Abélard, diptyque (Hautière & Dillies)

Abélard, La danse des petits papiers
Hautière – Dillies © Dargaud – 2011
Abélard, Une brève histoire de poussière et de cendres
Hautière – Dillies © Dargaud – 2011

« Toute ressemblance avec des personnages ou des événements existants ou ayant existé serait extraordinaire mais pas invraisemblable », « Cette histoire est une fiction. Mais, entendons-bien, ce n’est pas parce que tout est faux que rien n’est vrai »… sont les mots des auteurs insérés au début de chaque tome. De quoi déjà donner le sourire…

Abélard est un poussin altruiste et candide. Il vit dans un marais avec ses amis Mimi, Slavko… où il coule des jours heureux entre parties de pêche et parties de cartes. Chaque jour, son chapeau lui livre un proverbe. Ces maximes aident Abélard à comprendre le monde qui l’entoure. Mais ce petit coin de paradis ne suffit plus au poussin qui rêve de découvrir le monde, la ville et les filles… malgré les mises en gardes de Mimi.

Ecoute-moi bien gamin… J’ai bourlingué pas mal avant d’atterrir ici. Je suis allé à l’Est, je suis allé  l’Ouest. J’ai traversé le pays du Nord au Sud. J’ai vu Odessa et j’ai vu la mer. Et les montagnes aussi. J’ai même mis les pieds dans des coins qu’ont des noms tellement bizarres qu’on les trouve sur aucune carte parce qu’on sait pas comment les écrire. Alors, si je dis que j’ai rien trouvé de mieux que ce marais pour m’installer, tu peux me croire que c’est ce qu’il y a rien de mieux

Cet été-là, quatre jeunes citadins viennent passer quelques jours dans le marais. Parmi eux, il y a Epilie. Abélard tombe sous le charme de la jeune fille mais son cœur de poussin se brise au moment du départ de la belle. S’il n’y avait eu les pensées lyriques du chapeau, Abélard ne se serait certainement pas résolu à partir. Mais sa décision est prise : l’heure est venue de quitter le marais. Il rêve de l’Amérique car il sait que là-bas, les hommes ont construit une machine qui leur permet de voler. Avec elle, Abélard pourrait atteindre le ciel, y cueillir des étoiles pour faire un magnifique bouquet. Il l’offrirait alors Epilie et lui déclarait son amour.

Durant sa quête, Abélard va se faire de nouveaux amis. Il rencontre ainsi Lazlo puis Gaston, un routard endurci qui ne croit plus en l’amitié. Lui aussi rêve de l’Amérique. Malgré tous ses réticences, Gaston fait un bout de chemin avec Abélard et le prend sous son aile.

On se situe approximativement à la fin du 19è – début du 20è siècle. Il est question de progrès, de constructions urbaines innovantes (les premiers gratte-ciel), d’aéronautique (premier aéroplane), d’exode massif vers le Nouveau Continent et de rêve américain. Abélard est un récit initiatique qui se déroule dans un monde anthropomorphique. Comme Blacksad, le choix d’une figure animale pour illustrer tel ou tel personnage permet au lecteur de situer le trait de caractère dominant d’un personnage (les volatiles sont souvent gentils, les rats et les renards sont vils…). Ce monde est proche du nôtre, les questionnements et les inquiétudes sont les mêmes… Bien que mises à mal, la série vante les vertus de l’amitié et de l’entraide.

– C’est comme les fleurs alors ?

