avec lui, la peur de l’inconnu et du changement ne s’attarde jamais longtemps. Beaucoup de poésie et un personnage qui déborde de tendresse. Beau !

L’Emouvantail / Tome 3 : Un, deux, Trois… Soleil !

Editeur : La Gouttière

Dessinateur & Scénariste : Renaud DILLIES

Dépôt légal : mars 2020 / 32 pages / 10,70 euros

ISBN : 978-2-35796-019-0

L’Epouvantable Peur d’Epiphanie Frayeur, tome 2 (Gauthier & Lefèvre)

Il y a quatre ans, en refermant « L’épouvantable peur d’Epiphanie Frayeur », j’étais bien loin d’imaginer que cet opus aurait une suite. Alors c’est aussi étonnée que curieuse que j’ai eu envie de plonger dans ce « Temps perdu », second tome de la Saga.

Gauthier – Lefèvre © Soleil Productions – 2020

Six mois ont passé depuis qu’elle a affronté sa plus grande peur. Epiphanie avait peur de son ombre. En acceptant de la regarder en face, elle a dépassé ses angoisses et est désormais prête à affronter la vie plus sereinement.

Mais Epiphanie reste une enfant songeuse. Elle se perd régulièrement dans ses pensées et ressent même de l’angoisse lorsque ses parents veulent organiser une fête pour son anniversaire. Elle doit inviter des amis mais… quels amis !!? Il ne faut pas plus que cette petite pointe de malaise pour que l’ombre d’Epiphanie réapparaisse. Ni une ni deux, prise d’une trop grande émotion, Epiphanie perd connaissance et se réfugie dans son monde intérieur. Elle y retrouve ses amis qui l’attendaient pour lui souhaiter son neuvième anniversaire… et lui montrer le chemin pour combattre cette nouvelle peur qui vient pointer le bout de son nez !

Epiphanie va devoir retourner en enfance pour comprendre pourquoi elle a si peur de se faire des amis.

« Les amis, ça s’apprivoise. »

Nous revoilà donc en compagnie d’Epiphanie Frayeur, une petite fille de neuf ans qui a très peur de grandir et de quitter le cocon familial. L’enfant est pourtant bien consciente qu’elle doit aller de l’avant mais trop introvertie, elle n’ose pas se confier. Secrète et solitaire, Epiphanie Frayeur va donc chercher par ses propres moyens l’origine de ses peurs. Et l’endroit le plus logique qu’elle trouve pour cela est de se réfugier en elle-même et d’y retrouver ses amis imaginaires.

Le postulat de départ de Séverine Gauthier est judicieux, d’autant plus que j’adhère assez à l’idée que nous hébergeons en nous les solutions qui permettent de résoudre les problèmes auxquels nous nous heurtons. Face à ces points de butée, certains s’en remettent à leur instinct tandis que d’autres vont intellectualiser à outrance, peser le pour et le contre et parfois, vont finir par se perdre en circonvolution… Epiphanie Frayeur fait partie de ces derniers. A force de mentaliser, l’enfant se prive de tout un tas de choses : elle n’a pas d’amis, pas de loisirs, pas de jeux de prédilection… Elle se prive de tout ce qui permet à l’enfance d’être une période douce et pétillante. La scénariste place ainsi son personnage sur son échiquier narratif et c’est une fois encore dans l’imaginaire que les clés de compréhension sont à trouver. Le courage dont sa petite héroïne fait preuve donne beaucoup d’élan au scénario. Elle bute mais ne renonce pas… sa vie en dépend. Une quête qui a pour but de parvenir à l’épanouissement personnel.

« Flotter est la raison d’être des enfants. »

L’utilisation de métaphores rendent l’ambiance très douce et poétique mais il faut être un jeune lecteur sacrément futé pour ne pas buter sur les nombreuses images verbales qui sont présentes dans la narration. Heureusement, le travail d’illustration de Clément Lefèvre vient nous prêter main forte. A l’aide de clins d’œil appuyés à différentes références de la culture populaire enfantine *…

* [la petite Alice de Lewis Carroll mais aussi des personnages de contes comme celui de Pinocchio, des références aux Animés (Astro, Gigi, Goldorak… ou des personnages de Miyazaki) mais aussi pêle-mêle : les Gremlins, le Muppet Show, Casimir… il n’est pas possible de tous les énumérer !]

