Emma G. Wildford (Zidrou & Edith)

Zidrou – Edith © Soleil Productions – 2017

Emma est une jeune artiste anglaise qui attend que son fiancé revienne. Cela fait maintenant plusieurs mois qu’il est parti pour une expédition en Finlande et qu’il ne donne plus de nouvelles. Emma se languit de son explorateur et n’ose avouer son inquiétude qui grandit.

Elle se rend régulièrement au Royal Geographical Society – un club d’anciens explorateurs qui traditionnellement n’accepte aucune femme en ses murs – et questionne les membres sur ce qu’il a pu advenir à la mission de son futur époux. Emma refuse même d’ouvrir la lettre que son fiancé lui a remise avant de partir.

Si j’ouvrais cette lettre, ce serait comme admettre qu’il lui est arrivé malheur.

Au bout d’un an, au réveil d’une nuit de cauchemars durant laquelle elle a vu son homme en train de mourir, Emma décide de mettre ses pas dans ceux de son fiancé et de partir à sa recherche. Elle est amoureuse et déterminée, rien ni personne ne semble être en mesure de la faire changer d’avis.

Pris dans son écrin aimanté, l’histoire d’Emma n’attend que son lecteur. Elle nous attend tapie à l’ombre d’un arbre centenaire, en banlieue londonienne, dans un jardin écrasé par la chaleur estivale. La personnalité de l’héroïne devient vite palpable. Zidrou place au cœur de son récit une femme-enfant à la fois imprévisible, lunaire, capricieuse, romantique et très pragmatique. Un mélange détonnant pour ce personnage qui n’a pas la langue dans sa poche et auquel on s’attache assez vite.

Le dessin d’Edith nous immerge instantanément dans l’Angleterre victorienne qui sert de décor à l’intrigue. Les robes et costumes d’époque, les pièces richement décorées, l’ambiance graphique sert le récit. Il n’y a rien de pesant dans ce quotidien, pas même l’attente du fiancé parti explorer des contrées lointaines. Emma semble incroyablement sage et patiente malgré son jeune âge. Emma est née dans une famille bourgeoise et a ce côté « enfant gâté » qui obtient tout ce qu’il souhaite. Elle est culotée, un peu effrontée, parfois cynique et comme une adolescente, elle tient assez peu compte de ce que pense son entourage. Ce voyage tombe donc à point nommé pour Emma qui a visiblement beaucoup à découvrir sur elle-même… et sur le monde qui l’entoure.

Une lecture qui se lit d’une traite. J’étais curieuse de connaître les événements qu’Emma allait traverser et j’ai eu beaucoup de plaisir à trouver à plusieurs moments de l’album les petites attentions des auteurs pour leurs lecteurs : une photo, un billet d’embarquement, une lettre…
« Emma G. Wildford » est un album très agréable, à lire pour avoir un instant de détente.

Emma G. Wildford

One shot
Editeur : Soleil
Collection : Noctambule
Dessinateur : EDITH
Scénariste : ZIDROU
Dépôt légal : octobre 2017
100 pages, 22.95 euros, ISBN : 978-2-302-06397-6

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Emma G. Wildford – Zidrou – Edith © Soleil Productions – 2017

D’autres pépites à découvrir chez les bulleurs de la « BD de la semaine » :

Enna :                                                  Enna :                                                Madame :

Soukee :                                             Jérôme :                                             Stephie :

Blandine :                                          Jacques :                                          Nathalie :

Karine :                                                    Moka :                                                Amandine :

Brize :                                                  Sabine :                                            Noukette :

Antigone :                                           Iluze :                                                   Saxaoul :

Fanny :                                           Gambadou :                                           PatiVore :

Caro :                                              LaSardine :                                       Blondin :

Bouma :

.

Le Tour de Belgique de Monsieur Iou

Monsieur Iou © Rue de l’Echiquier – 2018

Nom : Monsieur Iou
Nationalité : Belge
Habite à Bruxelles
Métier : Dessinateur
Hobby : le vélo

Partant du constat qu’il connait finalement assez mal son pays, Monsieur Iou décide d’enfourcher son vélo pour découvrir la Belgique.

