Linette, tome 1 (Romat & Peyraud)

Romat – Peyraud © Editions de la Gouttière – 2018

C’est l’été et en ce jour ensoleillé, toute la famille de Linette est dans le jardin. Quand l’un jardine, l’autre fait des mots croisés. Ambiance détendue. Linette quant à elle a décidé d’arriser les fleurs de pissenlits pendant que sa maman arrose le potager. Mais sa maman triche car dans l’eau de l’arrosoir, elle a ajouté un bouchon de jus de fumier qui fait pousser les tomates à vue d’œil !

Alors Linette profite d’un moment d’inattention pour aller voler un peu de cette potion magique. Mais qu’il est difficile de porter cet arrosoir rempli d’eau ! Et là, c’est la catastrophe. Patatra ! L’arrosoir lui glisse des mains et l’eau se déverse sur les pieds de Linette… qui ne met pas longtemps à s’apercevoir qu’elle a désormais des pieds de géant ! Vite vite, elle doit trouver une solution.

Hop, une nouvelle série jeunesse qui commence chez La Gouttière et qui se lit en moins de deux ! C’est frais et complètement loufoque. Catherine Romat fait pétiller le scénario de cette album muet de nombreux rebondissements, cascades, envolées et de cache-cache derrière un rideau, sous un drap ou une bassine. La fillette, bien qu’un peu paniquée face à la taille surdimensionnée de ses pieds, prend finalement la situation du bon côté et s’en amuse.

Jean-Philippe Peyraud illustre de façon cartoonesque cette drôle d’épopée. Gros pieds, yeux complètement écarquillés de surprise, accès de panique, cavalcades, tout est là pour appuyer le comique de situation et faire rire le lecteur.

Un drôle d’album muet accessible aux petits lecteurs à partir de 4 ans.

Linette

Tome 1 : Les Pieds qui poussent
Série en cours
Editeur : Editions de la Gouttière
Dessinateur : Jean-Philippe PEYRAUD
Scénariste : Catherine ROMAT
Dépôt légal : avril 2018
32 pages, 10.70 euros, ISBN : 979-10-92111-74-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Linette, tome 1 – Romat – Peyraud © Editions de la Gouttière – 2018

Pas de deux (Cuveele & Dawid)

Cuveele – Dawid © Editions de la Gouttière – 2018

La pépite était attendue.

Delphine Cuveele raconte une nouvelle histoire de Luce.

Dawid la met en dessins.

Il y a cinq ans, Luce perdait sa grand-mère. La belle métaphore du papillon de Passe-Passe accompagnait le jeune lecteur dans le récit de ce deuil. Tout en douceur.

Un an plus tard, avec Dessus Dessous, on partait à la rencontre d’un habitant indésirable du jardin familial. Une petite taupe allait ainsi donner du fil à retordre à Luce et à son petit frère.

Pas de deux est l’histoire d’une amitié qui naît. Elle commence le jour où Taali rejoint la classe de Luce en cours d’année scolaire. Taali n’a pas d’amis, il vient de s’installer dans le village avec sa famille. Il est un peu impressionné. Sa première journée d’école se termine lorsque, sur le trajet du retour, il s’aperçoit qu’il prend la même direction que Luce. Les enfants s’observent de loin, en silence. Personne n’ose faire le premier pas. Jusqu’à ce qu’une souris verte détalle sur la route. Ni une ni deux, Taali se lance à sa poursuite, très vite suivi par Luce. C’est à celui qui attrapera la petite souris verte en premier !

La fraicheur de cette aventure doublée des dessins chaleureux et sublimes de Dawid nous font replonger en enfance. Quant au jeune lecteur, il profite pleinement de cet album muet sur lequel il peut poser ses propres mots et ainsi s’approprier tant l’histoire que sa morale.

Un album qui nous montre qu’on a tout à y gagner à faire un pas de côté pour aller à la rencontre de l’autre et l’accepter dans sa différence.