L’Epouvantable Peur d’Epiphanie Frayeur, tome 2 – Gauthier – Lefèvre © Soleil Productions – 2020

… , le dessinateur crée un monde imaginaire d’une grande richesse. Le lecteur se sent en terrain familier et peut ainsi se laisser porter sereinement par le récit. On s’égare dans les illustrations par moments, on se régale de laisser notre œil fureter dans les visuels car ici, prendre le temps de contempler certaines cases, c’est aussi voyager dans le terrain connu de notre propre enfance.

Séverine Gauthier parvient parfaitement à transmettre l’idée que grandir, c’est parvenir à dépasser certaines étapes. Un tome beaucoup plus alerte que le précédent. Un régal d’album jeunesse !

L’Epouvantable Peur d’Epiphanie Frayeur

Tome 2 : Le Temps perdu

Editeur : Soleil / Collection : Métamorphose

Dessinateur : Clément LEFEVRE / Scénariste : Séverine GAUTHIER

Dépôt légal : octobre 2020 / 80 pages / 18,95 euros

ISBN : 97823020897304

Le Silence est d’ombre (Clément & Sanoe)

Clément – Sanoe © Guy Delcourt Productions – 2020

Amun est un garçonnet timide. Il traverse sa vie comme une ombre, osant à peine élever la voix. La journée, il suit attentivement les cours puis une fois la classe terminée, il s’attèle méticuleusement aux tâches de l’orphelinat qui lui sont confiées. Durant les repas et les moments de temps libre, Amun préfère rester seul. Il n’a pas d’amis. Et le soir, quand toutes les lumières sont éteintes dans le dortoir, Amun met du temps à s’endormir puis sombre dans un profond sommeil.

Une nuit, un incendie se déclare dans les cuisines. En un rien de temps, il se propage au reste du bâtiment. Surpris par l’intensité des flammes, l’évacuation se fait dans la précipitation. Tout le monde est pris en charge… sauf Amun qui dort à poings fermés. Amun décède dans l’incendie. Il devient un fantôme, erre de terre en terre, de ville en ville et savoure cette solitude inespérée. Dans cette transition entre sa vie passée et sa vie future, Amun va savourer cette solitude inespérée jusqu’à sa rencontre avec Yaël.

La Collection des « Contes des Cœurs perdus » est assez récente dans le catalogue Delcourt. Créée en 2020 à l’occasion de la sortie de « Jeannot », cette collection regroupe les récits de Loïc Clément. « Le Silence est d’ombre » vient se glisser aux côtés des autres ouvrages du scénariste et on repère au détour de certaines cases des clins d’œil chaleureux adressés à « Chaussette », « Chaque jour Dracula » [lu mais non chroniqué] ou encore « Le Voleur de Souhaits ». Est-ce une démarche volontaire de Loïc Clément de faire d’Amun, son petit héros fantôme, une sorte de fil conducteur en ses autres récits ou une initiative de Sanoe qui dessine pour la première fois sur un scénario de Loïc Clément ?

J’ai réellement apprécié le fait de retrouver le trait délicat qui m’avait fait voyager sur « La Grande Ourse ». Le trait de Sanoe compose parfaitement avec le monde silencieux de ce petit fantôme. L’autrice exploite la couleur de telle façon que visuellement, on a l’impression qu’une explosion colorée vient inonder nos pupilles alors qu’en premier plan, c’est tout de même un personnage profondément triste et sans réelle attirance pour la vie et pour ses pairs qui porte le récit…. et les couleurs de l’album portent le lecteur. Ce sont elles qui nous invitent à poursuivre, à tourner les pages, à poser les yeux sur ces planches magnifiques remplies de décors très détaillés, réalistes, presque vivants au point que l’on puisse y entendre les bruits de la ville ou les gazouillements des oiseaux.

« Après la vie, il y a la mort, et avant une nouvelle vie, il existe un entre-deux que l’on appelle le « monde sombre »… Ceux qui habitent ce monde lié au nôtre conservent leur apparence mais ne sont plus que des coquilles vides… »

J’ai eu plus de mal avec la partie écrite de l’histoire… Le temps de la lecture du moins. Le récit développe l’idée que l’âme d’un individu continue à exister alors qu’il est physiquement mort. La réincarnation survient plus ou moins longtemps après, lorsque l’âme est prête à expérimenter un nouveau cycle de vie. Sur ce postulat de fond, je n’ai rien à redire. Le ton narratif en revanche est fort sombre – pour ne pas dire mélancolique -… un choix assez surprenant pour un album jeunesse. D’autres ouvrages ont pourtant montré qu’il était possible de parler de mort, de deuil, d’absence ou de mal de vivre avec un jeune lectorat sans surfer sur un excès de pathos ; je pense pêle-mêle à « Passe-Passe » (le deuil d’un proche), à « Chaussette » – où Loïc Clément avait si justement abordé la question du deuil et de la séparation -, à « Garance », à « Nora » ou bien encore « Louis parmi les spectres » qui se penche sur la solitude enfantine.