Il ne s’agit pas d’un voyage en itinérance. Après chaque voyage, je rentre tranquillou à la maison et je repars quand j’en ai envie… ou pas.

Il part à la rencontre d’une quinzaine de destinations. Autant de visites qui vont lui permettre de dépasser l’image d’Epinal qu’il a de ces grandes villes belges.

– Mais mon petit, c’est pas très grand la Belgique. Ça va vite être réglé ton histoire.
– Mais Phil, le but n’est pas d’aller vite. Le but c’est les paysages, les rencontres, l’humain… pas la performance. Je veux participer au folklore, me mélanger aux gens.
– Tu veux te bourrer la gueule en gros…
Complètement. Mais pas du tout ! Y’a plein de choses à voir ! La jungle ardennaise, les cocotiers flamands, le Manhattan de Bruxelles, les Woodstocks de Wallonie, le folklore du carnaval. Tu l’auras compris, il ne s’agit pas vraiment d’un parcours sportif mais plutôt d’un plan biture d’un agenda culturel…

Enfourchant son vélo dès que l’occasion s’en présente, Monsieur Iou nous invite à sillonner les routes de Belgique. Se perdre, retrouver son chemin, suivre les sentiers au bord de l’eau, dévorer les pistes cyclables ou suivre le trajet d’une étape du Tour des Flandres, oublier l’appareil photo et avancer le nez en l’air en profitant de l’instant présent… faire une grande balade, seul ou avec un ami… Avec beaucoup d’humour, Monsieur Iou est parti à l’assaut de sa curiosité et de son envie de mieux connaître son pays. Il s’est armé d’un carnet et de quelques crayons pour croquer ses périples et il a choisi d’utiliser les couleurs du drapeau belge pour colorer son récit.

Intarissable sur tout ce qui a trait au vélo, Monsieur Iou propose ce qui pourrait s’apparenter à des petites « fiches techniques » sur l’univers du cyclisme comme celle pour bien choisir un vélo ou celle dédiée à l’équipement adéquat pour partir en vadrouille. De temps à autre, Eddy Merckx est de la partie ; l’auteur l’admire et adore imaginer qu’il discute avec son idole.

Ce voyage graphique n’est pas un guide touristique mais un carnet de balades. Il nous sensibilise à l’histoire de certains lieux, au folklore local ou à certaines spécialités gastronomiques locales et donne fichtrement envie de partir (re)découvrir le plat pays. Entre anecdotes et témoignage illustré, Monsieur Iou partage son engouement pour le cyclisme et nul besoin d’être un amateur pour trouver du plaisir à lire cet album.

Une lecture que je partage avec les bulleurs du mercredi. Aujourd’hui, « La BD de la semaine » s’est posée chez Stephie.

Le Tour de Belgique de Monsieur Iou

One shot
Editeur : Rue de l’Echiquier & Grand Braquet
Collection : Domaine Bande dessinée
Dessinateur / Scénariste : Monsieur IOU
Dépôt légal : mars 2018
128 pages, 16.90 euros, ISBN : 978-2-37425-099-1
L’ouvrage sur Bookwitty.

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Tour de Belgique de Monsieur Iou – Monsieur Iou © Rue de l’Echiquier – 2018

 

KZ Dora (Walter)

Walter © Des Ronds dans l’O – 2015

Pourquoi Pierre Walter était-il là ? Il a été arrêté en mai 1943, près de la frontière franco-espagnole, qu’il voulait franchir irrégulièrement pour rejoindre les forces françaises d’Afrique du Nord. Prisonnier de 1943 à 1945, aux prisons et camps du Boulou, Perpignan, Compiègne, Buchenwald puis Dora, il y vit l’enfer. Il attendra pourtant d’être à la retraite pour transmettre réellement ses mémoires, à travers ses souvenirs écrits, à ses enfants et petits-enfants, ainsi qu’au cours des visites des camps qu’il fait accompagné de plusieurs membres de sa famille, dont Robin Walter, l’auteur de cet ouvrage.

(extrait de la préface de Stéphane Hessel).