– Ouais, c’est ça. Les femmes, c’est comme les fleurs. C’est joli, ça sent bon, mais moi, ça me fait éternuer. Et pis, ça a l’air fragile mais faut pas croire. Y en a des qui piquent. Y en a des parasites. Y en a même… des carnivores

Notre petit héros est touchant. Le regard naïf et respectueux qu’il porte sur les gens fait fondre le lecteur. Malheureusement, son insouciance et sa crédulité en fond une victime toute trouvée. Au cours de son voyage, il découvre les réalités crues d’un monde individualiste, mercantile… et tente de comprendre des notions qui dépassent souvent son entendement. Il se retrouve face à des concepts nouveaux comme le racisme, la haine et l’escroquerie qui n’existaient pas dans son marais. Abélard ne manifeste pourtant pas de nostalgie à l’égard de son lointain Eden… Ce voyage est également pour lui l’occasion d’entendre différentes manières de répondre à des questions métaphysiques, sociologiques, climatiques, humaines… Des situations souvent déstabilisantes pour Abélard qui n’a aucune arrière-pensée et est foncièrement convaincu que l’Autre est bon et prévenant. Son optimisme et les maximes du chapeau lui permettent de relativiser ses échecs, d’oublier ses déceptions et d’éponger sa tristesse. Je suis émerveillée par le subtil travail d’écriture réalisé par Régis Hautière. Il est parvenu à aborder des questions essentielles et douloureuses sans lourdeur ni pathos. Beaucoup de finesse dans cette narration qui donne au lecteur un sentiment de spontanéité très ressourçant. C’est magique ! Il y a comme une liberté d’écriture dont on profite au maximum d’autant que l’univers et les dialogues sont remplis de poésie :

– La pluie, c’est la poussière des étoiles qui se transforme en eau quand elle traverse les nuages. Tu vois, Gadjo, chaque goutte  d’eau est l’enfant d’une étoile. C’est pour ça que les lacs et les rivières scintillent, même la nuit.

– Et les larmes ? Elles scintillent aussi. Pourtant elles ne tombent pas du ciel.

– C’est parce que, nous aussi, nous venons des étoiles. Nos larmes renferment le souvenir du temps où nous vivions là-haut. Elles sont la mémoire de l’univers

Magique, le graphisme enfantin d’Abélard l’est également. Réalisé par Renaud Dillies, il dispose d’un côté familier qui rassure et d’une touche épicée qui accroît le dépaysement. Les pastels donnent une douceur incroyable à l’univers du premier tome, un côté sombre et torturé très pertinent pour le second tome. Les illustrations donnent une profondeur à ce petit héros discret, attachant et fragile. Comme Abélard, j’ai souvent eu l’impression de poser mes yeux pour la première fois sur un grain de sable, sur le brouillard… Les couleurs ne s’imposent pas au lecteur et lui permettent de gérer son affect qui le submerge parfois. On s’inquiète pour Abélard mais on baigne dans une ambiance sereine et chaleureuse. Le diptyque m’a chamboulée !

Je remercie Jérôme pour le conseil de lecture et l’arrivée providentielle de ces albums dans ma maison ! Cet avis intègre le Challenge PAL sèches

Une lecture que je partage également avec Mango et les participants aux

MangoPictoOKPictoOKJ’ai pensé à Kokor (Balade Balade), à Pedrosa (Trois ombres), bref… à tous ces coups de cœur de lecture qui m’ont fait vibrer. Émouvant, poétique, ce récit fait mouche et touche le lecteur à la fois dans son âme et dans son cœur. Je relaye donc le message déjà délivré sur quelques blogs : lisez Abélard !!

Pour répondre à une question qui m’a été posée : non, je ne ferais pas découvrir Abélard à Monsieur Lutin. Je pense pourtant qu’il aimerait, j’ai très envie de partager cette lecture avec lui mais j’ai moi aussi trop peur de me confronter à certaines questions. Si lui est prêt à se confronter à ces réponses je pense en revanche ne pas être prête à les mettre en mots.

L’album est d’ores et déjà nominé pour : Prix Ouest France (Festival Quai des bulles) et Prix Conseil Général (BD Boum). Cette série n’a pas fini de faire parler d’elle ! A venir en novembre, un coffret contenant les deux tomes et un Ex-Libris. Une chronique qui intègrera très certainement le Roaarrr Challenge.

Je vous invite également à lire les chroniques de Lire pour le plaisir, Choco et David Fournol.