Ici en revanche, j’ai trouvé que le scénariste avec eu un peu la main lourde sur le sérieux de l’affaire. Ça plombe le moral. La première lecture est dérangeante car l’ambiance du « Silence est d’ombre » est lourde. Un peu trop lourde. On navigue à vue et cela déroute. On accuse le coup : la présence d’un orphelin en manque d’amour et en manque d’amis, un garçonnet que la mort libère d’une vie remplie d’une tristesse infinie. Cela déboussole. En poussant la chansonnette assez loin, on pourrait facilement penser qu’Amun a préféré mourir dans les flammes plutôt que de faire appel à un instinct de survie qui est presque inexistant chez lui. Un suicide déguisé ? Vient ensuite l’éloge de la solitude et d’une vie sans attaches (affectives, amicales…) ; le fait que le personnage trouve-là une opportunité pour s’épanouir laisse un peu pantois… Et si l’ambiance des quatre dernières pages effectue un virage radical comparé au reste de l’album… je suis restée un peu interdite face à cet album. L’histoire de quelques jours. Histoire de la digérer. L’effet saisissant de la première lecture disparaît, la seconde lecture sera plus leste et l’optimisme du dénouement diffusera plus généreusement ses effluves.

Eviter peut-être de découvrir ce titre en présence de votre enfant. Lisez, digérez (c’est savoureux finalement 😉 )… et proposez ensuite à votre jeune lecteur de faire cette lecture pour être plus vaillant dans la manière dont vous pourrez ensuite accueillir ses questions et/ ou ses impressions de lecture.

Pour le reste, les commentaires sont ouverts pour parler de ce titre. Que vous ayez accueilli ce titre de la même manière que moi ou différemment, je suis preneuse de tout échange qui passerait par ici !!

Le Silence est d’ombre (One shot)

Editeur : Delcourt / Collection : Les Contes des Cœurs perdus

Dessinateur : SANOE / Scénariste : Loïc CLEMENT

Dépôt légal : octobre 2020 / 40 pages / 10,95 euros

ISBN : 9782413019718

Sous les arbres, tome 2 (Dav)

Nous voilà de nouveau invités dans les sous-bois de « Sous les arbres » !

Dav © Editions de La Gouttière – 2020

L’automne a laissé place à l’hiver. Il fait froid, la neige s’est installée et recouvre tout de son manteau neigeux. Le grognon Monsieur Grumpf [du tome 1] n’est pas loin mais nous allons cette fois tenir compagnie à un renard aussi fier que maladroit.

C’est en se promenant non loin de chez lui qu’il tombe nez-à-nez avec une jolie renarde qui lui tape dans l’œil au premier regard. Mais qu’il est difficile de faire bonne impression à cette belle dame quand on est aussi gauche !

Mazette ! Voilà un petit livre qui se dévore à la vitesse de l’éclair. On est si bien dans cet univers anthropomorphe qu’on s’y trouve bien vite une place. Une fois installés, il n’y a plus qu’à observer, écouter et se régaler. Dav aborde avec aisance tout ce qui fait le sel d’une rencontre amoureuse. Un peu d’émotions, un petit frisson agréable qui parcourt l’échine, les yeux qui pétillent et… Tout irait bien si notre personnage n’était pas terriblement maladroit ! Alors il bougonne, s’agace, se fustige d’être aussi empêtré.

Très chouette récit à destination des petits lecteurs (à partir de 4 ans). Parfait album qui sert de support intermédiaire pour rigoler, parler du manque de confiance en soi et des sentiments « différents » que l’on peut parfois avoir pour certaines personnes.

