Codine (Baujard & Géliot)

Baujard – Géliot © La Boîte à bulles – 2018

Adrien a 8 ans lorsqu’il emménage à la Comorofca – dans la ville de Braïla (Roumanie) – le quartier le plus pauvre de la ville et réputé pour sa dangerosité.

Mon enfant ! Nous voilà descendus un rang plus bas. Voici la Comorofca, le quartier le plus mal famé de la banlieue. J’économiserai 2 leï roumains par mois sur le loyer. 24 leï en un an, le prix d’un vêtement pour toi.

Bien qu’il soit impressionné par ce coin de la ville laissé presque à l’abandon, bien qu’il garde ses distances avec les gamins qui traînent dans la rue à toute heure de la journée, Adrien s’aventure dans son quartier. Il rencontre ainsi Codine, un ancien taulard incarcéré pour meurtre. Une amitié entre l’homme et l’enfant va les aider tous deux à (re)prendre confiance en l’humanité.

Une société pauvre, cynique…

Graphiquement, j’avais préféré le travail de Simon Géliot sur « Benigno, Mémoires d’un guérillero du Che » où son dessin en noir et blanc vibrait davantage. Ici, l’apport de la couleur m’a semblé être là pour renforcer l’environnement cruel de ces gens pauvres. La couleur vient figer les expressions des individus et donner à leurs visages et attitudes corporelles un aspect cireux. Je n’apprécie pas particulièrement car j’ai eu l’impression parfois de manquer d’air malgré la quantité de planches où l’action se déroule en extérieur. Des teintes poussiéreuses et boueuses dominent alors que l’amitié entre l’homme et l’enfant est une vraie bouffée d’air pour eux comme pour nous.

Quand l’enfant apprend à grandir, l’adulte redécouvre qu’il peut encore être traité avec considération et respect. C’est évidemment autour de ce duo improbable que le scénario se construit. Le travail d’adaptation réalisé par Jacques Baujard nous permet d’investir complètement les personnages et de croire en cette amitié pourtant peu commune entre un homme d’âge mûr que la vie a malmené et un enfant plutôt naïf qui découvre la vie au travers de cette amitié. Outre le fait que la complicité qu’ils ont se moque de la différence d’âge qu’il y a entre eux, l’enfant y trouve aussi une figure paternelle à laquelle se raccrocher.

J’ai lu cet album avec curiosité car malgré les apparences, la fraicheur de cette histoire – où rien n’est cousu de fil blanc – attise l’intérêt qu’on porte aux deux personnages.

Codine

– d’après la nouvelle de Panaït Istrati –
One shot
Editeur : La Boîte à bulles
Collection : Hors Champ
Dessinateur : Simon GELIOT
Scénariste : Jacques BAUJARD
Dépôt légal : mai 2018
96 pages, 18 euros, ISBN : 978-2-84953-308-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Codine – Baujard – Géliot © La Boîte à bulles – 2018

La Fille du van – Ludovic NINET

6832-Couv-La-Fille-du-van1ere-Cfilet-1

C’est un très beau premier roman, je le dis de suite ! Un roman qui n’est pas prêt de me quitter…. Surtout lui : Pierre, un des personnages. Pas celui qui est au centre du récit d’ailleurs mais qui m’a touché immensément et dont l’auteur raconte, dans sa note de fin d’ouvrage ceci :

« Le personnage de Pierre est librement inspiré de Pierre Quinon, premier champion olympique français de saut à la perche, le 8 août 1984 à Los Angeles, disparu parce qu’il l’avait décidé, le 18 août 2011. J’aurais beaucoup aimé le connaitre. »

Quatre personnages habitent ce premier roman. Quatre abîmés mais formidables d’humanités.

Au centre, il y a Sonja. Jeune femme saccagée, « victime de stress post traumatique », en errance et en douleur. Femme sublime en sursis. En survie.  Qui résiste malgré tout. Malgré elle.

Arrivée sur les bords de l’étang de Thau. Dans l’Hérault. Dans le Sud de la France. Elle attend.

« Quoi, exactement ? D’être reprise demain par la même urgence de trouver à manger, c’est devenu le sens de son existence. L’instinct de survie, rien d’autre. Le règne animal –quelle misère. Ses yeux pleurent, en réponse à l’eau qui dégouline sans fin sur le pare-brise. Elle ne leur à rien demander.