Je souhaite la bienvenue à une petite puce qui a montré le bout de son nez il y a quelques heures… bienvenue à toi dans ce petit monde, j’espère que cette série te plaira quand tu seras en age de la lire ;)…

et merci à Régis Hautière pour son passage sur mon modeste blog, ses retours, l’échange, les visuels… Merci pour ce voyage en compagnie d’Abélard.

Extraits :

« Ah… alors, la race, c’est quand on est pareil même si on est plus grand ? Ou plus gros ? Avec des yeux différents. Et un nez différent. La race, c’est quand on est pareils mais complètement différents. C’est ça ? » (Abélard).

« La solitude c’est l’indépendance qui présente sa note » (Abélard, la citation est d’Elisabeth Carli).

Abélard

Diptyque

Tome 1 : La danse des petits papiers

Tome 2 : Une brève histoire de poussière et de cendres

Éditeur : Dargaud

Dessinateur : Renaud DILLIES

Scénariste : Régis HAUTIERE

Dépôt légal : juin 2011 (tome 1) et aout 2011 (tome 2)

ISBN : 9782505010357

Bulles bulles bulles…

Preview du tome 1 sur BDgest

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Abélard, diptyque – Hautière – Dillies © Dargaud – 2011

52 commentaires sur « Abélard, diptyque (Hautière & Dillies) »

  1. Mon ENOOORME coup de coeur de l’année. Une BD que j’ai envie d’offrir autour de moi, juste pour partager le moment de grâce que j’ai ressenti à la lecture de ce diptyque. C’est tellement fin, intelligent, touchant, délicieusement réalisé… Un petit chef d’oeuvre dont le premier tome, publié au début de l’été, est passé complètement inaperçu et dont le second, noyé sous les tonnes de nouveautés de la rentrée, risque de connaître le même sort.
    Heureusement, avec des billets comme le tien et une reconnaissance à venir dans de nombreux festivals, Abélard à de beaux jours devant lui. Alors oui, écoutez le conseil de Mo’ : lisez Abélard !

    J'aime

    1. Ce sont tes articles et celui de Choco qui ont impulsé le mouvement. J’avoue que sans vous, je n’aurais pas remarqué Abélard. Je suis contente d’avoir pu le présenter aujourd’hui finalement, la série a vraiment sa place dans le partage du mercredi ! Merci à toi pour ce cadeau, la découverte… j’en viens à culpabiliser de te priver de ces deux petites perles de lecture ! J’avais la gorge nouée en fin de lecture, vraiment touchant Abélard

      J'aime

      1. Ne t’inquiète pas, tu ne me prives de rien. Et puis à la lecture de ton billet j’apprends qu’un coffret est prévu en novembre. Grand collectionneur de coffrets (j’en ai même réalisé certains moi-même !) je vais me faire un plaisir de racheter ce diptyque pour l’intégrer définitivement à ma bibliothèque.

        J'aime

        1. J’ai été l’acheter hier pour l’offrir à Noël.
          A priori, il est déjà épuisé le coffret. Pour ceux qui le veulent, il faut se dépêcher d’écumer toutes les bonnes librairies 🙂

          J'aime

        2. Oui, j’avais vu l’article de Régis Hautière lorsqu’il présentait le coffret. Contente d’avoir pu te lire sur cette série, on te sent très pris et très touché par cet univers

          J'aime

  2. j’ai déjà lu des billets à propos de ce dyptique, mais pas eu l’occasion d’en lire.
    il va vraiment que j’aille faire un tour à l’Alcazar !!! (bon au pire, aux Cinq Avenues !) pour y trouver d’autres BD.
    de toutes façons, samedi, je dois aller à la biblio de mon village, j’irai farfouiller !

    (ps : l’Alcazar, ancienne salle de spectacle (ou Yves Montad a commencé) devenu la plus grande biblio de marseille, Cinq Avenues, biblio pas trop loin de mon travail ; les bilbios de marseille sont en réseau)
    (re ps : tu t’y régalerai : des tas et des tas de bd, des séries complètes !)