Sous les arbres / Tome 2 : Le Frisson de l’hiver

Editeur : Editions de la Gouttière

Dessinateur & Scénariste : DAV

Dépôt légal : septembre 2020 / 32 pages /10,70 euros

ISBN : 978-2-35796-034-3

Philippine Lomar, tome 5 (Zay & Blondin)

Zay – Blondin © Editions de La Gouttière – 2020

Le harcèlement, le racket, la manipulation, la pollution industrielle, les violences conjugales… autant de thèmes d’actualité qui ont fait monter l’adrénaline dans les quatre tomes précédents. En ciblant le lectorat des pré-adolescents, « Philippine Lomar » n’omet pas non plus de parler du quotidien, de son lot de bonnes choses et de soucis : l’amitié, la famille, le handicap, les sentiments, les complexes, le sport, la peur…

Pour ce cinquième tome, la série s’intéresse cette fois aux migrants en situation irrégulière. Tout commence dans le train qui ramène Philippine chez elle. Elle y fait la connaissance de Tobi, une gamine qui se cache au moment du contrôle des billets. Tobi est arrivée du Cameroun le mois dernier avec son frère mais depuis quelques jours, ce derniers a disparu. Alors Tobi le cherche ; elle sait seulement qu’il est allé à Amiens pour retrouver leur oncle. Très vite, Philippine identifie un réseau de rabatteurs. De fil en aiguille, l’enquête va mener Philippine dans un atelier de travail clandestin.

Je n’ai plus besoin de vous présenter Philippine vu que j’y ai déjà consacré trois articles. L’adolescente rouquine s’est fait sa place dans le paysage de la bande-dessinée jeunesse et elle surfe sur un créneau peu exploité auprès des jeunes : le polar. Un peu à la manière de « Blacksad », l’univers de Philippine s’enrichit de tome en tome, les liens et la complicité se renforcent avec son entourage amical pour autant, un lecteur peut tout à fait débarquer dans ce tome sans avoir lu les précédents : il ne sera pas perdu. Dominique Zay veille à construire des intrigues qui s’ouvrent et se concluent en un tome. Chaque parution est donc l’occasion d’avoir un récit complet… et pour ceux qui suivent la série, c’est la certitude que des petites pierres supplémentaires vont venir consolider l’édifice narratif et nous apporter des détails sur les personnages (de Philippine qui n’est jamais la dernière pour se remettre en question malgré son caractère bien trempé mais aussi des personnages secondaires qui, à chaque tome, prennent davantage de consistance).

Au dessin, Greg Blondin injecte une grosse louche de bonne humeur et de peps dans son trait… bien aidé en cela par la mise en couleurs de Dawid. Le dessin est fluide, dynamique. Il sait offrir le meilleur point de vue [d’une scène] au regard du lecteur. Je me régale de suivre ces personnages au look plutôt décontracté, naturel. Quelques effets « manga » viennent accentuer les expressions et la gestuelle et cela permet de jouer avec l’effet comique pour dédramatiser la tension, le suspense et surtout, la gravité des sujets abordés.

Je continue à bien apprécier cette série qui ne s’essouffle pas le moins du monde. En fin d’album, un petit cahier graphique vient jouer le rôle de cliffhanger pour annoncer que les auteurs planchent déjà sur le prochain tome. Cette fois, il était question de travailleurs immigrés que l’on exploite dans des ateliers clandestins. Il n’y a rien qui soit cousu de fil blanc dans ce scénario. Pour autant, le sujet n’est pas banalisé. « Philippine Lomar » c’est réellement une bonne recette : une héroïne futée et attachante, un petit réseau d’amis atypiques, des questions épineuses qui font l’actualité et une manière frontale de les aborder mais l’écueil du pathos et de la dramatisation est évité. Du coup, le jeune lecteur n’est pas tenté de mettre trop rapidement une étiquette sur une situation (une problématique)… La série peut-être un très bon support intermédiaire : elle donne à l’enfant des cartes en main pour se sensibiliser au sujet et pouvoir (éventuellement) en parler avec un adulte.

De l’humour, de l’action, du suspense… un concept accrocheur. Encore une fois, un album de la série qui fait mouche !

Philippine Lomar

Tome 5 : Un vilain, des faux

Editeur : Editions de La Gouttière

Dessinateur : Greg BLONDIN / Scénariste : Dominique ZAY

Dépôt légal : août 2020 / 56 pages / 12,70 euros

ISBN : 972-2-35796-017-6

Mes premiers 68 – Deux romans à découvrir !