Cette cavale a commencé un jour. Le pécule a fondu. Elle ne sait plus pourquoi elle tient. Elle croyait s’éloigner de son passé, ses pas l’ont ramenée sur les berges de son enfance. »

Au bout de sa route, au milieu de nulle part, elle rencontre Sabine, Pierre et Abbes. De ces rencontres, va naître l’espoir peut-être. La solidarité surtout. Et la vie…

J’ai tellement aimé m’approcher de ces personnages, de leurs espoirs et de leurs douleurs, de leurs histoires, de leurs rêves, de leurs secrets. De leurs failles. Béantes. Immenses…

Et ça dit les destins brisés, les vies pleines de bosses, les fragilités, les désirs tout de même, la culpabilité qui dévore tout, les béances et les traumatismes, les élans irraisonnés, les cœurs vulnérables, les solitudes qui demeurent, les tourments, les rages et les luttes, l’amitié qui sauve peut-être, les morts lentes, les larmes et les désespoirs, l’espoir qui subsiste. Malgré les êtres. Malgré la vie qui abîme tant.

L’écriture de Ludovic Ninet est simple, efficace et incisive. Juste. Crue. Lumineuse. Elle nous happe et nous recrache, la dernière page avalée, sonnés. Touchés en plein cœur.

 

Merci les 68 pour cette nouvelle découverte, pour ce si beau moment de lecture ❤

 

Premiers mots

« Les mains dans les poulets, les yeux sur la vie. Et les mains moites.

Pierre s’essuie sur son tablier et tente de revenir à la cliente qui en a commandé deux, bien dorés, mais ses yeux sont aimantés par cette chevelure rousse qui flambe sous la bruine, au milieu des voitures, cette fille une pancarte pendue au cou, qui mendie et qui peste, en treillis et rangers, une punk, une paumée ? Un animal nocturne en plein jour, angoissé et sans repères. Pourquoi la regardes-tu avec autant d’insistance, Pierre ?

Elle est jeune. Elle invective les passants qui l’ignorent.

Le pas hésitant entre les chariots pleins qui sortent du supermarché. Elle est peut-être ivre. Droguée. Ou juste fragile.

Elle est belle. Pas grande, mais bien campée sur ses jambes, elle illumine ce début d’été si gris. Rousse carotte. L’air triste, c’est vrai. Comme morte, un peu. Belle gueule mais gueule cassée.

Elle se débat. »

 

Extrait

 

« Il en siffle, le regard sur l’horizon, là où mer et ciel, à cette heure tardive, commencent à se confondre, et sa parole, soudain, s’éteint. Il pense, et ça le glace, cet abandon est inutile. Il faut trouver un autre moyen de court-circuiter les souvenirs. Il a essayé, lui, maintes fois de se construire un nouvel imaginaire, je tire un trait, je suis un homme neuf, je débute une nouvelle vie, de Paris à Bordeaux, puis à nouveau Paris, par intermittence, et puis Sète, les perches enfin rangées. Pour retrouver un futur. Mais le passé colle. Le passé poursuit. Le cerveau vous domine, sournois, il impose ses questions, c’est-à-dire qu’il veut, donc on veut sans cesse retourner en arrière pour comparer, c’est mécanique. Usant, puis invivable. Qui étais-je, qui suis-je devenu, on pèse et le gagnant est ? Pourtant, les repères ont changé. Ils devraient avoir changé, je suis heureux comme ça, n’est-ce-pas ? Si, pourquoi douter, je le suis. Mais au fond peut-être pas – et l’incertitude tue à petit feu. »

 

117373125_o

La Fille du train fait parti de la sélection des 68 premières fois, édition 2017. Pour retrouver toute la sélection, les  chroniques de cette année et des éditions passées ainsi que les diverses opérations menées (t’as vu Sabine, j’ai repris un peu tes mots et je crois que je vais continuer tout au long de cette si belle aventure !), allez faire un tour sur ce blog formidable qui donne sacrément envie de dévorer des premiers romans !

 

La Fille du van de Ludovic NINET, Serge Safran éditeur, 2017.