Pas de deux

Récit complet
Editeur : La Gouttière
Dessinateur : DAWID
Scénariste : Delphine CUVEELE
Dépôt légal : avril 2018
40 pages, 10.70 euros, ISBN : 979-10-92111-75-0
L’album sur Bookwitty

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pas de deux – Cuveele – Dawid © Editions de la Gouttière – 2018

Magisk Magi ! (Alfred & Lejonc)

Alfred – Lejonc © La Gouttière – 2018

A la télévision, il y a des publicités pour vanter les mérites de la Magi ! Box, une boite qui garantit à celui qui la possède de faire des tours de magie sensationnels et de transformer tout ce qu’il veut ! Ni une ni deux, voilà un bonhomme que cette boite fait rêver. Alors il dévale les escaliers et, face à la concierge mal embouchée, s’excuse d’un sourire gêné de tout ce remue-ménage et fonce à la boutique la plus proche pour s’acheter sa Magi ! Box. Mais voilà, ce n’est pas tout d’avoir un bon matériel… il faut aussi apprendre à ne pas faire n’importe quoi avec les formules magiques !

C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, non ? Comme les auteurs le soulignent dès le début de l’album, « ce livre a eu une première vie en noir et blanc, en 2006 aux éditions Thierry Magnier » … Alors vous prenez un album jeunesse qui avait peu fonctionné au moment de sa sortie en 2006. Vous remplacez le noir et blanc par un coup de couleurs (ici : rouge, vert et bleu) et lui offrez un titre plus pétillant et hop, le tour est joué !

Alfred – Lejonc © Édition Thierry Magnier – 2006

Il faut reconnaître que dans le catalogue de La Gouttière, l’album ne dénote pas du tout et la présence de la couleur vient renforcer le côté pétillant de l’album. On a l’impression que les personnages rebondissent en permanence et les nombreuses onomatopées rythment à merveille les péripéties du héros. Le scénario d’Alfred invente un langage totalement loufoque, entre le franglais et des expressions phonétiques entre le russe et le mot déglingué. En lecture à voix haute, c’est un régal pour les petites oreilles. Pour Régis Lejonc qui sévit au dessin, cet album semble avoir été une immense cour de récréation ; les illustrations semblent n’en faire qu’à leur tête et ça n’a pas dû être simple de les faire tenir « sagement » dans des cases. Son trait nerveux nous montre à quel point le personnage se laisse emporter par l’euphorie et l’excitation de tenir une baguette magique aussi efficace !

Bref, ce petit coup de jeune pour un album jeunesse qui n’était pas si vieux es une aubaine. A mettre entre les mains de tous les petits chenapans car cette histoire contient aussi une morale… pour le moins surprenante !

A partir de 4-5 ans.

La chronique de Stephie.

Magisk Magi !

One shot
Editeur : La Gouttière
Dessinateur : Régis LEJONC
Scénariste : ALFRED
Dépôt légal : janvier 2018
56 pages, 9.70 euros, ISBN : 979-10-92111-67-5

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Magisk Magi ! – Alfred – Lejonc © La Gouttière – 2018

Betty Boob (Cazot & Rocheleau)

Cazot – Rocheleau © Casterman – 2017

Je m’appelle Elisabeth. J’étais plutôt épanouie avant que le crabe ne me fasse cette vilaine morsure. Tout me réussissait plutôt bien. J’étais profondément aimée par un homme, profondément décidée à réussir,

Et puis le crabe est arrivé et il a fallu qu’on m’opère. Ablation d’un sein. Mon amoureux n’a pas supporté mon nouveau corps. Mon employeur n’a pas supporté ma difformité. Et moi, pendant une période, j’ai eu beaucoup de mal à accepter tous ces changements.

J’ai passé une période de tourments. Une longue période de tourments.

Jusqu’à ce que je rencontre ma nouvelle famille. Finalement, l’amour que le crabe m’a porté a presque été une aubaine. Sans cela, je ne les aurais jamais connus… et je ne me serais jamais révélée à moi-même.