Emile a 18 ans quand il est dénoncé par un villageois aux Allemands. Emile faisait passer clandestinement des Juifs, il leur permettait de fuir la zone occupée, passer la ligne de démarcation pour pouvoir de nouveau vivre libre.
Paul vient de terminer l’école de l’Armée de l’Air, il est maintenant officier. Refusant de se soumettre, il décide de passer clandestinement la frontière de l’Espagne pour rejoindre les forces aériennes libres basées en Afrique du Nord.

Et puis il y a tous les autres qui ont été pris dans les mailles du filet allemand. Comme eux, ils vont passer de camp de concentration en camp de concentration, exploité par les allemands pour effectuer des travaux colossaux dans des conditions de vie déplorables… plus que déplorables. Inhumaines. Privation d’eau, de nourriture, de sommeil. Soumis quotidiennement aux humiliations, aux coups, aux travaux forcés, aux intimidations, à la cruauté sans frontière des officiers allemands. Dormants entassés sur des paillasses, sans matelas et encore moins de couverture. Dans le froid.

J’ai eu la chance de pouvoir refermer le livre pour faire un break sur les passages les plus crus. Les victimes des rafles n’ont pas eu ce luxe. Pour certains, ils ont vécu l’enfer pendant plusieurs mois… des mois qui se comptent en années. D’autres malheureusement n’ont pas eu « la chance » de s’en sortir.

Des prisonniers, des scientifiques, des officiers SS. Les points de vue se croisent et ne se rencontrent jamais. Des réalités totalement aux antipodes. Trois manières de voir et de vivre l’horrible réalité.

Des morts. Des centaines de morts. Des milliers de morts… Des charniers. Des cheminées d’où sortent en permanence de la fumée. Des examens médicaux dont on ne ressort jamais. Des tunnels à creuser. Des paillasses à partager. Des kilos de corps, de terre, de fer… à porter. Des charniers. Des colis qui arrivent au compte-goutte. La vie se poursuit dehors. Des proches qui pensent à leurs proches. Des colis qui arrivent… et les SS qui se sont servis avant.

Des corps entassés dans des wagons. Dans des baraquements. Dans des fosses communes.

L’horreur.

Robin Walter adapte les carnets de son grand-père, Pierre Walter, survivant des camps. Robin Walter sculpte les corps. Il suit le lent processus morbide provoqué par les conditions de vie des prisonniers. A mesure que l’on tourne les pages, les joues se creusent, les yeux se cernent, les corps s’affinent jusqu’à devenir squelettiques. On sent la force vitale qui s’échappe par tous les pores de la peau ; certains ont un instinct de survie qui parvient à perdurer grâce à leur foi ou la certitude que le pire est derrière eux et que c’est n’est plus qu’une question de jours…

On s’indigne face aux comportements des gardes de camps qui prennent goût aux horreurs qu’ils pratiquent. Des civils qui regardent, les bras ballants et à peine choqués par ce qu’ils voient, des hommes agoniser devant eux… certains allant même jusqu’à se dire scandalisés que les travaux des prisonniers n’avancent pas aussi vite qu’ils l’auraient souhaité.

Cet album réunit les deux tomes de « KZ Dora » publiés en 2010 et 2012. Il est enrichi d’une troisième partie « Notes sur mes années d’internement et de déportations – 1943-1947 » ; ce sont les écrits de Pierre Walter. Il explique en introduction :

« Dès ma libération, j’ai pensé intéressent d’écrire des souvenirs de ma captivité, sans idées préconçues. (…) Pendant cinquante ans, je n’y ai plus pensé et je les ai laissés dans mon coffre à la banque. C’est à la demande de mon fils Michel que je les ai récupérés et rendus lisibles, tout en gardant le vocabulaire des camps et des personnes que j’ai rencontrées. Ce travail m’a ramené vers un passé que j’avais oublié et m’a fait souffrir ; car contrairement à beaucoup de déportés, la vie que j’ai menée depuis 1945 a été consacrée à ma famille et à mon travail d’aviateur, et non pas à mes souvenirs. »

Un récit poignant, révoltant. Un témoignage, tout simplement, qui tord le ventre.

Je partage ma lecture avec les bulleurs de « La BD de la semaine » … on se retrouve aujourd’hui chez Noukette !