Désintégration (Angotti & Recht)

Angotti – Recht © Guy Delcourt Productions – 2017

En septembre 2012, Matthieu Angotti entre à Matignon en qualité de conseiller technique du Premier Ministre Jean-Marc Ayrault.
Sa première mission est de mener à bien et de coordonner le projet de refonte du plan national contre la pauvreté. Son instant de gloire, il le connaît en décembre 2013 lorsque le plan de lutte contre la pauvreté est annoncé. L’aboutissement d’une année de travail.
L’état de grâce est éphémère car très vite, un second dossier lui est confié. Il s’en saisit non sans quelques appréhensions. Tout part du Rapport Tuot. En rédigeant la note de synthèse pour le Premier Ministre, une évidence apparaît : c’est un serpent de mer. Une refondation de la politique d’intégration est nécessaire. Le Premier Ministre leur donne carte blanche. Pourtant, Matthieu Angotti est moins à l’aise avec ce sujet dans lequel flirtent deux notions très proches : intégration et immigration. Pour cet ancien intervenant du secteur associatif, le terrain est glissant. Il sait d’entrée de jeu qu’il aura moins d’appuis d’autant que la question de l’intégration dépasse largement son domaine de compétences. Le principe des groupes de travail ayant fonctionné pour le plan pauvreté, Matthieu Angotti propose une nouvelle fois cette méthodologie.
Les groupes sont assez productifs. Matthieu Angotti est d’autant plus confiant que l’ensemble des ministères se sont mobilisés. Mais le 13 décembre 2013, un article polémique du Figaro met le feu aux poudres. La situation échappe à tout contrôle, les médias entrent dans la danse et le bal des politiques entretient la controverse. Les jours de Jean-Marc Ayrault à Matignon sont comptés… tout comme ceux de Matthieu Angotti.

Comme annoncé dans le titre de cet album, c’est un journal de bord que nous propose Matthieu Angotti. Il relate les événements qui ont marqué son mandat de conseiller à Matignon (septembre 2012 à mars 2014). Un témoignage intéressant pourtant je ne peux m’empêcher de penser que l’objectif premier du scénariste est de se dédouaner…

… Se dédouaner de l’échec cuisant qu’il a essuyé et s’excuser de ne pas être parvenu à mener à bien une réforme ? Résultat : il tente de clarifier – une fois encore – ce que les médias ont interprété, il explique l’état d’esprit dans lequel il était ainsi que sa démarche. J’étais sceptique quant à cet album mais curieuse « d’entendre » ce que l’auteur a à dire. Après tout, pourquoi écarter la possibilité de changer un peu notre regard sur ce panier de crabes politique ?

Force est de constater que l’ambiance graphique aide le lecteur à entrer dans l’album. Robin Recht se fond dans le décor. Le dessinateur s’efface et livre un travail d’une propreté extrême et d’une lisibilité irréprochable. La petite fantaisie vient de la couleur. Deux bichromies sont utilisées, l’une en jaune et blanc pour les moments officieux (la famille, les amis, les loisirs) et l’autre grise et blanche pour la sphère professionnelle (temps de réunion, de rédaction, de concertations…). Ces atmosphères vont finir par se confondre par moments, à mesure que la pression monte. Le narrateur est en difficulté pour cloisonner les choses ; son espace professionnel empiète sur la sphère familiale, il rumine sans cesse ses réflexions. C’est la seule fantaisie graphique que Robin Recht s’autorise. Pour le reste, le travail d’illustration est assez linéaire, il n’y a aucune prise de risque. Le dessinateur ne lâche pas sa trame : trois lignes de trois cases pour organiser les planches… comme si tout devait en permanence être bien rangé.

Passons au scénario. Il m’a fallu du temps pour m’installer dans l’écoute de ce récit. Sceptique avant même de démarrer la lecture, je ne suis jamais parvenue à écarter cet apriori. Pourquoi ? Car devant l’ampleur du problème à régler, il n’a pourtant pas à se justifier. Quel gouvernement (de France ou d’ailleurs) est en mesure de dire qu’il est parvenu à solutionner ce problème ?

Le premier contact avec cet homme est plutôt sympathique (la preuve en images avec cette interview de Matthieu Angotti). On arrive au moment où l’équipe gouvernementale fête l’aboutissement de plus d’un an de travail. Il est heureux, fier, satisfait et soulagé. C’est de bon augure. Mais le personnage a ses incohérences. Il explique rapidement être issu du secteur associatif. Son arrivée à Matignon l’a contraint à changer de look vestimentaire ; le sweat à capuche est remisé, le complet-cravate est désormais de mise. Quelques pages plus loin, on apprend que cet ancien intervenant associatif est passé par H.E.C… j’en connais assez peu qui ont ce pedigree… Aucun à vrai dire. Alors je fais une recherche internet et j’apprends qu’il était assez loin du terrain finalement ; il a occupé un poste de responsable du département de recherche du CREDOC avant d’être directeur de la FNARS. Je vois mal le sweat à capuche sur les épaules de celui qui est à même d’exercer ces fonctions. Ce qui est certain, c’est qu’il n’a pas la même vision que moi de l’intervenant associatif. Puis vient le reste. Son plaisir non dissimulé à évoluer dans les coulisses du pouvoir et à en goûter les avantages (luxe, confort de travail…). A plusieurs reprises, il témoigne également du confort procuré par son environnement professionnel : une bulle de bien-être malgré le stress. Cela me dérange, ce confort, cette sérénité, ce plaisir à travailler ensemble, à malaxer la « chose sociale », à la théoriser… loin des citoyens, loin de la rue… à ne pas côtoyer la réalité, à la fantasmer, s’en faire une idée, trouver un « angle d’attaque » pour la penser.