Cazot – Rocheleau © Casterman – 2017

Un album pour parler de femmes et de féminité. Un album pour parler du corps dans une société qui tolère trop peu la différence et l’anormalité. Un album pour parler finalement de la nécessité de s’affranchir des stéréotypes et du combat mené par une femme pour reprendre le contrôle de sa vie. Un album pour parler du cancer et des surprises que la vie peut réserver.

Au scénario, Véro Cazot réalise le tour de bras. Elle réussit un exercice des plus difficiles en bande dessinée : réaliser un album muet. La scénariste réussit avec brio son clin d’œil au personnage de Betty Boop – figure féminine emblématique des années 1930 regorgeant de charme et de sensualité – et montre que la maladie est une épreuve dont on peut se relever… encore faut-il pour cela être bien entouré.

Pas de mots ici sauf quelques rares exceptions où l’on attrape un prénom ou le nom d’un lieu. A la place, des onomatopées, des notes de musique et de généreuses métaphores graphiques. Les dessins de Julie Rocheleau sont plein d’humour, de bonne humeur, de sourires et de vie. Le trait généreux de l’illustratrice nous emporte dans un tourbillon d’événements. D’un bout à l’autre de ce récit, j’ai apprécié l’utilisation de cette magnifique métaphore graphique pour exprimer le tourment, la joie, l’émotion, la douleur… Le ton malicieux des dessins donne beaucoup de consistance au propos silencieux de cette excellente bande dessinée.

Et si je vous disais que je vous conseille la lecture de « Betty Boob » … en seriez-vous étonnés ?

Les chroniques de Karine, Noukette, Antigone, Leiloona

Un album partagé avec les bulleurs de « La BD de la semaine ». Aujourd’hui, on s’est donné rendez-vous chez Moka !

Betty Boob

One shot
Editeur : Casterman
Dessinateur : Julie ROCHELEAU
Scénariste : Véro CAZOT
Dépôt légal : août 2017
184 pages, 25 euros, ISBN : 978-2-203-11240-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Betty Boob – Cazot – Rocheleau © Casterman – 2017

Chaperon rouge (Zezelj)

Zezelj © Mosquito – 2015

Qu’elle est petite cette fillette qui part livrer des gâteaux à sa mère-grand.

Et qu’elle est grande cette forêt qu’elle doit traverser…

Elle se détourne de son chemin cette fillette, s’attendrissant à la vue d’un loup qui n’est pas si terrifiant qu’il n’y parait… prenant le temps de cueillir quelques fleurs pour sa mère-grand.

Qu’elle est sauvage cette forêt, avec ses touffes de buissons qui obstruent le champ de vision, ces gigantesques arbres qui arrêtent la lumière du soleil.

Qu’elle est impressionnante cette bâtisse que le petit chaperon rencontre en chemin. Des murs peints de motifs tribaux. Pour peu qu’on se prête observer ces décorations qui font penser à d’immenses champs d’immenses fleurs, on en oublierait presque la silhouette sinistre du bâtiment, ses herses cassées, sa façade délabrée, son enchevêtrement inquiétant de lianes et la voie rectiligne de l’ancien chemin de fer aujourd’hui à l’abandon.

Qu’il semble mauvais cet homme qui vit dans la forêt. Il s’y dissimule comme un caméléon et s’y déplace aussi silencieusement qu’une panthère. Même le loup se contente d’observer de loin ce chasseur. Qui est cet homme armé d’une lance ? Et quel sort réserve-t-il à ce petit chaperon rouge ?

Chaperon rouge – Zezelj © Mosquito – 2015

Zezelj a ce talent qui lui permet de raconter une histoire et d’imposer une atmosphère qui nous enveloppe en s’affranchissant totalement des mots.