KZ Dora

(Intégrale)
Editeur : Des Ronds dans l’O
Collection : Histoire
Dessinateur / Scénariste : Robin WALTER
Dépôt légal : mars 2015
240 pages, 24 euros, ISBN : 978-2-917237-77-9
L’ouvrage sur Bookwitty.

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

KZ Dora – Walter © Des Ronds dans l’O – 2015

Royal city, tome 1 (Lemire)

Lemire © Urban Comics – 2018

La famille Pike habite à Royal City depuis plusieurs générations.

Dans la famille Pike, il y a Peter, le père. Il a passé sa vie à travailler à l’usine de Royal City. Aujourd’hui à la retraite, il coule des jours tranquilles entre son petit atelier qu’il a au fond du jardin et les prises de bec haineuses avec Patti, sa femme. Dans la famille Pike, il y a Pat, l’aîné des enfants. Il a fui Royal City dès qu’il a été en âge de le faire. Ce célèbre romancier d’une quarantaine d’années est marié à une actrice tout aussi célèbre. Vient ensuite Tara, femme d’affaires investie dans la politique ; elle ambitionne de redonner à Royal City ses lettres de noblesse. Richie quant à lui est un junkie qui travaille en tant qu’ouvrier à l’usine de Royal City.

La famille Pike a traversé une épreuve. En 1993, Tommy est mort, il s’est noyé. Il avait 14 ans. Depuis le drame, les membres de la famille Pike ne sont que l’ombre d’eux-mêmes. Tiraillés par leur culpabilité, hésitant entre vivre ou survivre, les voilà incapables de voir plus loin que le bout de leurs nez… La famille s’est peu à peu émiettée, les enfants ont quitté le nid. Jusqu’à la crise cardiaque de Peter. La fait que la vie du patriarche soit sur un fil a conduit la tribu à se reformer ; Pat rentre à Royal City, Tara s’organise pour être davantage présente auprès de sa mère et Richie… Richie tente difficilement de s’extraire de ses problèmes de drogues et d’alcool.

Avec « Royal city » , Jeff Lemire revient à un univers fantastico-réaliste. Après Jack Joseph, Winter Road ou bien encore Essex county [que j’avais tant apprécié], j’ai retrouvé cette ambiance particulière que l’auteur sait broder. On est hors du temps, on a l’impression que les personnages osent à peine bouger de peur de casser le décor. Nous, on retient notre souffle comme si notre présence pouvait les conduite à se replier, à se murer dans leur silence. On retrouve aussi des personnages un peu paumés qui s’obstinent à donner un sens à leurs existences.

L’auteur tisse un fil invisible entre les personnages de ses albums ; ils ont ce point commun qu’ils semblent tous avoir raté leur vie, il se cachent derrière une carapace d’amertume mais ils sont fragiles, peureux. Ils doutent, se cherchent sans se comprendre, laissent le temps leur filer entre les doigts et constatent inlassablement que leurs vies sont dénuées d’intérêt.

Pour la première fois dans une œuvre de Lemire, je remarque la présence aussi marquée de personnages féminins. Habituellement, les femmes sont assez rares dans ses récits et c’est avant tout sur les personnages masculins que Jeff Lemire s’appuie. Mais ici, il y a trois personnages féminins qui ne se contentent pas de passer, qui ne se contentent pas de décorer l’intrigue. Elles ont une présence forte et chacune peut à tout moment devenir l’épicentre du récit (c’est du moins ce que je pense). Je trouve ce changement intéressant. C’est nouveau. Jeff Lemire a cette capacité à surprendre, à se renouveler.

L’album n’a provoqué aucun tremblement de terre chez moi. Ce premier tome sert avant tout à installer les personnages, la ville de Royal City a l’un des premiers rôles. Ce qui est frappant, c’est que cette ville est en devenir mais elle est plus vivante que le reste des protagonistes que nous rencontrons. La ville semble être la seule à avoir une alternative, un choix à faire… un projet. On hésite pour elle mais on désire pour elle. Elle est pleine de promesses et cela crée une dynamique… les membres de la famille Pike en sont dépourvus. Chaque membre de cette famille semble s’être arrêté en 1993, à la mort de Tommy. Tous avancent en regardant dans le rétroviseur. Il y a comme un non-sens dans la cartographie de « Royal City » et dans la manière dont Jeff Lemire place chaque chose. C’est intriguant.

