I kill Giants (Kelly & Niimura)

Kelly – Niimura © Bragelonne – 2018

Barbara n’est plus tout à fait une enfant, pas encore une adolescente.

A l’école, Barbara n’y va pas par quatre chemins. Pourvue d’un bon sens de la répartie, la jeune fille dit ce qu’elle pense et cela ne plaît pas à l’équipe enseignante. Avec ses attitudes bizarres, ses lubies étranges et le fait qu’elle soit toujours le nez dans ses livres, les autres enfants préfèrent l’ignorer. Il n’y a que Taylor – la caïd de l’école qui rackette et tabasse tous ceux qui passent à sa portée – qui s’intéresse à Barbara, mais ses tentatives d’intimidation ne marchent pas sur Barbara, ce qui rend Taylor encore plus hargneuse.

A la maison, le rythme est assez soutenu ; entre sa grande sœur qui partage sans cesse les anecdotes de son travail, son frère qui est le parfait cliché de l’adolescent à l’humour douteux et qui se laisse vivre… et tout le reste… Barbara a vite pris l’habitude de s’échapper dans son monde imaginaire. Elle est convaincue qu’une attaque de géants est imminente. Elle cherche à alerter les adultes mais rien n’y fait, les autres restent sourds à ses propos.

Il n’y a bien que Sophia, son amie, et la nouvelle psychologue de l’école, Mme Mollé, qui semblent s’intéresser à ce que pense Barbara…

La présentation de l’éditeur m’avait totalement emballée. Tout à fait le genre de résumé capable de vous donner envie de plonger dans la lecture en un temps record et de vous convaincre que vous allez vous régaler de bout en bout dès que la lecture sera commencée.

Dès que j’ai eu l’album, je me suis donc lancée… et j’ai douté, me demandant si cet album était pour moi. L’album se découpe en plusieurs parties et les deux premiers chapitres m’ont vite fait changer mon fusil d’épaule. Le scénario y est saccadé et j’ai eu du mal à cerner le personnage principal. Il nous manque des éléments pour pouvoir faire des liens entre les différentes scènes, on passe parfois du coq à l’âne. La lecture du premier chapitre fut pour moi douloureuse et j’en suis sortie perplexe.

Butée comme je suis, j’ai tout de même poursuivi, grinçant des dents et soufflant, d’autant que le second chapitre confirme amplement mes premières impressions.

J’ai poursuivi encore… troisième chapitre… même tonalité et même ambiance influencées par la présence de cette enfant – Barbara – qui n’a pas toute sa tête. Elle dégage une forme d’étrangeté mêlée à une forme d’hypermaturité. Elle est obnubilée par un unique sujet : les géants. Elle sait tout d’eux : leurs points faibles, leurs motivations, pourquoi apparaissent-ils et comment les combattre. Rien ni personne ne semble être en mesure de la faire revenir à la réalité et de l’intéresser pour des sujets beaucoup plus terre-à-terre comme sa scolarité. Perchée. Son monde imaginaire chevauche la réalité. Barbara semble glisser lentement vers la psychose.

Et puis soudain, un élément est lâché dans le récit et intrigue. Au beau milieu du troisième chapitre arrive peu à peu ce qui va donner du liant à l’ensemble. Certes, on trouve vite l’enfant très touchante, un peu drôle sous ses airs hallucinés et ses oreilles d’animaux qu’elle se met en permanence sur la tête. Mais il y a soudain, un fil que l’on attrape.

Un fil qui intrigue.
Un fil prometteur qui nous convainc de poursuivre.

Les dessins de J.M Ken Niimura nous avaient préparés mais je n’avais pas correctement saisi jusqu’à ce moment où j’ai compris la métaphore des géants… et le scénario de Joe Kelly prend sens. Ensuite, vous connaissez cela aussi bien que moi : on est totalement pris par l’histoire et on tourne les pages avec la curiosité de celui qui veut connaître la suite. On s’appuie sur les émotions de la fillette et c’est vraiment là, dans cette boule d’énergie incontrôlée, que tout ce joue. Et c’est rudement bien mené.

Cette série avait été éditée une première fois en français sous le titre Je tue des géants ; le premier tome était passé inaperçu et je pense que c’est pour cette raison que l’éditeur n’avait pas poursuivi le projet. Ici cette fois, le label Hi Comics s’est saisi de l’œuvre et le propose d’entrée de jeu dans un volume intégrale. Il me semble que ça vaut le coup de découvrir.

Une « BD de la semaine » parmi la sélection d’albums que les bulleurs ont partagés aujourd’hui. Pour retrouver toutes les participations du jour, rendez-vous chez Moka !

I kill Giants

One shot
Editeur : Bragelonne
Collection : Hi Comics
Dessinateur : JM Ken NIIMURA
Scénariste : Joe KELLY
Dépôt légal : mai 2018
177 pages, 19.90 euros, ISBN : 978-2-8112-2398-4

Bulles bulles bulles

Ce diaporama nécessite JavaScript.

I kill Giants – Kelly – Niimura © Bragelonne – 2018

Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée ! (Ben Kemoun & Lizano)

Ben Kemoun – Lizano © Des Ronds dans l’O – 2017

Le monde vu par les yeux d’un enfant. Quand la perception de son environnement passe par la perception de soi. Les enfants sont tous comme ça, ils perçoivent les choses mais ramènent tout à eux. Le visage fatigué de sa maman permet de parler de la nuit agitée car c’est celle qui précède la rentrée, celle où culmine ce mélange d’excitation à l’idée de retrouver les copines et d’appréhension parce que c’est aussi une séparation.