Pourtant, on ne peut nier son engagement. Il a tenté de trouver des solutions pour résorber la problématique de la pauvreté, il connait son sujet aussi bien que les acteurs de terrain. C’est avec appréhension qu’il s’attèle au dossier de l’intégration. Un homme dynamique, conscient de ses limites aussi bien que de ses capacités. Il évoque à plusieurs reprises les freins qu’il rencontre, à commencer par les rivalités mesquines entre les ministères. Le gouvernement et ses failles, ces individus qui tirent la couverture à eux, dénoncent les discours polémiques des médias puis, l’instant d’après, alimentent la controverse. Cette image de la bulle dorée de Matignon m’a mise mal à l’aise.

« Désintégration ». J’aime beaucoup le titre de l’album. Il contient à la fois toute l’ironie de cette expérience, la réalité cynique des jeux de pouvoirs auxquels Matthieu Angotti s’est confronté. Il met aussi en exergue une autre dimension : celle de l’échec aussi bien personnel que professionnel.Une mise en abyme. Ecrire pour prendre du recul. Une catharsis.

Habituellement, je suis pourtant friande de ce type de témoignages. Ici pourtant, on ne m’ôtera pas de l’esprit que Matthieu Angotti cherche à se disculper. Il se sent responsable de cette débandade gouvernementale, il s’en excuse même. Il doute de lui, est peiné face à l’incompréhension que suscite cette réforme… je n’ai ressenti aucune empathie pour lui. Le fait de devoir « cohabiter » avec cette intelligentsia politique, avec ce microcosme composé de gens bien-pensants qui malaxent avec ardeur leurs théories sur la « chose sociale » pour si peu de résultats concrets… tout cela renforce mes convictions que les politiques vivent vraiment dans un monde à part, loin des réalités sociales.

Désintégration – Journal d’un conseiller à Matignon

One shot
Editeur : Delcourt
Dessinateur : Robin RECHT
Scénariste : Matthieu ANGOTTI
Dépôt légal : mars 2017
136 pages, 17,95 euros, ISBN : 978-2-7560-9600-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Désintégration, Journal d’un conseiller à Matignon – Angotti – Recht © Guy Delcourt Productions – 2017

Manouches (Mirror)

Mirror © Steinkis – 2016
Mirror © Steinkis – 2016

« Archange est le patriarche d’une grande famille manouche. Mais son nom de voyageur est Tinoir. Il est marié à Marie dont le petit nom est La Blanche. Tinoir et La Blanche sont issus d’une longue lignée, française depuis le XVIe siècle. Tinoir et les siens ne sont que passagers, ils ne possèdent rien, ils nomadisent et ils invoquent. Ils sont à la merci des sédentaires, « les voleurs de terre », qui chassent les nomades, « les voleurs de poules ».

MANOUCHES illustre également les rapports complexes qu’entretient Archange avec son ami gadjo, sédentaire, instituteur itinérant. Ensemble, ils s’interrogent sur ce qui lie et sépare leurs modes de vie, sur le poids des souffrances et persécutions endurées par les Tsiganes, sur le présent et sur l’avenir.

« Manouche » veut dire homme debout. » (synopsis éditeur).

« Manouches » est le cinquième album de Kkrist Mirror sur la thématique des tsiganes. On sent très vite l’engagement et l’affection qu’il voue à ces gens, à cette « communauté » comme on dit souvent… même si le terme est somme toute assez réducteur, englobant les individus dans un « tout », annihilant les individualités et les particularités de chacun.