Le choix des couleurs aussi m’a séduite. Elles sont plus lumineuses et plus douces que les couleurs que l’artiste utilise habituellement. Elles sont printanières… apaisantes. Cela aussi intrigue. Et puis il y a le fait que Royal City semble communiquer avec ses habitants. Bref, il y a déjà des questions que l’on se pose et une curiosité qui s’est installée pour ce récit.

Une série prometteuse qui mélange réalité et fantastique, chronique sociale et récit intimiste. Il est certain que Royal City est bien plus qu’une simple ville industrielle et que j’ai très envie d’en percer le mystère. La réflexion sur le deuil et la représentation du défunt m’ont piquée au vif. Un tome de lancement qui n’est pas un coup de cœur mais me voilà très motivée pour découvrir la suite !

Cadeau de Jérôme pour mes 24 printemps (c’est donc assez récent). Une belle occasion de faire une lecture commune !! Hop, je vous renvoie vers la chronique de Jérôme

Un tour sur la fiche Bookwitty si vous voulez commander l’album.

Comme tout mercredi qui se respecte, on se retrouve avec les bulleurs de « La BD de la semaine » … les liens des lecteurs dans l’article de Moka !

Royal City

Tome 1 : Famille décomposée
Série en cours
Editeur : Urban Comics
Collection : Urban Indies
Dessinateur / Scénariste : Jeff LEMIRE
Dépôt légal : janvier 2018
156 pages, 10 euros, ISBN : 979-1-0268-1393-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Royal city, tome 1 – Lemire © Urban Comics – 2018

Jones et autres rêves (Matticchio)

Matticchio © Ici Même – 2017

Il était une fois un chat qui avait un bandeau noir sur l’œil.

Jones est né en 1985 dans les pages de la revue italienne Linus. Dès les premières histoires se dégage une sorte de nostalgie d’une époque passée, une ambiance où le temps qui file n’a aucune importante et surtout, aucune prise sur le personnage. L’auteur trouve son inspiration dans les années 50-60 ; les clins d’œil à Bob Dylan, aux Beatles, à Mickey, Alice aux pays des merveilles ou d’autres figures populaires sont fréquentes dans les scénettes.

Jones est un chat nonchalant, perdu quelque part entre l’enfance et l’âge adulte. Jones vit à son rythme. Comme tous les chats, il dort beaucoup mais surtout, il rêve. C’est d’ailleurs à se demander si les histoires que l’on découvre sont le fruit de son imagination où s’il les vit vraiment. La vérité est quelque part entre ces deux mondes, quelque part entre l’état d’éveil et l’état de somnolence.

Jones est dégingandé et pourtant, il a de la classe. Jones est désordonné et brouillon, il philosophe à sa manière. Jones est un gros sensible. Jones n’est pas très bavard et a peu d’amis. Jones est flemmard et pourtant, il a un art de vivre qui n’appartient qu’à lui. Il partage son temps entre la lecture et des balades en forêt. Avec ses gants blancs et son bandeau noir sur l’œil, Jones est reconnaissable au premier coup d’œil. Il a une dégaine agréable et une démarche que j’imagine chaloupée, un peu maladroite. Il est vêtu d’un pantalon ample, d’une paire de bretelles, d’une chemise blanche et d’une paire de grosses chaussures en cuir dont l’une des deux est trouée à la semelle.

« Jones et autres rêves » est un recueil des strips publiés entre 1985 et 1992. Cette succession de petites histoires offre un ensemble très cohérent. Les jeux de hachures utilisés par Franco Matticchio pour construire ses dessins, les scènes saugrenues dans lesquelles il fait évoluer Jones, la personnalité même de ce héros félin… tout cela contribue à nous immerger dans un univers absurde et poétique dans lequel on se sent bien.