    J'aime

    1. La série est superbe… je n’ai pas l’impression d’en avoir fait trop dans ma chronique 😆
      Je te laisse, je crois savoir que tu dois aller à la médiathèque 😛

      J'aime

  3. Je n’étais pas très tentée au départ (je ne sais pas pourquoi, je pensais que c’était plutôt une histoire pour les jeunes lecteurs … c’est probablement à cause du choix du poussin comme héros !) mais maintenant, c’est noté 🙂 En plus, un diptyque, j’aime ça 😉 Par contre, les auteurs n’ont jamais du rentrer dans un poulailler quand les soit-disant gentils volatiles ont faim parce que les poules n’ont rien de gentil dans ces cas-là … elles sont prêtes à tout ! mdr !

    J'aime

    1. 😆
      Si je promets Joelle, Abélard est vraiment une très bonne série. Si si ! « Lire pour le plaisir » et Choco le disent également ^^

      J'aime

  4. Moi aussi , rien qu’à voir les couvertures j’aurais pensé que c’était pour jeunes lecteurs mais vu ce que tu en dis, je ne vais pas tarder à les rechercher! Pourvu que ma bibliothèque ait acheté ces deux titres! Décidément, je suis tes lectures du mercredi à la trace! Merci de tous ces bons conseils!

    J'aime

    1. J’avais pesté de ne pas avoir été retenue sur cet album dans une des éditions de Masse Critique. Depuis l’avis de Choco, j’avais très envie de lire mais pas forcément les finances pour réaliser ce projet… tout est bien… 😛 J’ai eu mon lot d’émotions !^^

      J'aime

  5. Ohhhhhh, alors celui là il me fait super envie depuis l’avis de Jérôme, et là tu en rajoutes une sacrée couche ! Je vais essayer d’attendre la sortie du coffret, je vais me l’offrir, c’est dit !! 😉

    J'aime

    1. 😆 C’est toujours une bonne nouvelle de savoir qu’il y a une petite perle de lecture à découvrir. Abélard tu plaira surement ,;)

      J'aime

  6. Ca a l’air tellement génial que je peste de ne pouvoir me les procurer de suite ! J’avais déjà noté, comme Noukette, chez Jérome, mais là franchement, c’est sur que je vais les lire très bientôt.

    J'aime

  7. Ton retour sur cet album est très alléchant Mo’. Ça donne envie de poursuivre la découverte de Dillies, même si je t’avouerais que j’ai été un peu refroidi par Bulles & Nacelle.
    Je suivrais peut-être ton conseil, j’en suis bien tenté en tout cas 🙂

    Et ta dédicace me fait bien chaud au cœur 🙂

    J'aime

    1. 😉
      Pour le diptyque d’Abélard, j’espère que vous vous laisserez tenter et j’espère aussi que les auteurs seront récompensés pour ce travail. Première halte à Quai des bulles…

      J'aime

  8. Comme tous ceux qui ont lu ton billet, je ne peux qu’être sous le charme de ce mignon petit poussin… ainsi que sous le charme de ta plume qui le présente si bien! Je note, je note, bien évidemment!!

    J'aime

    1. Merci PG, je ne serais pas originale non plus dans ma réponse car je vais te dire la même chose qu’aux autres blogueurs qui sont passés par ici : passes à la lecture et partage tes impressions dans une chronique 😉

      J'aime

  9. Voilà un billet qui m’enchante, tu t’en doutes ! Je n’ai rien à redire à tout ce que tu dis et je suis ravie de t’avoir donné envie avec Jérome de céder à la tentation ! Le tome 2 est sur ma pile express, je me le réserve pour un moment bulle de savon lol.
    POur rebondir sur ce que dit Lunch, j’ai lu bulles et nacelles, il y a qqs jours et c’est vrai qu’il m’a moins emporté.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s