Zezelj… J’ai lu si peu d’albums de cet auteur mais chaque fois, le même dépaysement. Babylone, Industriel… et cette fois encore, j’ai douté de l’identité du réel prédateur, j’ai espéré un monde sans violence… et j’ai surtout vu et savouré la beauté des illustrations de Danijel Zezelj. Ces noirs opaques et charbonneux qui nous donnent une impression que la matière avec laquelle est faite cet album est vivante. Un noir et blanc qui cohabitent à la perfection. Jusqu’à cet instant où l’équilibre cède, où l’on ne sait plus si c’est le blanc qui cisaille le noir ou bien le noir qui pénètre de force dans ces surfaces maculées et lumineuses. L’atmosphère graphique nous enveloppe, le lecteur devient le personnage, observe ces paysages de l’intérieur. J’hésite à chaque fois entre deux attitudes différentes : chercher le danger tapis quelque part dans ces dessins et profiter de ce décor majestueux.

Comme à chaque fois je ressors indécise et me glisse d’un état à l’autre, à chaque instant.

Contempler, guetter…

… Observer, écouter…

… Frissonner…

Ressentir. Et avoir envie de tenter de nouveau l’expérience avec un autre album de cet auteur talentueux.

Chaperon rouge

One shot
Editeur : Mosquito
Dessinateur / Scénariste : Danijel ZEZELJ
Dépôt légal : juillet 2015
54 pages, 13 euros, ISBN : 978-2-35283-290-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chaperon rouge – Zezelj © Mosquito – 2015

Anuki, tome 7 (Maupomé & Sénégas)

Maupomé – Sénégas © Editions de la Gouttière – 2017

Il n’est pas simple de se repérer sur ce sentier ! Anuki peste et râle tout ce qu’il peu. Parti explorer la forêt avec Nuna, voilà notre petit indien pris à son propre jeu.
Mais voilà qu’Anuki à force de pester décide de s’asseoir pendant que son amie réfléchis sur la direction à prendre. Malheur à lui ! Car le voilà qui pose ses fesses sur un hérisson et ce dernier n’est pas d’humeur à se laisser faire. Anuki détale au quatrième galop, emportant dans sa course son amie Nuna. Ils roulent jusqu’en bas d’un talus, rebondissent… et atterrissent au pied d’un arbre majestueux. Joie ! Les voilà qui ont trouvé l’endroit idéal pour procrastiner, jouer, construire une cabane, regarder l’horizon… !!! Mais un polatouche avait trouvé ce havre de paix avant eux et il ne voit pas d’un très bon œil l’arrivée des deux marmots.

Je doute qu’il soit encore nécessaire de présenter Anuki ! Ce petit indien espiègle et imaginatif nous amuse depuis quelques années déjà. Le mois dernier, il est revenu à l’occasion de la sortie du septième album de la série.

Toujours frais, drôle, pétillant, Anuki réveille le lecteur endormi et lui donne envie d’aller faire les quatre cent coups en pleine nature. Un album muet accessible dès le plus jeune âge, « Anuki » c’est une série d’aventures ludiques qui met de bonne humeur. Les enfants se tordent de rire pendant la lecture, les adultes ne sont pas mécontents même s’ils sont moins expansifs…

D’album en album, aucune pointe de lassitude à lire ou à relire Anuki. De son côté le duo Frédéric Maupomé (scénario) et Stéphane Sénégas (dessin) semblent continuer à se régaler et à faire tourner expositions et spectacles autour de cet univers. Au menu : des trognes sympathiques, des cascades imprévues et des coups de sang qui virent au fou rire.

A voir & à lire, je doute que le voyage vous déplaise !

A partir de 4 ans.