Au milieu de ces histoires courtes en noir et blanc surgissent régulièrement des strips en une page, muets et en couleurs. Ces planches ont un petit côté rétro absolument bien trouvé. La plupart des histoires sont muettes et il n’est pas rare de s’arrêter longuement sur un strip ou un dessin en pleine page pour en attraper tous les détails. L’humour est parfois tendre, parfois cruel. C’est un univers onirique reposant et j’ai régulièrement été surprise par l’originalité de certaine illustration.

Un très bel album qui devrait plaire aux curieux !

La chronique de Jérôme.

Jones et autres rêves

One shot
Editeur : Ici Même
Collection : Mordicus
Dessinateur / Scénariste : Franco MATTICCHIO
Traduction : Laurent LOMBARD
Dépôt légal : novembre 2017
256 pages, 29 euros, ISBN : 978-2-36912-038-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jones et autres rêves – Matticchio © Ici Même Editions – 2017

Ça bulle ailleurs en ce mercredi BD. A l’occasion de « La BD de la semaine » , des lecteurs ont partagé leurs trouvailles.

Cliquez sur les prénoms/pseudos pour être redirigés vers leurs articles :

Jérôme :                                                   Sandrine :                                        Blandine :

Enna :                                                       Brize :                                                 Moka :

Iluze :                                                  Karine :                                            Sabine :

Aurore :                                                Saxaoul :                                              Nathalie :

Jacques :                                         Hélène :                                            Amandine :

Hilde :                                                     Cristie :                                                   Alice :

La Sardine :                                         Mylène :                                                    Soukee :

Sabine :                                                    Blondin :                                              Caro :

Madame :                                           Stephie :                                               Noukette :

.

La petite Souriante (Zidrou & Springer)

Zidrou – Springer © Dupuis – 2018

« Protch » fait le bruit de la massue lorsqu’elle casse un os.

« Protch » … il met tout son cœur, toute sa force et toute sa haine dans les coups de masse qu’il donne sur le crâne de sa femme.

Josep Pla, dit « Pep » , met ainsi un terme à treize années d’un mariage raté. Un venin s’est répandu peu à peu dans leur couple.

« Protch » … un dernier coup de masse pour la faire taire à tout jamais. Et déjà il pense à l’apaisement de ne plus avoir à vivre avec elle. « Protch » … il frappe. S’acharne.

« Protch » … le crane devient bouillie… « Flotch ! » « Flotch ! » « Flotch ! » Pendant qu’il met tout son cœur à l’ouvrage, une chanson que lui chantait sa grand-mère lui revient à l’esprit : « Elle était souriante »

Puis il jette le corps dans un puits et rentre.

Sitôt chez lui, Pep est accueilli par… son épouse.

Prenons déjà un instant pour parler de l’objet, d’un format plutôt intimiste (19.5 * 25.8 cm) que l’on tient bien en main et que l’on manipule sans difficulté. En caressant la couverture, on découvre qu’elle est rugueuse. Et pendant qu’on savoure ce petit détail éditorial, on observe l’autruche qui est venue se camper juste devant nous… et rapidement, on se met à loucher sur ce qu’elle tient dans son bec. Impossible de retenir une moue de dégoût à la vue de ce nerf optique sanguinolent. On ne tarde pas trop à ouvrir l’album pour savoir de quoi il en retourne…

… et on confie donc notre sort à Zidrou, scénariste de talent qui tour à tour a su m’enchanter (Lydie, Les beaux étés…) et me décevoir (La peau de l’ours, La Mondaine…). Ça passe ou ça casse, il n’y a pas de demi-mesure. Auteur de scénarii en tous genres, Zidrou est un auteur plein d’humour et capable de livrer des personnages profondément humains qui m’ont émue ou, à l’inverse, de parfaits clichés que je n’ai pas trouvés crédibles. Quoi qu’il en soit, il m’impressionne par sa capacité à écrire de façon aussi prolifique. Une demi-douzaine d’albums par an tout de même !

Quant à Benoît Springer, je l’ai découvert avec Les funérailles de Luce. L’album m’avait chamboulée. La dernière fois que je l’ai lu, c’était justement sur un album qu’il avait réalisé avec son acolyte Zidrou (Le beau voyage)… et l’album ne fut pas à la hauteur de mes attentes. Autant dire que La petite Souriante n’arrivait pas en terrain conquis.