Aujourd’hui, avec mon lardon de 16 ans, on vous propose en partage deux romans découverts grâce aux 68 premières fois et qui nous ont bien plu. On espère qu’il en sera de même pour vous !

Mes 68 premières (jeunesse)

Le blog des 68 (avec toute la sélection des premiers romans à destination de la jeunesse comme des adultes d’ailleurs) est à retrouver ici : https://68premieresfois.wordpress.com/

Martins © Gallimard – 2019

Ceux qui ne peuvent pas mourir [1. La bête de Porte-vent] de Karine MARTINS (Billet de Pierre)

La bête de Porte-vent est le premier volet de la série Ceux qui ne peuvent pas mourir. Dans ce premier tome, on retrouve Gabriel, un immortel lié à une organisation qui a pour but de traquer les Egarés qui sont des « monstres » comme des vampires ou bien des loups-garous. Cette organisation se nomme la Sainte-Vehme. Dans ce tome, il est avec Rose, une fille qu’il a récupéré au cours d’une mission et qu’il ne veut plus laisser. Ils vont devoir élucider une série de meurtres étranges dans un petit village du Finistère et on peut dire que cette aventure sera autant surprenante que prenante !

J’ai bien aimé le roman. L’univers est nouveau et très bien imaginé, ce qui rend la lecture intéressante et pas répétitive contrairement à certains romans. Il n’est pas très long et se lit plutôt facilement. Une fois qu’on commence, on ne peut plus s’arrêter car on ne veut surtout pas perdre le fil de l’histoire. Et j’avais envie de savoir ce qui allait arriver à Gabriel et Rose !

Extraits

« Depuis qu’elle était au service de Gabriel Voltz, Rose avait appris une leçon essentielle : sortir seule la nuit dans Paris était la plus mauvaise idée qui soit. »

« Gabriel eut peur. Il avait beau être un vétéran de la chasse aux Egarés, c’était différent cette fois. Lors de ses précédentes chasses, il était mieux armé et avait toujours une faille à exploiter chez son ennemi. Mais là, rien. Il ne savait pas comment vaincre la bête. Et il n’était pas complètement présent : son esprit était obnubilé par la jeune femme retranchée dans le caveau, par la gamine qui resterait seule s’il venait à disparaître, par Grégoire à qui il laisserait un fardeau peut-être trop lourd à porter. »

Ceux qui ne peuvent pas mourir [1. La bête de Porte-vent] de Karine MARTINS, Gallimard Jeunesse, 2019

Bulle © L’Ecole des Loisirs – 2020

Les Fantômes d’Issa d’Estelle-Sarah Bulle (billet de la vieille mère)

« Les cauchemars sont encore revenus. Ça fait quatre ans maintenant que j’en ai presque toutes les nuits. Peut-être que ce journal va me soulager. Peut-être qu’écrire la grosse bêtise que j’ai faite la fera diminuer un peu dans ma tête. Maintenant que j’ai douze ans, je pense que je peux revenir en arrière, et tout écrire, je suis assez bonne en français. Mais c’est difficile de commencer. Par où débuter : au moment où j’ai commis cette erreur fatale, quand j’avais à peine huit ans ? Avant ? Avant, c’est mieux. Comme ça, ce sera clair. En écrivant, ce qui est arrivé deviendra juste une histoire, avec un sens et, je l’espère, une fin. »

Je ne sais pas bien pourquoi mais j’ai lu cette histoire le cœur un peu serré. J’ai eu peur, peur oui, du secret d’Issa, de ses fantômes, de son « erreur fatale ». J’ai été émue par Issa et sa lutte silencieuse.

Ce premier roman raconte donc l’histoire d’une jeune fille prénommée Issa. Elle est alors âgée de douze ans quand elle prend en charge le récit et qu’elle décide de revenir sur les évènements qui la hantent. Il faut vivre et pour cela il est temps pour elle de se libérer de ses secrets.

Ce roman dit la nécessité de la parole en partage pour grandir, pour dépasser sa culpabilité et affronter ses peurs. Il dit aussi la puissance de l’amitié comme de la lecture (ici des mangas) qui peut permettre des grandes choses ! C’est un beau roman, lumineux malgré mon cœur serré, à l’écriture légère et simple, alerte et très agréable. Un roman dévoré !

Merci aux 68 premières fois pour cette lecture bien émouvante…

Les Fantômes d’Issa d’Estelle-Sarah Bulle, L’école des loisirs, 2020