Les autres albums de la série sont sur le blog. Allez donc faire un tour du côté de la biblio-jeunesse pour y trouver votre bonheur 😉

Anuki

Tome 7 : L’Arbre de vie
Série en cours
Editeur : La Gouttière
Dessinateur : Stéphane SENEGAS
Scénariste : Frédéric MAUPOME
Dépôt légal : septembre 2017
36 pages, 10.70 euros, ISBN : 979-10-92111-62-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Anuki, tome 7 – Maupomé – Sénégas © Editions de la Gouttière – 2017

L’écorce des choses (Bidault)

Bidault © Warum – 2017

C’est l’été. Le temps des vacances est revenu. C’est moment de prendre la voiture, de monter à l’arrière, d’observer les paysages qui défilent, de s’émerveiller des couleurs de la nature, de ressentir les vibrations de la voiture. A l’avant, papa conduit et maman est assise sur le siège passager. Ils parlent en regardant une carte routière mais mon regard est attiré par un chat qui court se cacher dans la forêt. On a dû lui faire peur avec notre grosse voiture rouge.
La voiture freine. On doit être arrivé. Aujourd’hui, on emménage dans notre nouvelle maison à la campagne. C’est grand et puis il y a un arbre magnifique juste à côté de la maison. J’irai le voir demain. Mais aujourd’hui, je reste avec mes parents. Maman me parle. Je ne l’entends pas. Je suis sourde. Depuis toujours.
C’est l’histoire de cet été où tout à changer, où mon refuge est devenu cet arbre dont j’aime caresser l’écorce rugueuse. C’est la détresse de ma mère qui ne me comprend pas et que je ne comprends pas. C’est l’histoire de mon père qui n’est jamais là. C’est l’histoire où j’avance dans le silence espérant qu’un jour, je pourrais rencontrer quelqu’un qui acceptera de plonger son regard dans le mien et qui, patiemment, m’aidera à comprendre le monde dans lequel je suis née.

Le coup de cœur est venu dès que j’ai vu la couverture. « Ça ne présage » de rien me direz-vous (et vous avez raison) pourtant ici, la première impression était la bonne. Le fait de pouvoir plonger dans les yeux de cet enfant au sourire discret, le fait de la voir ainsi assise au milieu des feuilles rouges de l’automne… c’est à cet instant précis que la rencontre s’est faite. Ouvrir le livre, entrer dans l’histoire à pas feutrés, balayer du regard ces planches muettes, puis revenir au début, prendre le temps de scruter détails et visages. On est très vite aux côtés de cette fillette. Et très vite, on voit que son rapport au monde est différent du nôtre.

Sans emphase, Cécile Bidault aborde le monde de la surdité. En un coup de crayon elle nous fait voir le fossé qui sépare les entendants des malentendants. Elle nous montre la détermination de ce père à faire parler sa fille, exagérant les « A » et les « O » que fait sa bouche, invitant la fillette à toucher sa gorge pour sentir les vibrations, l’incitant à reproduire à l’identique un son qu’elle n’entend pas…

Des parents désarmés face à une enfant qui cherche à communiquer. Avec ses propres moyens, elle mime, dessine et cherche à apprivoiser ce sens dont elle est dépourvue. Le travail d’illustration de Cécile Bidault est délicat. L’auteur nous invite, le temps d’une lecture, à nous mettre à la place de cette fillette. On a très vite de l’empathie pour le personnage, on attrape le moindre détail qui nous permet de mieux appréhender ce qui se passe autour d’elle. Une dispute, un orage, une radio qui hurle des sons mais joie ! car ce sont autant de vibrations qui s’en dégagent, un rythme qui permet d’être bercé. Les premières pages contiennent quelques phrases ; la fillette nous parle en voix-off. Puis le silence s’installe définitivement et c’est au lecteur de comprendre seul le reste.

Coup de cœur pour cet album silencieux !

Sur le site Combat, une interview de Cécile Bidault qui revient sur la genèse de cet album. Je vous propose aussi ce lien qui vous permettra de découvrir le site Tumblr de l’album.

L’écorce des choses

One shot
Editeur : Warum
Dessinateur / Scénariste : Cécile BIDAULT
Dépôt légal : octobre 2017
128 pages, 20 euros, ISBN : 978-2-36535-297-0

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’écorce des choses – Bidault © Warum – 2017