Pourtant, j’ai été d’emblée charmée par l’ambiance graphique installée par Benoît Springer. Ce dernier joue sur les contrastes entre des couleurs chaudes et des couleurs froides et parvient à nous faire sentir à l’étroit sitôt qu’on pénètre dans un bâtiment. Cette impression s’accentue lorsque l’épouse assassinée entre dans notre champ de vision. L’atmosphère se charge alors d’électricité au point que l’on ne sait plus qui est la proie et qui est le prédateur. Je n’ai pu m’empêcher de me demander si elle était au courant qu’elle avait été sauvagement abattue et quelles pouvaient être ses intentions.

Le scénario fait le reste et rend cet huis-clos absolument malsain. Il y a une haine sourde qui se répand son poison à mesure qu’on cerne les personnages. Dès la première planche, on est pris dans le feu de l’action. Il n’y aura aucun suspense sur la nature de l’affection que cet homme ressent pour sa femme. Il s’acharne, évacue toute son amertume sans aucune retenue. Les pages se tournent et on découvre à chaque nouvelle étape une nouvelle variante de la haine, de cette violence pernicieuse qui guide les personnages dans cette tragédie familiale. Par moment, j’ai regretté que le récit nous blackboule autant, précipite les choses et présente une succession si rapide de différents événements.

Un étrange thriller psychologique où tout se précipite. Un album qui glace, qui dérange et qui se lit si vite qu’on se demande si on ne l’a pas rêvé.

Un concours est ouvert jusqu’au 28 février sur le site de l’éditeur pour tenter de gagner l’album.

Noukette et moi partageons notre lecture commune avec les bulleurs de la « BD de la semaine » que l’on retrouve aujourd’hui chez Stephie.

La petite Souriante

One shot
Editeur : Dupuis
Dessinateur : Benoît SPRINGER
Scénariste : ZIDROU
Dépôt légal : février 2018
72 pages, 14.50 euros, ISBN : 978-2-8001-6859-3

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La petite Souriante – Zidrou – Springer © Dupuis – 2018

L’Homme gribouillé (Lehman & Peeters)

Lehman – Peeters © Guy Delcourt Productions – 2018

Paris. Il pleut. Il n’arrête pas de pleuvoir. La ville est inondée. On entre dans la grisaille de la ville. L’album sera en noir et blanc comme pour mieux coller à la réalité.

Vous le sentez pas ? Moi, je le sens. C’est dans l’air. Dans la lumière aussi. Cette espèce de gris plombé. Le mon est lourd et plein.

Betty est revenue vivre chez sa mère, Maud, le temps que les travaux dans son appartement soient terminés. Betty est revenue vivre chez son excentrique mère avec sa fille, Clara, une adolescente sympathique, franche, mature et mesquine. Comme à chaque fois qu’une échéance professionnelle importante approche – le genre de dossier où il ne faut pas se louper – les angoisses de Betty se manifestent par le fait qu’elle est incapable de prononcer un seul mot. Réduite au silence… pour quelqu’un qui travaille dans le monde de l’édition, ce n’est pas aberrant de repasser par l’écrit pour communiquer. Mais pour ce rendez-vous important qui arrive dans deux jours, il faudra qu’elle ait retrouvé la voix !
En attendant la fin des travaux, les trois femmes cohabitent, à la grande joie de Maud. Jusqu’à ce que Max sonne à la porte en pleine nuit. Max, mystérieux sous son masque inquiétant, étrange dans son manteau de plume, vient réclamer le paquet que Maud devait lui remettre. Il menace, ordonne, intimide pour obtenir son dû… et comme Maud ne se réveille pas, il semble transmettre une lourde malédiction à Clara. Des images jaillissent du passé et l’ombre de cet oiseau de mauvais augure va s’étendre sur cette petite famille qui menait jusque-là une vie plutôt paisible.