Un album jeunesse tout doux qui explique avec simplicité, avec des mots d’enfants, ce que c’est de grandir. Chaque rentrée scolaire est une nouvelle étape : un nouvel enseignant, de nouvelles habitudes, de nouveaux apprentissages. C’est aussi le plaisir de retrouver ses amis et, qui sait, l’occasion de s’en faire d’autre.

Le dessin rond et amusé de Marc Lizano invite très vite le jeune lecteur à se faire une place de choix dans l’album. L’identification est rapide, presque immédiate. Les couleurs sont ludiques, le trait va à l’essentiel et invite silencieusement le jeune lecteur à commenter l’histoire et à faire le parallèle avec sa propre expérience.

Au scénario, Hubert Ben Kemoun donne une belle place à cette fillette impatiente de retourner à l’école. De façon subtile, il introduit une autre dimension à son histoire et montre doucement à l’enfant lecteur que le parent aussi, à chaque rentrée scolaire, est balloté entre la fierté de voir son enfant grandir et une petite tristesse. Car à chaque étape de la vie, l’enfant gagne à chaque fois un peu d’autonomie et de fait, montre à ses parents qu’il n’a plus autant besoin de lui pour « affronter » le monde.

Une petite histoire qui se déroule sur un laps de temps très court, entre le moment du lever et le premier jour de la rentrée scolaire. En ce mois de septembre, voilà un album qui permet de parler de l’école et des nouveaux repères qui vont accompagner cette année scolaire.

A partir de 4-5 ans.

Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée !

One shot
Editeur : Des Ronds dans l’O
Collection : Des Ronds dans l’O Jeunesse
Dessinateur : Marc LIZANO
Scénariste : Hubert BEN KEMOUN
Dépôt légal : août 2017
32 pages, 12 euros, ISBN : 978-2-37418-039-7

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dépêche-toi, maman, c’est la rentrée ! – Ben Kemoun – Lizano © Des Ronds dans l’O – 2017

Philippine Lomar, tome 1 (Zay & Blondin)

Zay – Blondin © Editions de la Gouttière – 2016
Zay – Blondin © Editions de la Gouttière – 2016

Philippe Lomar est une collégienne. Cette gamine futée veut devenir détective et elle n’a pas attendu l’âge de raison pour le faire.

« Mon nom c’est Lomar, Philippine Lomar. J’ai treize ans et demi.
Ce que je veux faire plus tard, je le fais déjà : je suis détective privée.
J’écrabouille les embrouilles, et il vaut mieux s’offrir mes services que de subir mes sévices, parce que si je vous prends en grippe, vous n’avez pas fini de vous moucher.
Cette fois, l’affaire à laquelle j’étais confrontée sentait vraiment mauvais, une histoire de racket et le racket a une odeur, une sale odeur de terreur. Les frappes qui voulaient extorquer de l’argent à ma jeune cliente avaient même essayé de m’intimider, les boulets ! Mais ils venaient de faire une grave erreur : ils m’avaient énervée… »

(extrait de la fiche éditeur).

Contactée par la jeune Swong, Philippine décide de venir en aide à la jeune victime. Pour comprendre à qui elle a à faire et quelles sont leurs motivations, Philippine sollicite ses amis Mok et Gégé.

Malice au pays des magouilles – Zay © Editions Magnard – 1999
Malice au pays des magouilles – Zay © Editions Magnard – 1999

Avec Dominique Zay aux commandes du scénario, il fallait s’attendre à ce que l’intrigue ait de la gueule et du panache. Cet auteur qui a déjà fait ses preuves dans le domaine du roman policier jeunesse (voir sa bibliographie sur son site) et Philippine Lomar n’est pas née de la dernière pluie. La preuve en est puisque Philippine Lomar a fait sa première apparition en 1999 dans un roman jeunesse intitulé « Malice au Pays des Magouilles » (Editions Magnard). Sitôt l’album ouvert, on rentre dans le vif du sujet ; l’action bat son plein, Philippine est en fâcheuse posture, on ne connaît ni les tenants et les aboutissants… mais le peu d’éléments dont on dispose nous donne la conviction que cet album va être dévoré d’une traite. Passées ces quelques pages où les échanges fusent alors que Philippine tente de se dégager de l’étreinte qui la paralyse, on revient quelques jours en arrière et l’on s’installe dans l’ambiance. Jeune lecteur captivé interpelle ponctuellement parent lecteur pour des explications de termes présents à divers moments de la lecture… ni trop ni trop peu, ça passe d’autant que c’est l’occasion d’assimiler quelques mots de vocabulaire supplémentaire. Quant à la répartie de Philippine, c’est l’occasion de se frotter les mains car ils ne sont pas fréquents les ouvrages jeunesse qui emploient quelques noms d’oiseaux [sans vulgarité] et des répliques bien placées. Les quarante-huit pages de l’album nous font vivre une enquête rythmée qui a le mérite de s’attaquer à une situation vécue par de trop nombreux élèves : le racket.

Greg Blondin s’est quant à lui attaqué à l’ambiance graphique. Les illustrations installent facilement le rythme et les personnages, on comprend de suite que l’héroïne est une redoutable enquêtrice mais on perçoit en même temps qu’elle ne se prend pas au sérieux et ne manque pas d’humour. Les couleurs de Dawid rehaussent l’ensemble.

PictoOKUn bon tome de lancement pour ce polar jeunesse. Une série à suivre !

Philippine Lomar

Tome 1 : Scélérats qui rackettent

Série en cours

Editeur : La Gouttière

Dessinateur : Greg BLONDIN

Scénariste : Dominique ZAY

Dépôt légal : juin 2016

48 pages, 12,70 euros, ISBN : 979-10-92111-36-1

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Philippine Lomar, tome 1 – Zay – Blondin © Editions de la Gouttière – 2016