Les gestes de soutiens à l’égard des gens du voyage sont rares. Il y a pourtant une nécessité à parler de leurs conditions de vie. Nous, les « sédentaires », on a tendance à coller des étiquettes sur le front des gens du voyage. Souvent à tort car comme dans toute communauté, c’est souvent une minorité qui fait parler d’elle… un peu comme si on disait que tous les manifestants sont des casseurs…

Dans cet ouvrage, il est question d’amour fusionnel des tsiganes pour leurs enfants, d’intimidations régulières de la police pour leur faire quitter un lieu, de la méconnaissance du génocide des tsiganes pendant la seconde guerre mondiale (le Samudaripen) et de la méconnaissance – en général – des tsiganes pour l’histoire de leur peuple, de la résignation et de la peur face aux orientations et décisions politiques à leur encontre, des conditions de vie précaires qui font leur quotidien, de la difficulté d’accéder aux soins, des injustices qu’ils rencontrent, de leurs « gueules » qui ne leur permet pas de trouver un emploi, des actes racistes dont ils sont victimes, de débrouille, d’hiver en caravane… mais aussi de la solidarité qui fait leur force, d’amitié, d’amour, de traditions, de culture, de valeurs, de croyances, de fierté…

Le coup de pinceau de Kkrist Mirror est vif et nerveux. Les lignes se croisent, se mêlent et se démêlent pour former des masses, des petites rides, des silhouettes, des paysages. Le trait suit sa ligne, crée des motifs, des contrastes et si l’on prend le temps d’arrêter un tant soit peu son regard et d’entrer dans les nervures du dessin, on profite alors de la créativité et de l’inventivité contenues dans ce noir et blanc en apparence austère et désordonné.

Les propos sont livrés crûment, sans aucun filtre, un simple petit astérisque nous permettra d’apprendre la signification de « mùr tchavo », « clisto », « pràl » (et j’en passe) et nous voilà équipé pour suivre le fil des échanges où surgissent des mots d’argot, de romani… le parler gitan. Ce qui est pensé est dit avec franchise. Le personnage qui nous permet d’entrer dans ce clan se prénomme Daniel et exerce en tant qu’instituteur des gens du voyage. Outre les quelques précisions relatives au vocabulaire, ce narrateur nous donne les codes nécessaires pour comprendre la culture manouche.

On découvre ainsi leur quotidien au travers de la relation d’amitié qui lie Daniel et Archange. Il n’est pas utile de pousser la lecture très loin pour constater la tension dans laquelle ils vivent. La précarité de leur situation les inquiète, ils vivent avec la peur au ventre à l’idée qu’on leur retire leurs enfants et qu’on les place en foyer, ils appréhendent le moment où les forces de l’ordre vont intervenir pour leur demander de quitter les lieux. Où qu’ils aillent, on les chasse. Et quand bien même ils parviendraient à obtenir les fonds nécessaires pour acheter un bout de terrain en vue de se sédentariser…

« Tinoir était retourné, avec sa famille, sur un terrain dont il était propriétaire dans un petit village près de Rambouillet. Il l’avait acheté il y a une vingtaine d’années. Le terrain était non constructible. Tinoir l’avait acheté en espérant qu’il puisse un jour bâtir. Vingt ans après, tous les terrains autour étaient devenus constructibles, sauf le sien ! »

PictoOKEn dehors de la société, sans cesse, tels des parias. Leur force, c’est leur solidarité.

Intéressant, fort. Cet album permet de décaler le regard et de bousculer un peu les représentations que l’on a à l’égard des gens du voyage. A lire.

La chronique de Sabariscon.

Extraits :

« On s’traîne un passif plus qu’un passé, un boulet qui toujours nous fait tomber » (Manouches).

« Dehors, les gens voient pas comment c’est d’dans. Y voient ma campine « prestige » et mon vago Mercedes… Y voient pas l’poêle et l’bois plein de produits toxiques. Y voient pas qu’j’ouvre le carreau toutes les dix minutes pour pas crever asphyxié. Y voient pas la maladie parce qu’on mange trop gras, qu’on s’fait trop de tension, qu’on respire des mauvaises choses. Y voient la bague à mon doigt, mais pas les deux que j’me suis brûlé avec une grenade mal dégoupillée que j’ai voulu lancer sur les Boches… Y voient ma fierté mais pas l’souv’nir lointain de ma mère disparue dans les camps. Y voient ma peau mate, mes origines de l’Inde mais pas mon père soldat, blessé à la guerre, mort sans avoir touché sa pension… » (Manouches).

Manouches

One shot

Editeur : Steinkis

Dessinateur / Scénariste : Kkrist MIRROR

Dépôt légal : février 2016

156 pages, 20 euros : ISBN : 979-10-90090-96-5

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Manouches – Mirror © Steinkis – 2016