Je suis entrée dans l’album avec précipitation. Le seul fait de voir les noms de Serge Lehman – « La Brigade Chimérique » ou « Thomas Lestrange » – et de Frederik Peeters – difficile de tout nommer, je n’ai pas tout lu mais je n’en suis pas loin, je cite en vrac l’excellent « Lupus » , le poignant « Pilules bleues » ou bien encore la série « Koma » ! – a suffit pour que mon cœur ne fasse qu’un tour. J’ai donc ouvert cette bande dessinée en salivant d’avance…

C’est avec un Paris essoré par les pluies incessantes que le scénario s’installe. On entre dans le quotidien englué de Betty, l’une des héroïnes de cette histoire. Car Fred Peeters et Serge Lehman, les deux scénaristes, n’ont pas choisi un personnage central mais un trio de femmes.

La première des trois que l’on rencontre, c’est Betty. Pour cela, on pousse la porte d’un bar de quartier et on s’accoude au comptoir à côté d’elle. On cale vite notre respiration sur la sienne puis on ajuste nos enjambées sur les siennes pour aller affronter cette humidité poisseuse qui nous fait frissonner. On se colle contre Betty, excusant même son caractère maussade. J’ai accroché de suite avec elle, si charismatique, si pleine de charme et d’humour. Si masculine dans sa démarche quand elle est irritée et son visage est d’une expressivité folle ; toutes les émotions donnent des intonations à ses traits, on pourrait presque lire en elle comme dans un livre ouvert. Presque. Car c’est la tempête sous un crâne et seule la voix-off est capable de témoigner à quel point ses pensées bouillonnent. En moins de dix pages, on est entré dans sa vie comme par effraction. On apprend qu’elle est maquettiste, parisienne et mère célibataire. En apparence, rien d’exceptionnel. On devine aussi qu’elle a grandi un peu tordu et cache son talon d’Achille derrière une attitude fière.

Le tableau est complet lorsque les scénaristes nous présentent à sa mère (Maud) et à sa fille (Clara). Cela se fait en une scène pleine de sous-entendus où les héroïnes montrent les caractéristiques principales de leurs personnalités respectives. Les principaux éléments sont alors posés. Les cartes semblent jetées, la couleur annoncée… Puis de-ci de-là on glane des informations supplémentaires, on laisse une, puis deux, puis plusieurs questions en suspens. On sait que les réponses nous serons données très certainement au compte-goutte, il suffit juste d’attendre un peu. Un dernier personnage entre dans la danse ; c’est Max, l’homme-corbeau ou plutôt Maître Corbeau, l’homme masqué. Mystérieux, inquiétant, obsédant. Derrière son masque se cache un lourd secret.

L’aphasie de Betty, le masque de Max, la rébellion adolescente de Clara, les sous-entendus de Maud… autant de facettes d’une vérité que l’on veut connaître, autant d’éléments qui nous aspirent vers le dénouement, nous poussant à tourner les pages avec avidité. La tension grandit peu à peu et l’ambiance se charge d’électricité.

Au dessin, je vois avec plaisir Frederik Peeters revenir au noir et blanc. Cette fois pourtant, il laisse moins de place au vide, moins de place au blanc. Il remplit du brume et d’ombres ses planches, il enrobe, borde et caresse ses personnage… il les tient dans ses griffes et dans cette ambiance graphique tantôt apaisante tantôt anxiogène.

Entrer dans cet univers fantastique c’est faire abstraction du reste. Epier le moindre signe, la moindre piste, le moindre espoir pour imaginer l’issue de secours. Les intrigues se mêlent et s’emmêlent, les rencontres se font et se défont.
Un conte qui, comme les contes des frères Grimm, contient une part d’horreur et de violence. Pour autant, impossible de le limiter au simple affrontement entre le bien et le mal. Un récit fascinant. Un conte fantastique sublime qu’on lit avec voracité. A dévorer goulûment ! Magistral !

Délice de lire cet album avec Jérôme et Noukette. On a eu envie de partager ça pour cette session de « La BD de la semaine » ; les liens des participants sont à retrouver chez Noukette !

L’homme gribouillé

One shot
Editeur : Delcourt
Dessinateur : Frederik PEETERS
Scénaristes : Serge LEHMAN & Frederik PEETERS
Dépôt légal : janvier 2018
320 pages, 30 euros, ISBN : 978-2-7560-9625-4

Bulles bulles bulles…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Homme gribouillé – Lehman – Peeters © Guy Delcourt Productions – 2018